France : Les pratiques culturelles à domicile en période de confinement

FRANCE

Les pratiques culturelles à domicile en période de confinement

La Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (HADOPI)


Consommation de biens culturels dématérialisés en situation de confinement

Vague 1

7 avril 2020

Période de confinement – Consommation culturelle

53 % des internautes français placent la consommation des biens culturels en tête des activités indispensables en période de confinement

Réalisée par l’Hadopi, le baromètre sur Les pratiques culturelles à domicile en période de confinement* révèle une intensification de la consommation de biens culturels avec 62 % de consommateurs de biens culturels qui déclarent consommer plus de ces biens depuis le confinement. 53 % des internautes français interrogés placent la consommation des biens culturels (écouter de la musique, regarder des films, des séries, jouer à des jeux vidéo, lire des livres notamment numériques …) en tête des activités indispensables à l’équilibre personnel en période de confinement, suivie par la pratique du sport (40 %) et les activités manuelles (39 %). Dans la situation actuelle de confinement, l’accès à des biens culturels dématérialisés apparaît donc comme une nécessité pour les Français.

Si la part des internautes français déclarant consommer des biens culturels dématérialisés évolue relativement peu – 84 % contre 81 % en 2019 – d’après  le Baromètre de la consommation 2019 réalisé par l’Hadopi, on observe une intensification de la consommation dans la période actuelle : plus de la moitié des consommateurs de biens culturels (62 %) déclarent en consommer plus qu’avant le confinement.

C’est en particulier le cas de plus de la moitié des consommateurs de séries (55 % disent en regarder plus en ligne depuis la période de confinement), des joueurs de jeux vidéo (53 % déclarent jouer plus), des internautes visionnant des films (50 % font état d’une consommation plus importante).

C’est aussi, dans une moindre mesure, le cas des personnes écoutant de la musique sur internet qui en consomment plus (40%) et des lecteurs de livres numériques qui en lisent plus (42%) depuis le début de la période de confinement.

*Note méthodologique

Etude quantitative en ligne de type omnibus réalisée par l’Ifop, les 26 et 27 mars 2020, auprès d’un échantillon national de

1050 individus, représentatif (selon la méthode des quotas) des internautes français de 15 ans et plus.

A propos de l’Hadopi

Depuis 2009, l’Hadopi agit en faveur de la protection et de la diffusion de la création sur Internet. Elle lutte contre le piratage en ligne de l’ensemble des œuvres culturelles protégées par un droit d’auteur dans les domaines de l’audiovisuel, de la musique, du livre numérique ou du jeu vidéo. Chaque jour, l’Hadopi accompagne les internautes vers des usages culturels responsables et respectueux du droit d’auteur.

Retrouvez les résultats de la vague 1

Retrouvez la présentation en cliquant ici.


Consommation de biens culturels dématérialisés en situation de confinement

Vague 1 (suite)

Paris, le 15 avril 2020

Période de confinement – Consommation culturelle

Le nombre d’utilisateurs d’un service payant de vidéo à la demande en hausse de 10 points

Initié par l’Hadopi au titre de sa mission d’observation des usages sur internet, le baromètre sur Les pratiques culturelles à domicile en période de confinement* révèle que 46 % des internautes français déclarent accéder à un abonnement payant de vidéo à la demande (VàDA) pendant la période de confinement, contre 36 % en 2019, soit un gain de 10 points.

Ce sont aussi 17 % des internautes qui indiquent qu’ils accèdent à un abonnement à une offre musicale contre 15 % en 2019 et 21 % qui disent accéder à une offre payante de télévision contre 23 % en 2019.

Ce baromètre permet, en outre, de constater que 78 % des internautes ont eu connaissance des offres spéciales mises à disposition, en raison du confinement, par les opérateurs en matière culturelle et que 30 % y ont eu recours. Parmi ceux qui disent avoir augmenté leur consommation d’offres culturelles en ligne sur la période, 37 % ont déclaré avoir eu recours à ces offres spéciales.

S’agissant de l’accès illicite aux œuvres culturelles en ligne, les sites de streaming apparaissent privilégiés par 48 % des internautes ayant des pratiques de consommation illicite d’au moins un bien culturel. 34 % de ces consommateurs illicites ont recours à des convertisseurs, 23 % à des sites de téléchargement direct (direct download) et 14 % à des réseaux pair à pair (peer to peer). 26 % des consommateurs illicites disent avoir augmenté leur consommation légale d’au moins un bien culturel sans augmenter leur consommation illégale. Si 69 % indiquent n’avoir pas changé la nature de leur consommation concernant les six biens culturels étudiés (musique, films, séries, jeux vidéo, livres et presse en ligne), ces consommateurs illicites sont 5 % à déclarer avoir augmenté leur consommation d’au moins un bien culturel.

Selon ce même baromètre, 53 % des internautes français placent la consommation des biens culturels en ligne en tête des activités indispensables en période de confinement et 62 % des consommateurs de biens culturels déclarent en consommer plus qu’avant le confinement.

*Note méthodologique

Etude quantitative en ligne de type omnibus réalisée par l’Ifop, les 26 et 27 mars 2020, auprès d’un échantillon national de 1

050 individus, représentatif (selon la méthode des quotas) des internautes français de 15 ans et plus.

A propos de l’Hadopi

Depuis 2009, l’Hadopi agit en faveur de la protection et de la diffusion de la création sur Internet. Elle lutte contre le piratage en ligne de l’ensemble des œuvres culturelles protégées par un droit d’auteur dans les domaines de l’audiovisuel, de la musique, du livre numérique ou du jeu vidéo. Chaque jour, l’Hadopi accompagne les internautes vers des usages culturels responsables et respectueux du droit d’auteur.


Consommation de biens culturels dématérialisés en situation de confinement

Vague 2

Paris, le mercredi 23 avril 2020

Période de confinement – Consommation culturelle 2e vague (après quatre semaines de confinement)

Selon un sondage Hadopi, 89 % des internautes français déclarent consommer des biens culturels dématérialisés en période de confinement, soit + 5 points en quinze jours Initiée par l’Hadopi au titre de sa mission d’observation des usages sur Internet, la 2ème vague du baromètre sur Les pratiques culturelles à domicile en période de confinement* révèle, après quatre semaines de confinement, que 89 % des internautes interrogés consomment des biens culturels dématérialisés, contre 84 % après deux semaines de confinement (1ère vague) et 81 % en 2019 (Baromètre Hadopi de la consommation 2019), soit une augmentation de 5 points en quinze jours et de 8 points en un an. 56 % des internautes* – contre 53 % lors de la première quinzaine de confinement – placent désormais la consommation des biens culturels (écouter de la musique, regarder des films, des séries, jouer à des jeux vidéo, lire des livres notamment numériques…) en tête des activités indispensables à l’équilibre personnel en période de confinement, suivie par les activités manuelles (41 %) et la pratique du sport (37 %), soit une augmentation de 3 points. Dans la situation actuelle de confinement, l’accès à des biens culturels dématérialisés apparaît donc, davantage encore, comme une nécessité pour les Français.

Comme lors de la 1re vague du baromètre Hadopi sur Les pratiques culturelles à domicile en période de confinement, on observe une intensification de la consommation de biens culturels dématérialisés dans la période actuelle : les consommateurs de biens culturels dématérialisés sont toujours 62 % à déclarer avoir augmenté leur consommation d’un ou de plusieurs biens culturels depuis la mise en place des mesures de confinement. Les internautes français sont, après quatre semaines de confinement, désormais 56 % à placer la consommation culturelle en tête des activités indispensables à leur équilibre, contre 53 % lors de la première quinzaine de confinement.

Cette augmentation de la consommation perçue de biens culturels dématérialisés semble être bénéfique à l’ensemble des biens culturels par rapport à la première vague de ce sondage Hadopi réalisée après quinze jours de confinement. Depuis 2019, on constate une forte hausse de la consommation en ligne de musique (+7 points) et de presse (+7 points).

S’il est constaté depuis plusieurs années une augmentation du nombre de consommateurs de biens culturels dématérialisés, la tendance s’accentue fortement durant cette période de confinement avec l’émergence de nouveaux consommateurs. La hausse de la consommation semblerait en effet, d’après ce sondage de l’Hadopi, plus particulièrement portée par les internautes de 40 ans et plus : 84 % des internautes de cette tranche d’âge déclarent être consommateurs de biens culturels, contre 78 % pour la première vague.

*Note méthodologique

2e vague : Etude quantitative en ligne de type omnibus réalisée pour l’Hadopi par l’Ifop, les 8 et 9 avril 2020, auprès d’un échantillon national de 1051 individus, représentatif (selon la méthode des quotas) des internautes français de 15 ans et plus.

Pour rappel :

Réalisation de la 1ère vague les 26 et 27 mars 2020 Début du confinement le mardi 16 mars 2020.

A propos de l’Hadopi

Depuis 2009, l’Hadopi agit en faveur de la protection et de la diffusion de la création sur Internet. Elle lutte contre le piratage en ligne de l’ensemble des œuvres culturelles protégées par un droit d’auteur dans les domaines de l’audiovisuel, de la musique, du livre numérique ou du jeu vidéo. Chaque jour, l’Hadopi accompagne les internautes vers des usages culturels responsables et respectueux du droit d’auteur.

Retrouvez les résultats de la vague 2 en cliquant ici 

Retrouvez le communiqué de presse en cliquant ici


Consommation de biens culturels dématérialisés en situation de confinement

Vague 2 (suite)

Paris, le jeudi 30 avril 2020

Selon un sondage Hadopi, 28 % des internautes français consomment désormais un ou plusieurs biens culturels de façon illicite, contre 21 % au début de la période de confinement (+7 points en quinze jours)

Initié par l’Hadopi au titre de sa mission d’observation des usages sur internet, le baromètre sur Les pratiques culturelles à domicile en période de confinement* révèle que 28 % des internautes français déclarent consommer un ou plusieurs biens culturels de manière illicite, contre 21 % au début du confinement (26 % en 2019 selon le Baromètre Hadopi de la consommation 2019), soit une hausse de 7 points en quinze jours.

Si la consommation illicite des biens culturels a ainsi progressé en période de confinement, 33 % des consommateurs illicites affirment cependant avoir concomitamment, dans cette même période, augmenté leur consommation légale d’un ou de plusieurs biens culturels par rapport à l’avant confinement.

Par ailleurs, 61 % des internautes français indiquent consommer uniquement de façon légale des biens culturels sur Internet, soit une baisse de 3 points par rapport à la période de début de confinement. Ce taux reste toutefois toujours plus élevé qu’en 2019 (56 % – Baromètre Hadopi de la consommation 2019).

Après quatre semaines de confinement, la consommation en ligne des biens culturels est toujours en hausse avec 89 % des internautes français qui consomment des biens culturels (contre 84 % après deux semaines de confinement et 81 % en 2019). Cette forte consommation de biens culturels en période de confinement et la hausse du piratage constatée après quatre semaines de confinement semblent manifester une plus grande mixité des pratiques.

36 % des consommateurs de films disent, au bout de quatre semaines de confinement, en visionner de manière illicite alors que ce taux n’était que de 28 % lors de la première vague de sondage réalisée après deux semaines de confinement. Le taux de consommation illicite de films s’établit à un niveau plus élevé que celui mesuré en mai 2019 (36 % – Baromètre Hadopi de la consommation 2019).

Néanmoins, 23 % des consommateurs de films déclarent aussi en consommer plus de façon légale, contre 22 % après deux semaines de confinement. 23 % des consommateurs de séries déclarent en consommer plus de manière légale, contre 28 % lors de la première vague. La consommation légale de musique/clip vidéo reste quasiment stable à 20 %, contre 21 % en début de confinement. 58 % des internautes indiquent n’avoir pas changé leur mode de consommation concernant les six biens culturels étudiés – musique, films, séries, jeux vidéo, livres et presse en ligne – et 9 % déclarent avoir augmenté leur consommation illicite d’un ou de plusieurs biens culturels.

Les sites de streaming apparaissent comme le moyen privilégié pour accéder de façon illicite aux œuvres culturelles en ligne : ils sont utilisés par 46 % des internautes ayant des pratiques de consommation illicite d’un ou de plusieurs biens culturels. 38 % de ces consommateurs illicites ont recours à des convertisseurs, 25 % à des sites de téléchargement direct (direct download), 20 % à des réseaux pair à pair (peer to peer).

*Note méthodologique

  • Etude quantitative en ligne de type omnibus réalisée pour l’Hadopi par l’Ifop, les 8 et 9 avril 2020, auprès d’un échantillon national de 1051 individus, représentatif (selon la méthode des quotas) des internautes français de 15 ans et plus.

Pour mémoire

  • Réalisation de la 2e vague les 8 et 9 avril 2020
  •  Réalisation de la 1ère vague les 26 et 27 mars 2020
  •  Début du confinement le mardi 16 mars 2020.

A propos de l’Hadopi

Depuis 2009, l’Hadopi agit en faveur de la protection et de la diffusion de la création sur Internet. Elle lutte contre le piratage en ligne de l’ensemble des œuvres culturelles protégées par un droit d’auteur dans les domaines de l’audiovisuel, de la musique, du livre numérique ou du jeu vidéo. Chaque jour, l’Hadopi accompagne les internautes vers des usages culturels responsables et respectueux du droit d’auteur.

Retrouvez les résultats de la vague 2 (suite)

Retrouvez le communiqué de presse


Consommation de biens culturels dématérialisés en situation de confinement

Vague 3

Paris, le mercredi 6 mai 2020

Période de confinement – Consommation culturelle

3e vague (après six semaines de confinement) – étude réalisée les 22 et 23 avril 2020

Selon un sondage Hadopi, la consommation culturelle des biens dématérialisés se stabilise après six semaines de confinement avec 85 % des internautes français déclarant consommer des biens culturels dématérialisés

Initiée par l’Hadopi au titre de sa mission d’observation des usages sur internet, la 3ème vague du baromètre sur Les pratiques culturelles à domicile en période de confinement* permet de constater que les usages se stabilisent après six semaines de confinement et de penser que les internautes français adaptent leurs pratiques dans la durée. 85 % des internautes interrogés déclarent consommer des biens culturels dématérialisés, contre 89 % après quatre semaines de confinement (2e vague), 84 % après deux semaines de confinement (1ère vague) et 81 % en 2019 (Baromètre Hadopi de la consommation 2019).

54 % des internautes* – contre 56 % après quatre semaines de confinement et 53 % lors de la première quinzaine de confinement – placent toujours la consommation en ligne des biens culturels (écouter de la musique, regarder des films, des séries, jouer à des jeux vidéo, lire des livres notamment numériques…) en tête des activités indispensables à leur équilibre personnel en période de confinement, suivie par les activités manuelles (42 %) et la pratique du sport (37 %). Dans la situation actuelle de crise sanitaire, l’accès à des biens culturels dématérialisés apparaît bien comme une nécessité pour les Français.

60 % des consommateurs de biens culturels dématérialisés (musique, films, séries, jeux vidéo, livres et presse en ligne) disent avoir intensifié leur consommation depuis la mise en place des mesures de confinement (62 % après deux et quatre semaines de confinement).

Cette faible diminution de la consommation de biens culturels dématérialisés concerne l’ensemble de ces biens et, plus particulièrement, la presse (37 % contre 42 % après quatre semaines de confinement) et les livres (20 % contre 27 % après quatre semaines de confinement). Elle est également plus sensible chez les 25-39 ans (89 % contre 95 % après quatre semaines de confinement).

Malgré ce léger recul, la consommation de biens culturels dématérialisés reste la pratique majoritairement considérée comme la plus indispensable à l’équilibre personnel de l’ensemble des internautes français. Après six semaines de confinement, ils sont ainsi 54 % à la placer en tête des activités nécessaires à leur équilibre (56 % après quatre semaines de confinement et 53 % lors de la première quinzaine de cette période). Cependant, pour les plus de 40 ans, ce sont désormais les activités manuelles qui recueillent le plus de suffrages (53 % contre 50 % pour la consommation culturelle en ligne).

*Note méthodologique

3e vague : Etude quantitative en ligne de type omnibus réalisée pour l’Hadopi par l’Ifop, les 22 et 23 avril 2020, auprès d’un échantillon national de 1053 individus, représentatif (selon la méthode des quotas) des internautes français de 15 ans et plus.

Pour rappel :

Réalisation de la 1ère vague les 26 et 27 mars 2020

Réalisation de la 2e vague les 8 et 9 avril 2020

Début du confinement le mardi 16 mars 2020.

A propos de l’Hadopi

Depuis 2009, l’Hadopi agit en faveur de la protection et de la diffusion de la création sur Internet. Elle lutte contre le piratage en ligne de l’ensemble des œuvres culturelles protégées par un droit d’auteur dans les domaines de l’audiovisuel, de la musique, du livre numérique ou du jeu vidéo. Chaque jour, l’Hadopi accompagne les internautes vers des usages culturels responsables et respectueux du droit d’auteur.


Source : Hadopi.

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour, Communiqués de presse

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 261 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :