ÉDITORIAL – En réponse à l’opinion «La difficile mission de Nathalie Roy» signée par Antoine Robitaille dans Le Journal de Québec

ÉDITORIAL

En réponse à l’opinion «La difficile mission de Nathalie Roy» signée par Antoine Robitaille dans Le Journal de Québec

par Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys / Appui-Livres


À LIRE EN PREMIER

La difficile mission de Nathalie Roy, Opinions, Antoine Robitaille, Le Journal de Québec, Samedi, 30 mai 2020 05:00.


Dans son Opinion, Antione Robitaille revient sur les critiques adressées à la ministre de la Culture et des Communications du Québec, Mme Nathalie Roy, et il demande :

Mais que peut la ministre exactement? Inventer une autre prestation? Déconfiner la culture tous azimuts, avec les risques élevés? Déjà qu’il s’avère complexe de rouvrir musées et bibliothèques, imaginez les salles de spectacles!

Les artistes de la scène ne sont pas des imbéciles qui réclament à tout vent le déconfinement prématuré de leur secteur. Et c’est à peu de chose près la position de l’ensemble des artistes de tous les secteurs culturels dans leurs critiques de Mme la ministre en cette période de crise sanitaire.

Le reproche s’articule autours du fait que Mme la ministre est absente de la scène publique, qu’elle est silencieuse et ainsi qu’elle ne rassure en rien les artistes qui se demandent à plus forte raison ce qu’elle fait pour eux.

C’est la femme invisible! a affirmé Eudore Belzile lorsqu’il a été interrogé sur l’implication de la ministre Nathalie Roy pour la reprise des arts de la scène à l’émission Info-réveil.

Source : Laurence Royer, Radio-Canada / Ici Bas-Saint-Laurent, 27 mai 2020.

Nous avons déjà évoqué l’absence de Mme la ministre de la scène publique et nous n’étions pas les seuls :

Et c’est sans compter la conclusion de l’opinion publiée dans l’édition du 16 avril 2020 du Le Journal de Montréal sous le titre «La CAQ laisse la culture à Ottawa» et signée par Guy Fournier :

Madame la ministre, vous auriez grand intérêt à sortir de votre silence.

Je ne sais pas si le gouvernement Legault applique une politique de communication publique spéciale limitant les interventions de ses ministres en ces temps de crises. La ministre Nathalie Roy se fait le parfait écho des conférences de presse du Premier ministre et des messages officiels de la Santé publique sur sa page Facebook et il n’y a très peu d’information sur le site web de son ministère.

En fait, la ministre Nathalie Roy semble la seule membre du cabinet Legault à subir une critique aussi soutenue des différents secteurs dont elle a la responsabilité politique

La ministre Nathalie Roy peut passer des journées au téléphone et en visoconférence avec des représentants des secteurs culturels, rien ne transpire de ces échanges sur la scène publique, sans doute en raison de la confidentialité imposée.

Si je me souviens bien, Louis Morissette a affirmé, parlant de la ministre de la Culture, « Ce n’est pas parce qu’on ne la voit pas dans les médias qu’elle ne travaille pas fort pour la relance de la culture » lors de son passage à l’émission TOUT LE MONDE EN PARLE le dimanche 19 avril 2020. C’est comme l’histoire du petit canard dont on ne voit pas le travail sous l’eau avec ses pattes palmées mais le petit canard demeure visible et on le voit se déplacer.

La ministre Nathalie Roy ne semble pas comprendre le besoin d’affection des artistes et de la population quand vient le temps de parler de la culture, de notre culture.

Travailler avec les autorités des milieux culturels, les organisations qui représentent les artistes, les chanteurs, les musiciens, les maisons de productions, les écrivains, les éditeurs, les libraires, les bibliothécaires, les conservateurs des musées…. c’est très bien. Mais il faut aussi comprendre que la communication directe avec les artistes et la population est essentielle dans le domaine culturel. Bref, la ministre ne doit pas se cramponner au sommet de la pyramide, très loin de la base.

Depuis sa nomination au ministère de la Culture et des Communications, Mme Roy essuie des critiques relevant son absence de la scène publique. Elle s’adresse très rarement directement à la population. La crise actuelle n’a fait qu’accentuer les défauts de la politique de communication publique de la Mme la ministre.

Est-ce que seuls les résultats compte pour cette ministre ? Est-ce que tout ce qui vient en amont des annonces officielles n’a pas d’importance; on n’a pas à en informer la population.

Il faut souligner qu’il s’agit majoritairement d’annonces de subventions, très souvent récurrentes, c’est-à-dire hors du contrôle de la ministre elle-même.

S’il est un secteur économique qui compte sur l’engagement de la population, c’est bien celui de la culture. Je ne comprends donc pas le silence de la ministre auprès de la population. Elle demande à la population de soutenir les artistes en allant à leurs spectacles, les écrivains en achetant leurs livres… Et c’est tout. À mon avis, la population n’est qu’un vaste bassin de consommateurs de produits culturels aux yeux de la ministre.

Mais ici, au Québec, la culture n’est pas une simple affaire de consommation ou pis encore un simple secteur de notre économie. Elle est avant tout une question citoyenne et une question d’identité. Le terme même «QUÉBÉCOIS» inclut le mot «CULTURE». Les Québécois veulent entendre LEUR ministre LEUR parler de la culture québécoise le plus souvent possible.

Quand la majorité des annonces de la ministre se résume à des subventions, la population développe des préjugés défavorables face aux milieux culturels par lesquels elle assigne le statut d’assistés sociaux aux artistes. Je me dis pas que la ministre doit passer sous silence l’attribution de subventions aux différents secteurs culturels. Par contre, je soutiens que l’attribution de subventions ne doit pas constituer l’essentiel des communications publiques de la ministre.

Enfin, permettez-moi de revenir sur le fait que le ministère de la Culture et des Communications du Québec ne remplit pas sa mission. Dans mon éditorial «Pourquoi le ministère de la Culture et des Communications du Québec ne remplit pas sa mission», je mets en relief la pauvreté du déploiement de la culture québécoise sur le site web du ministère.

Pendant le confinement ordonné par le gouvernement, le ministère de la Culture et des Communications se devait de faire de son site web un lieu de diffusion et de rassemblement de toutes les initiatives culturelles aidant la population à supporter ce confinement, ce qui aurait été en phase avec sa mission : «contribuer au rayonnement de la culture et des communications». Mais non, ce ne fut pas et ce n’est pas encore le cas.

Le ministère remplit sa mission en déléguant à d’autres le soins de contribuer au rayonnement de la culture et des communications. Le ministère ne fait rien par lui-même.

«Pour réaliser sa mission, le Ministère est appuyé par un réseau d’organismes publics et de sociétés d’État qui relèvent de la ministre» lit-on sur le site du ministère. Le verbe APPUYÉ est beaucoup trop fort car il implique que le ministère déploie lui-même des efforts. Mais ce n’est pas le cas; il se limite à donner des subventions à des intermédiaires. Le ministère ne remplit sa mission que par procuration.

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Éditorial
One comment on “ÉDITORIAL – En réponse à l’opinion «La difficile mission de Nathalie Roy» signée par Antoine Robitaille dans Le Journal de Québec
  1. […] ÉDITORIAL – En réponse à l’opinion «La difficile mission de Nathalie Roy» signée par Antoi… […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 228 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :