Tendance zéro clic: leçons à tirer pour des initiatives plus marquantes par Josée Plamondon – Sérendipité

Tendance zéro clic: leçons à tirer pour des initiatives plus marquantes

SÉRENDIPITÉ

Mutations – Modèles, usages et contenus numériques

– La tendance zéro clic se confirme. Les moteurs de recherche fournissent dans leurs propres interfaces, des réponses, à partir de données collectées sur des sites web.  Ils sont ainsi les principaux bénéficiaires de l’information que nous structurons afin de rendre nos offres plus visibles.

Partenariat inéquitable

De plus, en développant des interfaces d’information spécialisées (voyage, musique,  musées, entre autres), ils se substituent aux agrégateurs et portails traditionnels. Cette désintermédiation est particulièrement dommageable pour les structures locales qui produisent de l’information. Celles-ci sont privées de données d’usage qui leur permettraient de mieux connaître leur marché et de s’ajuster à leurs publics.

Effacement de la diversité culturelle

Donc, lorsque nous décrivons nos offres à l’aide de données structurées, sur le modèle Schema.org, et de services comme Google Mon entreprise, nous travaillons pour des moteurs de recherche. De plus, nous nous conformons à un vocabulaire de description, une classification et une vision du monde uniques.  Ce constat est un problème pour la diversité culturelle, surtout pour les groupes ethniques et linguistiques en situation minoritaire.

Que faire ? Fournir un service minimum

Cependant, ne pas décrire  nos offres avec des balises sémantiques équivaut à refuser de faire indexer nos pages web par les robots des moteurs et, par conséquent, à rendre nos offres et nos contenus invisibles et incompréhensibles pour Google, Bing, Yahoo! et Yandex (moteur de recherche russe).

Alors, que faire pour ne pas demeurer des fournisseurs de contenus et de données (voir l’exemple des musées virtuels sur Google Arts & Culture) ?

Tout d’abord, il faudrait donner un « service minimum » aux moteurs de recherche en fournissant uniquement l’information qui est exigée pour certaines offres.  Google publie des instructions concernant les balises à renseigner, ainsi que les éléments de contenu à publier pour divers types d’offres.

Attention, Schema.org n’est qu’un vocabulaire. Ce n’est pas Google. Les moteurs de recherche exploitent les balises selon leurs propres règles. Celles-ci évoluent fréquemment, notamment, pour certains types de contenus.  Par exemple, Google annonce clairement ses préférences, dans le domaine du livre, en réservant son attention aux distributeurs qui utilisent les balises selon ses instructions.

Que faire  d’autre ? Aller vers le web des données

Nous mettons les moteurs de recherche et plateformes commerciales au centre de nos projets. Cependant, nous n’en maîtrisons pas le fonctionnement et nous n’avons aucun moyen de contrôle sur leur développement. Nous y investissons beaucoup d’efforts afin de positionner nos offres dans l’espoir d’accroître la consommation.

Et si nous élargissions notre définition de la découverte plutôt que de la centrer sur des activités de promotion ? Ne pas nous limiter à la finalité économique de l’utilisation des données nous permettrait d’en embrasser le plein potentiel pour le développement de la culture et de l’éducation. Si nous choisissions de développer des initiatives en dehors des systèmes contrôlés par les acteurs dominants de l’économie numérique, nous pourrions être plus ingénieux et, finalement, créer plus de valeur pour propres écosystèmes.

Apprendre à jouer collectif

Il y a 25 ans, ce 1er octobre,  Tim Berners-Lee fondait le World Wide Web Consortium pour permettre à une communauté mondiale de développeurs et spécialistes divers de collaborer afin de définir des standards pour maintenir un web ouvert, accessible et interopérable pour tous.

Accroître le potentiel de la découverte passe par la décentralisation de la gestion de l’information, le partage de connaissance sous forme de données ouvertes et liées, selon les standards du web et par une redistribution plus équitable du pouvoir décisionnel. Wikipédia, Wikicommons et Wikidata, qui sont des projets de la Wikimedia Foundation, exemplifient ce modèle contributif qui donne à chacun la possibilité de participer au contenu et à la gouvernance.

Inventer d’autres formes de découverte

Tous les acteurs du domaine culturel n’ont pas les compétences et les ressources requises pour évaluer, modéliser et connecter des données avec les technologies du web sémantique. Wikidata constitue une option plus accessible: le référentiel, le mode de gouvernance et l’infrastructure n’ont pas à être développés. Ceci a pour principal avantage d’expérimenter rapidement la production et l’utilisation de données liées.

Les requêtes préconstruites qui permettent d’interroger les données de Wikidata offrent un aperçu du potentiel d’un projet contributif pour la valorisation de l’information. Par exemple, la requête 6.16 qui permet de cartographier tous les films en fonction du lieu où se déroule l’action. Lancez la requête en cliquant sur le pictogramme (flèche blanche sur fond bleu) à la gauche de l’écran. Les données des films localisés au Québec sont ne sont pas exhaustives et sont souvent imprécises (information incomplète, lieu fictif).

Si d’autres sources d’information étaient disponibles sous forme de données liées, on pourrait imaginer une interface où se croiseraient des images des lieux, des biographies d’acteurs et actrices ou des titres de chansons.

Il est souhaitable que nous ayons une alternative aux grandes plateformes pour développer nos compétences et mettre en valeur nos collections, catalogues, fonds et portfolios. Il faut cependant favoriser les initiatives qui ciblent des résultats marquants et transmissibles tels que la décentralisation des prises de décision, l’abolition des silos organisationnels et la mise en commun de données.


Reproduction selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.


Source : Sérendipité – Mutations – Modèles, usages et contenus numériques, Josée Plamondon.

 

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 119 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :