LE TRENTE HEBDO – L’infolettre de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec – FPJQ

logo-fpjq

LE TRENTE HEBDO

L’infolettre de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec – FPJQ

À LA UNE

Le mot du président Michaël Nguyen

La dernière année a été faste pour la Fédération, qui a travaillé sans relâche pour être au premier plan de la défense du journalisme et de la liberté de la presse.

Intimidation, désinformation, polarisation, entraves municipales, journalisme local, salaires de piges, accès à l’information, redevances des superpuissances numériques… avec plus de 60 sorties et entrevues dans la dernière année, la FPJQ a multiplié les interventions pour rappeler l’importance d’un journalisme fiable et de qualité, mais aussi pour réclamer l’aide qui doit lui être apportée. Nous avons poursuivi nos pressions sur les différents paliers de gouvernement, et nous continuerons sans ménagement, portés par une équipe dévouée à la cause du droit à l’information libre d’entraves.

Il y a eu l’organisation de la Semaine de la presse et des médias, la remise des prestigieux prix Judith-Jasmin et Antoine-Desilets, ainsi que la préparation du congrès annuel en novembre qui propose un programme taillé sur mesure pour tous les professionnels de l’information.

Mais la FPJQ ne s’est pas contentée d’une présence médiatique forte dans la dernière année. Parallèlement, nous avons travaillé pour nous rapprocher de nos membres avec une refonte des règlements généraux. Plus modernes et basés sur les meilleures pratiques de gouvernance des OBNL, ils assurent une plus grande place aux intérêts de tous ceux que nous représentons.

Ainsi, avec les élections de notre conseil d’administration, vous noterez deux postes inédits : l’un pour un membre étudiant, l’autre pour un membre associé. Le journalisme évolue de plus en plus rapidement et l’ajout de la voix du futur avec celle de l’expérience et de la sagesse ne peut qu’être positif, d’autant plus qu’ils seront élus par les membres professionnels, comme c’est le cas pour tous les administrateurs. Un troisième poste dédié aux régions est également prévu dans le nouvel organigramme pour être mieux branché sur la réalité de la profession dans l’ensemble du Québec.

À l’image de plusieurs salles de presse qui s’élargissent en recrutant, la FPJQ a aussi le vent dans les voiles et de grandes ambitions. Dès cette année, nous allons d’ailleurs plancher sur un plan stratégique sans précédent, qui indiquera clairement où votre Fédération compte se diriger à moyen et à long terme tout en se fixant des objectifs clairs et précis. Ce plan sera réalisé en consultation avec les membres, et vous sera présenté lors d’une future assemblée générale.

Il s’agit là d’un travail d’envergure, mais ô combien stimulant ! Pour y arriver, la FPJQ a besoin d’une équipe solide, à commencer par son conseil d’administration qui sera en partie renouvelé lors des élections.

Après deux ans à la présidence de la FPJQ et avec la motivation à continuer de servir le journalisme encore plus que par mon travail de reporter judiciaire, je vous annonce que je solliciterai à nouveau votre confiance. Et j’en profite pour lancer un appel aux membres qui, comme moi, ont à cœur cette fédération si importante pour notre métier.

Nos fondations sont solidifiées et le moment est parfait pour bâtir un projet qui assurera la pérennité de notre organisation. À tous ceux qui ont le cœur, la volonté (et le temps) de servir, je serai honoré de le faire avec vous, futurs administrateurs.


Ouverture de la période de candidature mardi

Élections au conseil d’administration de la FPJQ

La période électorale pour les postes à combler au sein du conseil d’administration de la FPJQ s’ouvrira mardi prochain. Cette année, sept postes seront en élection. Tous les mandats seront d’une durée de deux ans, à l’exception de celui pour le poste administrateur associé étudiant qui sera renouvelé annuellement.

Voici les postes ouverts :

  • Présidence (un poste) (mandat de deux ans)
  • Administrateur.rice (un poste) (mandat de deux ans)
  • Administrateur.rice régions (deux postes) (mandats de deux ans)
  • Administrateur.rice pigiste (un poste) (mandat de deux ans)
  • Administrateur.rice associé non étudiant (un poste) (mandat de deux ans)
  • Administrateur.rice associé étudiant (un poste) (mandat d’un an)

Vous avez jusqu’au vendredi 29 octobre à midi pour soumettre votre candidature à l’adresse courriel info@fpjq.org. Vous devez être membre en règle de la FPJQ, remplir le formulaire qui s’applique à votre situation en plus de joindre une lettre de motivation d’un maximum de 300 mots. Chaque candidature doit avoir reçu l’appui de deux membres professionnels pour être validée.

  1. Formulaire de candidature pour les administrateurs membres professionnels
  2. Formulaire de candidature pour l’administrateur membre associé non étudiant
  3. Formulaire de candidature pour l’administrateur membre associé étudiant

Consulter l’ensemble des règlements généraux revisés.

TOUS LES DÉTAILS SUR NOTRE SITE

Élection des délégués de la FPJQ au Conseil de presse du Québec

La FPJQ délègue sept (7) de ses membres professionnels au Conseil de presse du Québec (CPQ). Ces délégués collaborent à la déontologie journalistique et évaluent le travail de leurs pairs.

Mécanisme d’autorégulation de la presse, le CPQ traite les plaintes du public en fonction du Guide de déontologie du Conseil de presse du Québec. Cette année, trois postes de délégués au Conseil sont à pourvoir pour des mandats de deux ans.

Délégués au Conseil de presse à élire en novembre 2021 :

  • 1 journaliste de la FPJQ pour un mandat de 2 ans
  • 1 journaliste de la FPJQ pour un mandat de 2 ans
  • 1 journaliste de la FPJQ, sous recommandation de la FNC, pour un mandat de 2 ans

Télécharger le formulaire de candidature pour les élections au Conseil de presse du Québec.

Vous avez jusqu’au vendredi 29 octobre à midi pour soumettre votre candidature à l’adresse courriel info@fpjq.org. Vous devez être membre en règle de la FPJQ, remplir le formulaire de candidature en plus de joindre une lettre de motivation d’un maximum de 300 mots.

En savoir plus

La FPJQ dans les rangs

Front commun contre le harcèlement en ligne

Des médias canadiens et des associations journalistiques font front commun pour soutenir tous les journalistes contre la haine, les menaces et le harcèlement en ligne. Des médias forts et diversifiés sont indispensables à une société bien informée et démocratique. Si la critique fait partie intégrante du journalisme et de la démocratie, il ne peut y avoir aucune tolérance pour la haine et le harcèlement envers les journalistes ou l’incitation à des attaques contre des journalistes qui font leur travail.

Le fait que ces attaques visent de manière disproportionnée les femmes et les journalistes racisés témoigne des motivations des personnes qui adoptent ce comportement.

Nous sommes unis pour soutenir nos journalistes et nos salles de rédaction contre ceux qui cherchent à faire taire leurs histoires et à menacer leur sécurité. Ensemble, nous continuerons à plaider pour des réponses à l’échelle de l’industrie afin de mettre fin à ce comportement.

Front commun


Menace contre Patrick Lagacé

Une autre entrave à la Liberté de la presse selon la FPJQ

En réaction à l’article de La Presse concernant l’arrestation de Pascal Perreault (photo) proférant des menaces à l’égard de Patrick Lagacé, la FPJQ tient à dénoncer les menaces, l’intimidation et le harcèlement envers les professionnels de l’information.

Ces actes sont une entrave directe à la Liberté de la presse et au droit du public à une information fiable et de qualité. Ils sont répréhensibles et peuvent amener à des accusations contre les personnes qui menacent.

Il y a plusieurs manières d’exprimer son désaccord sans tomber dans la brutalité et des recours sont possibles si des personnes s’estiment lésées.

La nouvelle dans la Presse

Après sa présentation à Montréal au printemps et à Québec cet été

L’exposition Antoine-Desilets poursuit sa route jusqu’à Matane

Le Cégep de Matane, situé au 616 de l’avenue Saint-Rédempteur à Matane, invite la population à découvrir l’exposition Antoine-Desilets des meilleures photographies de presse au Québec en 2020. L’entrée est gratuite.

Vous pourrez voir les photos finalistes et lauréates de ce prestigieux concours provincial.

L’exposition itinérante sera présentée aux puits du hall du Cégep de Matane jusqu’à Noël. Il s’agit d’une activité organisée conjointement par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) section de l’Est-du-Québec et le département Photographie du Cégep de Matane.


Initiative de l’UQAM

La première boursière autochtone en journalisme est dévoilée

Kijâtai-Alexandra Veillette-Cheezo (photo) est la première récipiendaire de la Bourse Aontaiontenrohwe de l’UQAM pour journalistes issus des Premières nations, Inuit ou Métis.

«J’ai cru longtemps qu’avec un parcours atypique comme le mien, l’université ne m’était pas accessible », a confié l’étudiante de première année au baccalauréat en journalisme. « Maintenant, je sais que c’est possible, qu’il y a une place pour nous, les Autochtones, et qu’il faut juste arrêter d’essayer d’entrer dans un moule ».

À l’initiative du professeur de l’École des médias Patrick White, la bourse a pour objectif d’encourager des étudiants autochtones à faire le saut en journalisme tout en faisant la promotion de la diversité dans les salles de rédaction au Québec.

«Kijâtai-Alexandra Veillette-Cheezo s’est illustrée en raison de son implication sociale, artistique et médiatique. Elle a un grand avenir devant elle et c’est pour cela que la Bourse a été créée », a affirmé le professeur.

Plus d’informations

CONFÉRENCE

Futur.e maire ou mairesse de Québec : quelle relation avec les journalistes ?

Un panel organisé par la FPJQ section Québec

Le mardi 19 octobre, de 19h30 à 21h, la FPJQ section Québec vous propose un panel ayant pour thème « Futur.e maire ou mairesse de Québec : quelle relation avec les journalistes ? ». L’événement se déroulera à l’amphithéâtre de l’ÉNAP (555 boul. Charest Est, G1K 9E5)).

Comme vous le savez, Québec s’apprête à tourner la page sur près de 15 ans de règne ininterrompu de Régis Labeaume. Son passage à la mairie a profondément modifié la relation entre le détenteur de cette fonction et les journalistes de la capitale.

Afin de connaître la vision de celles et ceux qui briguent la mairie en matière de relations avec la presse, nous avons réuni les chefs d’Équipe Marie-Josée Savard, Québec 21, Démocratie Québec, Québec forte et fière, ainsi que Transition Québec. Notez que la formule prévue n’est pas un débat, mais bien une discussion articulée autour de grands thèmes.

INSCRIPTION OBLIGATOIRE

Vous devez écrire un courriel de confirmation à fpjqqc@gmail.com au plus tard le 18 octobre. Cette activité gratuite est réservée exclusivement aux journalistes (membres ou non de la FPJQ).

RÈGLES SANITAIRES

Les règles de l’ÉNAP prévoient que le port du masque sera obligatoire durant toute la durée de l’activité. Le passeport vaccinal sera également exigé à l’entrée.

Promo MAIRIE finale


EN MANCHETTE

Projet de loi permettant la captation de sons et d’images dans les conseils municipaux

Une bouffée d’air frais selon le président de la FPJQ

De nombreuses mesures prévues dans le projet de loi n° 495 visant entre autres, à permettre la captation de sons et d’images pendant les séances publiques d’un conseil municipal, ont été adoptées par amendement dans le projet de loi n°49, étudié en ce moment en commission parlementaire.

Déposé à l’Assemblée nationale en novembre 2019 par la députée de Verdun, Isabelle Melançon (photo), le projet de loi n° 495 a pour objectif de faciliter le travail des journalistes ainsi que d’améliorer la transparence et la communication, dans le but d’assurer une meilleure démocratie.

« C’est une avancée importante pour la démocratie au niveau municipal. C’est aussi un exemple que notre opposition officielle amène des solutions concrètes, constructives, et innovantes qui font une réelle différence dans la vie des citoyen.ne.s  » a déclaré la députée de Verdun.

Le président de la FPJQ Michaël Nguyen a applaudi l’annonce. « Ce projet de loi est une bouffée d’air frais. Il permettra aux journalistes couvrant la scène municipale de partout au Québec de respirer sans crainte de devoir se battre pour effectuer leur travail convenablement. C’est le public qui en sortira gagnant, car il pourra enfin être adéquatement informé, peu importe la municipalité ».

Lors du dépôt en 2019, Mme Melançon avait affirmé s’être inspirée du livre « Extinction de voix, plaidoyer pour la sauvegarde de l’information régionale » de l’auteure et journaliste Marie-Ève Martel, également vice-présidente de la FPJQ.

Le communiqué

Une seule plainte retenue

Le Conseil de presse du Québec publie huit nouvelles décisions

Huit nouvelles décisions ont été rendues cette semaine par le Conseil de presse du Québec (CPQ). La seule plainte retenue concerne le chroniqueur Mario Dumont pour des propos tenus à LCN en janvier 2020.

Les deux plaignants reprochaient la diffusion d’information inexacte, le sensationnalisme et une absence de la correction des erreurs. Le CPQ a retenu tous les griefs déposés contre le chroniqueur.

Mario Dumont s’exprimait alors au sujet d’une conférence de presse tenue la veille par des députés de Québec solidaire (QS). Lors de son intervention, l’ancien politicien a indiqué que QS est « contre les motoneiges » et « contre les armes à feu ». Selon ses dires, ces positions doivent être inconfortables pour la députée solidaire de Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien.

Dans un autre cas étudié, le Conseil s’est penché sur deux dossiers contre TVA Nouvelles et le Journal de Montréal. Les reproches portaient sur droit à la vie privée. Les deux médias ont présenté des images de gens masqués à proximité ou à l’intérieur de cliniques de dépistage de la COVID-19. Toutefois, comme leur visage était masqué et qu’aucun autre élément ne permettait de les identifier, le CPQ a rejeté les deux griefs.

Consulter les décisions

Un nouveau quotidien québécois disponible sur le Web

Pivot est lancé

Pivot est un nouveau quotidien disponible en ligne depuis ce matin. Il veut proposer une couverture de l’actualité et des reportages sur des sujets diversifiés en optant pour une ligne éditoriale plus progressiste.

Plusieurs chroniqueurs de Ricochet se joignent à la nouvelle publication, qui misera aussi sur le journalisme de solution, les nouvelles environnementales et des contenus multimédias.

Le projet est issu d’une fusion entre le volet francophone de Ricochet et le site d’informations Majeur, auquel s’ajoute un partenariat avec le média anglophone PressProgress. Une collaboration avec le penchant anglophone de Ricochet permettra aussi d’échanger des contenus.

« Ricochet francophone ne meurt pas totalement, il continue d’exister, mais en passant par une nouvelle identité, un nouveau nom, un nouveau site Web (pivot.quebec). […] C’est un petit deuil, mais c’est pour le mieux. Sans l’apport de Majeur, je ne voyais pas comment Ricochet pouvait encore progresser », a révélé au Devoir Gabrielle Brassard-Lecours, nouvelle présidente du conseil d’administration de Pivot et cofondatrice de Ricochet en 2014. « Il y a toujours un risque de lancer un nouveau média. Mais Ricochet était quand même bien établi. On espère que nos abonnés comprendront que Pivot est une continuation ».

Anciennement à l’emploi de Majeur, Alexis Ross fait partie de la nouvelle équipe de journalistes. « On souhaite aborder des événements négligés par la couverture dans les autres médias. On veut faire valoir des points de vue différents ».

En savoir plus dans le Devoir

La vaccination obligatoire envisagée à CBC/Radio-Canada

La société d’État considère sérieusement l’imposition vaccinale à tous ses employés au pays, même pour ceux en télétravail. Cette mesure s’applique déjà à tous les fournisseurs, invités et visiteurs externes.

L’établissement du passeport vaccinal pour l’ensemble des employés permettrait d’assurer un environnement de travail plus sécuritaire, selon CBC/Radio-Canada.

Un « fournisseur médical externe » aura le mandat de valider la double vaccination de chacun des artisans du diffuseur public, d’ici le 31 octobre.

Du côté du syndicat des travailleuses et des travailleurs de Radio-Canada (STTRC), le président Pierre Tousignant a soulevé plusieurs enjeux. « À ma connaissance, la seule preuve pour justifier une vaccination complète, c’est le code QR. Ce sont des données personnelles, sensibles, qu’on n’envoie pas comme ça, simplement par courriel. »

D’autre part, l’impossibilité pour certains employés de recevoir le vaccin pour des raisons médicales les obligera à informer le diffuseur public de leur situation clinique. CBC/Radio-Canada n’a toujours pas statué sur les conséquences envisagées pour les travailleurs et travailleuses refusant la double vaccination. « L’employeur n’a pas répondu clairement. Il n’a pas dit qu’il y aurait des sanctions ni qu’il n’y en aurait pas », a souligné M. Tousignant dans l’article du Devoir.

Les politiques sanitaires sont assez similaires chez d’autres groupes de presse. Bell Média impose le statut vaccinal pour leurs employés et tous les visiteurs puis Québecor va emboîter le pas dès le 1er novembre.

La nouvelle

Il a déclaré à plusieurs reprises que la fusillade de Sandy Hook en 2012 était un canular

Alex Jones devra dédommager des parents de victimes

L’animateur de radio d’extrême droite et adepte de la théorie du complot Alex Jones (photo) a perdu une autre poursuite judiciaire. Après une fusillade en 2012, qui a tué 20 enfants et six adultes à l’école élémentaire de Sandy Hook au Connecticut, il avançait que le triste événement était une invention des partisans du contrôle des armes à feu et des médias traditionnels.

Il a également affirmé à de nombreuses reprises sur son site Web Infowars et dans son émission de radio que la fusillade était « un canular géant ».

Jeudi dernier, la juge du Texas Maya Guerra Gamble a rendu son verdict en précisant qu’aucune preuve n’avait été déposée pour appuyer les propos de M. Jones. Le jugement a imposé le versement d’une compensation financière aux parents de Noah Pozner et Jesse Lewis, deux des victimes de la fusillade. Un autre procès devra déterminer le montant à payer.

M. Jones à qualifié le verdict de « stupéfiant ». Il a également perdu d’autres procès similaires pour diffamation dans les dernières années.

Plus d’informations

Reportages sur l’ingérence russe dans les élections américaines de 2016

Donald Trump veut annuler la remise d’un prix Pulitzer en 2018

Donald Trump (photo) a demandé d’annuler la remise d’un prix Pulitzer en 2018 décerné à des reportages sur l’ingérence russe lors des élections américaines de 2016. Dans une lettre adressée la semaine dernière à l’administrateur provisoire du prix Pulitzer, Bud Kliment, l’ancien président a réitéré sa requête formulée pour une première fois en 2019.

Le New York Times et le Washington Post avaient publié des articles révélant des détails sur l’intervention du gouvernement de Vladimir Poutine dans les élections américaines de 2016, des liens entre Moscou et Trump ainsi que des tentatives de l’administration américaine pour s’immiscer dans les enquêtes.

Les deux journaux s’étaient partagé le prix pour leur « couverture de l’intérêt public, fondée sur des sources profondes », qui, selon les juges, « a permis à la nation de mieux comprendre l’ingérence russe ».

Alléguant « de faux rapports sur un lien inexistant entre le Kremlin et la campagne de Trump » et qualifiant le travail des journaux de « farce politiquement motivée », Donald Trump s’est également plaint des sources anonymes utilisées par les journalistes.

Un seul prix Pulitzer a été retiré dans l’histoire, celui décerné à Janet Cooke en 1981, une journaliste du Washington Post qui avait fabriqué un faux reportage sur un héroïnomane de huit ans.

Les explications du Guardian

Une poursuite contre d’anciens journalistes de Sciences & Vie

Trois actions en justice totalisant 1,2 million d’euros ont été intentées contre deux anciens journalistes du magazine Science & Vie et contre l’éditeur Unique Heritage Media (UHM). Ils sont poursuivis par le groupe de presse Reworld Media pour dénigrement, diffamation, parasitisme et concurrence déloyale.

Propriétaire de Science & Vie, Reworld Media a entamé des démarches contre une partie de l’équipe qui avait démissionné au printemps 2021 pour fonder la revue scientifique Epsiloon en juin dernier. Selon les informations du Monde, deux actions visent des entrevues données par deux anciens journalistes de Science & Vie qui portaient sur la dégradation du travail journalistique dans les médias du groupe Reword. La troisième plainte vise deux membres fondateurs d’Epsiloon et son éditeur UHM pour « parasitisme et concurrence déloyale ».

« Nous sommes sereins. Un peu amusés, aussi », a relaté au Monde un salarié d’Epsiloon, qui a requis l’anonymat. Selon lui, il sera difficile pour Reworld Media de prouver le préjudice subi.

Le reportage du Monde

Nouveaux timbres pour souligner le travail de cinq caricaturistes canadiens

Serge Chapleau honoré par Postes Canada

Une caricature de Serge Chapleau a été immortalisée sur un timbre dévoilé lundi par Postes Canada. Le dessin a paru à l’occasion du référendum de 1995 sous le nom « We Love You – Pas cette fois-ci j’ai mal à la tête ! ».

La nouvelle série de timbres vendue dès demain rend hommage à cinq caricaturistes canadiens. En plus de Chapleau, le travail de Terry Mosher, du Montreal Gazette, de Brian Gable, du Globe and Mail, du défunt Duncan Macpherson, du Toronto Star et de Bruce MacKinnon, du Chronicle Herald d’Halifax, sera honoré. « Leurs ­­ œuvres inspirantes et marquantes contribuent à la création du tissu social canadien depuis 50 ans , indique le communiqué émis par Postes Canada.

La carrière de Serge Chapleau a commencé dans les années 70 et depuis 1996 ses croquis sur l’actualité sont publiés dans La Presse. Il a remporté huit prix au Concours canadien de journalisme, en plus d’être nommé membre de l’Ordre du Canada en 2015. Il a aussi créé le personnage de Gérard D. Laflaque au début des années 80.

(Photo courtoisie Postes Canada)

La nouvelle

Des dirigeants auraient menti auprès d’investisseurs

La plateforme médiatique américaine Ozy cessera d’exister

Une enquête du New York Times publiée dimanche révèle que des dirigeants de l’entreprise médiatique Ozy auraient falsifié les chiffres de fréquentation de leur site Web et de réseaux sociaux qu’ils utilisaient afin d’attirer de nouveaux investisseurs. La compagnie, qui a vu le jour en 2013, offrait au public un mélange de contenu d’informations et de divertissements.

En février dernier, le cofondateur d’Ozy, Samir Rao se serait fait passer pour un responsable de YouTube lors d’une rencontre téléphonique auprès de la banque Goldman Sachs. Sous le couvert de son identité empruntée, Rao exagérait le succès remporté pour les visionnements du contenu d’Ozy sur YouTube et le chiffre d’affaires publicitaire récolté.

La banque Goldman Sachs, qui considérait investir 40 millions de dollars, ne s’est pas laissé berner par le subterfuge. Le fondateur et directeur général d’Ozy, Carlos Watson, aurait même dû s’excuser auprès des banquiers, révèle le reportage du NY Times.

L’entreprise n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de plusieurs médias américains à la suite de l’annonce de la cessation de ses activités, vendredi dernier.

Tous les détails

Accessibilité au crédit d’impôt québécois pour des médias spécialisés

Québecor demande au gouvernement d’élargir les règles

Québecor demande au gouvernement québécois d’accroître les critères d’admissibilité des crédits d’impôt pour venir en aide aux médias. Certaines des publications spécialisées de l’entreprise comme Le Sac de chips, En 5 minutes, Porte-monnaie, Billie et Silo57 ne répondent pas aux exigences demandées.

Un média doit couvrir au moins trois thèmes parmi les suivants pour assurer son éligibilité : la politique, le monde municipal, la situation internationale, la culture, les affaires et l’économie, les nouvelles locales et/ou les faits divers.

Pour représenter le géant médiatique auprès du ministère des Finances, Québecor a embauché le lobbyiste Claude E. Jodoin, avocat spécialisé en droit fiscal chez Fasken, pour un contrat d’un an.

En entrevue à la Presse canadienne, le vice-président des contenus numériques chez Québecor, Mathieu Turbide, a déclaré que les critères des crédits d’impôt pour aider la presse écrite et favoriser la transformation numérique des médias les « pénalisent », car ils ont opté pour un plan d’affaires différent afin de mieux cibler la clientèle avec leurs publications spécialisées. « On veut un soutien universel. On ne veut pas de solutions taillées sur mesure pour un média ou pour un autre ».

Le professeur à l’École des médias de l’UQAM Jean-Hugues Roy estime pour sa part que les médias ont des comptes à rendre et qu’ils devraient répondre à certaines normes. Il donne en exemple le retour de Québecor au sein du Conseil de presse du Québec comme condition pour que ses médias puissent obtenir du financement public.

En savoir plus

CBC/Radio-Canada signe la Déclaration de Bruxelles

CBC/Radio-Canada est parmi les signataires de la Déclaration de Bruxelles, une initiative conjointe internationale pour protéger la sécurité des journalistes et la liberté des médias. Elle a été officiellement dévoilée de façon virtuelle, la semaine dernière, lors de la conférence annuelle de Public Broadcasters International (PBI).

Toutes les organisations qui signent la Déclaration s’engagent à respecter cinq principes clés, à les promouvoir et à les mettre en œuvre dans leurs actions.

  1. Améliorer la sécurité des journalistes, des équipes techniques et des professionnels des médias
  2. Défendre l’indépendance des médias de service public
  3. Entretenir un débat démocratique éclairé et courtois
  4. Soutenir un écosystème de l’information dynamique et la diversité des sources
  5. Promouvoir la diversité, l’équité et l’inclusion dans nos organisations comme dans les sociétés que nous servons

Des médias de service public de partout dans le monde et des organisations internationales, notamment la Commission européenne, ont appuyé la Déclaration. Les signataires veulent s’exprimer envers cette évolution néfaste et rappeler que « la liberté de la presse est un droit humain universel que nous devons protéger ensemble ».

Le communiqué

Prix Bayeux des correspondants de guerre

Depuis lundi et jusqu’à dimanche a lieu le prix Bayeux Calvados-Normandie en France, un événement annuel destiné à rendre hommage aux journalistes qui travaillent dans des conditions périlleuses.

Pour la 28e édition, une table ronde intitulée « Afghanistan, la vie sous le nouveau régime taliban » est au programme, tout comme différentes conférences traitant de la situation politique en Birmanie, de la condition des femmes kurdes en Syrie et aussi de la provenance des composantes des téléphones intelligents, souvent extraites par des enfants dans les mines de la République du Congo.

Consulter le programme

LE COIN LECTURE

« Aventures au pays des nouvelles télévisées » de Philippe Lapointe

Les dessous de l’information à la télévision

Figure connue et respectée du monde des médias, Philippe Lapointe est le seul à avoir dirigé les salles de nouvelles des deux principales chaînes de télévision québécoises, TVA et Radio-Canada.

Son livre « Aventures au pays des nouvelles télévisées » permet de revivre de l’intérieur des rencontres et des collaborations avec des journalistes plus grands que nature, de même que des événements qui se sont déroulés dans des circonstances hors du commun : la crise d’Oka, le référendum de 1995, le déluge du Saguenay, la création de J.E., les attentats du 11 septembre 2001, la naissance de RDI, l’arrivée d’une première femme présentatrice d’un bulletin d’information national en Amérique du Nord, etc.

Le nouveau bouquin édité par Libre Expression est vendu en librairie depuis quelques jours.

Acheter le livre

Source : Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ).


Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :