Aujourd’hui le 21 mars, c’est la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Déclaration du Premier ministre du Canada à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale

OTTAWA, le 21 mars 2020 /CNW/ – Le premier ministre Justin Trudeau a fait aujourd’hui la déclaration suivante pour souligner la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale :

« Aujourd’hui, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, nous soulignons les progrès que nous avons réalisés au Canada et à travers le monde pour mettre fin à la discrimination raciale sous toutes ses formes. Nous reconnaissons également qu’il reste du travail à faire pour bâtir un monde où les droits de tous sont respectés et où chacun a une chance égale de réussir.

« Si nous voulons bâtir un avenir juste et équitable, nous devons tout d’abord écouter. Lorsque nous suivons les conseils de nos leaders, de nos mentors et des membres de notre communauté, nous pouvons réaliser de véritables progrès.

« Au cours des dernières semaines, ainsi que des jours et des semaines à venir, nous avons tous ressenti et nous continuerons de ressentir les effets de la pandémie mondiale de la COVID-19 qui évolue rapidement. Il est plus important que jamais d’éviter de propager de la peur, de fausses informations et de stigmatiser les gens. Dans les moments difficiles, notre force est déterminée par notre capacité de nous entraider et de nous occuper les uns des autres, en tant que voisins et en tant que communauté.

« Au nom du gouvernement du Canada, j’encourage les Canadiens à se tenir debout contre la discrimination et le racisme, et à promouvoir nos valeurs de respect de la diversité, d’inclusion et d’ouverture. »

Ce document se trouve également à l’adresse : http://pm.gc.ca

 -30-

SOURCE : Cabinet du Premier ministre du Canada.

 

Liens connexes : http://pm.gc.ca/


 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale et débat sur l’examen à mi-parcours de la Décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine

Déclaration de Michelle Bachelet, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme

Quarante-troisième session du Conseil des droits de l’homme

Genève, le 13 mars 2020

Madame la Présidente,
Chers participants,
Excellences,
Chers collègues et amis,

Je suis heureuse de célébrer avec vous la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale en prenant part à ce débat important et tourné vers l’avenir.

Le racisme est contraire à tout ce que nous représentons et tout ce que nous faisons.

Et nous avons tous pour responsabilité de le combattre.

En 2001, la Déclaration et le Programme d’action de Durban ont reconnu que les personnes d’ascendance africaine continuaient de souffrir des séquelles de la traite des esclaves africains et du colonialisme.

En effet, dans le monde entier, qu’ils soient des descendants de victimes de l’esclavage ou de récents migrants, les personnes d’ascendance africaine subissent une discrimination intolérable et font partie des groupes les plus pauvres et les plus marginalisés.

Compte tenu de cette situation, et afin d’encourager la reconnaissance, la justice et le développement, l’Assemblée générale a instauré la Décennie internationale pour les personnes d’ascendance africaine de 2015 à 2024.

La Décennie est une plateforme unique qui met l’accent sur la contribution importante des personnes d’ascendance africaine dans chaque société et qui défend des mesures concrètes pour mettre un terme à la discrimination et favoriser leur pleine inclusion.

L’examen à mi-parcours, auquel l’Assemblée générale procédera cette année, permettra aux États Membres d’évaluer les progrès réalisés grâce à la Décennie, d’échanger leurs bonnes pratiques et de décider d’autres mesures pour aller de l’avant.

J’espère que les États établiront bientôt l’Instance permanente pour les personnes d’ascendance africaine, qui est tant attendue. L’Instance permanente devrait notamment être en mesure de favoriser le développement d’un projet de déclaration des Nations Unies sur la promotion du plein respect des droits de l’homme des personnes d’ascendance africaine.

Excellences,

Le Haut-Commissariat s’est entretenu avec des membres de la société civile et des organismes de l’ONU.  Je suis heureuse de constater que le HCDH, en tant que coordonnateur de la Décennie, a identifié plusieurs importantes initiatives et actions entreprises par différents acteurs.

Nous pouvons citer notamment des mesures législatives ; l’adoption de plans nationaux d’action contre la discrimination ; l’établissement de mécanismes nationaux de suivi et de plainte ; le renforcement des capacités ; la collecte de données et la recherche ; l’engagement communautaire et la sensibilisation ; et des activités pédagogiques et de sensibilisation pour promouvoir la Décennie internationale.

L’année dernière, l’Union africaine a lancé officiellement la Décennie internationale pour l’Afrique et a organisé, en collaboration avec le Haut-Commissariat, une réunion régionale sur sa mise en œuvre.

L’Organisation des États américains a approuvé un plan d’action pour la Décennie à l’échelle des Amériques. Le réseau interaméricain des hautes autorités sur les politiques concernant les populations d’ascendance africaine a également vu le jour, afin d’aider à coordonner et à promouvoir les actions menées par les autorités nationales.

Le Parlement européen a adopté une résolution sur les droits fondamentaux des personnes d’ascendance africaine. Elle appelle les États et les institutions de l’UE à reconnaître que les personnes d’ascendance africaine sont victimes du racisme, de la discrimination et de la xénophobie, et qu’ils ont le droit d’être protégés de ce traitement inégal, en tant qu’individus et en tant que groupe. La résolution demande également aux États d’élaborer des stratégies détaillées pour mettre fin à la discrimination dans les domaines de l’éducation, la santé, le logement, la police, la justice et la politique.

Ces avancées sont importantes.

Je félicite les mécanismes de suivi de la Déclaration et du Programme d’action de Durban pour leur rôle de premier plan afin de faire avancer le programme de la Décennie internationale, en particulier le Groupe de travail d’experts sur les personnes d’ascendance africaine pour ses visites et ses recommandations, qui aident les gouvernements à formuler des politiques en matière de droits de l’homme axées sur les personnes d’ascendance africaine.

Et bien entendu, dans le cadre de son travail en tant que coordonnateur de la Décennie, le HCDH continue d’organiser le programme de bourses annuelles pour les personnes d’ascendance africaine, qui à ce jour a aidé plus de 80 boursiers provenant de 32 pays.

Je reconnais tous ces progrès, mais beaucoup plus de travail doit être accompli pour honorer les engagements pris par les États pour soutenir et promouvoir l’égalité et la dignité de chaque être humain.

Nous devons opérer des changements en promouvant le programme d’activités pour cette Décennie vitale.

Nous devons nous attaquer à la violence policière excessive, au profilage racial, aux incarcérations massives et à la discrimination raciale structurelle dans les secteurs de la santé, de l’emploi, de l’éducation et du logement.

Excellences,

Comme le Covid-19, le racisme et la xénophobie sont contagieux et mortels. Dans le contexte actuel, nous tous présents à ce Conseil avons besoin de nous associer et de travailler ensemble pour le bien commun tout en gardant nos distances les uns les autres. Toutefois, notre conviction et notre détermination à faire avancer les droits de l’homme sont plus fortes que jamais.

Merci.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Message d’Audrey Azoulay, Directrice général de l’UNESCO (2020)

« Toute doctrine de supériorité fondée sur la différenciation entre les races est scientifiquement fausse, moralement condamnable, socialement injuste et dangereuse (…) et rien ne saurait justifier, où que ce soit, la discrimination raciale, ni en théorie ni en pratique ».

Ainsi que le rappelle, en son préambule, la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, entrée en vigueur le 4 janvier 1969, toute discrimination raciale constitue un non-sens scientifique absolu, et une profonde atteinte à nos valeurs universelles et humanistes.

Cependant, ainsi que l’a trop souvent montré l’actualité de ces derniers mois, et notamment la crise du COVID-19, les idéologies racistes, les discours de haine, la recherche de boucs émissaires et les actes mortifères qui en sont la conséquence, continuent de mettre en péril la paix dans le monde.

Combattre le racisme relève de notre engagement pour la dignité humaine. Or cette lutte pour la paix, ainsi que le rappelle l’Acte constitutif de l’UNESCO, se gagnera d’abord dans les esprits, car c’est dans l’esprit des femmes et des hommes que doit s’édifier la « solidarité intellectuelle et morale de l’humanité ».

C’est pourquoi la défense de la diversité, de la non-discrimination, et de la culture de la paix, ont toujours figuré au cœur des valeurs et des missions de l’UNESCO depuis sa fondation. Cette ambition nous amène à travailler conjointement avec les États, les organisations non gouvernementales et la société civile, en unissant chaque jour nos efforts pour le bien commun.

Telle est la visée des programmes d’Éducation à la citoyenneté mondiale développés par l’UNESCO. À travers ses actions pour prévenir l’extrémisme violent, ou ses initiatives pour soutenir l’enseignement de l’Holocauste et des génocides, notre Organisation travaille ainsi à former des citoyens du monde, et à renforcer la compréhension et la solidarité entre les peuples.

C’est dans cet esprit que l’UNESCO développe actuellement, avec les villes membres de la Coalition internationale des villes inclusives et durables (ICCAR), une série de Master Class innovantes, qui sensibiliseront les plus jeunes contre le racisme pour en faire des acteurs engagés pour l’égalité. Des éditions ont déjà été organisées à Paris, Caen et Bruxelles, et les prochaines auront lieu, entre autres, à Mexico, Quito ou Kinshasa. Ce travail auprès des jeunes générations est essentiel, car ce sont elles qui écriront l’avenir du monde.

Alors que nous célèbrerons le 20e anniversaire de la Conférence mondiale contre le racisme de Durban en 2021, nous devons renouveler notre engagement et renforcer nos actions pour lutter contre toutes les formes de discrimination raciale.

En cette Journée internationale, l’UNESCO appelle ainsi chacune et chacun à se mobiliser pour l’égalité et la dignité, et à faire sien le mot d’ordre de l’ancien Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan : « Notre mission est de confronter l’ignorance à la connaissance, le sectarisme à la tolérance. (…) Le racisme peut, sera et doit être vaincu ».


 

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour, Communiqués de presse

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 227 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :