La sauvegarde du français passera par l’éducation et un meilleur dialogue avec les jeunes

De jeunes acheteurs font la queue pour l’ouverture d’un magasin de vêtements le vendredi noir à Montréal, le vendredi 27 novembre 2020. LA PRESSE CANADIENNE/Paul Chiasson

La sauvegarde du français passera par l’éducation et un meilleur dialogue avec les jeunes

Christian J. Y. Bergeron, L’Université d’Ottawa/University of Ottawa

Le bilinguisme au Québec ne doit pas se vivre au prix du déclin de la langue française. L’horizon semble inquiétant, mais la sauvegarde du français passera par l’éducation et le dialogue avec la jeunesse.

La substitution progressive d’une langue par une autre s’effectue sur la longue durée « et plusieurs symptômes ne manquent pas d’alerter l’observateur attentif », selon le sociolinguiste français Henri Boyer.

En tant que sociologue, chercheur et professeur dans le domaine de la formation à l’enseignement en langue française, je m’intéresse à la francophonie canadienne dans un contexte minoritaire ainsi qu’à l’éducation inclusive.

Depuis quelques années, le bilinguisme soustractif progresse, c’est-à-dire que la connaissance de l’anglais s’améliore, mais au détriment du français. À long terme, si le bilinguisme n’est pas additif, à savoir que l’anglais n’a pas d’effet néfaste sur le français, un individu peut abandonner la pratique du français au profit de l’anglais.

Le bilinguisme est en constante progression depuis les années 1970. Plus de 44,5 % des Québécois francophones, en 2016, sont en mesure de soutenir une conversation en anglais, alors qu’ils étaient 42,6 % en 2011, 35,4 % en 1991 et seulement 27,6 % en 1971.


Read more:
Déclin du français : les jeunes francophones québécois plus inquiets que les jeunes Ontariens


En revanche, 14,7 % des jeunes de 25 à 34 ans, parlaient le plus souvent ou régulièrement en anglais en 2016, alors qu’ils étaient seulement 11,6 % à le faire en 1991. En conséquence, le français parlé à la maison chez cette catégorie d’âge est en constante diminution depuis 25 ans : de 85,5 % en 1991 à 81,8 % en 2016. De plus, le français parlé à la maison est conjointement parlé avec d’autres langues (de 1,7 % en 2011 à 2 % en 2016).

Au Québec, le bilinguisme est positif si la langue française maintient un poids démographique important et qu’elle est suffisamment protégée dans toutes les sphères de la société. Il ne s’agit pas ici d’un discours de fermeture envers l’anglais, mais plutôt de conscientisation sur les risques d’un bilinguisme soustractif et de valorisation d’un contexte additif dans lequel le français serait mieux protégé. Bref, la connaissance des deux langues doit être complémentaire et non compétitive.

La juste place de l’anglais

Selon le linguiste belge Jean‑Marie Klinkenberg, « la langue produit simultanément l’appartenance et le rejet. » La langue est un instrument d’altérité comme elle peut être une barrière à l’inclusion des autres langues. Il est à propos de réfléchir sur la place de la langue anglaise au Québec, car elle est souvent associée aux succès commerciaux, à la richesse, à la culture, au dialogue entre les peuples. Bref, à une certaine conception d’une ouverture sur le monde, alors que le monde francophone serait « très fermé » selon certains jeunes du Québec.




Read more:
La réforme de la Loi sur les langues officielles : un pari prometteur, mais périlleux


La langue anglaise produirait l’appartenance, alors que la langue française produirait le rejet. La langue française ne serait donc plus attrayante et il semblerait que la communauté anglophone serait davantage en mesure d’intégrer la diversité culturelle et linguistique. Pourtant, la langue anglaise incarne aussi l’américanisation de la mondialisation libérale et elle accepte difficilement la cohabitation avec d’autres rivaux dans ce marché très compétitif des langues. Par exemple, la langue anglaise « menace surtout les langues porteuses d’une culture à vocation internationale, dans la mesure où ces dernières apparaissent comme des rivales de l’anglais et doivent être évincées. »

La langue française est porteuse d’une culture historique à vocation internationale, incluant une production culturelle singulière et diversifiée. Au Québec, la langue française doit être en mesure de (re)produire le sentiment d’appartenance, de promouvoir la richesse de notre bagage linguistique, historique et culturel commun. La langue française doit être en revanche plus inclusive et retrouver sa vocation universelle.

Promouvoir la langue française

Pour que nous voulions vraiment continuer à vivre en français, nous devons aimer notre langue et en être fiers. À titre de citoyens, nous devons aussi favoriser un dialogue avec, entre autres, cette jeunesse québécoise francophone, anglophone et allophone et interroger notre capacité à les accompagner dans cette découverte de la richesse de la langue française.

Selon la philosophe Hannah Arendt, « c’est également avec l’éducation que nous décidons si nous aimons assez nos enfants pour ne pas les rejeter de notre monde, ni les abandonner à eux-mêmes, ni leur enlever leur chance d’entreprendre quelque chose de neuf, quelque chose que nous n’avions pas prévu, mais les préparer à la tâche de renouveler un monde commun. »




Read more:
Le « malaise français » dans la fonction publique fédérale


Le renouvellement d’un monde commun passe par l’éducation, c’est-à-dire que la société doit outiller tous les Québécois à s’enraciner durablement dans la langue française. La solution n’est pas d’abandonner la jeune génération « hypnotisée » par les promesses néolibérales de la langue anglaise ; ni de la rejeter avec une certaine conception unilingue de la place du français au Québec, et ce, au détriment de la langue anglaise. Le bilinguisme doit devenir additif tout en permettant « d’atteindre un haut degré de compétence langagière dans les deux langues ».

Certes, la jeunesse doit réfléchir par elle-même sur la place du français dans les années à venir, mais nous devons essayer de l’accompagner et de l’outiller dès aujourd’hui. Nous devons être capables de nous laisser surprendre par sa capacité créatrice à harmoniser ses identités multiples à l’intérieur de la francophonie québécoise et mondiale. L’avenir du français au Québec en dépend.The Conversation

Christian J. Y. Bergeron, Professeur en sociologie de l’éducation, L’Université d’Ottawa/University of Ottawa

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license. Read the original article.

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :