FRANCE – Dispute entre l’auteur Joann Sfar et la Société des gens de lettres (SGDL)

REVUE DE PRESSE

FRANCE

Dispute entre l’auteur Joann Sfar et la Société des gens de lettres (SGDL)


On n’arrête pas l’éco

FRANCE INTER

samedi 23 mai 2020

par Alexandra Bensaid

Avec André Grimaldi, Takis Candilis, Joann Sfar et Dominique Méda

Statut des auteurs, le coup de gueule de Joann Sfar : « Je suis certain qu’il ne se passera rien pour nous »

Coup de fil à une personnalité du monde de la culture pour faire un point sur les bouleversements économiques que traversent ces secteurs. Ce matin, focus sur les auteurs : alors que les maisons d’éditions et librairies ont subi de plein fouet les conséquences du confinement, qu’en est-il de la situation des auteurs professionnels ? L’invité d’Alexandra Bensaid est auteur de bande dessinée, illustrateur, romancier, réalisateur, et il est l’un des présidents d’honneur de la Ligue des Auteurs Professionnels. Joann Sfar est en direct dans On n’arrête pas l’éco à partir de 10h40.

Lire la suite


Joann Sfar – Facebook

5 h ·

Paris, le 26 Mai 2020

Tout le monde me conseille de me taire parce qu’il va y avoir un procès. Peut-être est-ce l’objectif de cette plainte, d’ailleurs, qu’on se taise.

Et on devrait remercier la Société des Gens de Lettres. J’ai eu tort de dire que cette institution représentait bien mal les auteurs. C’est vrai, on n’a pas entendu parler d’eux lorsque nous nous battions pour que le rapport Racine ne soit pas enterré. Ils ont été également très discrets lors du scandale de l’Agessa, lorsqu’on a découvert que notre organisme de sécurité sociale avait « oublié » une partie des cotisations de 190 000 artistes-auteurs, les amputant de leurs droits à la retraite. Mais aujourd’hui que notre profession sort exsangue d’années de crise et de plusieurs mois d’épidémie, ils se réveillent. Pour crier avec moi que la façon dont l’État a décidé de gérer la crise pour les artistes-auteurs est problématique ? Non. Pour demander la mise en place de mesures de soutien aux auteurs simples, adaptées et sans rupture d’égalité, comme pour les autres professionnels de ce pays ? Non. La Société des Gens de Lettres se réveille pour me faire un procès en diffamation. Je devrais donc la remercier et je comprends enfin la fonction de cet organisme : il sert à remettre les auteurs dans le droit chemin si par hasard il leur arrive d’être catastrophés, et par la situation sociale de leur profession, et par la façon paternaliste dont des associations font semblant de les défendre.

Passons sur le fait que le communiqué de la SGDL joue à BOGGLE avec mes déclarations pour me faire dire autre chose que ce que j’ai dit.

Et ne fermons pas notre grande bouche. Je ne crois pas que mes déclarations relèvent de la diffamation. Je veux bien entendre que je sois vague, imprécis, et que mes propos appellent au débat. Mais ce procès est une honte.

Pour dire le fond de ma pensée, je ne peux pas croire un instant que les 24 membres du conseil d’administration de la SGDL soutiennent cette démarche. Parmi eux des auteurs, des éditeurs et divers acteurs de la filière livre. Je ne peux pas croire qu’ils valident cette attitude honteuse à mes yeux. Pas plus que je ne peux imaginer les adhérents de la SGDL favorables au fait que leurs cotisations servent à attaquer un auteur en justice parce qu’il ose critiquer la situation actuelle.

Si j’émets ces critiques, et si d’autres auteurs le font avec moi, c’est parce que nous voyons au quotidien des collègues qui n’y arrivent plus, de tous âges. Nous voyons un système se refermer comme un nœud coulant autour de nos confrères. Et depuis des années chacune de nos initiatives auprès des pouvoirs publics finit réduite à néant. La dernière en date, le rapport Racine, a été torpillée. Ce rapport, commandité par le Ministère de la Culture comportait à la fois un constat juste sur notre situation, et des préconisations parfaitement sensées pour que les auteurs bénéficient enfin d’un statut plus conforme à leur activité. Dès sa publication, ce rapport a été l’objet de toutes les attaques émanant du Syndicat National de L’Edition, ce qui n’est pas une surprise, mais également d’autres organismes dont on a pu comprendre que leur investissement auprès des auteurs consistait avant tout à œuvrer pour que rien ne change.

Oui, j’affirme que la SGDL et tout le maillage mélangeant association culturelle, syndicats et sociétés de gestion collectives nous représente bien mal. C’est une confusion des intérêts défendus qui n’existe nulle part ailleurs dans la représentation professionnelle des métiers. La France s’est engagée, en ratifiant la convention n°87 de l’Organisation Internationale du Travail sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical, à « prendre toutes mesures nécessaires et appropriées en vue d’assurer aux travailleurs et aux employeurs le libre exercice du droit syndical. »

Durant les temps d’abondance, tout le monde s’en foutait. Aujourd’hui que les auteurs ont besoin d’aide, je crois nécessaire de réfléchir aux raisons pour lesquelles aucun des relais qui devraient les aider ne fonctionnent.

Je crois qu’on ne peut plus accepter l’absence d’une représentation professionnelle légitime des auteurs. Il y a des lois en France. Nous demandons une chose simple : l’application de la démocratie sociale, et l’organisation d’élections professionnelles conformes au droit du travail. Aujourd’hui, certaines associations et organismes nous représentent d’office sous prétexte d’ancienneté, emploient beaucoup de monde, sont très richement dotées. Nous avons le droit de critiquer leur action, et même leur existence si ça nous chante.

Il m’arrive d’être excessif, inexact, de me tromper dans les chiffres ? C’est possible. C’est sans doute une idée naïve, mais dans la mesure ou l’État parvient à imposer l’impôt sur le revenu aux artistes-auteurs et à leur prélever des cotisations, je ne vois pas pourquoi il a besoin de la SGDL pour distribuer des aides d’urgence aux critères déconnectés avec nos métiers, au moment de l’une des plus grandes crises économiques du siècle. 1 million d’euros ont été débloqués pour les auteurs du livre par l’État, pour 100 000 individus en France. Plutôt que de les gérer lui-même, l’État a délégué cette enveloppe à la Société des Gens de Lettres. 1 autre million supplémentaire a été apporté par des organismes de gestions collectives. En date du 4 mai 2020, d’après les chiffres du Centre National du Livre, seulement 80 auteurs avaient eu accès à cette aide. Les auteurs ont fait savoir leur détresse : ce dispositif censé être spécifique n’est pas adapté à leur situation.

Que la SGDL soit mécontente de mes mots, je l’imagine bien. Qu’ils aient le sentiment que je suis excessif, j’en conviens volontiers. Même si une part de moi songe qu’il faudrait hurler encore plus fort puisqu’après des années à s’époumonner, les collègues et moi-même ne sommes pas entendus. Qu’ils en arrivent à me faire un procès, cela relève selon moi de l’indignité. Et c’est une honte pour une association qui prétend être au service des auteurs.

Je demande solennellement et publiquement aux 24 membres du comité de la SGDL ainsi qu’aux adhérents de cette association s’ils acceptent que leur nom serve à cette procédure honteuse.

Chère SGDL, je vais relire Balzac. J’aimerais bien déchirer ma carte de membre, mais je n’en fais pas partie. Tu ne me représentes pas. Et si tu persistes à vouloir attaquer ceux qui osent parler, prépare-toi à demander à l’état davantage de fonds car on risque d’être nombreux.

Joann Sfar président d’honneur de la Ligue des Auteurs Professionnels.

Source : Page Facebook de Joann Sfar.


La Ligue soutient Joann Sfar

LIVRES-HEBDO

Par Nicolas Turcev, le 25.05.2020 à 18h39 (mis à jour le 26.05.2020 à 10h24) Polémique

Alors que la SGDL a annoncé son intention de porter plainte contre le dessinateur pour diffamation, l’organisation soutient son président d’honneur.

La Ligue des auteurs professionnels se dit « consternée » par la décision de la Société des gens de lettres (SGDL) de porter plainte contre Joann Sfar pour diffamation, dans un communiqué envoyé à la presse le 25 mai. Elle déplore « qu’une société fondée par des auteurs pour défendre les auteurs puisse envisager d’aller en justice contre un auteur ».

Lire la suite


Attaqué en diffamation, Joann Sfar répond à la Société des gens de lettres

Dans un communiqué qu’il adresse aujourd’hui à la Société des gend de lettres (SGDL) , Joann Sfar écrit: «Tout le monde me conseille de me taire parce qu’il va y avoir un procès. Peut-être est-ce l’objectif de cette plainte, d’ailleurs, qu’on se taise.»
Et on devrait remercier la Société des Gens de Lettres. J’ai eu tort de dire que cette institution représentait bien mal les auteurs. JOEL SAGET / AFP

Fragilisés par le confinement, les auteurs s’entre-déchirent. Dernier épisode en date, la SGDL attaque en justice l’auteur du Chat du Rabbin, qui lui répond dans un communiqué publié ici.

Par Olivier Delcroix et AFP agence

Publié il y a 6 heures

Particulièrement fragilisés par le confinement, les auteurs, souvent en situation précaire, se déchirent alors que la question de la refonte de leurs droits sociaux n’a toujours pas été réglée.

Nouvel épisode de cette lutte fratricide, la Société des Gens de Lettres (SGDL) a annoncé lundi qu’elle comptait traîner le dessinateur et scénariste Joann Sfar (Le chat du rabbin), président d’honneur de la Ligue des auteurs professionnels, devant les tribunaux pour diffamation.

Lire la suite


Joann Sfar accusé de diffamation : “Ce procès est une honte”

ActuaLitté, Nicolas Gary – 26.05.2020

Il fallait s’y attendre, et bien qu’il lui ait été manifestement recommandé de se taire, Joann Sfar n’a pas hésité. Accusé de diffamation par la Société des gens de lettres, l’auteur a choisi de parler. « Peut-être est-ce l’objectif de cette plainte, d’ailleurs, qu’on se taise. »

Mea culpa ? Ce serait mal connaître le franc-parler de Sfar. « J’ai eu tort de dire que cette institution représentait bien mal les auteurs », explique-t-il, avant de détailler les faits d’armes de l’association.

Lire la suite


Joann Sfar, la SGDL et l’effet Streisand : la contusion des sentiments

ActuaLitté, Nicolas Gary – 26.05.2020

Il reviendra au procureur de la République d’examiner la plainte pour diffamation que la SGDL entend déposer. Outrée qu’un auteur puisse lui reprocher de ne pas exécuter correctement sa mission, l’organisation a décidé de saisir les tribunaux. Grand bien lui en a pris…

Depuis 2003, la sociologie dispose d’un nouveau concept d’analyse comportementale des masses : l’effet Streisand. La chanteuse et actrice avait poursuivi en justice l’auteur d’une photographie, légèrement compromettante. Or, en tentant de faire disparaître le cliché, Barbra Streisand fut confronté à une déferlante qui a au contraire fait la publicité de ladite photo.

Lire la suite


SGDL, par Pierre Jourde

L’Obs – BibliObs – Les chroniques de Pierre Jourde

CHRONIQUE LIBRE. Ecrivain, professeur d’université et critique littéraire, Pierre Jourde se pose ici quelques questions.

Par Pierre Jourde (Ecrivain)

Publié le 26 mai 2020 à 12h28 Mis à jour le 26 mai 2020 à 15h34

Le 11 de ce mois, le comité des administrateurs de la SGDL a élu un nouveau président, Christophe Hardy, et un nouveau secrétaire général, François Thiery. Christophe Hardy a publié, entre autres, de nombreux livres sur la musique, la poésie, des ouvrages de lexicologie, de la poésie et de la fiction. François Thiery a écrit des romans, des livres pratiques, des ouvrages pour la jeunesse ; il est également illustrateur. Ce n’est pas une sinécure. C’est même un sacré travail, j’ai pu le constater sous la présidence de Marie Sellier, qui a abattu un considérable boulot, d’autant plus impressionnant que cela requiert souvent une technicité pointue en matière juridique.

Lire la suite


 

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , ,
Publié dans Revues de presse

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 257 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :