Une exposition à la Galerie Sans Nom pour les créatrices de la résidence d’artiste en bande dessinée France-Nouveau-Brunswick

529bf69b-acbe-bceb-172c-678e71c56e36

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Une exposition à la Galerie Sans Nom pour les créatrices de la résidence d’artiste en bande dessinée France-Nouveau-Brunswick

Moncton, le 15 juin 2021 – La résidence d’artiste en bande dessinée France-Nouveau-Brunswick, organisée par le Festival Frye, l’Association acadienne des artistes professionnel.le.s du Nouveau-Brunswick (AAAPNB), ArtsLink NB, et l’Ambassade de France au Canada/Consulat Général de France dans les Provinces atlantiques, a appairé les artistes Karensac et Camille Perron-Cormier, et Elizabeth Holleville et Laura K. Watson. En plus d’animer des ateliers de développement professionnel ainsi que des visites scolaires, les deux duos d’artistes ont travaillé ensemble sur une résidence de création, dont les résultats seront en montre à la salle Sans Sous de la Galerie Sans Nom (GSN), au Centre Culturel Aberdeen, du 16 juin au 16 juillet 2021. Un vernissage sera organisé le 17 juin à 17 h en présence des artistes néo-brunswickoises, Camille Perron-Cormier et Laura K. Watson.

Gérer une résidence de création artistique virtuellement peut paraître difficile, et pourtant c’est le défi qui s’est imposé aux quatre partenaires co-organisateurs, et que les artistes ont relevé avec brio, prouvant qu’en temps de pandémie, les échanges artistiques interculturels sont plus riches que jamais. « Ce projet a été le lieu d’échanges fascinants entre nos organismes et nos artistes en résidence, et je suis ravi de pouvoir partager les résultats grâce à la collaboration de la Galerie Sans Nom », indique Pierre-André Doucet, directeur général par intérim du Festival Frye.

À Moncton, Camille Perron-Cormier a travaillé avec l’artiste française Karensac, installée à Bordeaux. Tout au long de leurs rendez-vous virtuels, les deux artistes se sont posées plusieurs questions sur leurs vies respectives. Ensemble, elles ont conceptualisé l’œuvre «Chouette et Crevette», une véritable œuvre-rencontre, qui se regarde de la gauche (côte ouest de l’océan Atlantique, avec Crevette) et la droite (côte est, avec Chouette), vers le centre. Bicyclettes, paysages, animaux de compagnie : d’un côté de l’Atlantique à l’autre, les vies des deux bédéistes s’exposent et se mélangent sur une frise géographique qui relie Moncton à Bordeaux.

Elizabeth Holleville (France) et Laura K. Watson (N.-B.), quant à elles, ont opté pour faire des œuvres individuelles mais basées sur leurs échanges. Elles nous offrent une réflexion sur leurs pratiques artistiques, l’influence de l’Internet, la pandémie et l’anxiété climatique. À partir d’une carte postale qu’elles s’adressent l’une à l’autre, leurs deux productions se complètent et se répondent, leurs pensées et perspectives se déroulent au fur et à mesure des dessins. Quotidien, outils de travail, présence des médias et monologues intérieurs sont mis en miroir et créent un pont artistique entre les villes de Strasbourg et Sackville.

Les quatre créatrices ont également animé des ateliers dans les écoles auprès de plus de 100 élèves des districts scolaires francophones et anglophones, ainsi qu’une série d’ateliers de développement professionnel. Karensac, créatrice de la série Aubépine avec Thom Pico (publié en français chez Dupuis et en anglais chez Penguin Random House, sous le titre Aster) a animé deux ateliers,  auxquels ont participé près de 40 personnes, artistes professionnel·les, émergent·es et étudiant·es. Le premier atelier portait sur les héroïnes de BD, et l’autre sur l’autofiction. « C’était excitant de faire un dessin sous pression, c’était très stimulant », confie un·e participant·e. Quant à elle, Isabelle Léger, illustratrice basée à Moncton et qui a assisté aux deux ateliers, confirme : « Karensac a donné beaucoup de conseils et d’astuces, en plus d’expliquer sa démarche de travail et de montrer des exemples de ses planches. Ses recommandations ont grandement amélioré la dynamique de ma BD. »

De son côté, Elizabeth Holleville, autrice de la bande dessinée L’été fantôme (publié en français aux Éditions Glénat et en anglais chez Nobrow sous le titre Summer Spirit), a dévoilé l’art de créer des fanzines à deux groupes de professionnels. « L’atelier était très interactif, ce qui a aidé à le rendre plus intime. Elizabeth Holleville était formidable, très chaleureuse et approchable », a commenté Hailey Hooper, de ArtsLink NB, qui a participé aux ateliers.

Cette série d’initiatives en bande dessinée, qui a été lancée au mois de mai, se termine donc avec une invitation à la communauté du Grand Moncton de découvrir, en personne, le fruit du travail réalisé. Les quatre partenaires organisationnels se réjouissent de partager les résultats de cette résidence avec le public. Les artistes y démontrent l’importance de la création artistique et du partage d’expertise pour créer du lien et des ponts entre les communautés.

« Cette résidence virtuelle est de bonne augure pour de prochaines coopérations innovantes et durables entre la France et les organismes culturels du Nouveau-Brunswick. Nous sommes particulièrement fiers que le 9e art ait été au cœur de ce dispositif et espérons que l’expertise française en la matière aura bénéficié aux néo-brunswickois·es en recherche de nouvelles compétences et passionné le grand public » commente Johan Schitterer, Consul Général de France dans les Provinces atlantiques.

La résidence au N.-B. se termine à quelques semaines de celle qui a eu lieu virtuellement entre Kathleen Gros (Vancouver, Canada) et Emilie Clarke (Strasbourg, France) dans le cadre du Toronto Comic Arts Festival (TCAF) 2021 (Ontario), durant laquelle les autrices ont créé ensemble une BD publiée par le magazine Broken Pencil. Ces résidences franco-canadiennes virtuelles s’inscrivent dans l’initiative « BD 20-21 » du Ministère de la Culture de France, qui promeut la bande dessinée au Canada et à travers le monde.

Toutes les informations au sujet du vernissage de la résidence en bande dessinée France-Nouveau Brunswick sont en ligne sur le site internet du Festival Frye au frye.ca.

– 30 –

SOURCE : Festival Frye.

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , ,
Publié dans Communiqués de presse

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Concours pour les Québécois et résidents du Québec : abonnez-vous à ce magazine en ligne et courez la chance de gagner un dictionnaire Le Robert illustré 2022

Joignez-vous à 1 291 autres abonnés

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :