Le modèle WeChat : comment le blocage des sites d’actualité par Facebook pourrait transformer l’économie de l’information via La conversation

phone-292994_1920

Le modèle WeChat : comment le blocage des sites d’actualité par Facebook pourrait transformer l’économie de l’information

Fan Yang, Deakin University and Robbie Fordyce, Monash University

La décision prise par Facebook affecte tout le réseau de The Conversation puisque nous sommes nés en Australie et que nous partageons le même nom de domaine. Les articles de The Conversation France sont donc bloqués et impossibles à partager sur la plate-forme de Mark Zuckerberg. Nous vous encourageons à vous abonner à notre newsletter ici afin de profiter pleinement de nos analyses.


Le « blocage du partage d’articles de presse » par Facebook en réponse aux questions de gestion des droits posées récemment par le gouvernement australien ne vous aura pas échappé si vous avez passé un peu de temps sur les réseaux sociaux ces derniers jours. La plate-forme a effectivement arrêté la publication des liens redirigeant vers les articles de presse australiens et empêché tous les internautes résidant en Australie de publier ou de consulter les articles de presse internationaux.


Read more:
Facebook’s news is gone. Here’s where to turn for trusted information


Un changement intervenu du jour au lendemain, et qui pourrait disparaître tout aussi vite si l’Australie ou Facebook décide de faire marche arrière. En revanche, si la situation perdure, Facebook pourrait finir par fonctionner comme la plate-forme chinoise WeChat, où les informations sont régies par des sociétés de production de contenus dédiées à la plate-forme et chargées de produire des quantités énormes d’articles de piètre qualité. Ce qui, par ailleurs, pourrait très bien convenir à Facebook, sinon à ses utilisateurs.

WeChat, qu’est-ce que c’est ?

WeChat est le principal réseau social en République populaire de Chine. Il est également utilisé par de nombreuses personnes à travers le monde, y compris en Australie. Si la Chine et l’Australie ont des systèmes politiques très différents, les deux pays partagent quelques similitudes.

WeChat, qui est une entreprise privée (dans le sens où on l’entend en Chine), est souvent décrite comme le Facebook chinois. Sauf qu’elle est encore plus omniprésente puisqu’elle combine ses propres outils intégrés, services de paiement et réseaux de communication à une gamme d’applications et d’utilitaires optionnels allant des jeux aux services de messagerie.


Read more:
Thinking of taking up WeChat? Here’s what you need to know


Bref, WeChat fait tout. C’est ainsi que des agences de presse se sont installées à l’intérieur de la plate-forme par le biais des comptes officiels WeChat (les WeChat Official Accounts ou WOA), une sorte de pendant à la fameuse « coche bleue » sur d’autres plates-formes telles que Twitter.

Si l’embargo de Facebook sur les actualités australiennes perdure, nous pensons qu’un modèle équivalent à WeChat pourrait se développer ici. Notre étude a montré qu’il était très fréquent de voir des médias numériques en anglais copier des fonctionnalités et des éléments d’interface de médias numériques en chinois, et réciproquement.

Certaines spécificités nées sur les réseaux sociaux américains ont ainsi été reproduites sur des applications chinoises, comme le produit « Moments » de WeChat, largement inspiré des « Stories » d’Instagram). À l’inverse, Facebook, Twitter et LinkedIn ont copié les stickers, GIF, codes QR, commentaires et messagerie de WeChat, Weibo et Bilibili.

Comment fonctionne la production d’articles de presse sur WeChat

Une multitude de médias ont mis en place des WOA depuis leur lancement en août 2013. Ces comptes produisent des millions de publications chaque jour et, contrairement aux médias traditionnels sur Facebook, ne les accompagnent pas des liens renvoyant vers l’article hébergé ailleurs. Leur audience est entièrement basée sur WeChat et ils gagnent de l’argent en louant des espaces publicitaires au sein même des articles.

L’un des auteurs de notre étude, Fan Yang, a interrogé 24 employés australo-chinois de comptes WOA. Ces médias semblent embaucher beaucoup moins de journalistes que les médias traditionnels, voire pas du tout. Plusieurs WOA australiens fonctionnent presque entièrement grâce à des stagiaires dont la plupart ne se qualifient pas de journalistes professionnels mais de créateurs de contenus, dont ils traduisent les informations depuis l’anglais vers le chinois et se réappropriant des sujets en y ajoutant une touche locale.


Read more:
How Australia’s Mandarin speakers get their news


Ils remanient une grande partie des contenus existants, intègrent des titres « pièges à clic » et pratiquent l’hyperbole dans la présentation des faits. Les articles sont souvent écrits en combinant plusieurs sources d’information, ou simplement copiés dans leur totalité, et parfois traduits deux fois via un outil de traduction automatisé pour éviter de reproduire les phrases mot à mot.

De la marginalité au grand public

Si les services de presse spécifiques à la plate-forme Facebook devaient suivre le modèle WeChat, il suffirait d’une poignée d’employés pour faire tourner la machine. Ils seraient multi-casquettes et cumuleraient plusieurs postes tels que journalistes, rédacteurs, marketeurs, créateurs de contenu et traducteurs.

Et, puisque ces emplois n’exigent qu’une expérience professionnelle sommaire dans un domaine spécifique (politique, art de vivre, sports ou nature et environnement), il suffirait de les sous-traiter dans des régions où le coût de la main-d’œuvre est moins élevé.

Face à la diminution du lectorat et des revenus publicitaires dans les médias traditionnels, les usines à contenus et l’externalisation de la rédaction d’articles sont déjà utilisées pour produire des articles en grande quantité, rapidement et à faible coût. De nombreux groupes dirigés par des anti-vaccins, « platistes » ou suprémacistes blancs, fonctionnent de cette manière sur Facebook. Et, en l’absence d’informations plus traditionnelles, rien n’empêche ce modèle de s’étendre.

Contrôle de l’information

Lorsqu’on aborde la question des relations entre la Chine et l’Australie, on pense souvent aux discordes qui existent entre les deux pays, en particulier à la censure par la Chine de l’internet « étranger » depuis 2009 et aux tensions diplomatiques et commerciales actuelles. Cependant, l’un et l’autre ont connu des changements similaires quant au contrôle de l’information sur leurs principales plates-formes, et enregistrent des niveaux élevés de concentration des médias.

Reste à savoir si la décision de Facebook entraînera une augmentation du nombre de sociétés de production de contenus dédiées à la publication d’articles similaires à ceux que publie la plate-forme WeChat, ou une visibilité accrue des sociétés existantes. Cela dépendra de la solution que les médias indépendants et les start-up du secteur trouveront pour se développer. Selon nous, le modèle WeChat pourrait réussir à certains.

Il faut néanmoins retenir deux points essentiels au vu de la situation actuelle. Le premier est que si la réglementation des réseaux sociaux est possible, la classe politique fait preuve d’un manque de volonté certain si elle n’est pas poussée par les groupes de presse. On le voit dans les accords que Google a récemment conclus avec plusieurs médias.

En outre, seuls Google et Facebook ont fait l’objet jusqu’à présent d’accords de gestion des droits. En ira-t-il de même avec Reddit, Discord, TikTok, WeChat, Twitter, MySpace, Ello, ou les plates-formes d’information qui redirigent l’internaute vers d’autres sites ? Cela reste à voir.

Le second point, c’est que Facebook défendra son droit à définir ses propres conditions et se battra pour empêcher les États ou ses concurrents de dicter le mode de fonctionnement de ses services ou sa manière de contrôler ses contenus. Bien que le réseau social refuse de considérer les groupes de presse comme des concurrents officiels (car cela impliquerait probablement divers mécanismes nationaux de surveillance du contenu journalistique), il se dispute avec eux audience et publicité.

En effet, tout ce qui pourrait attirer les internautes vers des publicités placées au sein d’articles de presse produits par des équipes éditoriales indépendantes serait hautement bénéfique pour la plate-forme.


Traduit de l’anglais par Karine Degliame-O’Keeffe pour Fast ForWordThe Conversation

Fan Yang, PhD candidate at Deakin University, Deakin University and Robbie Fordyce, Lecturer, Communications and Media Studies, Monash University

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license. Read the original article.


DERNIÈRE HEURE

Facebook va restaurer les contenus d’actualité en Australie, AFP,  Lundi, 22 février 2021 23:43 MISE À JOUR Mardi, 23 février 2021 06:40, LE JOURNAL DE MONTRÉAL

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :