Le virus de la Covid-19 est-il présent sur les livres en bibliothèques ?

Le virus de la Covid-19 est-il présent sur les livres en bibliothèques ?

Par Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys / Appui-livres

La nouvelle vient de sortir en français dans quelques médias. L’original anglais date du 22 juin. Curieusement, la version française, très écoutée, provient de l’agence La Presse canadienne. Par exemple, le texte de La Presse canadienne fut repris sous le titre « Le coronavirus indétectable sur les livres après trois jours » par le journal en ligne HuffPost et sous le titre « Le virus indétectable sur les livres après trois jours » par le magazine L’actualité dans leur édition du 6 juillet 2020.

La source de La Presse canadienne pour cette nouvelle est un article paru dans l’édition du 25 juin du quotidien USA Today sous le titre « ’Fake spit’ tests show library materials free of coronavirus after 3 days ».

La source du USA Today est donnée dans son article par un lien dirigeant vers un autre article, publié sous le même titre deux jours auparavant, soit le 23 juin, cette fois dans le journal The Colombus Dispatch.

La source de ce dernier est le site web de l’organisme américain Battelle Memorial Institute (une entreprise à but non lucratif américaine basée à Columbus spécialisée dans la recherche et l’ingénierie, dans un champ d’activité très diversifiéWikipédia).

Sur le site web de Battelle, on apprend :

L’Institut des services de musées et de bibliothèques (IMLS) et l’organisme de recherche en bibliothèques (OCLC) de l’Ohio ont demandé à Battelle de mener l’enquête scientifique sur le Projet REopening Archives, Libraries and Museums (REALM), conçu pour soutenir le manipulation de documents de musée, de bibliothèque et d’archives. L’étude détermine combien de temps le virus peut survivre sur des matériaux à haute circulation et comment ces matériaux peuvent être décontaminés pour une manipulation sûre par le personnel et le public.

TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS

Battelle was asked by the Institute of Museum and Library Services (IMLS), and the Ohio-based library research organization (OCLC), to do the scientific inquiry of the REopening Archives, Libraries, and Museums (REALM) Project, designed to support the handling of museum, library, and archival materials. The study determines how long the virus can survive on high-circulation materials, and how those materials might be decontaminated for safe handling by staff and the public.

Helping Libraries and Museums Operate Safely in the COVID-19 World, Inside Batelle, Jun 29, 2020.

Le lien dans le texte de Battelle conduit au site web Online Computer Library Center.

Le Online Computer Library Center (OCLC), fondé en 1967 sous le nom de Ohio College Library Center, est une organisation à but non lucratif mondiale au service des bibliothèques dont le but est d’offrir un meilleur accès public aux informations et d’en réduire le coût. Plus de 10 000 bibliothèques1 dans le monde utilisent les services de l’OCLC afin de trouver, de cataloguer ou de conserver leurs ouvrages. Les bureaux de l’organisation sont situés à Dublin dans l’état de l’Ohio aux États-Unis d’Amérique. Wikipédia).

Et plus précisément sur la page du site web REopening Archives, Libraries, and Museums (REALM) Project dont le titre est « Reopening Archives, Libraries, and Museums (REALM) Information Hub: A COVID-19 Research Project ». Sur cette page, on trouve un lien vers une autre page intitulée « REALM Project Round 1 Test Results Available» et présentant les résultats du premier test daté du 22 juin 2020. On peut lire :

Dans le cadre de la recherche de phase 1 du projet REALM, Battelle a mené une étude d’atténuation naturelle pour fournir des informations sur la durée pendant laquelle certains documents de bibliothèque communément distribués devraient être mis en quarantaine avant d’être remis au public. Les tests ont été effectués en appliquant le virus virulent SARS-CoV-2 (le virus qui cause le COVID-19) sur cinq matériaux maintenus dans des conditions de température et d’humidité ambiantes standard. (Télécharger le plan de test [PDF]) Les matériaux testés comprenaient les éléments suivants, fournis par la Columbus Metropolitan Library:

  1. Couverture de livre cartonnée (tissu buckram)
  2. Couverture de livre broché
  3. Pages de papier ordinaire à l’intérieur d’un livre fermé
  4. Couverture de livre en plastique (film polyester biaxialement orienté)
  5. Boîtier DVD.

(…)

Les résultats montrent que le virus du SRAS-CoV-2 n’était pas détectable sur les matériaux après trois jours de quarantaine. L’évaluation démontre que les conditions standard de température et d’humidité relative des bureaux généralement réalisables par tout espace de bureau climatisé fournissent un environnement qui permet l’atténuation naturelle du SRAS-CoV-2 présent sur ces matériaux courants après trois jours de quarantaine.

TEXTE ORIGINAL EN ANGLAIS :

As part of the REALM Project’s Phase 1 research, Battelle has conducted a natural attenuation study to provide information on how long some commonly circulated library materials would need to be quarantined prior to being returned to public circulation. Testing was conducted by applying the virulent SARS-CoV-2 virus (the virus that causes COVID-19) on five materials held at standard room temperature and humidity conditions. (Download Test Plan [PDF]) The materials tested included the following items, which were provided by Columbus Metropolitan Library:

(1) Hardback book cover (buckram cloth)
(2) Softback book cover
(3) Plain paper pages inside a closed book
(4) Plastic book covering (biaxially oriented polyester film)
(5) DVD case.

Results show that the SARS-CoV-2 virus was not detectable on the materials after three days of quarantine. The evaluation demonstrates that standard office temperature and relative humidity conditions typically achievable by any air-conditioned office space provide an environment that allows for the natural attenuation of SARS-CoV-2 present on these common materials after three days of quarantine.

Source :  REALM Project Round 1 Test Results Available.

« OCLC Leadership » http://www.oclc.org
©2020 OCLC
22 juin 2020
< https://www.webjunction.org/news/webjunction/test1-results.html >.

Finalement, on trouve au bas de ce texte un lien de téléchargement de la source originale de tous les textes et les articles des médias soit le Rapport du Test 1 [PDF] (en anglais).

Je viens donc d’effectuer ce qu’on appelle une vérification de l’information, une étape cruciale en journalisme.

La nouvelle donnée en français par La Presse canadienne conduit à un autre média (USA Today) qui conduit lui-même à un autre média (The Colombus Dispatch) qui conduit à la source. La Presse canadienne se contente de donner un article du USA Today mais on ne sait pas si ce dernier a vérifié adéquatement la source de son article. En remontant au texte du USA Today, on se rend compte que ce dernier donne aussi comme source un autre média, The Colombus Dispatch. C’est toute un chance que ce dernier nous conduit vers l’organisme de recherche à l’origine de la nouvelle. Mais le lien donné n’est pas la page du projet de recherche, ni même la page des résultats du Test. Le lien donné par The Colombus Dispatch conduit à la page d’accueil de l’organisme où l’on trouve de nombreux textes à la une. Il faut donc trouver soi-même le bon texte.

Quand les médias d’information traditionnels nous parlent de désinformation et de la vigilance dont nous devons faire preuve, on peut se demander si c’est pour détourner notre attention de leur propre manque de vigilance en matière de vérification de l’information. Se citer les uns les autres n’est pas suffisant. C’est même de la lâcheté. On veut la source, la vraie source, la source original. C’était aussi le sujet de mon éditorial du 2 janvier 2020 publié sous le titre « Quand les médias détournent notre attention sur leur travail ». On n’en sort pas.


P.S.: La traduction des extraits des articles originaux en anglais fut effectuée avec Google Traduction.

 

 

 

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Publié dans Éditorial
One comment on “Le virus de la Covid-19 est-il présent sur les livres en bibliothèques ?
  1. […] l’exemple mis en vedette dans notre éditorial du 10 juillet dernier « Le virus de la Covid-19 est-il présent sur les livres en bibliothèques ? ». Dans son article traitant la Covid-19 en bibliothèque (« Le coronavirus indétectable sur les […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 228 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :