L’écrivain Dominic Bellavance demande votre aide ?

Dominic Bellavance, écrivain

Bonjour cher membre,

Malgré le temps maussade, novembre a été un bon mois. J’ai mis la touche finale sur un nouveau manuscrit d’horreur que j’ai envoyé à mon éditeur.

C’est la première fois depuis longtemps que je me retrouve avec… aucun projet en branle!

Je travaille habituellement sur 2 ou 3 trucs en même temps. Quand j’en finis un, je saute sur l’autre, et la roue tourne.

Mais cette fois, j’ai choisi de me donner la permission de souffler un peu. Pause d’écriture. (Bon, elle va sans doute durer deux semaines au plus, mais ce temps de jachère me fera du bien.)
Du nouveau à la maison

C’est aussi en novembre que nous avons eu la chance d’accueillir une petite fluffball à la maison.

Je vous présente Rosette, alias « Princesse des Ténèbres », parce que, hein, on se doute qu’elle prépare quelque chose.

rosette-562px

Elle aime beaucoup se faire caresser entre deux séances d’écriture. Et se faire bercer. Et les carottes.

dominic-bellavance-promo-roman-001

Bien écrire est la première étape.
Mettre son œuvre en valeur est la suivante.

Nombre d’auteurs lancent leurs romans sur le marché comme on lance des bouteilles à la mer. Ils attendent, bras croisés, que leurs œuvres aboutissent magiquement entre les mains des lecteurs.

Vous savez qui s’attache à ce mode opératoire?

Les génies incompris.

Les écrivains astucieux le savent : espérer que son livre se vende tout seul est un fantasme. Et fantasmer, c’est faire du surplace. En littérature, comme dans tous les domaines, le succès vient à ceux qui investissent des efforts là où c’est payant.

Oubliez les bouteilles à la mer! Comprenez plutôt les rouages du marché du livre. Dressez un plan d’action. Visez dans le mille. Une fois publié, votre roman aura besoin d’un auteur compétent en marketing. Soyez cette personne.

Ce guide vous épaulera dans les défis qui vous attendent. Il détaillera des concepts, tactiques et stratégies qui vous aideront à mener une campagne promotionnelle qui vous conduira, avec des efforts mesurés, devant vos lecteurs idéaux.

Sortez de l’ombre. Votre heure est venue.

Acheter ce guide

EXTRAIT

Introduction

Hissez votre drapeau

Lancer un nouveau livre sur le marché en espérant qu’il grimpe de lui-même au sommet des palmarès, sans aucune intervention de notre part, c’est peut-être l’un des seuls rêves que les écrivains ont en commun. C’est facile de s’emballer, de s’imaginer que les lecteurs vont découvrir notre livre, le serrer amoureusement dans leurs bras et l’adorer au point qu’ils ne pourront résister à l’envie de le recommander à tout leur entourage : cercle d’amis, tantes, oncles, anciens professeurs et concierge de l’immeuble résidentiel. Le livre serait alors une entité complètement affranchie de son créateur. À la vue du premier lecteur, il courrait se réfugier entre ses bras, et ce lecteur l’accueillerait avec le sourire. Il aime les livres. Il aime le vôtre. Et il attendra la sortie de votre prochaine nouveauté avec impatience.

Ce serait beau, hein?

Sauf que… eh bien, vous avez ouvert mon guide. Un guide qui s’intitule 100 trucs pour promouvoir vos livres. Il faut croire que la réalité n’est pas aussi rose. Je me souviens de mes débuts dans le merveilleux monde de la littérature : j’avais lancé ma première œuvre en croisant les doigts, espérant n’obtenir que de bonnes critiques, juste des bonnes, car je craignais que les mauvaises ne puissent briser mon ego à tout jamais. J’étais fragile, que voulez-vous. Je parcourais les revues culturelles avec une goutte de sueur sur le front, jusqu’à me rendre à la section « Critiques de livres », et je lisais chaque bloc de texte presque avec affolement.

C’était épuisant.

Et vous savez ce qui est arrivé?

Durant les premiers mois d’existence de mon livre, je n’ai eu aucune mauvaise critique. Fiou! Sauf que… aucune bonne n’est apparue non plus.

Que du néant. À perte de vue.

Chez nous, on aurait dit que mon roman était « passé dans le beurre ».

Pour un jeune homme qui avait bossé dur pendant des années et qui s’était donné la permission de rêver de célébrité, le résultat m’a donné une douloureuse claque sur la gueule. J’étais un débutant avec des idées de grandeur, j’avais caressé le fantasme évoqué dans les premières lignes de ce guide, espérant que mon livre se fraye un chemin vers les lecteurs, sans mon aide.

Pour éviter la catastrophe qui s’annonçait (une nouveauté ne reste pas longtemps sur les tablettes des librairies), il a fallu que je me relève les manches. Aujourd’hui, ma série Alégracia s’est vendue à plusieurs milliers d’exemplaires à travers le Canada et l’Europe, autant au format papier que numérique, et elle continue à trouver des preneurs, même quinze ans après sa sortie. Mais ce revirement n’est pas survenu par magie. Pour en arriver là, il a fallu que j’investisse du temps, un peu d’argent, ainsi qu’une bonne quantité d’huile de coude dans la promotion de ma série.

La réalité du milieu littéraire est dure. Lorsqu’on publie un roman, il aboutit dans une masse — pardon —, un océan de nouveautés, et on se dit facilement que la plupart d’entre elles ont été écrites par des auteurs plus charismatiques et plus talentueux que nous.

Et que dire de nos potentiels lecteurs? Ils ont une vie chargée comme la nôtre, et leurs intérêts sont diversifiés. Une fois qu’ils auront terminé leur dernier livre, ils ne se précipiteront pas nécessairement en librairie pour dilapider leur argent sur d’autres bouquins, et ainsi courir la chance de choisir le nôtre. Non. Dans les faits, ils passeront probablement à quelque chose qui s’appelle Netflix ou La soirée du hockey.

C’est ça, la dure réalité.

Mais ce n’est pas ça le pire. (Wow, je suis vraiment en train d’égayer votre journée.)

Faisons un petit exercice mental. Prenez un moment et tentez de vous imaginer le profil d’une lectrice idéale pour vous, celle qui serait assez maniaque pour précommander ses livres trois mois à l’avance. Pensez à son apparence physique, à son habillement, à sa manière de boire son café le matin — combien de lait, de sucres? —, aux endroits où elle aime passer ses soirées, à la marque de téléphone qu’elle possède. Vous commencez à bien la saisir? Parfait. Maintenant, imaginez ses habitudes de lecture. Vous écrivez des thrillers policiers? Alors, soyons dans le meilleur des mondes : cette personne est compatible avec votre style, elle est maniaque de thrillers, elle dévore des briques de 400 pages en trois heures et oublie d’aller se coucher, et même d’aller pisser, parce qu’elle veut connaître l’identité de l’assassin dans les derniers chapitres. Elle garde toujours un roman à suspense sur sa table de chevet, et sa pile à lire lui monte jusqu’aux genoux, elle panique juste à la regarder. Bien sûr, elle sait déjà quelles seront ses prochaines lectures, sa liste de priorités est bien définie dans son esprit. Pas de temps à perdre. Je l’ai dit, c’est une maniaque.

Qu’est-ce qui cloche dans ce portrait? Rien… à part le fait que cette personne n’a jamais entendu parler de vous. Elle ignore que vos romans existent. J’ai mentionné qu’elle savait à quoi ressemblaient ses prochaines lectures, et ça, mesdames, messieurs, c’est un problème pour vous. Des auteurs favoris, elle en a déjà un tas. C’est un être humain comme vous et moi qui aime se réfugier dans ses petites habitudes.

Cette lectrice idéale n’est pas encore votre lectrice. Et pour cette raison, elle n’ira probablement pas chercher votre nouveauté à sa sortie, même si votre roman figure dans la section « Thrillers », juste à côté d’écrivains célèbres comme Stephen King, Dan Brown ou Chrystine Brouillet. Elle a déjà amplement d’histoires à sa portée pour la satisfaire durant les 20 prochaines années. La section « Thrillers » regorge de vedettes, de valeurs sûres. Pourquoi se risquerait-elle à empoigner le roman d’un parfait inconnu, alors que Stephen King occupe une tablette complète?

Mes amis, c’est ici que le marketing entre en jeu.

La définition de ce terme diffère d’un endroit à l’autre, mais plusieurs s’entendent pour dire que le marketing, c’est en premier l’art de changer les comportements des gens. En particulier le comportement de ceux et celles qui naviguent dans la vie en obéissant à leurs habitudes, de façon plus ou moins consciente. C’est pourquoi cet art est extrêmement utile — voire essentiel — aux professionnels, comme vous et moi, qui lancent de nouveaux produits sur le marché.

Il y a donc de l’espoir, tant que vous acceptez d’abandonner cette idée saugrenue qui sous-entend que « le livre trouvera tout seul son chemin vers les lecteurs ».

Ce guide a été conçu pour vous montrer comment changer le comportement des gens, de diverses manières : en augmentant la visibilité de vos livres, en améliorant vos interactions avec vos fans et en stimulant le bouche-à-oreille autour de vous. Il se veut une épée tranchante qui vous aidera à débroussailler un sentier dans cette aventure qui vous conduira, avec des efforts mesurés, devant vos lecteurs idéaux.

Acheter ce guide


Lecteurs de 100 trucs pour promouvoir vos romans, j’ai besoin de votre aide!

Avez-vous lu mon guide 100 trucs pour promouvoir vos romans? Si vous avez 2 minutes, vous seriez bien aimable d’aller écrire un petit avis de lecture sur Amazon. Ça m’aiderait énormément (et ça aiderait aussi vos collègues qui auraient besoin de ces conseils!)

Beaucoup de lecteurs se fient à ces avis avant d’effectuer un achat. Plus il y a de commentaires sous un produit, plus ça signifie que l’œuvre a eu un impact important dans la communauté. Les gens se fient à ce signal.

J’ai l’intention d’écrire des guides pour les apprentis écrivains pendant bien des années encore. Les idées ne manquent pas. En rédigeant une critique, vous me donneriez un sérieux coup de pouce dans mon travail.

Si vous souhaitez rédiger un avis, rendez-vous simplement sur la fiche de produit correspondante, descendez au niveau des commentaires, et cliquez sur le bouton « Écrire un commentaire client ».

Si vous publiez quelque chose, n’hésitez pas à répondre à ce courriel pour m’en faire part! 🙂

Salutations,

Dominic
www.dominicbellavance.com


Calendrier des évènements

5 décembre 2020, de 10h à 14h (heure de Montréal) : Diffusion en direct de l’épisode 3 de Écrivains & D20 sur Facebook.


infolettre-3-livres-v02-562px

Cliquez ici pour en savoir plus et commander


Ressources gratuites pour les auteurs

Vous êtes un écrivain débutant? Consultez mes dossiers complets sur divers sujets liés à l’écriture :


Dominic Bellavance écrit des romans centrés sur les personnages, où prédominent l’action et l’intrigue. Il se spécialise en fantasy, mais touche occasionnellement à la science-fiction et au roman contemporain.

Son premier livre de fantasy, Alégracia et le Serpent d’Argent, a remporté le Prix Aurora décerné par l’Association canadienne de la science-fiction et du fantastique, et Alégracia et les Xayiris a été finaliste pour le même prix. Fort populaire auprès des jeunes, Alégracia s’est écoulée à plus de 5000 exemplaires à travers le Québec et la France. Cette série a été rééditée aux Éditions ADA en 2019.

Dominic a aussi contribué à la collection « Menvatts » en publiant Immortels (finaliste aux Prix littéraires Bibliothèque de Québec – SILQ), un roman de science-fiction dystopique, aux Éditions ADA. Il a également fait paraître Les derniers jours et L’ultime réveil, romans de la série Le silence des sept nuits, chez le même éditeur. Son dernier livre intitulé Un roman dont vous êtes la victime : Laissez-les brûler revisite le style du livre interactif pour un public adulte.

Dominic est diplômé en techniques d’intégration multimédia au Cégep de Sainte-Foy et a obtenu un baccalauréat multidisciplinaire en création littéraire, en littérature québécoise et en rédaction professionnelle à l’Université Laval. Il enseigne actuellement l’écriture créative au Centre de formation professionnelle Maurice-Barbeau.


Suivez mes activités sur ces réseaux :

Facebook | Twitter | LinkedIn | Goodreads | Instagram

© Dominic Bellavance. La reproduction totale ou partielle du texte de cette infolettre est interdite sans le consentement écrit de l’auteur.


Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , ,
Publié dans Communiqués de presse

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 267 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
<span>%d</span> blogueueurs aiment cette page :