Salon international du livre de Québec : l’exemple de trop ! via l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ)

Logo-UNEQ_pourFacebook

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Salon international du livre de Québec : l’exemple de trop !

Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ)

Montréal, 22 février 2021 — En proposant aux écrivaines et écrivains une rémunération indécente pour certaines interventions en milieu scolaire, le Salon international du livre de Québec (SILQ) démontre à lui seul la nécessité d’encadrer d’urgence les conditions de travail des artistes de la littérature.

Dans sa programmation dévoilée plus tôt cette semaine au public, le SILQ annonce un volet d’animations scolaires intitulé « On invite un auteur dans notre salon (classe) ! » avec un cachet de 75 $ pour chaque animation.

Plusieurs membres de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) se sont tournés vers leur syndicat pour faire part de leur indignation.

L’UNEQ établit chaque année une grille de tarifs minimaux pour les différentes interventions professionnelles d’une écrivaine ou d’un écrivain et coordonne, avec différents programmes gouvernementaux, plusieurs centaines de rencontres, ce qui lui permet de bien référencer les tarifs en vigueur pour l’année 2020-2021 :

  • Animation de 60 minutes en bibliothèque (en virtuel ou sur place) : 255 $.
  • Conférence ou atelier dans un cégep ou une université (en virtuel ou sur place) : 500 $.
  • Atelier offert dans les écoles primaires ou secondaires (en virtuel ou sur place) : 325 $.

À 75 $ l’animation, le SILQ propose donc une rémunération qui ne correspond même pas au tiers du minimum établi par notre syndicat.

Pas de budget ?

Contacté par l’UNEQ, le directeur général du SILQ a fait savoir qu’il ne dispose pas d’un budget pour ce volet de 60 activités et qu’ajuster la rémunération au minimum de référence de l’UNEQ entraînerait le sacrifice de ces animations.

« Quel organisme professionnel du milieu culturel annonce publiquement un volet d’activités sans avoir pris la peine d’établir un budget réaliste ? », s’interroge Laurent Dubois, directeur général de l’UNEQ. « Je trouve dommage que le SILQ, dans sa phase de préparation, n’ait jamais contacté l’UNEQ. Aujourd’hui, c’est comme si on nous faisait comprendre qu’en tentant de négocier une rémunération juste et équitable pour les artistes, le syndicat que je dirige mettait en péril tout un pan des activités du Salon. C’est inacceptable. »

L’UNEQ tient à préciser que des discussions sont en cours avec la grande majorité des salons du livre du Québec dans le but d’établir des conditions de travail décentes. Même si, pour le moment, ces échanges n’ont pas encore abouti à un accord, ils n’en demeurent pas moins constructifs.

De l’urgence de négocier des ententes collectives

L’UNEQ s’est exprimée récemment, appuyée par plus de 1 050 écrivaines et écrivains dans une lettre ouverte, sur la nécessité absolue de profiter de la révision des lois sur le statut de l’artiste menée actuellement par le gouvernement du Québec pour offrir aux écrivaines et écrivains des droits équivalents aux autres catégories d’artistes, notamment l’accès à la négociation et à la représentation collective.

« Avec le SILQ, nous avons un parfait exemple du manque de considération et de reconnaissance du travail des écrivaines et des écrivains que nous vivons trop souvent », déplore Suzanne Aubry, présidente de l’UNEQ. « La rémunération des autrices et auteurs devient la variable d’ajustement d’un budget mal planifié. Une entente collective fixant les conditions de travail des écrivaines et écrivains aurait, de toute évidence, évité ce problème, qui n’est qu’un exemple de plus à inscrire à notre longue liste des situations abusives subies dans le milieu littéraire. »

Malheureusement, plusieurs membres de l’UNEQ seront tentés d’accepter ces conditions, car l’année 2020 les a privés de nombreux revenus. Il est d’autant plus urgent de s’assurer qu’à l’avenir les écrivaines et écrivains puissent être payés décemment pour le fruit de leur travail, à l’instar des autres artistes.

À propos de l’UNEQ

L’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) est reconnue l’association représentative des artistes du domaine de la littérature et compte actuellement plus de 1 600 membres. Le syndicat professionnel travaille depuis 1977 à la défense des droits socio-économiques des écrivaines et des écrivains, ainsi qu’à la valorisation de la littérature québécoise au Québec, au Canada et à l’étranger.

— 30 —

Source : Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ)

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Communiqués de presse

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Concours pour les Québécois et résidents du Québec : abonnez-vous à ce magazine en ligne et courez la chance de gagner un dictionnaire Le Robert illustré 2022

Joignez-vous à 1 292 autres abonnés

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :