Journée mondiale de la logique, 14 janvier 2020

UNESCO_logo_French.svg

14 janvier 2020

Journée mondiale de la logique

« En ce XXIe siècle en particulier, la logique est une discipline plus que jamais contemporaine et vitale pour nos sociétés et nos économies. L’informatique, le numérique, sont par exemple des technologies originellement fondées sur le raisonnement logique et algorithmique. » Message de Mme Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO

L’aptitude à la réflexion est l’un des principaux apanages de l’espèce humaine. Dans différentes cultures, la définition de l’humanité fait appel à des concepts tels que la conscience, la connaissance et la raison. La tradition occidentale classique définit l’être humain comme un animal « rationnel » ou « logique ». La logique, en tant que recherche sur les principes du raisonnement, a été étudiée par de nombreuses civilisations au cours de l’histoire et, depuis ses premières formulations, elle a joué un rôle majeur dans le développement de la philosophie et des sciences.

En dépit de l’indéniable utilité de la logique pour le développement des connaissances, des sciences et des technologies, le public n’a guère conscience de son importance. La proclamation par l’UNESCO, en association avec le Conseil international de la philosophie et des sciences humaines (CIPSH), d’une Journée mondiale de la logique permettrait de mieux faire connaître l’histoire intellectuelle, l’importance conceptuelle et les implications pratiques de la logique aux cercles scientifiques interdisciplinaires et au grand public.

La célébration dynamique et internationale chaque année d’une journée mondiale de la logique aurait pour objet de favoriser la coopération internationale, de promouvoir le développement de la logique, dans la recherche et dans l’enseignement, de soutenir les activités des associations, universités et autres institutions s’intéressant à la logique, et d’aider le public à mieux comprendre la logique et ses implications pour la science, la technologie et l’innovation. En outre, elle contribuerait à promouvoir une culture de la paix, du dialogue et de la compréhension mutuelle, s’appuyant sur les progrès de l’éducation et de la science.

Source : UNESCO.

PROCLAMATION D’UNE « JOURNÉE MONDIALE DE LA LOGIQUE »

PRÉSENTATION

Source : Décision 207 EX/42.

Contexte : À sa 207e session, par sa décision 207 EX/42, le Conseil exécutif a recommandé « à la Conférence générale de l’UNESCO, à sa 40e session, de proclamer le 14 janvier « Journée mondiale de la logique », en association avec le Conseil international de la philosophie et des sciences humaines (CIPSH) ».

Objet : Le présent document rappelle l’importance intellectuelle, culturelle et historique de la logique pour la philosophie et les sciences ; affirme que la proclamation d’une journée mondiale de la logique contribuerait au développement de la logique, par l’enseignement et la recherche, ainsi qu’à la diffusion de cette discipline auprès du public et à la promotion de la coopération internationale dans ce domaine ; et fournit des arguments en faveur de la célébration d’une journée mondiale de la logique en étroite synergie avec celle de la Journée mondiale de la philosophie, qui serait sans incidence financière pour l’UNESCO et s’appuierait sur l’engagement des réseaux universitaires en place, avec la collaboration du CIPSH.

Décision requise : Paragraphe 7.

1. L’aptitude à la réflexion est l’un des principaux apanages de l’espèce humaine. Dans différentes cultures, la définition de l’humanité fait appel à des concepts tels que la conscience, la connaissance et la raison. La tradition occidentale classique définit l’être humain comme un animal « rationnel » ou « logique ». La logique, en tant que recherche sur les principes du raisonnement, a été étudiée par de nombreuses civilisations au cours de l’histoire et, depuis ses premières formulations, elle a joué un rôle majeur dans le développement de la philosophie et des sciences.

2. En dépit de l’indéniable utilité de la logique pour le développement des connaissances, des sciences et des technologies, le public n’a guère conscience de son importance. La proclamation par l’UNESCO, en association avec le Conseil international de la philosophie et des sciences humaines (CIPSH), d’une Journée mondiale de la logique permettrait de mieux faire connaître l’histoire intellectuelle, l’importance conceptuelle et les implications pratiques de la logique aux cercles scientifiques interdisciplinaires et au grand public.

3. La célébration dynamique et internationale chaque année d’une journée mondiale de la logique aurait pour objet de favoriser la coopération internationale, de promouvoir le développement de la logique, dans la recherche et dans l’enseignement, de soutenir les activités des associations, universités et autres institutions s’intéressant à la logique, et d’aider le public à mieux comprendre la logique et ses implications pour la science, la technologie et l’innovation. En outre, elle contribuerait à promouvoir une culture de la paix, du dialogue et de la compréhension mutuelle, s’appuyant sur les progrès de l’éducation et de la science.

4. Le 14 janvier 2019, une première Journée mondiale de la logique a été célébrée à l’initiative d’universités, d’instituts de recherche, de fondations et d’associations actives dans les domaines des mathématiques, de la philosophie, de l’informatique, de l’ingénierie, de l’économie et des sciences cognitives. L’existence de ces réseaux et leur engagement en faveur des futures célébrations annuelles de la Journée mondiale de la logique offrent l’assurance crédible que la proclamation de la Journée par l’UNESCO, en association avec les organisations membres concernées du CIPSH, débouchera sur l’élaboration d’un plan d’action solide visant à produire un impact et une valeur ajoutée. La participation de l’UNESCO garantira à la Journée mondiale de la logique une représentation géographique plus large et diversifiée ainsi qu’un lien organique avec les priorités des programmes en place dans les sciences humaines.

5. Cette initiative serait sans incidence financière pour l’UNESCO. Les célébrations seraient organisées par des institutions au sein de ses États membres et par des partenaires internationaux, en particulier des organisations membres du CIPSH, notamment la Division de logique, méthodologie et philosophie des sciences de l’union internationale d’histoire et de philosophie des sciences et de la technologie (IUHPST), sur leurs ressources propres. Le travail effectué par le Secrétariat de l’UNESCO pour coordonner la Journée mondiale de la logique serait absorbé par les capacités humaines déjà affectées au développement des axes de travail relatifs aux sciences humaines, en étroite synergie avec la célébration annuelle de la Journée mondiale de la philosophie. La célébration coordonnée de ces deux journées renforcerait la présence de la philosophie dans le calendrier de l’UNESCO, consoliderait les relations avec les partenaires universitaires grâce à l’association avec le CIPSH, et contribuerait ainsi à renforcer les sciences humaines, conformément à la demande de la Conférence générale (résolution 39 C/29). L’organisation d’activités spécifiques par l’UNESCO, en particulier au Siège de l’Organisation, dépendrait de la disponibilité de fonds extrabudgétaires.

6. Le Conseil exécutif, à sa 207e session, a examiné le point présenté ci-avant et a recommandé, dans sa décision 207 EX/42, que la Conférence générale proclame le 14 janvier « Journée mondiale de la logique », en association avec le CIPSH.

Projet de résolution proposé

7. Compte tenu de ce qui précède, la Conférence générale souhaitera peut-être adopter une résolution libellée comme suit :

La Conférence générale,

Ayant examiné le document 40 C/74,

Prenant note de la recommandation du Conseil exécutif figurant dans la décision 207 EX/42,

Rappelant le mandat de l’UNESCO dans les domaines de l’éducation, des sciences et de la culture,

Rappelant également que la logique, en tant que discipline qui encourage la réflexion rationnelle et critique, revêt une importance primordiale pour le développement du savoir humain, de la science et de la technologie,

Rappelant en outre que la diffusion de la logique, discipline élaborée par différentes civilisations et fondée sur les vertus du discours et de l’argumentation, peut contribuer à l’instauration d’une culture de la paix, du dialogue et de la compréhension mutuelle entre les nations,

Notant que la proclamation d’une Journée mondiale de la logique n’aura aucune incidence financière pour l’UNESCO,

Convaincue que la proclamation d’une Journée mondiale de la logique contribuerait au développement de la logique, par l’enseignement et la recherche, ainsi qu’à la diffusion de cette discipline auprès du public et à la promotion de la coopération internationale dans ce domaine,

1. Invite les États membres de l’UNESCO à célébrer chaque année une Journée mondiale de la logique, en organisant le 14 janvier des manifestations d’envergure nationale avec la participation active des institutions gouvernementales et non gouvernementales, publiques et privées concernées, notamment les écoles, universités, instituts de recherche et associations philosophiques et scientifiques ;

2. Invite la Directrice générale à encourager et faire connaître les initiatives prises à cet égard aux niveaux national, régional et international, en coopérant étroitement avec le Conseil international de la philosophie et des sciences humaines (CIPSH) ;

3. Proclame le 14 janvier « Journée mondiale de la logique », en association avec le Conseil international de la philosophie et des sciences humaines (CIPSH).


Livre numérique gratuit (PDF)

lecons-de-logique-001

DONNÉES AU CATALOGUE

Leçons de logique

ABBÉ ARTHUR ROBERT (1876-1939)

Manuel scolaire,
Première édition : 1914 – Québec
Réédition de la huitième édition parue en 1940
Collection du domaine public de la Fondation littéraire Fleur de Lys,
Laval, Québec, Canada,
20 novembre 2009, 236 pages.
ISBN 978-2-89612-315-5

PRÉSENTATION ORIGINALE

Ces LEÇONS DE LOGIQUE nous tenons à le déclarer, ne s’adressent pas aux étudiants en philosophie dans les séminaires et, les collèges classiques…

Le petit volume que nous présentons au public a surtout pour but de mettre la philosophie aristotélicienne et thomiste à la portée des élèves des cours académiques des Écoles Normales et des Couvents, et aussi, de la classe instruite en général.

Les manuels de philosophie en français ne manquent pas. Mais la plupart — pour ne pas dire tous — ne répondent pas au programme de — notre enseignement primaire. Les uns, trop volumineux, les autres, moins considérables — à part de nobles exceptions — ne sont pas toujours conformes aux immortels principes de la philosophie scolastique si souvent recommandée par les papes.

Sans avoir la prétention de combler une lacune, notre travail, nous l’espérons, sera de nature à rendre quelques services aux instituteurs et institutrices, religieux ou laïques, qui se dévouent avec tant d’intelligence et de savoir-faire à l’éducation de la jeunesse.

Est-il besoin de dire que ces LEÇONS exposent dans un ordre peu différent la matière qui fait l’objet de tous les manuels de philosophie scolastique. Notre seul mérite est d’avoir condensé, résumé le plus clairement possible la doctrine que l’on rencontre chez la plupart des auteurs.

Font suite à ce court traité des LEÇONS DE PSYCHOLOGIE et des LEÇONS DE MORALE qui ont aussi reçu du public le plus bienveillant accueil.

Nous n’avons qu’une seule ambition : c’est de voir plus connue et mieux appréciée la philosophie traditionnelle, la SEULE vraie, puisque SEULE, elle résout avec satisfaction les graves problèmes qui intéressent l’humanité.

ABBÉ ARTHUR ROBERT

EXTRAIT

Note de l’éditeur

«Où est passée la logique ?» À la poubelle, tout simplement, comme un vieux manuel scolaire. Car la logique ne tombe pas du ciel. Il faut l’enseigner. Or, au Québec, l’enseignement de la logique a pris le bord lors du grand ménage de la Révolution tranquille au cours des années 60. Parce que la logique alors au programme se référait à la religion catholique, la logique est disparue dans le tourbillon de la modernisation, comme on jette le bébé avec l’eau du bain. Aujourd’hui, on la cherche partout sans succès, d’où l’urgence de remettre en circulation LEÇONS DE LOGIQUE, un petit manuel scolaire, purement québécois, dont la toute première édition remonte à 1914.

J’ai mis la main sur un exemplaire de la huitième édition (1940) de ce petit livre sur les rayons de la Bouquinerie du bonheur à Lévis pour la modique somme de 1.00$ il y a plus d’une dizaine d’années.

J’y avais tout d’abord découvert un vieux manuel scolaire de stylistique française dont je ne comprenais pas le retrait des écoles. Vous savez, le genre de livre dont on dit : «Ah ! Si j’avais eu ce manuel lors de mes études, tout aurait été plus simple.»

La lecture de ce livre m’a fait prendre conscience que la période dite de Grande noirceur, celle précédant la Révolution tranquille, ne méritait pas sa réputation en tous lieux et en toutes circonstances. Personnellement, je croyais que la meilleure connaissance devait obligatoirement dater de l’année en cours, mis à part les Grands classiques de la littérature. À l’époque, je considérais les publications des années 60 comme désuètes, alors pour qui était de celles des années précédentes, elles demeuraient à mes yeux un simple objet de collectionneurs.

Toujours est-il que le manuel de stylistique française éveilla en moi un doute sur ma perception du passé. Et avec la découverte de LEÇONS DE LOGIQUE, les années 50 m’apparurent non plus comme un temps révolu mais comme le meilleur aboutissement historique de la connaissance humaine. On retrouve, notamment mais pas exclusivement, dans les livres scolaires de ces années-là l’expression du savoir accumulé par l’Homme depuis plus de 2,000 ans, un savoir en lien avec son passé et son évolution, bref une certaine sagesse.

Avec la Révolution tranquille, tout (ou presque tout) fut réinventé de A à Z, comme si rien (de bon) n’avait jamais existé auparavant. Ainsi, les livres de connaissances publiés depuis les années 60 se concentrent avant tout sur le présent, et ce, dans une reformulation si audacieuse et astucieuse du savoir qu’on a l’impression que tout le monde avant nous s’est trompé, que seules les découvertes du moment comptent.

Évidemment, la quasi-haine de la religion catholique, accusée d’avoir tenu volontairement le bon peuple dans l’ignorance et sous son joug moral, a joué un rôle de premier plan dans la refonte de la connaissance enseignée dans nos écoles. La Révolution tranquille trouvera dans cette véritable catharsis religieuse un moteur essentiel à son succès.

Encore aujourd’hui, plusieurs jeunes des années 60 et 70 vouent une haine aveugle à la religion, voire à toute religion. J’ai eu droit à ce commentaire de l’un d’eux à la suite de sa lecture de LEÇONS DE LOGIQUE : «J’ai trouvé ça d’un ennui mortel et complètement dépassé.» Il m’a fallu une bonne heure au téléphone pour me rendre compte que les références de l’auteur à la religion catholique (dont plusieurs au pape lui-même) l’obnubilèrent à ce point qu’il passa à côté de l’essentiel, les rouages de la logique exposés dans ce livre.

Vous apprécierez LEÇONS DE LOGIQUES uniquement si vous avez réglé la question de la religion voire de la spiritualité dans votre vie. Autrement, vos émotions, négatives ou positives, gagneront sur la raison.

Il faut comprendre que l’auteur de LEÇONS DE LOGIQUE est un religieux, l’Abbé Arthur Robert. Les références qu’il comprend le mieux pour enseigner la logique sont donc d’ordre religieux. Un laïc enseignerait les mêmes leçons avec d’autres références.

Personnellement, je ne crois pas qu’il y ait meilleures références dans l’enseignement de la logique que sa «contrepartie» spirituelle, comme on le fait en abordant la raison par les émotions et vice versa.

En revanche, l’usage de telles références exige de l’auteur un véritable tour de force afin de ne pas être lui-même aveuglé par ses croyances spirituelles et ses émotions. Et dans le cas présent, on peut parler d’un double tour de force car l’auteur est lui-même un religieux. Mais il se consacre à l’enseignement et un certain recul lui est nécessaire, ce qui ne lui simplifie sûrement pas la vie.

L’Abbé Arthur Robert a fait sa marque dans l’enseignement de la philosophie au Québec. «À Québec, les professeurs de philosophie de la Faculté des Arts qui ont presque tous (7/9) étudié en Europe sont ceux du Séminaire de Québec ; le professorat de Philosophie à la Faculté des Arts est essentiellement l’affaire de Mgr O.-E. Mathieu qui y « enseigne » durant trente-quatre ans (1878-1911) et de l’abbé Arthur Robert qui y « enseigne » durant seize ans (1905-1920).» (La philosophie et son enseignement au Québec (1665-1920) Yvan Lamonde, 1980). On doit à l’Abbé Robert une part de l’ouverture du niveau proprement universitaire en philosophie au Québec après 1920.

Mais ses Leçons de logiques ne sont pas destinées aux étudiants universitaires, ni même aux collégiens mais aux étudiants du secondaire (Écoles Normales et Couvents) : « Ces LEÇONS DE LOGIQUE nous tenons à le déclarer, ne s’adressent pas aux étudiants en philosophie dans les séminaires et, les collèges classiques…

Le petit volume que nous présentons au public a surtout pour but de mettre la philosophie aristotélicienne et thomiste à la portée des élèves des cours académiques des Écoles Normales et des Couvents, et aussi, de la classe instruite en général. »

Les éditeurs nous informent que le livre se retrouve même au primaire : « Nous remercions sincèrement les maisons d’enseignement primaire, voire secondaire, qui ont adopté ce petit manuel comme texte de leur enseignement. » (Voir l’Avertissement à la suite de l’Avant-propos).

Pour cette réédition, le respect de la mise en page originale et de la numérotation des leçons, 290 au total, nous a paru utile pour préserver la facilité de consultation de l’ouvrage.

La Fondation littéraire Fleur de Lys aura eu le mérite de la numérisation de cet ouvrage et de devancer Google Livres dans sa mise à disposition sur le web.

Bonne lecture !

Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys
20 novembre 2009

AU SUJET DE L’AUTEUR

«Originaire de Beauport, Arthur Robert (1876-1939) étudie au Petit Séminaire puis au Grand Séminaire de Québec. Après son ordination, en 1902, il enseigne la philosophie à l’Université Laval pendant trois ans et se rend ensuite en Europe, plus précisément à Rome et à Louvain, pour y poursuivre des études. De retour en 1907, il renoue avec l’enseignement, auquel il consacrera la plus grande partie de sa vie. Entre 1918 et 1939, il occupe plusieurs postes importants, dont ceux de supérieur du Petit Séminaire, doyen de la Faculté de théologie, supérieur du Grand Séminaire et recteur de l’Université Laval. Il est nommé en 1933 chanoine honoraire du chapitre métropolitaire et, en 1938, protonotaire apostolique. Peu de temps après cette nomination, il est admis à l’Hôtel-Dieu de Québec, où il s’éteint quelques mois plus tard. Mgr Robert a laissé plusieurs ouvrages d’érudition dont Histoire de la philosophie, Leçons de logique et Leçons de psychologie, sans compter de nombreux articles de revue.»

Source : Répertoire des toponymes © Ville de Québec.

COMMUNIQUER AVEC L’ÉDITEUR

Serge-André Guay, président éditeur de la Fondation littéraire Fleur de Lys  se fera un plaisir de lire et de répondre personnellement à vos courriels.

ADRESSE DE COURRIER ÉLECTRONIQUE : contact@manuscritdepot.com

TÉLÉCHARGER VOTRE EXEMPLAIRE NUMÉRIQUE GRATUIT

Pour télécharger votre exemplaire numérique gratuit, cliquez sur l’un des deux logos ci dessous.

logo-pdf  logo-zip

► NOTE TRÈS IMPORTANTE : Il est strictement interdit d’offrir ce livre en téléchargement sur un autre site. Prière d’utiliser un lien vers cette page web.

EXEMPLAIRE PAPIER DISPONIBLE

Ce livre est également disponible en format papier.

Résidents du Canada
24.95$ CAD
Tout inclus

Résidents ailleurs dans le monde
Écrivez à l’adresse suivante car des frais de postes s’appliquent.
renee-fournier@manuscritdepot.com

COMMANDE EN LIGNE

Paiement en ligne avec PayPal

COMMANDE POSTALE

Indiquez sur un papier :

Le titre du livre et le nom de l’auteur
Votre nom (prénom et nom de famille)
Votre adresse postale complète
Votre adresse électronique
Votre numéro de téléphone

Complétez votre chèque payable à l’ordre de :

Fondation littéraire Fleur de Lys inc.

Précisez le montant sur le chèque

Canada

24.95$ canadiens
Tout inclus

Ailleurs dans le monde

Écrivez à l’adresse suivante pour connaître le montant du don demandé car des frais de poste s’appliquent : r-fournier@videotron.ca

Adressez-le tout à :

Fondation littéraire Fleur de Lys
20 rue Duplessis,
Lévis, Québec,
Canada.
G6V 2L1

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , ,
Publié dans Communiqués de presse

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Concours pour les Québécois et résidents du Québec : abonnez-vous à ce magazine en ligne et courez la chance de gagner un dictionnaire Le Robert illustré 2022

Joignez-vous à 1 292 autres abonnés

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :