Les discours de l’éditeur – Mémoires du livre

Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec

MÉMOIRES DU LIVRE

Volume 10, numéro 2, printemps 2019

Les discours de l’éditeur

The Publisher’s Discourse

Sous la direction de Anthony Glinoer et Julien Lefort-Favreau


Sommaire


Les discours de l’éditeur

Anthony Glinoer et Julien Lefort-Favreau

Télécharger cet article (PDF)


La construction de la posture aucto-éditoriale dans les mémoires d’éditeurs québécois

Valentina Blaga

Désir de justification, de légitimation, besoin de laisser une trace, d’affirmer sa position dans le champ éditorial, multiples sont les raisons qui, vers la fin du xxe siècle, poussent plusieurs éditeurs québécois, après de nombreuses années de labeur dans le domaine de la publication de livres, à coucher sur papier leurs expériences, surtout professionnelles. En se mettant ainsi en scène, l’éditeur devient un auteur. Il adopte alors une nouvelle posture, une posture auctoriale, tout en conservant sa posture d’éditeur. De quelle manière se forge cette double posture, unique en son genre? C’est ce qu’examine le présent article.

Télécharger cet article (PDF)


Anatomie du discours de lancement : l’exemple de Fides

Marie-Pier Luneau et Virginie Mailhot

Entre 1950 et 1970, les lancements de livres sont fréquents aux Éditions Fides. À chaque événement, le père Paul-Aimé Martin, fondateur de la maison, ne manque pas de prendre la parole. Éditeur aguerri, grand érudit et fin publiciste, le père Martin manifeste une énonciation éditoriale particulière à travers ses allocutions de lancement. Censé s’effacer devant l’auteur, de quoi parle exactement l’éditeur à ce moment où il chante les louanges de telle nouveauté? Cet article vise à jeter les prémisses d’une réflexion sur un type particulier de « discours » d’éditeur, soit l’allocution prononcée lors de lancements. Au-delà d’une certaine part de flagornerie consubstantielle à ce type d’énoncé, comment l’éditeur parvient-il à mettre en valeur son propre catalogue? Il s’agit d’observer quelles stratégies discursives déploie l’éditeur dans ce type d’énoncé, et quels rapports de force le sous-tendent.

Télécharger cet article (PDF)


Les éditeurs comme personnages médiatiques : l’exemple de Bertil Galland et Vladimir Dimitrijevic (1960-1985)

François Vallotton

Cet article traite de la présence des éditeurs suisses à la radio et à la télévision. Un projet d’enseignement et de recherche sur les émissions littéraires de radio et de télévision en Suisse romande nous a permis d’en identifier un nombre impressionnant. Nous nous attacherons ici sur deux figures qui ont marqué le paysage éditorial suisse dans la seconde moitié du xxe siècle tout en maintenant une forte rivalité à travers une conception assez différente du métier d’éditeur et de la littérature francophone : Bertil Galland et Vladimir Dimitrijevic. Leur présence à la radio et à la télévision est importante. Dans un premier temps, nous analyserons les modalités d’intervention des éditeurs dans les médias. Dans un deuxième temps, nous examinerons le contenu et la nature de ces déclarations publiques : dans quelle mesure pouvons-nous établir des liens entre elles et la pratique professionnelle? et comment ces types de contributions soulignent-ils ou influencent-ils d’autres formes d’autoreprésentation? Dans cette perspective, la spécificité des sources audiovisuelles doit prendre en compte les rôles de la voix, du rythme, de l’accent, mais aussi de l’attitude corporelle dans la construction d’une forme de position éditoriale.

Télécharger cet article (PDF)


L’éditeur de littérature consacrée face au chercheur en sciences sociales : dits, non-dits et contrepoints heuristiques

Lilas Bass

Cet article propose de rendre compte des discours des éditeurs littéraires français s’inscrivant au sein du pôle de l’édition consacrée et de les confronter à des outils d’analyse issus principalement de la sociologie, de l’ethnographie et de l’histoire pour saisir au mieux la manière dont ces éditeurs se donnent à voir face au chercheur en sciences sociales. Il s’agira donc, d’une part, de déterminer ce qui gouverne les discours des éditeurs appartenant au pôle de l’édition consacrée, en fonction du degré de consécration de chaque éditeur au sein du pôle, et, d’autre part, de proposer des outils méthodologiques (observation, discours des gatekepeers, comptage et recours aux archives) permettant de mettre au jour les stratégies de domination éditoriale qui assurent à ces éditeurs une légitimité particulière dans le champ éditorial français, voire international.

Télécharger cet article (PDF)


The Discourse and Value of Being an Independent Publisher

Rachel Noorda

Publishing did not have independents enter self-discourse until the 1960s when media conglomeration created a need to distinguish other publishers from this network of corporate giants. But rather than decimating the independent publishing landscape, the corporate conglomeration of book publishing has opened a space for independent publishers to thrive (Simon and McCarthy, 2009; Schiffrin, 2001; Hawthorne, 2014, 2016; Kogan 2007, 2010), in part because of the social currency that positioning themselves as independent in discourse affords. In order to analyze the use, purpose, and meaning of independent in publisher discourse, this article conducts a content analysis on mission statements of 39 US-based independent publishers. Through content analysis of mission statements, this article illuminates the way that certain publishers construct a particular social function and marketing appeal by the use of independent in twenty-first century book publishing discourse in the US.

Il a fallu attendre les années 1960 et l’avènement de grands conglomérats médiatiques pour voir les éditeurs indépendants, soucieux de se distinguer des géants de l’industrie, se « mettre en récit ». Loin de décimer les petits joueurs, ces conglomérats présents dans le monde de l’édition leur ont permis de prospérer (Simon et McCarthy, 2009; Schiffrin, 2001; Hawthorne, 2014; Kogan 2007, 2010), en partie en raison de la valeur symbolique que confère le fait de se présenter comme indépendants. Que veut dire « indépendant », quel but le recours à ce concept sert-il dans le discours que tient l’éditeur sur sa pratique? C’est sous cet angle que nous analysons l’énoncé de mission de 39 maisons d’édition indépendantes ayant leur siège aux États-Unis. Ce qui en ressort, c’est qu’en soulignant, dans leur discours, leur « indépendance », certains éditeurs actuels arrivent à se doter d’un attrait commercial et d’une fonction sociale particulière.

Télécharger cet article (PDF)


Les éditeurs d’Afrique francophone sur l’échiquier du « glocal » (1980-2019)

Raphaël Thierry

Entre les langues, les marchés et les labels, l’édition africaine représente un objet constant de discours. Celle-ci interroge en permanence notre regard sur le livre et notre relation à l’offre éditoriale internationale. Le temps est désormais révolu où le discours quasi unique concernant l’édition en Afrique portait sur la prétendue « famine du livre » continentale liée à la crise économique des années 1980. Depuis trois décennies, les marchés du livre n’ont fait que croître sur le continent, diversifiant leur production à travers une circulation des livres et de l’information éditoriale toujours plus intensives et transnationales. L’édition africaine demeure toutefois bien souvent présentée à travers les difficultés rencontrées par ses agents plutôt que, précisément, leur capacité d’agentivité (« Agency »). Indiscutable, historiquement établi, le livre africain se fait pourtant le miroir de la globalisation éditoriale et de ses flux économiques. Les enjeux économiques qui y ont cours reflètent alors les inégalités, les alternatives – les marges, aussi – d’un monde du livre toujours davantage concentré. L’édition africaine participe de même à un double questionnement : en Afrique, elle doit défendre sa légitimité économique et intellectuelle en fonction de contextes sociopolitiques évolutifs et de marchés éducatifs en situation d’extraversion; à l’international, elle doit se positionner vis-à-vis de l’édition non africaine de littérature et de non-fiction qui concentre la majorité de la production intellectuelle africaine dans le monde. En étudiant les discours sur le livre africain, discours d’éditeurs africains et évolution du marché international du livre africain francophone depuis les années 1980, cette réflexion se propose d’interroger la relation entre l’industrie du livre en Afrique et le phénomène de mondialisation du livre, afin de mettre au jour un tissu permanent d’échanges, de tensions et d’influences, faisant du marché du livre africain un espace « glocal », s’il en est.

Télécharger cet article (PDF)


André Schiffrin et Éric Hazan, emblèmes d’une radicale indépendance

Julien Lefort-Favreau

Cet article examine le discours élaboré par l’éditeur André Schiffrin durant les années 2000. Nous observerons la transformation d’un discours éditorial : les textes de Schiffrin, de mémoires autobiographiques, acquièrent une portée politique, au point même de devenir manifestes de l’édition indépendante. Le discours de réception qui se cristallise autour des propos de Schiffrin éclaire par ailleurs un second discours, celui de son propre éditeur, Éric Hazan, le fondateur de La Fabrique. À partir de l’analyse croisée des positions objectives de Schiffrin dans le champ et de leur parole respective, nous proposerons une définition de la notion d’indépendance éditoriale. C’est le portrait d’un écosystème éditorial en mutation que nous brossons, en soulignant l’importance des discours d’éditeurs dans la politisation de leur métier au tournant du millénaire. Ultimement, nous mettrons au jour le rôle de ces discours dans la mise en place d’une guerre de position qui vise à fissurer une hégémonie culturelle.

Télécharger cet article (PDF)


La diversification des pratiques éditoriales chez les féministes (1968-1976) : un avatar du discours militant

Marie-Andrée Bergeron

Cet article analyse la diversification des pratiques éditoriales de féministes entre 1968 et 1976. Il procède d’une hypothèse selon laquelle cette diversification constitue en fait une stratégie militante qui vise à faire circuler le discours au sein de différents réseaux et à atteindre un public plus élargi. Quatre types d’imprimés seront examinés, dont deux sont autopubliés et deux sont édités professionnellement. Il s’agit d’un manuel, le Birth Control Handbook (1968), un journal de liaison, le Montreal Women’s Liberation Newsletter (1970), une revue, Québécoises deboutte! (1972-1974), et une pièce de théâtre alternative, Môman travaille pas, a trop d’ouvrage! (1976).

Télécharger cet article (PDF)


La conception éditoriale du lecteur en France des années 1950 à la fin des années 1970 : en particulier dans les « discours d’escorte » de Jean Cayrol, Jean Paulhan et Gaëtan Picon

Brigitte Ouvry-Vial

Cet article examine les prémices de la notion de lecteur et d’acte de lecture dans un contexte littéraire et intellectuel qui annonce la mort de l’auteur et où l’arrivée des médias audiovisuels fait concurrence au livre. La réflexion s’appuie en particulier sur les « discours d’escorte » de Jean Cayrol, Jean Paulhan et Gaëtan Picon, trois éditeurs contemporains les uns des autres qui ont en commun leur souci de commenter par écrit leur activité éditoriale, les modèles esthétiques et les conceptions de la médiation de la littérature en train de se faire. Ces notes et écrits d’éditeurs-essayistes ou éditeurs-critiques constituent une sorte de journal de bord professionnel, un « discours d’escorte » ayant pour fonction d’établir une relation de proximité non pas tant avec le public, mais d’abord avec leurs pairs. Ils permettent une approche des protocoles de lecture que les lecteurs professionnels mettent en oeuvre et qu’ils suggèrent plus ou moins implicitement aux lecteurs ordinaires de suivre. Ils éclairent ainsi en filigrane le développement des théories de la réception et la prise en compte éditoriale du rôle du lecteur, une figure encore anonyme mais de plus en plus au centre du dispositif de production-réception de la littérature.

Télécharger cet article (PDF)


Trouver lieu : le discours d’éditeurs français d’albums pour la jeunesse de la fin des années 1960

Cécile Vergez-Sans

Cet article propose une analyse du discours de l’éditeur d’albums pour enfants de la fin des années 1960, période de recomposition du paysage éditorial et des institutions de l’enfance. Quelle peut être la légitimité de ces discours dans le champ littéraire alors que les oeuvres pour enfants sont traditionnellement considérées comme mineures? L’analyse des catalogues d’éditeurs montre que l’existence même d’un discours ne va pas de soi. Le discours constitue une stratégie de récents éditeurs innovants. L’étude monographique de l’un d’entre eux, François Ruy-Vidal, permet de découvrir les multiples fonctions du discours, didactique, littéraire, politique, mais aussi les limites du dicible et les risques du discours.

Télécharger cet article (PDF)


C. S. Lewis: Writing and Publishing Literary Criticism with Oxford University Press and Cambridge University Press

Samantha Rayner et Alison Searle

This essay uses unpublished archival material to explore what this reveals about the commissioning, gestation, editing, and publishing of several key works of literary criticism by C. S. Lewis: The Allegory of Love: A Study in Medieval Tradition (1936), The Oxford History of English Literature in the Sixteenth Century Excluding Drama (1954), Studies in Words (1960), and The Discarded Image (1964). Our analysis looks at a range of connecting areas, including the complex labour structures and systems of patronage which operated during the period under consideration, as well as the peer review processes, assessments of potential reading markets, the practicalities of authorial revision and typesetting, and the intersections between pedagogical practice and publishing which all these demonstrate. The materials in the archives we drew upon to conduct this research were author marketing questionnaires; book cover designs; letters between Lewis, his press editors, bibliographers, and press reviewers; and cuttings from post-publication reviews. This case study makes an important contribution to our understanding of the role played by mid-twentieth century academic publishers to the production of knowledge in the English-speaking world.

Les archives inédites d’ouvrages de critique littéraire de C. S. Lewis (The Allegory of Love: A Study in Medieval Tradition [1936], The Oxford History of English Literature in the Sixteenth Century Excluding Drama [1954], Studies in Words [1960] et The Discarded Image [1964]) sont d’intérêt notamment en ce que révèlent la commande, la gestation, la révision et la publication des oeuvres. Notre analyse fait ressortir les convergences entre l’organisation du travail et le mécénat propres à la période, le processus d’évaluation par les pairs et les études de marché, ainsi que la mise en livre par les interventions de l’auteur et la composition typographique. Sont alors mis en évidence des liens entre la pratique pédagogique et l’édition. Pour mener cette analyse, nous avons interrogé les archives : questionnaires de mise en marché; couvertures des ouvrages; correspondance de Lewis avec des correcteurs, des bibliographes et des critiques; coupures de journaux recensant la réception. La présente étude de cas apporte une contribution importante à la compréhension du rôle qu’ont pu jouer, au milieu du xxe siècle, les maisons spécialisées dans l’édition savante en matière de production des savoirs dans le monde anglophone.

Télécharger cet article (PDF)


Les comportements informationnels des écrivains membres de l’UNEQ : étude en trois volets

Nadine Desrochers

Cette étude qualitative constitue l’étape empirique d’un projet portant sur les comportements informationnels des membres de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ). Grâce à un cadre théorique inspiré des travaux de Pierre Bourdieu sur le champ littéraire, repéré également dans la littérature, elle décrit les pratiques des écrivains quant à leurs besoins, recherche, utilisation et diffusion d’information, unissant les données recueillies lors d’un sondage, une analyse de contenus web et des entrevues. Les résultats montrent que les avantages et désavantages apportés par le numérique créent parfois un sentiment d’incohérence entre les ressources utilisées et la diffusion en ligne. Par ailleurs, la relation avec les professionnels de l’information pourrait être repensée à l’étape de la création du texte, quant à l’organisation du paratexte numérique et pour la compréhension des outils web à la portée des écrivains. Cela dit, il faudrait que cela participe d’une transformation plus large du champ, car la perception de la légitimation continue pour l’instant de suivre les voies traditionnelles de l’illusio.

Télécharger cet article (PDF)


Tous droits réservés © Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec, 2019

License


Voir tous les numéros


SOURCE


Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , ,
Publié dans Revues de presse

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 228 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :