Coupures à Bibliothèque et Archives nationales du Québec

sttu-banq-001

Lettre aux médias

Coupures à Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-e-s de BAnQ

Bonjour,

Depuis l’annonce de l’entrée en « zone rouge » de la région de Montréal par le premier ministre Legault, la Direction de BAnQ a amorcé une longue série de coupures dès le début du mois d’octobre. D’abord, il y a eu la suppression de tous les remplacements ponctuels et planifiés, puis la mise à pied de l’ensemble des employé-e-s surnuméraires et occasionnels et ensuite puis la suppression de la grande majorité des blocs de remplacements longue durée octroyés aux employé-e-s à temps partiel.

C’est plus d’une trentaine d’employé-e-s surnuméraires et occasionnels qui ignore combien de temps durera leur mise à pied. Si la situation demeure très angoissante pour ces employé-e-s, le gouvernement a toutefois prévu des prestations sociales pour leur venir en aide.

Il en va tout autrement parmi les employé-e-s à temps partiel : plusieurs dizaines d’entre elles et d’entre eux vont perdre entre 21 et 49% de leurs revenus sans qu’aucune aide financière ne leur soit versée par le gouvernementi. Certain-e-s perdront jusqu’à 900 $ par mois de leur modeste salaire.

À ce jour, aucune solution n’est prévue par le gouvernement pour soutenir financièrement ces employé-e-s à temps partiel. Ces travailleuses et travailleurs sont littéralement abandonné-e-s à leur sort.

La Direction de BAnQ n’a toujours pas proposé de solution concrète et ou d’action viable pour leur venir en aide. Pire encore, toutes les solutions avancées par notre syndicat depuis le début du mois d’octobre ont été rejetées. La Direction de BAnQ leur a seulement fait la promesse de leur redistribuer à peine 130 – dans le cadre de projets spéciaux – des plus de 300 heures qui leur ont été coupées. Pourtant, les retards concernant les mises de côtés et les réservations effectuées par nos usager-e-s ne cessent d’augmenter à cause d’un manque de personnel à la Grande Bibliothèque.

Comment ces employé-e-s vont-elles et vont-ils subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille, payer leur loyer ou encore simplement se nourrir alors que les prix des produits de consommation courante sont en train de flamber depuis plusieurs mois déjà ? Est-il de trouver un autre emploi alors que la région de Montréal – où se situe la vaste majorité de ces employé-e-s – affiche depuis le 11 octobre un taux de chômage supérieur à 13 % ?

Depuis l’annonce de la fermeture de toutes les bibliothèques à Montréal, la population ignore que la Grande Bibliothèque offre le service « prêts à emporter » et qu’il est donc possible d’emprunter jusqu’à 35 documents. Nous aurions pu alors nous attendre de la part de la Direction de BAnQ que soit mis en place un plan de communication qui corresponde à l’envergure de notre merveilleuse institution et dont la mission est éminemment d’intérêt public. Les communications de la Direction de BAnQ sont si insuffisantes que même les employé-e-s des autres bâtiments de BAnQ s’étonnent lorsque nous les informons que la Grande Bibliothèque est toujours ouverte en accès limité. Pour nous, la Direction de BAnQ ne peut ignorer que le nombre d’emprunts à la Grande bibliothèque a un impact direct sur nos emplois et sur le nombre d’heures de travail que nous effectuons.

Ajoutant l’insulte à l’injure, le vendredi 16 octobre dernier, Journée canadienne des employé-e-s des bibliothèques, la Direction des communications de BAnQ a publié sur sa page Facebook un message soulignant cet évènement accompagné de photos d’employé-e-s qui ont subi les coupures. Face au tollé que cela a créé auprès des employé-e-s, de leurs réactions sur cette page, la publication fut retirée dans les heures qui suivirent. Il appert que les responsables de cette publication n’étaient absolument pas au courant des coupures qui sévissaient au sein de notre institution.

Enfin, nous sommes assez attristés de constater que les représentants syndicaux que nous sommes et qui représentent près des trois quarts des employé-e-s de BAnQ répartis dans tous le

Québec n’aient pu rencontrer qu’une seule fois monsieur Jean-Louis Roy, le PDG de BAnQ, durant ces huit mois de crise. Nous n’avons également rencontré qu’une seule fois monsieur Martin Dubois, le Directeur de la Grande Bibliothèque.

Nous exhortons le gouvernement à prendre des mesures pour venir en aide aux employé-e-s touché-e-s par ces coupures. Nous exhortons également la Direction de BAnQ à modifier son modèle de gestion pour que ses employé-e-s puissent survivre à cette crise sanitaire.


i Ces employé-e-s ne peuvent pas bénéficier de l’assurance emploi car elles ou ils ne sont pas mis à pied et ne peuvent pas bénéficier de la PCRE car elles ou ils ne perdent pas 50% de leurs revenus.

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: ,
Publié dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 257 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :