Vulgarisation et extériorisation des savoirs

logo-the-conversation.03

Vulgarisation et extériorisation des savoirs : du devoir au plaisir (1)

Arnaud Mercier, Auteurs historiques The Conversation France

L’enquête « Enseignants-chercheurs : quelle place dans la cité ? » lancée par The Conversation France en 2020, en collaboration avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, a suscité un réel intérêt dans la communauté des chercheurs puisque plus de 4 480 personnes ont répondu au questionnaire en ligne sur l’extériorisation des résultats de la recherche, dont 89 % n’ayant jamais écrit pour notre site. 48 % sont des enseignants-chercheurs, 27 % des chercheurs, 24 % des docteurs ou doctorants, et les différents champs disciplinaires sont bien représentés (15 % en sciences médicales, 15 % en Sciences sociales, 14 % en sciences de la vie 12 % en sciences humaines, 10 % en mathématiques, 7 % en sciences de l’ingénieur, notamment).

Sur le principe, 3 844 (85,8 %) de ces répondants estiment souhaitable, et 547 (12,2 %) plutôt souhaitable, que des travaux scientifiques soient partagés avec le plus grand nombre. L’objet de cette étude est de tester toute une série de motivations à participer ou pas à des dispositifs d’extériorisation des savoirs (médias, rencontres avec des professionnels ou des décideurs politico-administratifs, interventions en milieu scolaire, débats avec le grand public…).

Plusieurs hypothèses étaient testées, et l’ampleur des réponses donne une appréciation intéressante des choses, même si cette étude a peut-être suscité une participation plus importante de ceux motivés à le faire que celles et ceux qui investissent moins ces activités (1 568 répondants, soit un tiers n’ont pas partagé leurs travaux de recherche hors du champ académique dans les trois dernières années). Pour les autres, 1933 (43 %) ont par exemple déjà donné une interview dans un média généraliste, et presque tous se disent prêts à le refaire alors même que 1214 pensent que les médias grand public ne sont pas adaptés à l’exposition des résultats des travaux de recherche. 65 % des répondants ont déjà participé à̀ une conférence ou une table ronde ciblant des professionnels, 59 % à un café des sciences ou à̀ une université populaire, 23 % à une conférence, table ronde ciblant le grand public (festival, conférences, ateliers), 16,5 % en milieu scolaire. Tous ces résultats montrent que ces pratiques ont déjà bien infusé dans les communautés académiques. (Document 1).

Arnaud Mercier, Author provided

À travers ces réponses, se dégagent souvent de larges majorités d’opinion. Ainsi 93 % des répondants souhaitent faire ou refaire une activité d’extériorisation, 77 % jugent très important de sortir de leurs murs académiques pour « nourrir l’esprit critique du public » et 21 % assez important. Plusieurs autres motivations testées aboutissent à des réponses aussi unanimes (Document 2).

Arnaud Mercier, Author provided

Par ailleurs, 1 650 répondants ont laissé un verbatim dans notre questionnaire. Cela constitue un très riche corpus pour comprendre, avec les propres mots des chercheurs, la diversité de leurs motivations à aller à la rencontre d’interlocuteurs non scientifiques pour exposer leurs connaissances.

Pour synthétiser cette richesse des données quantitatives et aussi qualitatives, on peut classer ces témoignages en suivant 11 mots-clés afin de cerner non seulement des motivations variées, mais des niveaux de justification différents, en distinguant les enthousiasmes liés aux huit premiers mots (devoir, évidence, plaisir, gratification, stimulation, reconquête, prosélytisme, engagement) puis des inquiétudes et amertumes que traduisent les trois derniers termes (posture défensive, contrebalancement des médias, frustration) qui feront l’objet d’un second article.

Un devoir

Si 44 répondants sur 1 650 utilisent le mot « devoir », (« on a un devoir de transmission de la connaissance »), ils sont des centaines à définir leur participation à des dispositifs de science hors les murs comme « une quasi-obligation morale ». Une cinquantaine évoquent explicitement le financement de la recherche et des enseignants-chercheurs par « l’impôt », « l’argent public », les « contribuables », ce qui donnerait l’obligation de faire retour vers ceux qui sont de facto nos financeurs. « Rendre au public ce que le financement public permet de faire ». « La recherche publique est financée par les citoyens. C’est notre absolu devoir de la leur rendre accessible ». Il faut aussi montrer « que la recherche est indispensable à la société et qu’elle obtient des résultats » dit cet enseignant-chercheur en sciences de l’univers.

Dans le même esprit, on trouve une trentaine de répondants qui mobilisent la notion de « mission » et associent la vulgarisation/extériorisation à une des composantes de leur « mission de service public » qu’ils revendiquent. Dès lors, « l’implication du chercheur dans la cité est fondamentale », car « la connaissance doit percoler dans la société et il s’agit d’une des missions du métier ». Au rang de ces missions d’extériorisation figure la « formation des élus et des citoyens », les « échanges indispensables avec les associations de patients », l’utilité pour « les collectivités locales »…

Cet esprit de devoir est résumé par un professeur émérite en sciences humaines, sous forme d’un slogan : « Un enseignant-chercheur est d’abord et avant tout un citoyen. La Recherche appartient à Tous ». Voilà pourquoi 91 % des répondants sont contre l’idée qu’ils « doivent rester concentrés sur leurs activités de recherche et ne pas intervenir dans la cité ».

Une évidence

En complément de cet idéal de devoir, plusieurs expressions sont employées par les chercheurs pour signifier que l’ouverture vers d’autres sphères que le monde académique sonne comme une évidence. « Cela me paraît essentiel et évident » dit une chercheuse en sciences sociales. Pour certains des répondants, le chercheur appartient à la cité (« participer au débat dans la cité va pour moi de soi », « il faut être un “historien dans la cité” »), il est donc normal de sortir des murs pour apporter des savoirs aux citoyens car « une université fermée sur elle-même est un lieu mort ». Les répondants renchérissent : « cela fait partie du job de chercheur ! » ; « C’est une des trois missions de base : chercher, enseigner, partager ». Mieux même, cela surpasse les autres missions : « la diffusion hors du milieu académique est la véritable finalité », « C’est la raison d’être de l’université » dit un chercheur en science de l’ingénieur. « Il s’agit pour moi de la vraie finalité de mes travaux » dit un post-doc en sciences sociales, alors qu’un enseignant en science des milieux naturels n’est « pas convaincu que cela soit une finalité pour le chercheur ».

Un plaisir

L’enthousiasme est un sentiment qui plane sur beaucoup de réponses, à commencer par cette réponse massive aux motivations pour extérioriser ses recherches : 71,5 % jugent que le désir de donner goût à la connaissance est très important, et 25 % assez important. Et les verbatim traduisent ce plaisir associé aux exercices d’exposition de leurs savoirs vers des publics non spécialistes. Le mot plaisir revient dans 30 contributions, avec souvent l’idée d’un « plaisir personnel ». Il s’agit du « plaisir de partager ma passion », dit ce chercheur en sciences physiques, de « partager le plaisir de la recherche », de « faire partager le rêve que procure la recherche » ou encore « donner accès à tous à la joie des découvertes scientifiques », « c’est assez amusant ». C’est un discours professionnel que l’on trouve souvent dans le milieu académique, qui évoque la passion, le sacerdoce, la satisfaction intellectuelle d’apprendre tous les jours. En mobilisant l’idéal de désintéressement. Pas surprenant donc que 55 % des répondants déclarent que la promotion de leurs publications ne motive pas leurs prestations hors des laboratoires. Ce “profit de détachement”, comme dit Pierre Bourdieu, constitue une forme de mythologie professionnelle. Mais elle se retrouve dans la justification de l’extériorisation des savoirs. C’est « parce que j’adore mon métier (malgré les galères administratives de tous ordres) que ça m’éclate d’en parler » déclare une chercheuse en sciences de l’ingénieur.

Une gratification

Plusieurs répondants à notre questionnaire font explicitement référence à un sentiment de satisfaction au fait d’être confrontés à un autre exercice que les usages académiques habituels. « Le contact avec les enfants et le grand public m’apporte beaucoup de satisfaction et de plaisir » dit un biologiste des Bouches-du-Rhône. Les stimulations reçues auprès de ces publics, jugés « attentifs », « intéressés », expliquent le ressenti positif exprimé par certains enquêtés. « Cela peut être gratifiant et stimulant pour l’activité intellectuelle et provoquer de nouvelles réflexions sur l’objectif de la recherche ». Mais plus encore, les chercheurs présentent ces démarches comme un complément professionnel qui booste leur ego. Une mathématicienne profite du questionnaire pour envoyer un coup de pied de l’âne aux collègues : « Contrairement au milieu académique qui est très négatif, sortir du cadre permet une bouffée d’air valorisante. Ça fait du bien ! » L’extériorisation, avec tout le travail préparatoire pour adapter son discours et ses présentations à des non-spécialistes, donne « l’occasion de réfléchir sur le sens de mon travail ». Plusieurs évoquent une reconquête du sens donné à leur travail, alors même que nombreux sont les chercheurs à se plaindre de la montée du bureaucratisme et des tâches administratives et donc de la perte de sens de leur action quotidienne. Aller au contact du grand public « ajoute du sens à nos métiers malmenés par des pénuries de moyens et des excès d’évaluations contre-productives » dit ce chercheur lyonnais en science de la vie. Partager hors les murs « donne du sens à ma recherche », « accroît le sentiment d’utilité sociale ». Alors que l’extériorisation des savoirs est vécue comme une tâche indue par des collègues déjà surchargés, une post-doc marseillaise en science de la vie affirme que cela peut au contraire représenter un resourcement : « cela donne du sens à notre travail, le valorise, nous permet parfois de retrouver confiance et de maintenir notre motivation ».

Une stimulation

La motivation exprimée massivement par les répondants pour aller au-devant d’autres publics est la transmission de leurs savoirs. 73,5 % pensent que cela est très important d’éclairer les choix des citoyens et 22 % assez important. Pourtant, beaucoup reconnaissent que l’extériorisation ne doit pas fonctionner qu’à sens unique. L’enrichissement doit être réciproque. À la question : « Pensez-vous que rendre accessibles au plus grand nombre des travaux scientifiques peut enrichir ses travaux d’un regard citoyen ? », 36 % (seulement) pensent que c’est très important, mais 41 % ajoutent que c’est assez important dans leur motivation. Si l’accord est moins massif que pour d’autres motivations à agir, de nombreux chercheurs insistent néanmoins sur une relation plus égalitaire, plus interactive. Ils et elles soulignent l’intérêt d’être bousculés par des questions inattendues, de pouvoir « prendre le pouls des préoccupations citoyennes », d’avoir « le retour d’un œil “neuf” et non expert ».

Certains louent un échange qui « permet aussi d’alimenter mes propres travaux », un « enrichissement des résultats par ce dialogue ». La vulgarisation n’est donc pas vécue uniquement comme le prolongement d’une posture de sachant, le scientifique allant évangéliser les foules. On perçoit au contraire une forme d’humilité, des chercheurs reconnaissant pouvoir en tirer profit intellectuellement : « C’est toujours intéressant de discuter avec des gens hors du domaine. On peut avoir de bonnes idées à l’issue de ces discussions » dit un enseignant en informatique toulousain. « Je puise du renouveau intellectuel dans la discussion avec des interlocuteurs non académiques » ajoute cette enseignante lyonnaise en sciences humaines. Même le regard des enfants apporte aux chercheurs : « Une belle expérience est de faire des ateliers de réflexion avec des enfants à partir de mon expérience scientifique et des questions qu’ils se posent. C’est très stimulant et j’apprends énormément ».

Un prosélytisme

On connaît le discours de certains chercheurs qui se plaignent amèrement que leur discipline n’attire pas ou plus. Discours relayé par les pouvoirs publics, dans le domaine des sciences notamment, au nom de l’utilité économique pour le pays de continuer à former des scientifiques et des techniciens de bon niveau pour affronter les défis technologiques du futur. Aussi, les dispositifs de type « Fête de la science » ont-ils été créés dans une logique de « pur prosélytisme », pour « susciter des vocations », ce que 51 % des répondants jugent très important (38 % assez important). C’est donc sans complexe, que les chercheurs affichent une ambition de recruteurs dans leurs propos : ils extériorisent leurs savoirs pour susciter « des vocations chez les jeunes », « un intérêt pour la science », pour « motiver les jeunes pour s’intéresser et s’investir dans la science ».

Une reconquête

La circulation des savoirs s’est considérablement démocratisée et accélérée grâce à l’informatisation et à l’internet. C’est une chance formidable pour l’humanité. Elle n’en est pas moins un défi intellectuel et social, car les paroles tentent à s’égaliser, à se confondre. « À l’heure où la désinformation pullule sur Internet, nous avons le devoir de sortir de notre cloisonnement » nous dit un doctorant lorrain en sciences humaines. La posture se veut offensive. C’est un « combat face à la pseudo-science et ses relais de plus en plus importants via les outils de communication modernes (internet, réseaux sociaux…) ».

Si on y ajoute les plateaux des chaînes d’information continue qui digèrent les experts par tablées entières, à coup de débats pas toujours très bien informés, alors on comprend que des scientifiques justifient leurs interventions dans l’espace public au nom d’une sorte de guerre des territoires. Choisir d’aller quand même dans les médias peut être jugé nécessaire pour « valoriser la parole des scientifiques qui sont experts de leur domaine afin de nuancer la pertinence de ceux qui se disent experts (sans l’être) qui ont souvent une démarche intéressée » écrit une chercheuse en sciences humaines. « Si les chercheurs ne répondent pas aux sollicitations, des experts prennent la place, et l’expertise n’est pas la recherche » dit une autre, en sciences sociales. Un combat est donc à mener pour « rétablir la réalité des recherches souvent déformée par les médias ».

Entre les experts autoproclamés sur leurs blogs et réseaux sociaux et les propulsés experts par des médias en mal de chair à experts, nos enquêtés pensent qu’il faut occuper le terrain voire le reconquérir, en descendant de leur chaire académique pour proposer un discours qu’ils jugent plus juste, plus honnête, pas manipulateur (ce qui est au cœur du projet intellectuel de The Conversation depuis sa fondation en Australie et de son ouverture en France il y a cinq ans).

La lutte contre les approximations et les fake news est un argument qui revient très souvent. L’espoir des chercheurs qui vont au-devant du grand public est de « leur donner le goût de la validation “scientifique” des informations, leur éviter de “gober” toutes les fake news », de « contrer toutes les fake news et théories complotistes », « d’armer le citoyen contre les fake news et tout autre type de manipulation », de « lutter contre les préjugés, les idées fausses, etc. ».

Un engagement

Dans un espace public où les paroles publiques profanes et pseudo-expertes concurrencent la définition du vrai et des interprétations fondées en raison, cette posture offensive de reconquête d’une position d’autorité intellectuelle des scientifiques se retrouve non plus pour défendre une certaine idée du savoir et de la science mais pour défendre des idées, des convictions. Le chercheur, par la connaissance acquise, peut penser légitime d’avoir une expertise permettant de comprendre des problèmes, d’identifier des solutions. Il a donc vocation à participer au débat public, 64 % jugent cela très important, et 30 % assez important. Retrouvant la rhétorique du devoir, des chercheurs évoquent la « nécessaire implication dans le débat citoyen » afin de « garantir l’empowerment de la population dans ses prises de décision ».

Dans les messages s’expriment sans fard l’intention de peser sur la prise de décision, d’influencer le cours des choses en faveur de ce que les chercheurs croient juste et conforme à des convictions fondées sur leurs travaux. C’est agir « pour que mes propositions théoriques soient mises en application » dit un chercheur en sciences sociales. Partager largement son savoir doit pouvoir contribuer à « faire pression pour des stratégies innovantes face à certains enjeux (climatiques, économiques, environnementaux..) », à « défendre des points de vue militants qui peuvent être renforcés grâce à certaines conclusions scientifiques », à « influencer le débat public en matière de régulation financière », à faire en sorte « que ma recherche puisse servir aux décideurs publics, aux entreprises et aux citoyens pour une transition écologique ».

Beaucoup de disciplines perçoivent clairement des enjeux sociaux ou sociétaux sur lesquels des chercheurs aspirent à pouvoir interférer. « Je travaille en santé publique et mon objectif est de sensibiliser la population aux résultats de mes études ». « Lutter contre la crise écologique et participer à l’avènement de solution les plus rapides possibles ».

L’ensemble de ces ressorts dynamisent les actions d’extériorisation des savoirs des chercheurs ou enseignants-chercheurs. Pourtant une face plus sombre s’exprime dans notre enquête où affleure de l’amertume, des inquiétudes, des frustrations. Beaucoup expriment une opinion non pas d’opposition au principe de s’ouvrir à celles et ceux qui sont en dehors du champ académique, mais qui se veut critique vis-à-vis du contexte et des conditions de possibilité de s’engager dans ces opérations. C’est l’objet de notre prochain article.The Conversation

Arnaud Mercier, Professeur en Information-Communication à l’Institut Français de presse (Université Paris 2 Panthéon-Assas), Auteurs historiques The Conversation France

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license. Read the original article.


logo-the-conversation.03

Vulgarisation et extériorisation des savoirs : entre amertume et frustration (2)

Certains scientifiques vivent leur discipline comme en danger, comme méconnue, comme boudée, comme stéréotypée.

Arnaud Mercier, Auteurs historiques The Conversation France

Comme nous l’avons vu, un grand enthousiasme rejaillit des témoignages laissés par les chercheurs qui ont massivement participé à notre étude en ligne (4 480 réponses) sur l’extériorisation et la vulgarisation des savoirs.

Pourtant cela ne doit pas masquer qu’au-delà des rares réticences à toute forme d’action de ce type dans notre panel (« J’ai autre chose à faire dans mon métier de plus sérieux que de me mettre en scène ») des opinions critiques s’expriment. Elles doivent nous alerter sur le sentiment de malaise que peuvent ressentir les scientifiques français. Ils et elles justifient alors leur participation à ces dispositifs en adoptant une posture défensive, soulignant notamment la nécessité de défendre l’image de disciplines ou de la science en général qu’ils perçoivent comme menacée, déformée. Le rôle des médias (haut lieu de vulgarisation) est en conséquence mis en cause, souvent sévèrement.

S’y ajoutent de nombreuses frustrations liées au fait qu’ils et elles se considèrent soumis à des formes d’injonctions contradictoires par leurs tutelles (du ministère aux présidences d’université ou directions d’organismes de recherche), rendant difficile leur engagement dans des activités que pourtant tous approuvent.

On retrouve donc les trois derniers mots-clés de notre liste liminaire : posture défensive, contrebalancement et frustration.

Une posture défensive…

Des réponses aux questions comme des témoignages, il ressort que certains scientifiques vivent leur discipline comme en danger, comme méconnue, comme boudée, comme stéréotypée. La participation à des dispositifs hors les murs est donc vécue comme un acte de réhabilitation, une façon de modifier la perception de la figure du scientifique, la mauvaise image d’une science, de la faire connaître quand la discipline est jugée rare ou peu visible. Ils et elles agissent donc pour « donner une vision plus juste d’un domaine », « dissiper les inquiétudes et les fantasmes concernant le domaine », « montrer la réalité d’un laboratoire de recherches au plus grand nombre de citoyens », « démystifier certaines croyances (sur les pratiques scientifiques mais aussi certaines découvertes) ».

Aller au-devant des publics est donc une façon de leur ouvrir les portes des laboratoires pour leur montrer la réalité des choses. C’est ce que nous dit ce chimiste : « je constate que la chimie et une science mal aimée du public. Je trouve cela dommage et injuste, et souhaite, à travers mon activité de vulgarisation de mes propres travaux (et des autres), démontrer que la chimie est une science utile et moderne, dont les objectifs sont écologiques et louables ».

De nombreux témoignages accumulés ressort l’idée qu’aller à la rencontre de divers publics non académiques est une contribution à l’amélioration de l’image des sciences, 54 % considèrent comme très importante la motivation « valoriser l’image d’une discipline », 38 % comme assez importante. Extérioriser ses savoirs c’est donc participer à une réhabilitation. Et les combats sont divers. Il peut s’agir de « désacraliser la science et ses aspects anxiogènes », « de gommer les peurs qui y sont associées », de montrer « qu’il y a des femmes scientifiques », « que la recherche est essentielle dans ce pays », « de valoriser le bien-fondé de la recherche fondamentale ».

On ressent parfois une forme d’amertume, un sentiment d’incompréhension qui oblige les chercheurs à se mobiliser pour briser les murs d’indifférences. La science hors les murs se veut une reconquête des cœurs : « essayer de faire connaitre les sujets de recherche dits “inutiles” afin d’attirer l’attention du public et du ministère et donc des financements ». Il faut s’employer pour attester que « la recherche scientifique est au service de la population/la société ». Il faut savoir, nous dit cet enseignant en sciences sociales de Saint-Étienne, « convaincre les “élites” à la tête de l’État que les universitaires peuvent être une aide et une partie prenante importante à la prise de décision ». « Je veux défendre l’existence de la recherche publique et des disciplines rares comme la mienne » écrit une chercheuse lyonnaise en sciences humaines. Autant de propos qui indiquent que la science doit se battre pour se justifier et faire connaître une utilité qui va pourtant de soi aux yeux des chercheurs.

Contrebalancement des médias

Le rôle des médias d’information comme médiateurs de connaissance est aussi source d’inquiétude et de motivation. 53,5 % des répondants jugent très important le désir de « ne pas laisser le monopole de la parole à des vulgarisateurs que vous jugez insuffisamment légitimes », 30 % assez important. D’ailleurs 1 079 sont tout à fait d’accord pour dire que « les médias pour le grand public ne sont pas adaptés à l’exposition des résultats des travaux de recherche », même si 367 de ceux-là ont néanmoins déjà accordé des interviews aux médias. Et au total parmi les 2 291 qui ont déjà été sollicités par des médias généralistes, seuls 127 ont décliné (seulement 5,5 % donc).

Les médias sont décriés par certains de nos répondants. Ils n’ouvriraient pas assez leur colonne ou antenne à l’explication scientifique sérieuse : « les médias ne sont pas prêts à partager les connaissances, ils ne prennent pas le temps ». Et ce d’autant moins qu’ils sont une fabrique au consentement social, comprendre à la docilité. « Le grand public est nourri aux médias débiles qui fabriquent leur consentement ». « Une grande partie des médias populaires favorise la paupérisation intellectuelle ». 33 % des répondants ont d’ailleurs peur que « leurs travaux soient dénaturés » dans des actions de vulgarisation.

En termes fleuris, égratignant notre enquête au passage, un chercheur en sciences sociales tourangeau s’écrie : « votre étude est débile car vous n’avez pas compris que si on ne nous voit pas c’est que l’élite autoproclamée des journalistes (piliers de bars de la bêtise ambiante et de l’inculture crasse) qui a pris le dessus ». L’exercice médiatique reste donc une forme d’extériorisation clivante suscitant un fort ressentiment car il contraint à « répondre à des questions profondément débiles d’un journaliste avec la culture scientifique d’un pois chiche » se désole un enseignant en sciences sociales parisien. De façon générale, le risque de participer à une discussion avec enjeux scientifiques dans une arène non académique est de se trouver mis sur un pied d’égalité inacceptable avec des discours considérés par le chercheur comme illégitimes. « Quand on oppose systématiquement à un argument scientifique un argument de pseudo-science, en leur donnant la même importance, ceci n’est pas un débat, c’est du spectacle » se lamente un chercheur alsacien en sciences des milieux naturels.

Cette vision des choses conduit donc des chercheurs soit à refuser l’extériorisation par voie médiatique, soit les motive à intervenir dans la cité dans d’autres arènes, pour rétablir des vérités scientifiques malmenées par la grande machinerie vulgarisatrice que sont les médias d’information.

La frustration

Ce tour d’horizon des perceptions de l’extériorisation des savoirs dans notre enquête serait incomplet si elle ne s’achevait pas par un focus sur les frustrations que la situation génère.

Ainsi 2402 chercheurs ayant répondu au questionnaire considèrent qu’ils n’ont pas le temps pour l’extériorisation des savoirs, dont 2025 répondent pourtant que « oui bien sûr, il est souhaitable que des travaux scientifiques soient partagés avec le plus grand nombre ». C’est assez dire que la pression temporelle qui pèse sur les chercheurs leur procure un sentiment de frustration, obligés qu’ils sont à réduire leurs ambitions de démocratisation du savoir.

Dans leur verbatim, cela ressort nettement. Il y a celles et ceux qui se désolent que cela prenne du temps alors que la pression à la production est forte et réduit leur temps disponible à faire autre chose que leur strict cœur de mission. « il est très difficile de trouver le temps pour cela en plus de tout le reste. Et pourtant nous le faisons ». Où on devine les possibles frustrations.

Surtout que d’autres soulignent, un peu amers, que cette pratique d’extériorisation n’est pas assez ou pas du tout valorisée dans leur carrière, lors des évaluations individuelles auxquelles sont régulièrement soumis les enseignants-chercheurs. « La vulgarisation pourrait nuire à ma carrière car elle n’est pour l’heure que peu reconnue sur le plan scientifique ». « Je le fais toutefois moins qu’avant car ce type d’interventions n’est absolument pas valorisé. Il est stratégiquement beaucoup plus intéressant de rester dans le champ académique » déplore une enseignante en sciences humaines lyonnaise. Ces activités sont perçues comme « chronophages », « c’est très prenant en temps, en énergie ». Or les chercheurs souffrent d’un « cruel manque de temps », d’une « faible valorisation de ces activités dans la carrière (des articles, des articles, des articles… dans des revues classées) ». Un sentiment d’accumulation des tâches souvent jugées indues et de non-valorisation d’autres plus utiles finit donc par irriter et doucher l’enthousiasme des chercheurs.

S’y ajoute un regard sceptique sur les aptitudes à se lancer dans l’exercice. 3292 répondants pensent que les chercheurs ne sont pas bien formés à vulgariser. Pourtant 87 % de ceux-ci pensent qu’il est très important de partager la connaissance avec le plus grand nombre, et 64,5 % d’entre eux ont déjà répondu favorablement à une sollicitation extérieure dans les trois dernières années. Au total 75 % de ceux qui ont déjà extériorisé leurs savoirs estiment pourtant que les chercheurs ne sont pas bien formés à l’exercice. Voilà pourquoi des commentaires critiques sont exprimés. On y dénonce ce qui ressemble fort à des injonctions contradictoires. Injonctions insupportables car elles heurtent le sentiment personnel de devoir et de plaisir, au risque d’en faire une corvée.

« Je pense utile et souhaitable de transmettre au plus grand nombre, et de manière accessible, mes recherches. Ce qui est insupportable, c’est l’injonction systématique à le faire » s’écrie une enseignante en sciences humaines rennaise. « Étant donné que les injonctions que nous recevons de nos instances induisent une perte de sens et de valeurs de ce métier, il ne m’apparaît pas pertinent de partager avec le public des découvertes qui ne présentent que peu d’intérêt » déplore amère une chercheuse en sciences de la vie de Montpellier, à qui ont a fait perdre la foi.

Injonction contradictoire car « les conditions de travail particulièrement détériorées et la faible reconnaissance des activités de démocratisation du point de vue des critères d’évaluation ne favorisent aucunement ce type de démarche ». « Il faut arrêter de nous prendre pour des vaches à lait et croire qu’on peut tout faire à l’infini sans augmenter notre salaire, sans nous accorder des décharges d’enseignement, sans valoriser ces activités qui ne relèvent ni de la recherche ni de l’enseignement ! » Pour autant, aucune revendication n’émerge pour être rémunéré pour ce genre d’action. Au contraire, la démocratisation des savoirs demeure valorisée comme un don de soi : face à l’affirmation « il ne faut accepter ces sollicitations que si elles sont rémunérées » seuls 3 % répondent « tout à fait ».

À la question pourquoi n’avoir pas pratiqué ces activités jusque-là, parmi les 1383 concernés, les explications se répartissent ainsi :

Arnaud Mercier, Author provided

Voilà pourquoi trouve à s’exprimer l’idée qu’il faudrait étendre le recours à des spécialistes de la vulgarisation dédiés à cette mission pour soulager les chercheurs qui n’en peuvent plus : « Ce travail de vulgarisation est à faire mais doit être fait par des personnes spécifiques dont leur travail serait la promotion de la recherche. Le enseignants-chercheurs ne peuvent pas être en train de gérer des projets de recherche, faire de l’enseignement, gérer les tâches administratives et en plus faire la promotion de la recherche ».

Qu’en conclure ?

À l’issue de cette enquête nul doute qu’une réflexion serait à mener pour voir à quelles conditions cette activité, en plus, pourrait être mieux valorisée au moment des évaluations individuelles afin de mieux accompagner un élan solidement ancré chez une grande majorité des enseignants-chercheurs. Élan qui sert à « augmenter (voire rétablir) la confiance entre Science et Société » dit l’un d’eux. Accompagnement qui doit passer notamment par des actions de formation, des ateliers pratiques, puisque les trois-quarts des chercheurs admettent qu’ils sont mal formés à l’exercice.

Si l’ensemble des acteurs du monde de la recherche s’accorde à dire que la démocratisation du savoir, le dialogue entre scientifiques, grand public et acteurs de la vie sociale et économique est primordiale, alors il faut en tirer toutes les conséquences et faire de ces pratiques valorisantes intellectuellement, des actions bien mieux valorisées professionnellement.The Conversation

Arnaud Mercier, Professeur en Information-Communication à l’Institut Français de presse (Université Paris 2 Panthéon-Assas), Auteurs historiques The Conversation France

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license. Read the original article.

logo-the-conversation.03

Vulgarisation et extériorisation des savoirs : entre amertume et frustration (2)

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Concours pour les Québécois et résidents du Québec : abonnez-vous à ce magazine en ligne et courez la chance de gagner un dictionnaire Le Robert illustré 2022

Joignez-vous à 1 300 autres abonnés

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :