Débat : En France, le livre papier a-t-il encore un avenir ? via La conversation

Les Français lisent de moins en moins.
Pixabay

Débat : En France, le livre papier a-t-il encore un avenir ?

Alain Busson, HEC Paris Business School

Comme les autres industries culturelles françaises, l’industrie du livre a souffert de la crise sanitaire et du confinement : pertes économiques (les estimations oscillant entre 20 et 40 % de perte de chiffre d’affaires, problèmes de trésorerie et d’endettement. Néanmoins, si la crise a permis de mettre en évidence les défauts du système, elle peut être l’occasion d’une prise de conscience de la nécessité de les résoudre.

Résoudre le problème de la surproduction

Parmi les problèmes récurrents du secteur figure la surproduction des ouvrages : chaque année, le nombre de titres publiés augmente tandis que les ventes s’essoufflent et que les Français lisent moins).

Pour permettre aux ouvrages publiés juste avant le confinement de trouver leur public et aux librairies d’écouler leur stock, les maisons d’édition ont choisi de reporter la publication d’ouvrages. Ainsi, Gallimard va baisser de 40 % le nombre de nouveautés à partir de l’automne pour se concentrer sur des auteurs phares.

Le confinement remet en lumière un problème chronique : il y a près de 68 000 productions par an, soit trois fois plus qu’il y a 30 ans, pour des titres qui ne se vendent qu’à quelques milliers d’exemplaires. Ce déséquilibre important fait partie des questions liées à la surproduction entendue comme une « surpublication ». Le confinement n’a fait que confirmer cette tendance de best-sellerisation du secteur).

Une centaine de maisons d’édition indépendantes ont allié leurs voix pour dénoncer cette tendance). La course aux titres est défendue par les groupes à cause de l’incertitude liée au succès d’une œuvre mais aussi parce que les best-sellers servent à financer des ouvrages moins vendeurs mais qui tiennent à cœur aux éditeur (voir notamment l’interview croisée de Sabine Wespieser et Olivier Nora dans Le Monde).

Pour une maison, la question de la surproduction rejoint celle de la ligne éditoriale. Si certains ouvrages permettent d’en financer d’autres, la logique d’une création à deux vitesses est-elle véritablement tenable ? Si le nombre de titres doit être revu à la baisse, quels ouvrages faut-il favoriser ? Comment allier succès de vente et diversité créative ? Le choix du blockbuster est-il le choix de la facilité ou une exigence pour survivre ? Faut-il privilégier un auteur « maison » en négligeant de donner sa chance à la jeune création ? Ces questions se posaient déjà depuis longtemps et sont exacerbées par la crise.

Pour les libraires, l’épuisement tient de la difficulté à gérer et écouler les stocks. Comme nous en a fait part Lucile Frassy, de la librairie « La Suite » à Versailles, les libraires reçoivent aujourd’hui trop d’ouvrages – notamment des grands éditeurs – et n’ont plus le temps de faire ce long travail de réflexion, de conseil au lecteur, en somme, un véritable métier de passeur entre deux mondes.

L’impression à la demande ou le développement d’outils numériques qui permettraient plus d’agilité dans le système des commandes pourraient permettre de faire front contre les plates-formes dont les algorithmes de recommandation tuent la rencontre hasardeuse avec un livre.

Faire de la librairie un tiers lieu

La librairie a terriblement souffert de la crise du Covid-19. Pour ne rien arranger, les comportements du consommateur pendant le confinement n’incitent pas à l’optimisme). Les données sont certes alarmantes mais pas catastrophiques : les enquêtes réalisées après le déconfinement montrent que la librairie a gardé tout son attrait).

Deux ou trois chiffres pour s’en convaincre : 42 % des français ont déclaré qu’aller en librairie leur a manqué pendant le confinement (et 12 % beaucoup manqué)… et les pourcentages montent respectivement à 63 % et 19 % pour les clients des libraires. La librairie possède en effet un certain nombre d’atouts que les professionnels ont déjà commencé à valoriser et qui pourraient véritablement ancrer ce commerce dans un paysage urbain reconfiguré :

  • Le livre (papier) est un objet d’une grande modernité : mobile, que l’on peut feuilleter, annoter et les lecteurs y sont durablement attachés.
  • La librairie doit bénéficier de l’attrait, renforcé par la crise du Covid-19 et les enjeux climatiques, pour le commerce de proximité.
  • La librairie doit poursuivre et amplifier le mouvement initié il y a plusieurs années pour se transformer en « lieu de vie ». Si le libraire se contente de vendre des livres, il ne supportera pas longtemps la concurrence des grandes plates-formes de vente à distance.

Les maisons d’édition : un nouveau rôle à jouer ?

Le secteur traverse une triple crise.

Une crise de rentabilité d’abord : déjà faible, la rentabilité du secteur va souffrir d’une contraction forte de son activité due à la crise du COVID et son impact sur l’économie générale ; selon le SNE en mai 2020, un quart des maisons chiffrent leur perte sur l’année à plus de 40 % de leur chiffre d’affaires)

Une crise d’efficacité ensuite avec la surproduction chronique dont nous avons déjà parlé et un effet de polarisation ; la concentration croissante du secteur met les petits éditeurs en situation de précarité croissante… et ces rapports déséquilibrés se retrouvent dans la distribution des ouvrages (tribune parue dans Socialter).

Une crise de légitimité, enfin : le milieu littéraire, élitiste pour certains, s’empoussière et surtout fait l’objet de polémiques récurrentes Les prix littéraires en sont un bon exemple, accusés par certains d’être l’objet de « manipulations » et de « petits arrangements »)

Face à cette triple crise, que la chute des revenus rend pressante, deux solutions s’imposent. La première consiste à baisser les dépenses (licencier, diminuer les coûts de fonctionnement, restreindre le nombre de nouveaux titres…). Cette solution préserverait la structure de la chaîne du livre après la crise. Mais pour combien de temps ?

L’autre option consiste à tenter d’accroître les recettes. Pour cela, il convient de toucher un lectorat plus large ou d’approfondir les liens avec le lectorat existant. Jadis seules référentes de la qualité de tel ou tel livre, les maisons d’édition doivent adopter une posture de mise au service du lecteur. Cette démarche ne passe pas forcément par une perte de qualité des titres. Il s’agit plutôt de se rapprocher de la communauté de lecteurs.

Les maisons d’édition ont, de manière globale, fait preuve d’assez peu d’inventivité pendant le confinement. Hachette a certes distribué des manuels scolaires gratuits et quelques livres audio ; toutefois, les initiatives ont été disparates, peu coordonnées, et surtout éphémères.

Le moment est propice au développement de formats plus interactifs. L’essor des e-books ou des livres audio pendant le confinement en est la preuve), et montre une piste à suivre pour se rapprocher des lecteurs. La pérennité de ces solutions fait toutefois débat : la tendance pourrait revenir à la stagnation pour l’e-book (qui représentait 5 % du marché en 2019), et à la croissance modérée pour le livre audio. Elles montrent néanmoins la marche à suivre : consolider et entretenir le lien avec les lecteurs, tout en montrant plus d’écoute et d’adéquation à leurs besoins. Face à une offre culturelle surabondante, à la prise d’importance de « l’expérience » et à une concurrence audacieuse (musée, spectacle, VOD…), ce rapprochement est devenu essentiel.

Vers une hybridation des formes ?

Même si dans l’ensemble le secteur a été peu innovant, il faut néanmoins relever certaines propositions alternatives proposées pendant la crise qui se situent à la frontière d’autres disciplines.

À l’image de la Maison de la poésie à Paris, un certain nombre de théâtres, festivals ou même des initiatives indépendantes d’auteurs ont proposé des lectures de textes (littéraires au sens large) par des comédiens (France 3). Le but ici est de rester attractif dans un écosystème où les propositions pullulent. Ces initiatives laissent présager la possibilité d’une plus grande porosité entre les secteurs, notamment avec une part importante d’initiatives en ligne (plus ludiques, accessibles, touchant un public plus large).


Cet article a été rédigé avec le concours de Noa Ammar, Aurore Fierobe et Garance Mazlier (HEC-Paris)The Conversation

Alain Busson, Professeur émérite ( Docteur ès Sciences Economiques), HEC Paris Business School

This article is republished from The Conversation under a Creative Commons license. Read the original article.

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 228 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :