Assises européennes du Livre : Les librairies à l’épreuve de la montée en puissance des GAFA

Compte-rendu Assises européennes du livre

Les librairies à l’épreuve de la montée en puissance des GAFA

Partenariat Interprofessionnel du Livre et de l’Édition numérique (PILEn)

Comment mettre en avant la librairie dans le parcours d’achat multicanal ? Comment introduire davantage de service et enrichir l’expérience client ? Quels sont les moteurs de croissance des libraires européens qui réussissent ? Eléments de réponses de Delphine Bouetard et Anne-Laure Vial (Ici Librairie), Philippe Goffe (Association internationale des Libraires francophones) et Fabian Paagman (Fédération européenne et internationale des Libraires), orateurs aux Assises européennes du Livre.

Les Assises européennes du Livre, premières du nom, se déroulaient début mars, en marge de la Foire du Livre de Bruxelles 2020. Quelque 200 professionnels du livre avaient bravé le coronavirus pour venir notamment écouter cette seconde table ronde.

Pour Philippe Goffe (fondateur de la Librairie Graffiti à Waterloo et administrateur de l’AILF, l’Association internationale des Libraires francophones), Amazon est particulièrement redoutable dans les grandes villes d’Europe où il n’y a pas de prix unique du livre. En effet, la force d’Amazon, outre une base de données gratuite, ce sont aussi des prix défiant toute concurrence…sauf en Belgique et en France, où le prix du livre est encadré. Amazon, c’est par ailleurs un stock redoutable et un acheminement très rapide, auxquels il est difficile de se mesurer. C’est pourquoi les libraires doivent jouer sur la convivialité pour se démarquer, plutôt que de courir derrière les GAFA. Les librairies doivent ainsi être de « petits théâtres ». Ceci étant, pour Philippe Goffe, ce n’est pas la première fois qu’un disrupteur arrive sur le marché du livre, rappelant l’épisode Fnac dans les années 1980 et le compromis éditorial libraire-éditeur s’en étant suivi. Enfin, dans un monde du livre ou la surproduction littéraire place les librairies sous étouffoir, il est bon de se rappeler que le libraire n’est pas un amplificateur de marketing mais bien un défricheur qui contribue à financer la création.

Fabian Paagman est le fondateur de Paagman Boekhandels aux Pays-Bas. Il est aussi co-président de la Fédération européenne et internationale des libraires. Amazon est-il une menace ? Pour lui, c’est plutôt une opportunité car le plus important, c’est la capacité entrepreneuriale à s’adapter.

Delphine Bouetard et Anne-Laure Vial sont les co-fondatrices de la Librairie Ici à Paris. Pour elles, après la montée en puissance des GAFA, il y a désormais à nouveau de la place pour le commerce de proximité. Et le commerce du livre, quand il s’inscrit dans ce type de projet, y fait totalement écho. Delphine Bouetard et Anne-Laure Vial souhaitent ainsi insuffler du sens, rassembler les communautés dans ce qui constitue un havre de paix et un phare de culture dans la ville. A leur sens, la lutte contre Amazon est technologique car, oui, il faut de la vente en ligne et être réactif sur les stocks ou les acheminements. Mais cette lutte n’est pas que technologique : 10% de leur espace de librairie n’est pas marchand. Par ailleurs, elles organisent des débats, des escape games,…Elles font de leur librairie un lieu de vie. Enfin, la création d’une marque et l’entretien d’une relation avec les lecteurs via les réseaux sociaux sont évidemment essentielles.

On le voit, pour lutter contre Amazon, les libraires semblent s’entendre sur une méthode : non pas courir derrière ce GAFA, mais bien cultiver leur différence. Construire des lieux de vie, édifier des petits théâtres, en opposition à ces grands entrepôts où on trouve de tout sauf une âme et de la valeur ajoutée.

 -30-

Source : Partenariat Interprofessionnel du Livre et de l’Édition numérique (PILEn).


Faut-il réinventer les modèles économiques de l’édition ?

Les modèles économiques de l’édition doivent-ils être réinventés ? Une fiscalité avantageuse et la maîtrise des prix suffisent-elles pour les préserver ? Comment concilier tension économique forte et valorisation de la production éditoriale ? Quelles sont les stratégies gagnantes des leaders européens de l’édition ? Eléments de réponses de Claude de Saint-Vincent (Média Participations), Jean Spiri (Editis) et Kate Wilson (Nosy Crow), orateurs aux Assises européennes du Livre.

Les Assises européennes du Livre, premières du nom, se déroulaient début mars, en marge de la Foire du Livre de Bruxelles 2020. Quelque 200 professionnels du livre avaient bravé le coronavirus pour venir notamment écouter cette première table ronde.

Pour Claude de Saint-Vincent, directeur général de Média Participations, la stratégie est claire : Média Participations est un groupe multimédia. Ils sont éditeur de BD et de romans, producteur de jeux vidéo, éditeur de magazines, … Média Participations, c’est un producteur de contenus qui ont vocation à voyager, c’est-à-dire à être visibles sur un maximum de supports. Claude de Saint-Vincent prend ainsi l’exemple de Lucky Luke, visible sur 9 à 10 supports différents ; une adaptation cinématographique du célèbre cow boy favorise la bande dessinée originelle, permettant d’en booster les ventes.

Kate Wilson est managing director de Nosy Crow, maison d’édition de livres pour enfants créée en 2011. Depuis lors, la croissance annuelle moyenne de Nosy Crow est de 44%. En effet, Nosy Crow est très actif sur le marché des cessions de droits et des coéditions. En outre, 20% de la population mondiale parle anglais, la langue de leurs publications. Par ailleurs, le livre numérique n’est pas perçu comme une menace pour la littérature jeunesse aux yeux de Nosy Crow. Par contre, Nosy Crow est extrêmement vulnérable au contexte géopolitique mondial ; 90% des livres de Nosy Crow sont imprimés en dehors du Royaume-Uni, dont en Chine. Ceci étant, pour Kate Wilson, il est important de publier avant tout ce qu’on est en mesure de vendre. Cela rapproche le métier d’éditeur de celui d’épicier mais, dans la bouche de Kate Wilson, ce n’est pas un vilain mot.

Jean Spiri, secrétaire général d’Editis, estime que, dans un marché du livre saturé, il faut jouer à la fois sur l’offre et la demande. Il faut notamment miser sur l’impression à la demande (davantage de diversité éditoriale), sur le livre audio pour toucher de nouveaux publics ou bien encore sur la traduction. Malheureusement, les crédits pour les aides à la traduction s’avèrent faibles, limitant la possibilité de porter des récits ailleurs (jouer sur la demande), ou d’en rapatrier de nouveaux (jouer sur l’offre). Pour Jean Spiri, il s’agit d’abattre les frontières entre les supports. Ainsi, chez Editis, un jeu vidéo ou une série peuvent donner naissance à un livre, ou inversement ; pour les auteurs et autrices présents chez Editis, faire vivre de la sorte les contenus du groupe sur un maximum de supports leur permet de maximiser les opportunités.

Dans un monde du livre en proie aux mutations technologiques et aux bouleversement des habitudes de consommation, le décloisonnement des supports et des contenus semble être la stratégie commune et gagnante de Médias Participations et Editis. Pour autant, on peut constater que des maisons d’édition comme Nosy Crow sont encore de vraies success stories, bien que leurs modèles économiques ne les placent pas forcément à l’abri d’un changement de paradigmes.

 -30-

Source : Partenariat Interprofessionnel du Livre et de l’Édition numérique (PILEn).

 

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 228 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :