Avoir un mot « sur le bout de la langue », est-ce contagieux ? Voici ce que la science en dit

Le sentiment d’avoir un mot «sur le bout de la langue» lorsque vous n’arrivez pas à vous en souvenir est peut-être plus révélateur d’une bonne mémoire que d’une mauvaise.
Shutterstock

Avoir un mot « sur le bout de la langue », est-ce contagieux ? Voici ce que la science en dit

Luc Rousseau, Laurentian University

Quel est le nom du bébé lion dans le film de Disney Le Roi Lion ? Si vous avez la certitude de le savoir et que vous êtes sur le point de le dire, mais que vous ne pouvez pas vous en souvenir, alors vous éprouvez ce sentiment familier d’avoir le mot « sur le bout de la langue ».

Cela arrive lorsque vous êtes seul ou en groupe. Par exemple, des amis qui ont vu le même film peuvent éprouver simultanément le sentiment d’avoir le nom de l’actrice principale sur le bout de leur langue. Comme il nous arrive parfois de bâiller en voyant quelqu’un bâiller, on a parfois l’impression de ressentir un mot sur le bout de notre langue quand une personne près de nous en ressent un.

Avoir un mot sur le bout de la langue, est-ce contagieux ?

Étonnamment, les aspects sociaux du phénomène du mot sur le bout de la langue ont été peu étudiés. Une étude récente réalisée au Laboratoire de recherche en santé cognitive de l’université Laurentienne, à Sudbury, a révélé que le sentiment d’avoir un mot sur le bout de la langue est plus susceptible de se produire lorsqu’on tente de se souvenir de quelque chose en groupe plutôt que seul.

« Oh ! Attends, attends, je le sais, mais… »

À première vue, un sentiment de mot sur le bout de la langue reflète une défaillance de la mémoire, une sorte de panne qui se produit lors de la recherche d’un souvenir. Mais si vous avez la certitude de le savoir, c’est que le mot recherché est là, tout près, disponible dans votre tête… C’est pourquoi certains chercheurs affirment qu’avoir un mot sur le bout de la langue reflète une bonne mémoire, et non pas une mauvaise.

En effet, la recherche a montré que lorsque des personnes luttent avec un mot sur le bout de leur langue, elles sont habiles pour identifier correctement la première lettre du mot, pour estimer le nombre de syllabes qu’il contient, ou encore pour repérer des mots dont le sens ou la sonorité est semblable.

Des indices pour éclairer une supposition

Selon une théorie dominante, au cœur d’un sentiment de mot sur le bout de la langue, se trouve une supposition, une inférence sur la probabilité, que le mot recherché se trouve dans votre mémoire. Et pour éclairer votre supposition, comme les enquêteurs sur les scènes de crimes, vous vous fiez à des indices.

La chanson enfantine du bébé lion dans le film de Disney « Le Roi Lion ».

Parmi ces indices figurent des informations reliées au mot insaisissable, par exemple, dans le cas du bébé lion : sa meilleure amie et future épouse se nomme Nala ; sa chanson enfantine était Je voudrais déjà être roi. Plus d’indices alimentent la supposition que le mot se trouve en mémoire, plus le mot semble sur le point d’être rappelé, déclenchant un sentiment de mot sur le bout de la langue.

Un sentiment « socialement partagé »

En laboratoire, on tente de produire des sentiments de mot sur le bout de la langue en posant des questions de connaissances générales, ou encore en donnant des définitions de mots rares. Mais depuis 1966, toutes les études ont impliqué des individus tentant de se souvenir seuls. Selon un sondage réalisé sur le campus de l’université Laurentienne, 96 % des gens ont été témoins d’au moins une occasion, au cours des six derniers mois, où deux personnes ou plus dans un groupe ont ressenti un sentiment de mot sur le bout de la langue.

Dans notre étude récemment publiée, « Socially Shared Feelings of Imminent Recall : More Tip-of-the-Tongue States Are Experienced in Small Groups », mon équipe de recherche a présenté à des groupes de quatre personnes 80 questions de connaissances générales (par exemple : « Quelle planète est la plus près du soleil ? »). Les participants pouvaient partager des indices avec les autres, mais ne pouvaient ni divulguer la bonne réponse, ni avouer avoir le mot sur le bout de la langue. Chaque participant remplissait séparément sa propre feuille de réponse, choisissant l’une des options suivantes :

  • Je le sais, voici la réponse ;
  • Je ne le sais pas ; ou
  • J’ai le mot sur le bout de la langue.

Nous avons présenté la même série de 80 questions à des personnes seules. Fait remarquable, chaque membre de groupe a déclaré avoir le mot sur le bout de la langue six fois en moyenne, contre deux fois à peine chez les personnes se souvenant seuls. Comment expliquer un tel phénomène ?

Contagion sociale ou supposition éclairée ?

Quand on éprouve un sentiment d’avoir le mot sur le bout de la langue en compagnie d’une autre personne qui en fait aussi l’expérience, on a parfois l’impression d’avoir « attrapé » le mot sur le bout de la langue, comme si ce sentiment était contagieux. Cette contagion sociale peut survenir, par exemple, en entendant quelqu’un dire « Oh ! Attendez, je le sais, mais… » ou encore « Quel était le nom de ce film ? »

Quatre personnes qui tentent de se souvenir de quelque chose
Un sentiment de mot sur le bout de la langue peut parfois sembler contagieux.
(Shutterstock)

Cependant, il existe une autre explication pour l’émergence de mots sur le bout de la langue en groupe. Quatre têtes valent mieux qu’une ! À partir de ce constat,

il est possible que les participants supposent qu’il est plus facile de se souvenir de la bonne réponse en groupe que seul. Une telle supposition que le mot est disponible dans l’une ou l’autre mémoire autour de nous peut déclencher un sentiment de mot sur le bout de la langue chez une (ou plusieurs) personne(s) dans le groupe.

Un examen attentif de nos résultats est révélateur. La démonstration la plus directe d’une contagion sociale est obtenue quand deux personnes ou plus dans un groupe déclarent avoir le mot sur le bout de la langue, en encore à la suite d’échanges de paroles. Pourtant, après avoir retiré toutes les déclarations de mots sur le bout de la langue communes à deux personnes ou plus, de même que celles faites à la suite de paroles prononcés (45 % de toutes les déclarations), il y avait encore davantage de mots sur le bout de la langue ressentis par chaque membre de groupe que chez les individus se souvenant seuls.

Par conséquent, même si la contagion sociale est une explication plausible, il semble qu’une meilleure explication soit la supposition que le mot est là, tout près, disponible dans l’une ou l’autre des mémoires des membres du groupe (« Si je ne m’en souviens pas, les autres vont s’en souvenir ! »).

Avoir un mot sur le bout de la langue est un sentiment personnel, mais nous commençons à en comprendre la dynamique sociale. Les deux causes possibles des mots sur le bout de la langue socialement partagés – la contagion sociale et la supposition que plusieurs têtes valent mieux qu’une – font présentement l’objet de recherches complémentaires.

Et soit dit en passant, le bébé lion s’appelle Simba.The Conversation

Luc Rousseau, PhD, professeur agrégé de psychologie et chercheur au Laboratoire de recherche en santé cognitive, Laurentian University

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license. Read the original article.

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :