Les mots nouveaux du Petit Larousse illustré 2022

le-petit-larousse-illustre-2022-1200

DOSSIER DE PRESSE

TÉLÉCHARGEMENT

Cliquez ici pour télécharger le Dossier de presse publié sur cette pager (PDF)

Les mots nouveaux du dictionnaire Le Petit Larousse illustré 2022


LES ÉDITIONS LAROUSSE ONT 170 ANS !

Les éditions Larousse ont été fondées en 1852 par Pierre Larousse. À la fois lexicographe, linguiste et éditeur, il publie en 1856 le Nouveau Dictionnaire de la langue française. En 1905, Claude Augé le rebaptise le Petit Larousse illustré, en hommage à son créateur.

Avec ce millésime 2022 du Petit Larousse illustré, les éditions Larousse célèbrent leurs 170 ans d’existence.

Pierre Larousse, né à Toucy (Yonne) le 23 octobre 1817, fils d’un charron-forgeron, passe son enfance dans son pays natal.

Une fois ses études à Versailles terminées, il revient diriger l’école de Toucy. En 1852, il fonde à Paris, avec Augustin Boyer, la librairie Larousse. Pierre Larousse y publie une longue série d’ouvrages innovants pour l’enseignement, qui reposent tous sur l’idée générale qu’il faut faire travailler l’esprit des élèves, qu’il faut les accoutumer à penser par eux-mêmes, à trouver des mots dans leur mémoire, des idées dans leur propre jugement.

Près de 170 ans après leur création, les éditions Larousse, fidèles à leur fondateur, continuent d’instruire le monde sur toutes choses et de semer la connaissance à tout vent.


LE PETIT LAROUSSE ILLUSTRÉ 2022

Fidèle à l’exigence de Pierre Larousse, qui voulait faire « le plus complet, le mieux informé et le plus attrayant des dictionnaires manuels », le Petit Larousse illustré est tout à la fois un dictionnaire de langue et un dictionnaire encyclopédique à l’illustration abondante et variée, et dont les célèbres pages roses, avec leurs citations, proverbes, maximes et mots historiques, constituent un florilège de notre mémoire collective.

Dictionnaire de langue, car les rédacteurs du Petit illustré se font l’écho des évolutions de la langue française, en rendant compte des nouveaux mots, expressions ou sens, dont l’usage est avéré, des diversités régionales, qui témoignent d’une histoire et d’une culture spécifiques, et des mots de la francophonie.

Dictionnaire encyclopédique,  car  le  Petit illustré  non  seulement  fait  la  part belle aux mots issus des langues scientifiques ou techniques mais offre également de nombreux développements encyclopédiques pour donner au lecteur des informations­ et des explications précises sur les grandes notions-clés du savoir, en plus de s’enrichir chaque année de nou­velles notices sur des personnalités de premier ordre.

Dictionnaire illustré, enfin, car le Petit Larousse toujours accordé une grande importance à l’iconographie : les photographies et les cartes permettent de montrer ou de situer, et les dessins et schémas éclairent le sens d’une définition ou expliquent un fonctionnement. Rassemblées en planches, autour d’une thématique particulière, des illustrations dans la grande tradition Larousse invitent à la réflexion, suscitent l’imagination, attisent la curiosité et favorisent le travail de la mémoire.


LA RÉFÉRENCE DE LA LANGUE FRANÇAISE

Le plus complet

Plus de 63 800 mots

125 000 sens

20 000 locutions

2 000 régionalismes et mots de la francophonie

Le plus illustré

Une véritable documentation encyclopédique

5 500 cartes, dessins, photographies et schémas

150 planches illustrées

Le plus actuel

28 000 noms propres :

    • lieux
    • personnalités
    • événements

Le plus numérique

Avec une carte d’activation pour bénéficier d’un accès privilégié au Dictionnaire Internet Larousse 2022, contenant plus de 80 000 mots.


UNE ÉDITION 2022 MARQUÉE PAR LA PANDÉMIE

Comme chaque année, le Petit Larousse illustré accueille dans ses colonnes 150 nouveaux mots, sens et expressions qui sont le reflet des évolutions de notre monde. Fait inédit : ce millésime est amplement marqué par la crise sanitaire. On constate en effet que de très nombreux nouveaux mots, sens et expressions sont en lien avec la pandémie.

« Le combat contre la pandémie fut en premier lieu du ressort de la langue […] car il importe à tous de comprendre et de nommer, avant d’agir. La crise sanitaire a rappelé les vertus d’une langue commune de qualité et de clarté ; elle a prouvé la vigueur innovante de cette langue. La riposte sanitaire doit beaucoup au génie linguistique francophone. »

Bernard Cerquiglini

Éminent linguiste français, célèbre présentateur de l’émission « Merci professeur ! » sur TV5 et conseiller scientifique du Petit Larousse illustré


DES MOTS CONTRE LES MAUX

COMMENT LA LANGUE FRANÇAISE A TRIOMPHÉ DE LA CRISE SANITAIRE

Le combat contre la pandémie fut en premier lieu du ressort de la langue. Le français devait disposer d’un lexique médical précis en vue du diagnostic, des soins, de la protection ; il en fut pourvu. La prévention massive échappait toutefois aux vocabulaires spécialisés pour concerner la langue générale, celle que relève le Petit Larousse illustré. Une population entière, en effet, se protège en partageant des connaissances, des objectifs, des pratiques ; ce partage commence par les mots. Il importe à tous de comprendre et de nommer, avant d’agir. La crise sanitaire a rappelé les vertus d’une langue commune de qualité et de clarté ; elle a prouvé la vigueur innovante de cette langue. La riposte sanitaire doit beaucoup au génie linguistique francophone.

En quelques semaines, la langue générale s’est enrichie : un vocabulaire jusqu’alors réservé aux spécialistes a nourri les médias et la conversation, ce dont le Petit Larousse 2022 prend acte. Ces vocables sont principalement médicaux (COVID-19, SARS-CoV-2), numériques (le VPN, qui permet au télétravailleur d’accéder sans risque à son réseau professionnel), mais pas seulement : quand il fallut improviser des morgues, le dépositoire (qui accueille les cercueils en attente d’inhumation) quitta le lexique des professionnels pour entrer dans le langage usuel, et le dictionnaire.

Il est vrai que le français avait déjà de quoi répondre à l’épidémie. Face à la crise soudaine, il a mobilisé un vocabulaire depuis longtemps recueilli dans le Petit Larousse, mais absent de la conversation quotidienne : asymptomatique, comorbidité, confinement, coronavirus, hydroalcoolique, incubateur, intubation, pandémie, PCR, respirateur, etc., sont devenus d’usage courant ; l’écouvillon, la quarantaine et même le Plexiglas ont repris du service. Toutefois, ce vocabulaire technique n’a pas rejoint la langue usuelle sans changement : la lutte collective contre la pandémie a infléchi le sens des termes, évolution dont le Petit Larousse 2022 tient compte. En médecine, l’adjectif asymptomatique qualifiait une maladie ; il se dit désormais d’une personne. Le virus peut être aéroporté : jusqu’ici, seules des troupes l’étaient. Le confinement n’est plus seulement une précaution en matière de centrale nucléaire ; il est un confinement sanitaire, conduite imposée à une population, invitée à se protéger en se confinant.

Le mot masque lui-même a vu son sémantisme évoluer. Il dut longtemps à son origine vénitienne un sens de dissimulation, concurrencé à l’époque moderne par une idée de protection (masque d’escrimeur, à gaz). Ce dernier emploi l’emporte désormais : le masque fait barrière, devient un bouclier. Le verbe pronominal a suivi : quand un gouvernement invite le peuple à se masquer, il ne le convie pas au carnaval.

L’apparition d’un sens nouveau se traduit le plus souvent par la création d’une locution, précisant ou infléchissant un terme. Les locutions constituent ainsi, par leur nombre et leur fréquence, un lieu d’innovation lexicale efficace et rapide ; le Petit Larousse 2022 en valide les effets. Dès lors, il est une continuité pédagogique, on autorise un déplacement dérogatoire, la distanciation est devenue physique, l’essai est randomisé, le foyer, le pic et le plateau sont épidémiques, l’immunité est collective, le porteur peut être sain, comme l’état d’urgence et le couvre-feu sont sanitaires. De même, le geste est une barrière et la létalité a un taux.

La langue fait ainsi preuve de sa capacité néologique : la réponse à l’épidémie requiert des mots nouveaux ; on les crée. Les modèles sont disponibles : le virus est diffusé dans l’air (aéroporté) ou transmis par la main (désormais : manuporté). Ramenée à deux semaines, la quarantaine a suscité la quatorzaine, jolie création promptement adoptée (en attendant la « septaine », déjà attestée). La préfixation a également montré son aisance. Sur télé-, on a fait notamment téléconsultation, terme devenu usuel, et télétravailler. Ce verbe est digne d’intérêt : sa fréquence faible ne lui avait pas permis de figurer au Petit Larousse ; il est soudain d’emploi général et entre au dictionnaire, où il complète télétravail et télétravailleur. Les anciens préfixes ont témoigné de leur vigueur : -, en particulier, qui exprime la cessation, un état inverse ou contraire. Qui croirait que le substantif déconfinement ainsi que le verbe déconfiner (et se déconfiner) n’avaient connu, avant le mois de mars 2020, que d’infimes attestations en sûreté nucléaire ? Absents de la langue générale et des dictionnaires, les voici, bien formés et transparents, mis en circulation en peu de semaines, rendus indispensables, propices au jeu néologique : qui n’a craint un possible reconfinement, suivi d’un espéré « redéconfinement », quand il sera loisible de se « redéconfiner » ?

La pandémie et le long confinement ont suscité par réaction une créativité ludique impressionnante, notamment suffixale. Ainsi, corona (« couronne » en latin), qui désigne la forme particulière d’un virus, est devenu un préfixe : confiné, on lisait pour ne pas devenir « coronidiot », on travaillait ses « coronabdos », avant de prendre un « coronapéro » avec ses « coronamis ». Néologie éphémère ? Ce n’est pas sûr : les corona bonds des emprunts européens, les coronapistes ouvertes en ville aux cyclistes entrent au Petit Larousse.

Cette appropriation collective de la langue se marque aussi par la négative. On pouvait craindre que l’arrivée dans l’usage de termes médicaux, ou relevant du nouveau commerce à distance, s’accompagnât de nombreux anglicismes ; force est de constater qu’il n’en est rien : le français, en la circonstance, fait preuve d’une singulière résistance. Dans l’usage, le cluster infectieux cède du terrain devant le foyer de contagion, locution nouvelle ; le tracking recule face au traçage, qui rejoint au dictionnaire traçable et traçabilité. Notons que distanciation sociale, calque fâcheux de social distancing (car l’adjectif français social, au rebours de son homologue anglais, évoque un rapport de classes), s’efface devant distanciation physique. Épousant cette tendance, le Petit Larousse 2022 observe que cliqué-retiré vaut bien click and collect, qu’un retrait rapide (que l’on peut d’ailleurs effectuer à pied) se comprend mieux qu’un drive.

Que la lutte contre la pandémie fut collective, la belle vitalité d’une langue en partage le montre avec éclat. C’est avec des mots français, bien formés et intelligibles, correctement employés également, que l’on sut se protéger. On ne s’étonnera pas, dès lors, que l’Académie française s’en soit mêlée. Elle a rappelé que l’acronyme COVID signifie coronavirus disease, soit « maladie du coronavirus » : la COVID-19 est une maladie infectieuse. Ce rappel est fondé ; il vient cependant un peu tard : le masculin (influencé sans doute par le coronavirus) est répandu. Le Petit Larousse 2022 propose les deux genres, féminin en tête : l’usage tranchera. On peut faire confiance à la vigueur féconde de la langue française : face à la crise, elle fut plus que jamais notre bien commun.

Bernard Cerquiglini


LES NOUVEAUX MOTS ET SENS LIÉS À LA PANDÉMIE

Évolutions des préoccupations médicales

AÉROPORTÉ, E adj.

Se dit d’une maladie infectieuse (rougeole ou grippe, par ex.) dont la transmission peut se faire par voie aérienne (toux, éternuements, parole, respiration, etc.) ; se dit de ce mode de transmission lui-même.

ASYMPTOMATIQUE adj. et n.

Se dit d’un malade qui ne présente pas de symptômes de la maladie ou du trouble dont il est atteint.

CLUSTER n.m.

(mot angl. « agglomérat »). méd. Foyer de contagion.

COVID-19 ou Covid-19 n.f. ou n.m.

(acronyme de l’angl. coronavirus disease 2019, maladie à coronavirus 2019).

[Si l’Académie recommande de dire la COVID-19, l’emploi du mot au masculin est courant.] Maladie infectieuse, très contagieuse, causée par un coronavirus (le SARS-CoV-2, identifié en 2019), de transmission principalement aérienne, à l’origine d’une pandémie mondiale ayant conduit à confiner plus de 3 milliards de personnes au printemps 2020.

Cette maladie, dont les symptômes peuvent être bénins, notamment chez les jeunes, risque, dans ses formes graves, d’atteindre plusieurs organes et de conduire à une détresse respiratoire, voire au décès, particulièrement chez les personnes âgées ou fragiles. Elle est difficile à distinguer, dans ses formes légères, d’un rhume ou d’une grippe et s’accompagne souvent d’anosmie (perte d’odorat) sans obstruction nasale.

FOYER n.m.

Foyer de contagion ou foyer épidémique, regroupement de plusieurs cas d’une maladie contagieuse donnée, sur une période, en un lieu ou dans une communauté donnés (syn. cluster). ■ Foyer infectieux, organe ou partie d’organe atteints par une infection et pouvant être la source d’une dissémination de celle-ci dans le sang ou dans d’autres régions du corps.

IMMUNITÉ n.f.

Immunité collective, de groupe ou grégaire, seuil à partir duquel la propagation d’un agent infectieux contagieux (bactérie ou virus, par ex.) est enrayée en raison d’une proportion suffisante de personnes immunisées (par infection naturelle, par vaccination, etc.) dans une population donnée.

Ce seuil est très variable selon la maladie (de 50 % de la population pour la grippe à environ 90 % pour la rougeole).

LÉTALITÉ n.f.

Taux de létalité, rapport du nombre des décès au nombre des personnes atteintes par une maladie donnée. (À ne pas confondre avec le taux de mortalité.)

MANUPORTÉ, E adj.

Se dit d’une maladie infectieuse, appelée autrefois maladie des mains sales, dont la transmission peut se faire par simple contact (par l’intermédiaire des mains, notamment) ; se dit de ce mode de transmission lui-même.

MASQUE n.m.

Protection textile (tissu ou non-tissé) couvrant le nez et la bouche, portée pour limiter le risque de transmission d’une maladie infectieuse ou d’inhalation de particules toxiques.  Il existe plusieurs degrés de protection selon le type de masques et leur pouvoir filtrant. On distingue schématiquement les masques antiprojections, qui protègent l’entourage contre la diffusion de postillons, en cas d’épidémie, et les masques de protection respiratoire, qui protègent mieux le porteur en filtrant aussi les petites particules en suspension dans l’air (aérosols).

NASOPHARYNGÉ, E adj.

anat. Relatif au nasopharynx (syn. rhinopharyngien).

Prélèvement nasopharyngé, prélèvement de cellules ou de micro-organismes à l’aide d’un écouvillon introduit dans le nez jusqu’à la partie supérieure du pharynx, afin d’effectuer un test diagnostique (PCR, par ex.).

NÉBULISATION n.f.

Pulvérisation très fine d’un produit bactéricide ou virucide dans une pièce, un local, un véhicule de transport en commun, etc., afin de les désinfecter.  Cette méthode de désinfection renforce la désinfection classique (par nettoyage des surfaces), mais ne se substitue pas à elle.

PIC n.m.

Pic épidémique, moment où le nombre de cas d’une maladie contagieuse atteint son maximum et à partir duquel l’épidémie décroît.

NASOPHARYNGÉ, E adj.

anat. Relatif au nasopharynx (syn. rhinopharyngien).

Prélèvement nasopharyngé, prélèvement de cellules ou de micro-organismes à l’aide d’un écouvillon introduit dans le nez jusqu’à la partie supérieure du pharynx, afin d’effectuer un test diagnostique (PCR, par ex.).

PLATEAU n.m.

Plateau épidémique, phase d’une épidémie où le nombre de cas n’augmente plus, où le nombre de personnes contaminées par jour stagne.

PORTEUR, EUSE n.

Porteur sain [méd.], personne contaminée par un agent infectieux qui ne présente pas de symptômes de maladie mais risque néanmoins de le transmettre à des personnes susceptibles quant à elles de développer une forme clinique, parfois grave, de la maladie.

QUATORZAINE n.f. (de quatorze, d’après quarantaine).

Isolement de quatorze jours que doivent respecter une personne atteinte de COVID-19 et, éventuellement, les personnes ayant été en contact avec elle (cas contacts).

 En France, sa durée a été ramenée à sept jours pleins (septaine) en septembre 2020.

RANDOMISÉ, E adj.

 

Essai randomisé, essai

thérapeutique dont les participants sont répartis aléatoirement dans deux ou plusieurs groupes qui reçoivent des traitements différents.  La répartition des groupes se fait  généralement en aveugle.

RÉA n.f. (abrév.).

Fam. Réanimation.

SARS-CoV-2 n.m. (acronyme angl. de severe acute respiratory syndrome coronavirus 2, coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère).

Coronavirus découvert en Chine fin 2019, responsable d’une maladie infectieuse très contagieuse (COVID-19), à l’origine d’une pandémie mondiale. (On trouve parfois la graphie francisée SRAS-CoV-2.)

SÉROLOGIQUE adj.

Test sérologique, test biologique effectué sur le sérum sanguin, visant à détecter et mesurer les anticorps spécifiquement dirigés contre une maladie infectieuse ou parasitaire.  Il permet de déterminer l’existence soit d’une infection ou d’une infestation actuelle ou passée, soit d’une immunité vaccinale.

TÉLÉCONSULTATION n.f.

Consultation médicale réalisée à distance par visioconférence au moyen d’outils numériques (webcam et application ou sites sécurisés, notamment), à l’aide, éventuellement, d’un examen clinique effectué avec l’assistance d’un personnel de santé (pharmacien, infirmier).

URGENCE n.f.

État d’urgence sanitaire [dr.], situation de catastrophe sanitaire (épidémie, notamment), justifiant, de par sa gravité, la mise en place par le gouvernement de mesures exceptionnelles et temporaires (restrictions de circulation, confinement, fermeture d’établissements, couvre-feu, etc.).

ZÉRO n.m.

Patient zéro, première personne connue pour avoir été contaminée (avec ou sans symptômes), dans un contexte épidémique, à l’échelle du monde, d’un pays, d’une région ou d’une ville, mais aussi d’une communauté, d’une entreprise, etc. (On parle parfois de cas index.)

Conséquences sociétales de la crise sanitaire

APPRENANT, E adj.

  1. Qui est en mesure d’apprendre, de suivre un enseignement grâce aux moyens mis à sa disposition : Nation apprenante. 2. Qui est, pour tout ou partie, consacré à l’apprentissage : Vacances apprenantes.

BARRIÈRE n.f.

(En appos.). Qui sert de barrière, fait obstacle à qqch (une maladie infectieuse, par ex.) : Des masques barrières.

Gestes, mesures barrières, ensemble des actions personnelles ou collectives utilisées pour diminuer le risque de transmission des maladies infectieuses.  Ces mesures peuvent être de différente nature : lavage et/ou désinfection des mains, port d’un masque, distanciation physique, protection vitrée, objets à usage unique, tenues spéciales pour le personnel soignant…

BASCULE n.f.

Point de bascule ou de basculement (angl. tipping point), moment où un phénomène d’abord rare se généralise, où un changement minime fait basculer un système dans un état entièrement nouveau. (On parle aussi de seuil critique.)

CLICK AND COLLECT n.m. inv. (mot angl.). [Anglic. déconseillé]. Service permettant à un client de commander un produit en ligne et de venir le retirer rapidement sur le point de vente. Recomm. off. cliqué-retiré.

CLIQUÉ-RETIRÉ n.m. (pl. cliqués-retirés) [de cliquer et retirer].

Recomm. off. pour click and collect.

CONFINÉ, E adj. et n.

Se dit d’une personne soumise à un confinement (sanitaire, notamment).

CONFINEMENT n.m.

Confinement (sanitaire), ensemble de mesures prises par les autorités publiques dans un contexte épidémique et destinées à réduire au maximum les risques de contagion par le maintien à domicile de la population, avec une limitation stricte des déplacements ; période pendant laquelle ces mesures sont appliquées : Il a pu télétravailler pendant le confinement.

CONFINER v.t.

Soumettre à un confinement sanitaire : Confiner une population, un quartier, une ville.

CONTINUITÉ n.f.

Continuité pédagogique, maintien des apprentissages scolaires et de la relation entre les enseignants et les élèves, par la mise en place de dispositifs et d’outils variés (numériques ou papier), dès lors que les cours en présentiel sont impossibles. La crise sanitaire liée à la pandémie de COVID-19 a permis de révéler l’importance de ce principe.

CORONA BOND n.m. (pl. corona bonds) [de l’angl. coronavirus et bond, obligation].

Obligation émise par l’Union européenne et destinée à financer, par une mutualisation des dettes des États membres, les investissements et les mesures nécessaires à la relance de l’économie, à la suite de la pandémie de COVID-19.

CORONAPISTE n.f. (de coronavirus et piste).

Piste cyclable provisoire aménagée (dans les villes, particulièrement) lors du déconfinement, afin de favoriser la pratique du vélo, bien adapté à la distanciation physique, et d’éviter ainsi la propagation de l’épidémie de COVID-19. De nombreuses coronapistes, plébiscitées par les utilisateurs, ont été pérennisées.

COUVRE-FEU n.m. (pl. couvre-feux).

Couvre-feu sanitaire, couvre-feu instauré afin de limiter la propagation d’une épidémie, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

CRASH-TEST n.m. (pl. crash-tests) [mot angl.].

  1. autom. Série de tests de collision réalisés en laboratoire sur un véhicule, afin d’en éprouver la résistance et d’évaluer ainsi la sécurité des passagers en cas d’accident. Recomm. off. essai de choc. 2. Par ext. Test de résistance effectué sur un produit, quel qu’il soit. 3. Fig. Tout événement grave permettant de tester la résilience et la capacité d’adaptation de qqn, d’un groupe : Cette crise sanitaire est un crash-test pour le pays.

DÉCONFINEMENT n.m.

Fait de lever les mesures de confinement sanitaire, soit de manière totale, soit de manière partielle et/ou progressive, lorsque la situation épidémique s’améliore ; période correspondant à la levée du confinement.

DÉCONFINER v.t.

Mettre fin au confinement (sanitaire) de : Déconfiner les habitants d’une ville.  SE DÉCONFINER v.pr. Sortir du confinement.

DÉPOSITOIRE n.m.

Local situé hors de l’enceinte du cimetière et permettant le dépôt des cercueils en attente d’inhumation ou de crémation.

DÉROGATOIRE adj.

Déplacement dérogatoire, déplacement contrevenant à une interdiction générale ou partielle et soumis de ce fait à justification : Attestation de déplacement dérogatoire.

DIGITALISATION n.f.

Processus de transformation des services (financiers, commerciaux) d’une entreprise, par un recours accru aux technologies de l’information.

DISTANCIATION n.f.

Distanciation physique ou sociale, fait de garder une distance de sécurité (un mètre au minimum, selon l’OMS) entre personnes pour limiter le risque de contagion dans un contexte épidémique.

DRIVE n.m. (angl. drive-in).

  1. Service permettant à un client de venir retirer rapidement avec un véhicule des produits commandés en ligne. Recomm. off. retrait automobile. 2. Lieu, souvent spécialement aménagé à cet effet, où s’effectue ce retrait. Recomm. off. point de retrait.

DYNAMIQUE adj.

Plage dynamique, plage réservée uniquement à la baignade, au sport et à la promenade.  Ce concept, qui exclut de pouvoir s’asseoir ou s’allonger sur la plage, a été instauré lors de l’épidémie de COVID-19 pour favoriser le respect des mesures sanitaires.

JAUGE n.f.

Capacité d’accueil maximale d’un lieu fermé (salle de spectacle, par ex.), liée à des normes de construction et/ou de sécurité (type de salle, nombre d’issues de secours, etc.) ; par ext., capacité maximale autorisée pour un rassemblement de personnes (concert, salon, match, etc.), qui peut être modulée en période épidémique : Restreindre la jauge à 500 personnes.

MONDE n.m.

Le monde d’après, la société nouvelle que les gens espèrent bâtir à la suite de la crise majeure due à la pandémie de COVID-19, en tirant les leçons du passé de manière à mettre fin aux dysfonctionnements du monde d’avant.

PAIEMENT ou PAYEMENT n.m.

Paiement mobile, paiement sans contact réalisé au moyen d’un smartphone, lequel intègre dans sa mémoire une carte bancaire.

RECONFINEMENT n.m.

  1. Action de reconfiner ; fait de se reconfiner, d’être reconfiné. 2. Nouveau confinement sanitaire ; période pendant laquelle il s’applique.

RUBALISE n.f. (nom déposé ; de ruban et balise).

Ruban en plastique (polyéthylène, généralement) de couleurs vives, servant soit à délimiter une zone particulière, parfois dangereuse (chantier, scène de crime, zone d’accident, etc.), et à en interdire l’accès, soit à baliser un parcours.

TÉLÉTRAVAILLER v.i. Pratiquer le télétravail.

RAÇAGE n.m. (angl. tracking).

Technique de suivi des interactions sociales par le biais d’une application sur smartphone basée sur la technologie sans fil Bluetooth ou les données de géolocalisation.  Le traçage est utilisé notamment dans un cadre sanitaire (lutte contre l’épidémie de COVID-19, par ex.) pour identifier les personnes entrées en contact avec un patient contaminé.

VPN n.m. (sigle de l’angl. virtual private network, réseau privé virtuel).

inform. Réseau privé qui assure l’anonymat, la confidentialité et la sécurité des informations échangées en ligne, par leur circulation chiffrée à l’intérieur d’un réseau public (Internet, notamment).

 Le VPN est utilisé en particulier pour le télétravail.

ÉVOLUTIONS DES SPHÈRES ÉCONOMIQUE, JURIDIQUE ET DE LA FINANCE

BLOC n.m.

Bloc de constitutionnalité [dr. constit.], ensemble des principes majeurs que les lois françaises doivent respecter et dont le Conseil constitutionnel est le garant : Le préambule de la Constitution de 1946 est l’un des piliers du bloc de constitutionnalité.

CASHBACK ou CASH BACK (pl. cash backs) n.m.

(mot angl. « retour d’argent »).

Technique commerciale qui consiste à rembourser au consommateur une petite partie du montant de ses achats, directement sur son compte bancaire.

DÉJUDICIARISATION n.f.

Fait, pour la loi, de privilégier le dialogue entre les deux parties dans certains litiges (divorce, par ex.), plutôt que de recourir à la justice.

La déjudiciarisation s’inscrit dans une volonté de désengorger les tribunaux et d’accélérer le règlement des litiges.

DÉSISTANCE n.f. (angl. desistance).

Processus par lequel l’auteur d’une infraction sort de la délinquance ou de la criminalité (par oppos. à récidive).  Ce processus peut être accompagné par l’administration pénitentiaire.

DETTE n.f.

Dette grise, dette invisible, correspondant au manque d’investissement dans l’entretien des infrastructures (routières, par ex.), et risquant de générer dans le futur un surcoût financier important pour leur remise en état.

PARAPLUIE n.m.

Accord parapluie [dr.], accord conclu entre l’Union européenne et les États-Unis, visant à assurer la protection des données à caractère personnel lors de leur transmission à des fins de coopération judiciaire et policière (dans un cadre préventif ou répressif).

PRIME n.f.

Prime d’activité, en France, complément de rémunération versé chaque mois par l’État aux travailleurs (salariés ou non) à faibles revenus, afin d’encourager la reprise ou le maintien d’une activité professionnelle.  Cette aide a remplacé en 2016 la prime pour l’emploi (PPE) et l’un des volets du RSA.

MUTATIONS DE LA SPHÈRE POLITIQUE

CITÉ-ÉTAT n.f. (pl. cités-États).

Entité politique dont le territoire correspond globalement à celui d’une grande ville, qui possède généralement l’ensemble des pouvoirs et des caractéristiques d’un État souverain (ex. : Hongkong, Singapour, Vatican).  Apparue en Mésopotamie au IIIe millénaire av. J.-C., la cité-État a désigné une organisation politique spécifique qui a varié selon les époques et les régions.

CYBERSTRATÉGIE n.f.

Stratégie développée par un État, un groupe, un individu, pour renforcer son contrôle et sa puissance dans le cyberespace, perçu à la fois comme enjeu, théâtre et instrument des rivalités contemporaines.

 Elle couvre une multitude de champs (technologique, géopolitique, économique, juridique, militaire…).

INCLUSIF, IVE adj.

Croissance inclusive, croissance économique profitant à tous les groupes sociaux et permettant de réduire tous types d’inégalités (sociales, territoriales, éducatives, professionnelles, etc.) au sein d’un pays ou d’un ensemble de pays.  La mesure de la croissance inclusive s’étend sur un large spectre d’indicateurs, qui reflètent son caractère multidimensionnel.

PISA n.m. (acronyme de l’angl. programme for international student assessment, programme international pour le suivi des acquis des élèves).

Ensemble d’études menées tous les trois ans par l’OCDE auprès d’élèves de 15 ans dans les pays membres ainsi que dans de nombreux pays partenaires, visant à comparer, via un classement, les performances de leur système éducatif respectif.

RÉPUBLICAIN, E adj.

Conforme aux idéaux d’égalité, d’ordre public et de centralisation propres à la conception française de la république.

SOUS-REPRÉSENTATION n.f.

(pl. sous-représentations).

Fait qu’une catégorie de personnes soit moins nombreuse en proportion dans un ensemble donné que dans la population de référence : La sous-représentation des femmes au Parlement.

SURREPRÉSENTATION n.f.

Fait qu’une catégorie de personnes soit plus nombreuse en proportion dans un ensemble donné que dans la population de référence : La surreprésentation des hommes au Parlement.

TRANSFORMATIONS NUMÉRIQUES ET TECHNOLOGIQUES

ÉMOJI n.m. (jap. emoji, de e, image, et moji, lettre, caractère).

NÉOBANQUE n.f.

Start-up du secteur financier qui propose, principalement via des applications mobiles sur smartphone, une gamme restreinte de services à prix compétitifs (tenue de compte, carte bancaire). Simples établissements de paiement, les néobanques sont à distinguer des banques en ligne, généralement adossées à une banque traditionnelle.

VIDÉOVERBALISATION n.f.

Dispositif permettant à un agent verbalisateur de sanctionner à distance une infraction au Code de la route constatée grâce à une caméra de vidéosurveillance.

Dans un message électronique et sur les réseaux sociaux, représentation graphique (image fixe ou animée) utilisée pour exprimer une émotion, figurer un personnage, un animal, une action, etc.  Les émojis sont une extension des émoticônes, moins élaborées.

GAME DESIGNER n. (pl. game designers) [mot angl., de game, jeu, et designer, concepteur]. Concepteur de jeux, spécial. de jeux vidéo.

LUMIÈRE n.f. (lat. lumen, inis).

Lumière bleue, lumière dont les longueurs d’onde sont comprises entre 380 et 500 nm et qui est émise par le Soleil mais également, de manière artificielle, par les ampoules LED et les écrans (smartphones, ordinateurs, etc.).  Elle est susceptible d’endommager la rétine et d’influer sur les cycles du sommeil.

MUTATIONS ET PROBLÉMATIQUES CONTEMPORAINES

GOUVERNANCE n.f.

Bonne gouvernance, capacité d’un gouvernement à gérer efficacement les ressources économiques et sociales d’un pays et, le cas échéant, à mettre en œuvre des politiques pertinentes en vue de son développement, dans la transparence et le respect de l’État de droit et des institutions.

HARCÈLEMENT n.m.

Harcèlement de rue, harcèlement à caractère sexuel dans l’espace public, qui constitue, au regard de la loi, un outrage sexiste.

JUNGLE n.f.

Fam. Zone de campements de migrants et de réfugiés, installés à partir du début des années 2000 à Calais, Coquelles et Sangatte (jungle de Calais) ; par ext., zone de regroupements et campements de migrants. (Les autorités officielles privilégient le terme lande, qu’elles jugent moins péjoratif.)

RACISÉ, E adj. et n.

Se dit de qqn qui est l’objet de perceptions ou de comportements racistes.

RSE n.f. (sigle de responsabilité sociale [ou sociétale] de l’entreprise).

Ensemble des pratiques qu’adoptent les entreprises désireuses d’intégrer les préoccupations sociales, environnementales et éthiques dans leurs activités et leur stratégie.

ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX

CONSOMMACTEUR, TRICE n.

(de consommateur et acteur).

Consommateur qui, par ses choix d’achat, entend peser sur l’offre des producteurs et devenir ainsi un véritable acteur du marché, dans le but notamment de sauvegarder la planète. (On écrit aussi consom’acteur.) La notion de consommacteur est apparue à la faveur de la diffusion du concept de développement durable.

CRYOSPHÈRE n.f. (du gr. kruos, froid).

Ensemble constitué par les glaces présentes à la surface du globe terrestre (banquise, glaciers, etc.).

DÉCARBONATION

ou DÉCARBONISATION n.f.

Ensemble des actions (mesures et techniques) visant à réduire la consommation d’énergies fossiles et l’émission de dioxyde de carbone d’un pays, d’une économie, d’une entreprise, etc.

PLASTICROÛTE n.f.

Croûte de matière hybride, minérale et plastique, formée par l’incrustation de petits débris de plastique (polyéthylène, principalement) à la surface des rochers du littoral.  Nouvelle forme de pollution marine, la plasticroûte a été observée pour la première fois sur l’île de Madère, en 2016.

ÉVOLUTIONS SOCIÉTALES DANS LES DOMAINES DE LA VIE QUOTIDIENNE

ALUMNI n.m. pl. (pl. du lat. alumnus, élève, par l’angl.).

Anciens élèves d’une grande école ou d’une université. (Le singulier alumnus est rare.)

BATCH COOKING n.m. (mot angl. « cuisson par lots »).

Pratique culinaire qui consiste à planifier les repas de la semaine et à regrouper leur préparation en une seule séance de cuisine hebdomadaire.  Le batch cooking permet de manger sain et équilibré et de gagner du temps.

BOÎTE,  BOITE  n.f.

Boîte à livres, dispositif (meuble à étagères, cabanon, etc.) installé dans l’espace public afin de permettre à chacun de déposer et d’emprunter librement des livres. (On parle aussi de microbibliothèque ou de bibliothèque de rue.)

INFODIVERTISSEMENT n.m.

Parfois péjor. Type d’émission (de télévision, de radio, sur Internet) mêlant information et divertissement, qui aborde les sujets d’actualité sur un mode plaisant, voire humoristique, afin de capter un large public.

KRUMP n.m. (mot anglo-amér.).

Style de danse urbaine issu du hip-hop, né dans les ghettos de Los Angeles à la fin des années 1990, caractérisé par des mouvements rapides et saccadés et des mimiques agressives.  Simulant un combat, le krump vise à transcender la violence qu’il exprime.

MOCKTAIL n.m. (mot anglo-amér., de mock, imitation, et cocktail).

Cocktail sans alcool.

MOTS DES RÉGIONS ET DE LA FRANCOPHONIE

le-petit-larousse-illustre-2022-regions

Cliquez pour agrandir

le-petit-larousse-illustre-2022-personnalite

SOURCE

HACHETTE CANADA

Editions Larousse

TÉLÉCHARGEMENT

Cliquez ici pour télécharger le Dossier de presse publié sur cette pager (PDF)

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 281 autres abonnés

TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :