En réponse à l’article « Edition : Faut-il privilégier le compte d’auteur en édition et supprimer les comités de lecture ? » signé par Abdallah BENSMAÏN, édition du 3 novembre 2021 du journal L’Opinion (Maroc)

votre-editeur-prend-position-1200

VOTRE ÉDITEUR PREND POSITION

Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys

En réponse à l’article « Edition : Faut-il privilégier le compte d’auteur en édition et supprimer les comités de lecture ? » signé par Abdallah BENSMAÏN, édition du 3 novembre 2021 du journal L’Opinion (Maroc)

Screenshot 2021-11-05 at 15-21-13 Edition Faut-il privilégier le compte d’auteur en édition et supprimer les comités de lec[...]


Culture

Edition : Faut-il privilégier le compte d’auteur en édition et supprimer les comités de lecture ?

Rédigé par Abdallah BENSMAÏN le Mercredi 3 Novembre 2021

La réponse est dans la question dont l’absurdité peut être soulignée dès l’abord. Un débat surréaliste qui revient souvent est l’inutilité des comités de lecture qui n’auraient pas pouvoir à juger une œuvre de création… La fiction du débat est à la mesure de la méconnaissance des réalités de l’édition.

Lire la suite


Nous revenons plus de 20 ans en arrière avec Abdallah BENSMAÏN

Critiquer le compte d’auteur ou lutter contre la démocratisation de l’accès à l’édition

(Lévis, Québec, Canada – 5 novembre 2021) À lui seul le titre de l’article « Edition : Faut-il privilégier le compte d’auteur en édition et supprimer les comités de lecture ? » me laisse perplexe parce qu’il associe le choix de l’édition à compte d’auteur à la volonté de supprimer les comités de lecture. L’auteur de l’article, Abdallah BENSMAÏN, croit que l’auteur qui se lance dans l’édition à son propre compte de son œuvre fuit le jugement des comités de lecture des éditeurs traditionnels. Ce n’est pas le cas puisque plusieurs auteurs et écrivains professionnels ne se donnent même plus la peine de soumettre leurs œuvres à des éditeurs traditionnels. La décision repose non pas sur l’impatience d’être publié ou le rejet des comités de lecture mais sur le fait que les éditeurs traditionnels refusent plus de 90% des manuscrits soumis à leur attention. Ainsi, toutes les librairies réunies, aussi grande soient-elles, n’offrent aux lecteurs que la possibilité de lire 10% des écrits des auteurs et des écrivains professionnels. Et les recommandations formulées par le comité de lecture suivies de la décision finale par l’éditeur repose très souvent, non pas sur la qualité littéraire intrinsèque de l’œuvre, mais plutôt sur des critères de sélections commerciaux.

Depuis plus de vingt ans, l’accès à l’édition se démocratise grâce aux nouvelles technologies domestiques, l’internet et le web. La popularité sans cesse grandissante de l’autoédition et de l’édition à compte d’auteur s’inscrit dans cette démocratisation de l’accès à l’édition. Aujourd’hui, dans le monde, il y a davantage de livres autoédités et éditées à compte d’auteur que de livres sous la ferrure de l’édition traditionnelle. Nous sommes dans un nouveau monde du livre auquel participe les auteurs amateurs, les auteurs entrepreneurs, les auteurs autonomes et même les écrivains professionnels. Que le vieux monde du livre persiste et signe n’embête plus personne tant et aussi longtemps qu’il garde ses yeux dans ses livres… comptables. Le vieux monde du livre n’a pas à porter de jugement sur les auteurs et leurs choix du type d’édition qu’ils préfèrent.

Abdallah BENSMAÏN croit aussi que l’édition traditionnelle offre une assurance qualité et qu’elle détient ainsi le monopôle de la qualité littéraires des œuvres publiées. Or, et nous le savons tous, le peuple en écriture témoigne davantage de la réalité littéraire de son territoire et de sa culture que ne le font les choix commerciaux des éditeurs traditionnels. On peut comparer la situation du patrimoine littéraire d’une nation à ce qui se passe dans les Archives nationales des pays. Certes, on y conserve les photographies historiques prises par les premiers photographes professionnels, mais on porte aussi une attention toute particulière aux photographies prises par des amateurs parce qu’elle en disent davantage sur l’histoire du peuple que les photographies des photographes professionnels. Et cela même si les photographies des amateurs sont tachées d’acide, floues et mal cadrées; elles témoignent de la réalité première du peuple.

Il en va de même avec le patrimoine littéraire, les auteurs amateurs proposent à leurs familles, leurs amis, leurs collègues et à tous les intéressés une littérature unique qui échappe désormais aux vœux pieux de l’édition traditionnelle. Car, ne nous leurrons pas, tous les auteurs autoédités et édités à compte d’auteur ne courent pas après la reconnaissance générale, la gloire nationale ou internationale. Ils ne cherchent pas à «exister», comme l’écrit Abdallah BENSMAÏN, car ils existent déjà. Quant à l’argent, ce ne sont pas les maigres redevances versées à l’auteur par l’éditeur traditionnel qui permettent «d’exister» ou de VIVRE.

Abdallah BENSMAÏN écrit : « L’avenir d’un livre publié ne devrait pas être le pilon, à tout le moins, la distribution dans les cercles familiaux et amis, mais le circuit professionnel des points de vente, qui est une « forme » de validation de la qualité d’un ouvrage, après celle des comités de lecture. »

Rappelons que l’impression à la demande, c’est-à-dire un exemplaire à la fois à la demande expresse de chaque lecteur, permet d’imprimer que les exemplaires déjà vendus. L’impression à la demande permet aussi des micro tirages de 5, 10, 15 exemplaires. Pas de pilon avec l’impression à la demande. Et pas de pilon non plus avec l’exemplaire numérique (PDF, ePUB,…).

Le pilon, c’est une invention de l’édition traditionnelle. C’est l’édition traditionnelle qui détruit des centaines, des milliers et même des millions d’exemplaires invendus… au lieu de les donner au bon peuple, aux bibliothèques, aux écoles,… L’édition traditionnelle inonde le marché du livre d’un nombre incroyable de nouveautés sachant fort bien que les tablettes des librairies avec pignons sur rue ne sont pas élastiques. Pour accueillir un nouveau titre, le libraire du circuit professionnel des points de vente doit souvent en retourner au distributeur ou directement à l’éditeur un titre plus ancien qui ne se vend pas assez pour faire de la place à la nouveauté sur ses tablettes. Ce n’est pas une métaphore lorsque nous parlons de « l’INDUSTRIE du livre ».

Pour l’auteur autoédité ou édité à compte d’auteur, les micro tirages s’imposent pour éviter de tomber dans les griffes des imprimeurs déguisés en éditeurs et qui ont la malencontreuse habitude de faire miroiter des ventes de rêves à l’auteur pour augmenter le tirage initial, pour l’exploiter.

L’unique forme de validation de la qualité de l’ouvrage est celle accordée par les lecteurs. Ils le démontrent par le nombre d’exemplaires invendus par l’édition traditionnelle.

Enfin, concernant le « souffle puissant de l’égo des auteurs autoproclamés », il s’accommode fort d’un succès d’estime auprès de ses pairs et de ses lecteurs. Si vous ne vouliez pas d’auteurs, autoproclamés ou non, vous n’aviez qu’à ne pas enseigner à lire et à écrire dans les écoles, qu’à ne pas ajouter de facultés des Lettres et de la Littérature dans vos universités… bref, vous n’aviez qu’à garder le peuple ignorant. Aujourd’hui, le peuple en écriture est en marche et ce n’est pas le soit disant monopole de la qualité de l’édition traditionnelle qui l’arrêtera.

Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys


À lire aussi

Le débat se poursuit avec Abdallah Bensmain, journaliste et écrivain algérien installé au Maroc


Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , ,
Publié dans Uncategorized
One comment on “En réponse à l’article « Edition : Faut-il privilégier le compte d’auteur en édition et supprimer les comités de lecture ? » signé par Abdallah BENSMAÏN, édition du 3 novembre 2021 du journal L’Opinion (Maroc)
  1. […] Ma réponse a pour titre : En réponse à l’article « Edition : Faut-il privilégier le compte d’auteur en édition et sup… […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :