Un expert critique les études sur les écrans chez les jeunes via Le Journal de Montréal

Un expert critique les études sur les écrans chez les jeunes

Le Journal de Montréal

 Alors que se déroule lundi un forum sur la dépendance aux écrans chez les jeunes, un expert émet des bémols concernant les études qui sont assez limitées, et met en garde contre les conclusions trop hâtives à ce sujet.

Au cours des deux derniers mois, Thierry Karsenti et deux de ses collaborateurs affirment avoir recensé plus de 13 000 études portant sur les impacts des écrans sur la santé des jeunes. «On a des conclusions qui vont embêter bien du monde», a-t-il affirmé au Journal.

Lire la suite


Consultations sur l’utilisation des écrans et la santé des jeunes

À propos

L’utilisation des écrans chez les enfants et les jeunes adultes est un phénomène émergent et complexe sur lequel il faut se pencher dès maintenant afin de s’assurer de la santé et du bien-être de la population québécoise. Les avantages de l’utilisation des écrans sont nombreux. Toutefois, les conséquences qui peuvent découler de leur usage ou de l’exposition à ceux-ci sont de plus en plus préoccupantes.

En août 2019, le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, M. Lionel Carmant, a annoncé la tenue d’un événement qui viserait à approfondir le sujet. En parallèle, une démarche de consultation interministérielle a été entamée afin d’identifier les besoins et les actions qui guideront l’élaboration d’un plan d’action gouvernemental visant à mieux encadrer l’utilisation des écrans.

L’événement prendra la forme de deux consultations distinctes qui permettront à des experts québécois, à des représentants d’organisations communautaires, à des regroupements citoyens et à des associations de s’exprimer sur les enjeux et les pistes de solution entourant l’usage des écrans sur la santé des jeunes âgés de 2 à 25 ans.

Forum d’experts

Une première consultation regroupera des experts dont les travaux portent sur l’utilisation des écrans et leurs impacts. Ces derniers contribueront à la réflexion sur le sujet en présentant leurs résultats de recherche et leurs constats.

Consultation

À la lumière des constats dégagés lors du forum d’experts, une deuxième consultation permettra à des représentants de différents secteurs comme la santé, l’éducation, la recherche, le milieu de travail et le milieu communautaire d’échanger sur leurs préoccupations relatives à l’utilisation des écrans. Les représentants pourront également partager des pistes de solution pour leurs champs d’activité respectifs.

Objectifs

Le forum et la consultation permettront de :

  • préciser les connaissances actuelles sur les impacts de l’utilisation des écrans;
  • identifier les observations faites dans différents milieux (clinique, scolaire, familial, etc.);
  • dégager les pistes de solutions en matière de recherche, d’encadrement, de prévention et de réduction des impacts;
  • bonifier le plan d’action gouvernemental.

Thèmes abordés

Les impacts de l’utilisation des écrans seront présentés sous quatre volets, soit :

  • le développement global (enfants de 2 à 12 ans);
  • les dimensions psychologique et sociale (jusqu’à 25 ans);
  • la dimension physique (jusqu’à 25 ans);
  • la dimension environnementale, incluant le milieu de travail et les loisirs (jusqu’à 25 ans).

Dates et lieu

Forum d’experts : 10 février 2020 à Québec

Consultation : 20 mars 2020 à Québec

Veuillez noter que la participation à ces événements se fera sur invitation seulement et que les médias y seront invités.

Organisation

Ces événements sont organisés par le ministère de la Santé et des Services sociaux, en collaboration avec les partenaires suivants :

  • Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur;
  • Ministère du Conseil exécutif – Secrétariat à la jeunesse;
  • Institut national de santé publique du Québec;
  • Comité Écrans de la Table sur le mode de vie physiquement actif (TMVPA).

Source : Santé et services sociaux, gouvernement du Québec.


ÉTUDE À TÉLÉCHARGER

Karsenti, T. (2019). La question de l’usage des écrans et la santé des jeunes : une vigilance raisonnée, une éducation préventive… Formation et profession. 27(3), 138-145.

EXTRAIT DE L’ÉTUDE

Conclusion

La santé des jeunes occupe une place importante dans la plupart des sociétés. Au fil des ans, au Canada et au Québec, cette préoccupation a pris différentes formes. Au début des années 1970, l’organisme national à but non lucratif ParticipACTION11 a été créé par le gouvernement du Canada en réponse à la publication en 1969 d’un rapport du Conseil national sur l’activité physique et le sport amateur qui révélait que la santé (future) des Canadiens était à risque en raison d’une piètre forme physique et d’un comportement sédentaire.

La présence exponentielle des téléphones intelligents chez les adolescents semble renforcer ce constat fait il y a déjà plus de 50 ans. Le comportement sédentaire des jeunes inquiète toujours les experts de la santé publique, les parents, et les enseignants. Mais malgré ces inquiétudes, la recension de la littérature effectuée montre que l’impact des écrans sur la santé des jeunes n’est pas aussi évident. Une étude majeure et récente (2019) d’Orben et Przybylski 12 publiée dans Nature Human Behaviour révèle d’ailleurs, malgré la quantité impressionnante d’études qui cherchent à montrer le contraire depuis des années, que le temps d’écran et l’usage des technologies n’ont que très peu d’impact sur la santé mentale de quelque 355 358 adolescents.

Leur étude montre que l’usage des technologies n’explique que 0,4 % de la variation dans le sentiment de bien-être des jeunes. L’effet est si limité que seuls les adolescents qui indiquent faire un usage moyen de 63 heures de technologies par mois de plus que la moyenne peuvent réellement être conscients des défis de l’usage des écrans sur leur santé. Cet article, récent, fondé sur des données recueillies auprès de plus de 350 000 participants, illustre clairement à quel point nos connaissances sur la question sont fragmentaires. Néanmoins, comme la plupart des études réalisées, celle-ci n’associe aucun avantage à l’usage du numérique par les jeunes.

Dans ce contexte, et à la lumière de cette importante étude récente, il est possible d’affirmer que l’on en sait encore trop peu sur la question de l’impact des écrans sur la santé des jeunes et qu’il serait nécessaire de réaliser des études à grande échelle, au Québec et ailleurs, afin de mieux comprendre ce phénomène planétaire. Et, surtout, il est essentiel que ces études prennent en compte le type d’usage que les jeunes font des écrans. Car il y a, forcément, de bons usages du numérique, même par les adolescents.

Pourtant, ce n’est pas parce que les données sont insuffisantes qu’il faut s’empêcher de baliser l’usage des écrans chez les jeunes, et ce, même s’il s’agit d’un exercice difficile et périlleux. Mais ces balises doivent aussi prendre en considération leur réalité, l’évolution des technologies et, surtout, s’éloigner de la politique de l’autruche. Et comme les technologies et les plateformes évoluent, ces balises ne peuvent être fixées dans le temps. Comme les technologies, elles aussi doivent évoluer.

Ne faut-il pas cesser de diaboliser cet usage que font les jeunes du numérique? Trop souvent, à la lecture des nombreuses études sur l’impact négatif des écrans, on oublie le rôle-clé que doit être appelé à jouer notre système éducatif. Et au Québec, nous sommes particulièrement choyés car nous avons, depuis avril 2019, l’une des meilleures politiques au monde pour l’usage du numérique en éducation avec le Cadre de référence de la compétence numérique13. Ce cadre vise à favoriser le développement de la compétence numérique dans l’ensemble de la communauté éducative pour que les citoyens de demain formés aujourd’hui dans nos écoles soient autonomes et critiques dans leur utilisation du numérique. Cette habileté est primordiale dans le contexte actuel marqué par des innovations technologiques qui transforment le marché de l’emploi et influent sur les compétences recherchées par les employeurs.

Enfin, il ne faut pas oublier que l’usage des écrans, à la maison comme à l’école, doit aussi s’appuyer sur le jugement, le discernement, l’enthousiasme et parfois même la modération. La posture à adopter pour l’expert en santé publique, le parent, l’école ou l’enseignant ne doit être ni le pessimisme devant les défis qu’elle pourrait poser ni l’euphorie devant le monde de possibilités ouvert par cette technologie, mais plutôt une lucidité de combat. La vitesse à laquelle évoluent les technologies appelle à une vigilance raisonnée, et surtout à une éducation constructive et parfois préventive. Et pourquoi ne pas estimer, à l’instar de Michel Serres, que c’est peut-être l’ouverture d’un dialogue respectueux avec les jeunes qui leur permettra réellement de comprendre à la fois les avantages et les dérives associés au temps d’écran?

Il ou elle écrit autrement. Pour l’observer, avec admiration, envoyer, plus rapidement que je ne saurai jamais le faire de mes doigts gourds, envoyer, dis-je, des SMS avec les deux pouces, je les ai baptisés, avec la plus grande tendresse que puisse exprimer un grand-père,

Petite Poucette et Petit Poucet14.

Source :

Karsenti, T. (2019). La question de l’usage des écrans et la santé des jeunes : une vigilance raisonnée, une éducation préventive… Formation et profession. 27(3), 138-145. http://dx.doi.org/10.18162/fp.2019.a190


Voir aussi : RADIO-CANADA: DÉCOUVERTE. Lire à l’ère des écrans.


 

 

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour, études

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 148 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueurs aiment ce contenu :