Votre éditeur prend position : Le Web perd la mémoire

Image par Thomas Ulrich de Pixabay

Votre éditeur prend position

Le Web perd la mémoire

Plusieurs personnes qualifient le Web de mémoire du monde mais c’est faux. Si nous trouvons sur le web des éclats de la mémoire du monde, il s’agit de la mémoire lointaine ou, pour être plus précis, celle rendue accessible par la numérisation des documents et des livres des siècles passés. Les Web passe outre la mémoire à court et à moyen termes, celle des décennies plus récentes. En témoignent les textes de nombreux articles d’information sur différents sujets de l’histoire plus récente. J’ai lu plusieurs articles relatant l’histoire de différents sujets dont la référence la plus lointaine s’arrête brusquement à l’an 2000, comme si tout avait commencé avec le nouveau millénaire. Pis encore, certains journalistes ramènent sur la table des sujets présentés comme des nouveautés alors qu’il s’agit en fait de sujets remontant beaucoup plus loin dans le temps.

Le cas de l’impression à la demande peut servir d’exemple. Depuis son introduction sur le marché commercial dans les années 1990 (en démonstration ce document de notre Centre d’information), ce type d’impression refait surface sur les sites web d’information comme une nouveauté. À chaque lancement d’un nouvel appareil d’impression à la demande, on introduit le sujet comme une nouveauté. J’ai décortiqué le sujet dans ces articles de notre magazine en ligne :

Annonce de l’impression de livres à la demande par Marquis et SoBOOK : quand des journalistes ne vérifient pas leurs informations

Votre éditeur prend position au sujet de l’article  »Pour « l’immortalité » du livre » de Jean-Christophe Laurence dans LaPresse+

Il suffit de consulter les bibliographies des articles de l’encyclopédie en ligne Wikipédia et plusieurs autres sites web pour se rendre compte que l’actualisation d’un sujet occulte souvent son histoire, notamment son origine véritable.

Autre exemple : l’éducation aux médias (et à l’information). Très rares sont les sources d’information sur le web qui nous donnent l’heure juste sur le sujet, ici encore, traité comme une nouveauté ou, encore plus rare, comme un prolongement de quelques expériences pilotes des années 1980-1990. Or, le sujet remonte au moins aux années 1950 avec la commercialisation de la télévision. Et c’est dans les années 1960 que le sujet prend toute son importance sous l’égide de l’UNESCO. Mais bon nombre de spécialistes, rapporte allègrement le Web, traitent le sujet comme s’il était question d’une «nouvelle affaire» en vue de se l’accaparer. Malheureusement pour eux, j’étais de ceux qui organisaient des expériences pilotes d’éducation aux médias dans les années 1980 au Québec et ma recherche préparatoire remontait à l’origine de l’éducation aux médias. Aujourd’hui, j’affirme que l’éducation aux médias présentée sur le Web n’est pas conforme au concept original qui a déjà et amplement fait ses preuves. Encore un défaut de mémoire du web.

Cette perte de mémoire du Web trouve son origine dans l’usage des moteurs de recherche et la connaissance de base de ce qu’est une recherche ou une cueillette d’information. Aujourd’hui, les rédacteurs des sites web d’information se contentent des premiers résultats de recherche affichés à l’écran et perdent rapidement de vue l’histoire de leur sujet pour se limiter à une forme d’actualisation ignorante ou aveugle. Et de lien en lien, on perd le fil de l’histoire.

Car il y aussi cette maudite affaire de «refonte» des sites web. Il faut un site web au goût du jour, à la mode. Bon nombre de sites web perdent ainsi de nombreux dossiers développés sur plusieurs années, question d’aller de l’avant. On ne se donne pas le peine d’une section «Archives» en bonne et due forme si ce n’est des derniers mois et dans de rares cas des dernières années. Je vous donne en exemple ma lettre protestation de lettre de juin 2008 face au remodelage du site web de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) :

Subvention du Conseil des arts du Canada pour la refonte du site Internet de l’UNEQ – La Fondation littéraire Fleur de Lys demande au Conseil des arts du Canada d’adopter des normes techniques pour ses subventions aux sites Internet

Et tout cela résulte pour vous et moi en «Erreur 404» :

  • Désolé, il est impossible de trouver la page.
  • La page que vous cherchez n’est pas disponible
  • Page web inaccessible
  • Erreur 404 – Page introuvable

Pourquoi pensez-vous qu’il est très souvent ajouté en accompagnement d’une référence à une page web : consultée le (date) ? Parce que la page web en question peut tout simplement disparaître ou être supprimée dans une maudite refonde ou remodelage du site web auquel elle appartient. Il est aussi fort possible que le texte de cette page web soit sous une autre adresse web mais que les techniciens des maudites refontes ne se donnent pas toujours la peine de rediriger l’ancien lien vers le nouveau. Le Web perd une fois de plus la mémoire, même de ses adresses web (URL).


C’est toute une chance que nous ayons Internet Archive.

Internet Archive, un organisme sans but lucratif fondé en 1996, a archivé :

  • 330 milliards de pages web
  • 20 millions de livres et de textes
  • 4.5 millions d’enregistrements audio (incluant 180,000 concerts en direct)
  • 4 millions vidéos (incluant 1.6 million de bulletins de nouvelles télévisés)
  • 3 millions d’images
  • 200,000 logiciels

La Fondation littéraire Fleur de Lys est présente sur Internet Archive.

La Fondation littéraire Fleur de Lys a aussi ses propres archives. Nous avons conservé les actualités de notre bon vieux site web et nous avons notre propre Centre de documentation en ligne où l’on trouve de nombreux documents dont plusieurs ne sont plus accessibles ailleurs.

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Publié dans Votre éditeur prend position

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 130 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :