Dossier Groupe Capitales Médias – Les communiqués de presse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Crise de l’information régionale

Le temps n’est plus à la réflexion, le temps est à l’action

QUÉBEC, le 14 août 2019 /CNW Telbec/ – Les médias québécois vivent une situation de crise. La ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, doit cesser de se traîner les pieds et agir dans le dossier. Rien n’a été fait depuis un an alors que plusieurs médias sont dans une situation précaire depuis des mois.

La députée de Verdun et porte-parole libérale en matière de culture et de communications, Mme Isabelle Melançon, demande au gouvernement d’accorder une aide financière d’urgence pour soutenir ces médias le temps qu’une solution à long terme soit mise de l’avant.

Mme Melançon talonne depuis des mois la ministre de la Culture afin qu’elle soutienne le milieu des médias québécois qui sont le ciment de notre démocratie. Les Québécois de l’ensemble des régions du Québec doivent avoir accès à une information de qualité.

Au cours des derniers mois, la députée de Verdun a soumis plusieurs propositions à la ministre afin de dénouer la crise. Elle a notamment suggéré à la ministre de réduire l’achat de publicités gouvernementales auprès des géants numérique au profit des médias québécois.

Mme Melançon a également soumis l’idée d’utiliser les sommes découlant de la taxation des géants du Web afin de créer un fonds dédié aux médias. La ministre Roy a toutefois balayé du revers de la main ces propositions.

« Nous apprenons, aujourd’hui, qu’il est minuit moins une pour le Groupe Capitales Médias. La ministre se traîne les pieds depuis des mois et encore aujourd’hui elle n’a aucune solution à proposer. La situation n’est pas nouvelle, elle est connue depuis des mois. Des centaines d’emplois sont menacés tout comme l’accès à une information régionale. Le temps n’est plus à la réflexion, le temps est à l’action. »

Isabelle Melançon, députée de Verdun et porte-parole libérale en matière de culture et de communications

 -30-

SOURCE : Aile parlementaire du Parti libéral du Québec.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le syndicat Unifor réclame une action immédiate du gouvernement Legault

SHERBROOKE, QC, le 16 août 2019 /CNW Telbec/ – « La situation financière inquiétante que traversent les six quotidiens de Groupe Capitales Médias (GCM) commande une aide financière ciblée et urgente de la part du gouvernement du Québec », estime Renaud Gagné, directeur d’Unifor Québec, qui représente une centaine de personnes salariées de GCM œuvrant à La Tribune de Sherbrooke et au Quotidien de Saguenay.

« L’heure est grave en ce qui concerne l’avenir des six quotidiens régionaux de GCM », a rappelé M. Gagné. « Il faut que le premier ministre Legault passe de la parole aux actes et annonce immédiatement une aide d’urgence afin de rassurer les travailleurs et les travailleuses de ces quotidiens ainsi que leurs familles ».

« Cette aide d’urgence », ajoute pour sa part Alain Goupil, journaliste à La Tribune et président de la section locale 1910 « doit servir à garantir aux travailleuses et aux travailleurs de l’information qu’ils pourront continuer d’exercer leur emploi jusqu’à ce que des mesures à plus long terme soient trouvées ».

« Il faut que cette annonce se fasse rapidement. Il faut que l’aide ponctuelle au Groupe Capitales Médias soit annoncée avant l’ouverture de la Commission parlementaire sur l’avenir des médias, prévue le 26 août à Québec », précise le directeur québécois d’Unifor, en rappelant le rôle économique et démocratique essentiel que jouent les journaux de Capitales Médias pour les citoyens et les commerçants de leurs régions respectives.

« En tant que citoyen originaire de l’Estrie, j’ai grandi au sein d’une famille qui était abonnée à La Tribune. La lecture du journal faisait partie de notre rituel de tous les jours. Encore aujourd’hui, ma mère est une fidèle abonnée de La Tribune », de raconter Renaud Gagné.

Unifor Québec est impliqué dans plusieurs campagnes en faveur des médias. À l’échelle du Canada, il a mis sur pied des campagnes de lobbying qui ont mené à l’adoption d’une aide financière aux médias de 595 M $ dans le dernier budget fédéral. Il a aussi fait partie du comité chargé de déterminer les critères d’admissibilité à cette aide financière.

À propos d’Unifor

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Québec et au Canada représentant plus de 315 000 membres dans tous les secteurs de l’économie. Unifor milite pour toutes les travailleuses et travailleurs et leurs droits. Il lutte pour l’égalité et la justice sociale au pays et à l’étranger et aspire à provoquer des changements progressistes pour un avenir meilleur. Au Québec, Unifor représente près de 55 000 membres et est affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

-30-

SOURCE : Syndicat Unifor Québec.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

3834310 Canada inc (Groupe Capitales Médias) soumet une demande de protection au tribunal

QUÉBEC, le 19 août 2019 /CNW Telbec/ – Groupe Capitales Médias (GCM) a soumis aujourd’hui une demande afin d’obtenir la protection des tribunaux dans le but de poursuivre ses activités.

L’acceptation de cette requête pourra déclencher un financement intérimaire de 5 millions de dollars, accordé par le gouvernement du Québec et sous réserve d’approbation du tribunal, qui permettra d’évaluer toutes les options ces prochains mois pour assurer la pérennité des différentes entités du groupe. Cela pourrait inclure la mise en place d’un nouveau partenariat d’affaires ou encore la reprise par un nouvel acquéreur.

Groupe Capitales Médias publie les quotidiens Le Soleil de Québec, Le Droit d’Ottawa, Le Nouvelliste de Trois-Rivières, Le Quotidien de Saguenay, La Voix de l’Est de Granby et La Tribune de Sherbrooke. Les activités de toutes les publications se poursuivent normalement. Il n’y a aucun impact pour les lecteurs, les distributeurs, les camelots et les annonceurs.

Ce développement survient dans un contexte mondial difficile pour tous les médias. Les grands groupes médiatiques canadiens ont d’ailleurs démontré depuis plusieurs années la nécessité d’une intervention de l’État afin de pallier les pertes de revenus. Les grands acteurs du numérique comme Google et Facebook accaparent désormais la majorité des revenus publicitaires, même s’ils ne produisent pas de contenus originaux.

Une nouvelle législation encadrant ce phénomène est essentielle si nous voulons assurer la survie de tous nos médias qui contribuent largement au développement économique social et culturel de nos régions.

Nous remercions nos abonnés, nos annonceurs et nos fournisseurs de leur confiance et nous les assurons qu’avec leur collaboration et celle des gouvernements, tout sera mis en œuvre pour finaliser la transformation de notre modèle d’affaires et revenir à des jours meilleurs.

À propos de Groupe Capitales Médias

Groupe Capitales Médias est une société créée en 2015 dont le siège social est situé à Québec et regroupe les quotidiens Le Soleil, Le Nouvelliste, Le Droit, La Tribune, Le Quotidien/Le Progrès et La Voix de l’Est, une imprimerie et une entreprise de technologie.

 -30-

SOURCE Groupe Capitales Médias


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

La faillite de Groupe Capitales Médias; La FTQ réclame une aide d’urgence

MONTRÉAL, le 19 août 2019 /CNW Telbec/ – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) demande au gouvernement Legault de ne pas laisser tomber le Groupe Capitales Médias qui vient de se placer sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers.

« À l’approche de la Commission parlementaire sur l’avenir des médias au Québec qui s’amorcera le 26 août prochain, le gouvernement doit agir sans tarder. Les six quotidiens de Groupe Capitales Médias ne doivent pas cesser d’être publiés. Outre les dizaines d’emplois qui sont menacés, il y a ici l’avenir de la presse écrite régionale qui se joue. C’est aussi un enjeu important pour la démocratie et l’avenir de l’information », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

« Le temps presse où nous ne pouvons attendre la conclusion de la Commission parlementaire et les délais inévitables à la préparation et à la mise en place d’un plan global pour venir en aide aux médias, aux médias écrits plus spécifiquement. Nous sommes tous conscients qu’assurer la pérennité de cette industrie, d’une entreprise en particulier, ne peut s’improviser. Cependant, nous sommes devant le fait accompli; c’est pourquoi un plan de sauvetage doit être mis en œuvre dès maintenant », ajoute le président de la FTQ.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.

 -30-

SOURCE : FTQ.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Legault va «tout faire» pour aider les journaux du Groupe Capitales Médias – Le SPGQ est sidéré par l’indécence de cette déclaration

QUÉBEC, le 19 août 2019 /CNW Telbec/ – Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec est sidéré par la déclaration du premier ministre, François Legault, qui se dit prêt à tout faire pour aider les journaux de l’entreprise privée Groupe Capitales Médias qui, en 2017, a obtenu un prêt 10 millions $ du gouvernement pour l’aider à négocier son virage vers le numérique.

« Le premier ministre dit qu’il va tout faire pour sauver une entreprise privée. Va-t-il aussi tout faire pour ses professionnels, les salariés de l’État qui ont été parmi les plus appauvris depuis 30 ans, les fonctionnaires les plus éduqués qui, logiquement, ont davantage d’options sur le marché privé de l’emploi ? », s’interroge Line Lamarre, présidente du SPGQ.

Le SPGQ est consterné par cette déclaration, car ses quelque 28 000 professionnels accuse un retard par rapport aux autres salariés québécois. Le salaire moyen des employés de l’État québécois est d’environ 14 % inférieur par rapport à celui de l’ensemble des autres salariés québécois et de 10,6 % par rapport à celui des salariés du secteur privé. La rareté de la main-d’œuvre, la quasi-absence de formation offerte aux employés de l’État, les difficultés de rétention et l’absence totale de gouvernance en informatique ne semblent donc pas des sujets qui préoccupent le premier ministre, s’étonne le SPGQ.

« Nos membres ont accepté des augmentations d’un peu plus de 1 % par an pour la convention collective 2015-2020. Ils ont fait leur part pour l’austérité. Pourtant, en juin 2019, l’Institut du Québec indiquait que la hausse des salaires observée au Québec est la plus importante depuis mars 2009. Sur un an, la hausse s’élève à 4,8 %. Si M. Legault choisit de venir en aide au privé, cela ne doit pas se faire au détriment des professionnels de l’État », conclut Mme Lamarre.

À propos du SPGQ

Le SPGQ est le plus grand syndicat de personnel professionnel du Québec. Créé en 1968, il représente près de 28 000 spécialistes, dont environ 20 000 dans la fonction publique, 5 050 à l’Agence du revenu du Québec et 2 950 en santé, en éducation et dans les sociétés d’État.

Suivre le SPGQ

Web : www.spgq.qc.ca
Twitter : twitter.com/spgq 
Facebook : www.facebook.com/lespgq

 -30-

SOURCE : Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ).


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le gouvernement du Québec assurera le maintien des activités de publication de Groupe Capitales Médias

MONTRÉAL, le 19 août 2019 /CNW Telbec/ – Le gouvernement du Québec attribuera, par l’entremise de son mandataire Investissement Québec, un financement intérimaire de 5 millions de dollars, dans le cadre d’un processus de restructuration formelle des activités de Groupe Capitales Médias (GCM), afin de soutenir la poursuite des activités de ce diffuseur, de favoriser le maintien des journaux et de l’information régionale et de préserver les emplois.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière, M. Pierre Fitzgibbon, et la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française, Mme Nathalie Roy, en ont fait l’annonce aujourd’hui.

L’aide financière gouvernementale sera accordée à la suite du dépôt d’un avis d’intention à la cour par une filiale de GCM dans le cadre d’un processus légal habituel, et sera sous réserve de l’approbation du tribunal.

Grâce à ce financement intérimaire, le gouvernement du Québec ne deviendra pas actionnaire de l’entreprise, mais assurera la tenue d’un processus légal habituel qui permettra la sollicitation d’offres pour la vente en partie ou en totalité des activités de GCM à un ou des repreneurs.

Le gouvernement souhaite donc l’organisation d’un processus ouvert afin de permettre à tous les repreneurs potentiels de manifester leur intérêt à poursuivre les activités des journaux de GCM, favorisant ainsi la diversité de la presse.

Notons que le président exécutif et unique actionnaire de GCM, M. Martin Cauchon, assurera ses fonctions jusqu’à la nomination, au cours des prochains jours, de M. Stéphane Lavallée à titre de président exécutif intérimaire de l’entreprise. M. Lavallée veillera à élaborer et à mettre en œuvre un plan d’affaires afin de restructurer les activités de l’entreprise et d’assurer une transition ordonnée. De plus, PricewaterhouseCoopers agira à titre de syndic pour GCM lors de ce processus.

Citations :

« La préoccupation première du gouvernement du Québec est de maintenir les activités des journaux et de sauvegarder les emplois qui y sont associés. Groupe Capitales Médias est sans contredit un important diffuseur de l’information dans plusieurs régions du Québec, et il génère des retombées considérables dans les régions desservies. Il est primordial pour le gouvernement du Québec de préserver de telles sources d’information locale et régionale. C’est pourquoi nous ne tarderons pas à mettre en place un programme universel de soutien à l’industrie de la presse écrite. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière

« Notre gouvernement croit que dans une démocratie saine, l’information doit être diversifiée et accessible à la grandeur du Québec, dans les régions comme dans les grands centres. C’est un principe qu’on ne peut laisser s’effriter et qui est tributaire du nécessaire travail des journalistes. Par conséquent, le gouvernement pose un geste responsable en souscrivant financièrement au maintien des activités de presse écrite du Groupe Capitales Médias et des nombreux emplois qui en découlent. Nous préconisons une solution globale et pragmatique, qui permettra à l’ensemble des médias d’information québécois de remplir leur mission visant à informer les citoyens. La commission parlementaire sur l’avenir des médias d’information, que nous réclamions et qui débutera le 26 août prochain, contribuera certainement, de manière positive, à ce que nous travaillons à mettre en place. »

Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française

Faits saillants :

  • Fondé en 2015, le Groupe Capitales Médias se spécialise dans la diffusion d’information régionale sur tous les types de plateformes et de médias. L’entreprise, active dans le domaine de la presse d’information écrite, publie six quotidiens, Le Soleil, Le Nouvelliste, La Tribune, Le Droit, La Voix de l’Est et Le Quotidien, répartis dans plusieurs régions du Québec.
  • Rappelons que le gouvernement du Québec s’est engagé à mettre en place un plan global d’intervention qui offrira un appui équitable à tous les acteurs de la presse écrite au Québec afin d’assurer l’avenir de cette industrie. À ce titre, une commission parlementaire sur l’avenir des médias d’information amorcera ses travaux le 26 août prochain à l’Assemblée nationale.
  • Un comité interministériel, formé du ministre des Finances, M. Éric Girard, du ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, et de la ministre de la Culture et des Communications, Mme Nathalie Roy, est à pied d’œuvre afin d’élaborer des mesures concrètes qui seront bientôt rendues publiques.

Lien connexe :

Pour recevoir en temps réel les communiqués de presse du ministère de l’Économie et de l’Innovation, inscrivez-vous au fil RSS approprié au www.economie.gouv.qc.ca/rss.

Ministère de l’Économie et de l’Innovation sur les réseaux sociaux :

Twitter : twitter.com/economie_quebec
Facebook : www.facebook.com/EconomieQc
LinkedIn : www.linkedin.com/company/économie-québec
YouTube : www.youtube.com/user/MDEIEQuebec

Ministère de la Culture et des Communications sur les réseaux sociaux :

Twitter : www.twitter.com/MCCQuebec
Facebook : www.facebook.com/mccquebec/

Consulter le contenu original : http://www.newswire.ca/fr/releases/archive/August2019/19/c5808.html

 -30-

Source : Gouvernement du Québec.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec lance la campagne « Je soutiens mon journal »

MONTRÉAL, le 20 août 2019 /CNW Telbec/ – La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), devant la crise que traverse la presse écrite, lance une vaste campagne publique, visant à mobiliser la population sur l’importance de soutenir les journaux.

La FPJQ demande à toutes les municipalités du Québec, ainsi que les gouvernements provincial et fédéral, les institutions et les associations, de recommencer à publier leurs avis publics dans les journaux locaux, comme ils le faisaient jusqu’à tout récemment. Ces avis ne représentent qu’une très petite portion de leur budget annuel, mais sont des sources de revenus essentielles pour les journaux, dans le contexte actuel où plusieurs d’entre eux sont menacés de fermeture.

La Fédération compte sur les citoyens pour exiger de leurs gouvernements et de leurs élus qu’ils publient ces avis publics.

De plus, la FPJQ demande aux entreprises privées à faire leur effort également, en achetant des espaces publicitaires dans les journaux.

Des autocollants « Je soutiens mon journal » seront distribués aux entreprises et aux citoyens qui en feront la demande, s’ils encouragent les journaux. Les modalités de cette campagne seront connues sous peu.

La presse écrite, qu’elle se retrouve dans les grands centres ou en région, est essentielle à la démocratie. La Fédération professionnelle des journalistes du Québec estime que toute la société doit soutenir ces médias, qui pourraient disparaître si rien n’est fait. Lundi, le Groupe Capitales Médias se plaçait sous la protection de la loi sur la faillite et l’insolvabilité. Six quotidiens dans autant de régions du Québec pourraient, si aucun acheteur ne se montre intéressé, fermer leurs portes après la fin de l’année.

« La fermeture d’un journal a un impact direct sur la communauté qu’il dessert. C’est pour cette raison que nous avons le devoir de soutenir une presse de qualité », a déclaré Stéphane Giroux, président de la FPJQ.

La Fédération rappelle que ce sont les médias qui produisent le contenu journalistique, pas Facebook ni Google. Si des médias disparaissent, c’est le public qui sera privé de ces sources d’information. La société québécoise ne peut se passer de l’information produite par les quotidiens. La FPJQ considère donc que c’est toute la société qui doit se mobiliser pour les sauver.

 -30-

SOURCE : Fédération professionnelle des journalistes du Québec.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Intervention du gouvernement auprès de Groupe Capitales Médias

Une aide saluée par le syndicat Unifor

QUÉBEC, le 19 août 2019 /CNW Telbec/ – Le syndicat Unifor salue l’aide de cinq millions de dollars annoncée par le gouvernement québécois aujourd’hui pour venir en aide au Groupe Capitales Médias (GCM).

« Nous ne pouvons que nous réjouir de la nouvelle, car c’est exactement ce que nous demandions vendredi dernier. Mais évidemment, une solution à plus long terme devra être trouvée. Et nous sommes déjà en mode recherche de solutions », a indiqué Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor.

Pour le syndicat Unifor, il est prématuré à ce moment-ci d’identifier un scénario précis. « Il faut d’abord se concentrer sur les membres afin de les soutenir et s’assurer de les représenter adéquatement », a indiqué M. Gagné.

L’importance des médias régionaux et de la presse écrite n’est plus à démontrer. Il s’agit de la survie même des nouvelles locales et de manière plus large, de la démocratie. L’enjeu est de taille. « Il faut absolument trouver une solution viable pour l’avenir de ces journaux et celui des emplois qui en dépendent », a conclu M. Gagné.

Le syndicat Unifor suivra de près l’évolution de la situation alors que son service juridique est déjà impliqué et travaille de près avec les sections locales dans ce dossier.

Unifor représente une centaine de personnes salariées de GCM œuvrant à La Tribune de Sherbrooke et au Quotidien de Saguenay.

À propos d’Unifor

Unifor est le plus grand syndicat du secteur privé au Québec et au Canada représentant plus de 315 000 membres dans tous les secteurs de l’économie. Unifor milite pour toutes les travailleuses et travailleurs et leurs droits. Il lutte pour l’égalité et la justice sociale au pays et à l’étranger et aspire à provoquer des changements progressistes pour un avenir meilleur. Au Québec, Unifor représente près de 55 000 membres et est affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).

 -30-

SOURCE : Syndicat Unifor Québec.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Groupe Capitales Médias : les syndicats CSN intéressés à s’impliquer financièrement dans la relance des quotidiens régionaux

MONTRÉAL, le 19 août 2019 /CNW Telbec/ – À la suite de l’annonce de la faillite du Groupe Capitales Médias, les syndicats CSN des quotidiens régionaux se montrent intéressés à participer financièrement à la relance des opérations de ces médias écrits.

« C’est une très triste journée pour les médias d’information, pour leurs artisans, mais également pour l’ensemble de la population, particulièrement en région. Il y a longtemps que nous tirons la sonnette d’alarme au sujet de la crise qui sévit dans le secteur de la presse écrite, affirme la présidente de la Fédération nationale des communications (FNC-CSN), Pascale St-Onge. Craignant que des journaux puissent fermer, nous avons travaillé sur différents scénarios afin d’en assurer leur survie. L’un des scénarios qui nous semblent porteurs d’avenir serait de constituer une coopérative de travailleuses et de travailleurs de l’information qui deviendrait actionnaire des quotidiens du Groupe Capitales Médias, en partenariat avec d’éventuels investisseurs. C’est en ce sens que nous consulterons l’ensemble des membres des syndicats concernés au cours des prochains jours. »

La présidente de la FNC-CSN tient à saluer la réponse du gouvernement du Québec, dont le prêt temporaire assurera le maintien des opérations des six quotidiens. « Il est primordial, à très court terme, que les quotidiens continuent d’être publiés d’ici à ce que l’on trouve une solution globale pour assurer la pérennité de ces médias. Voilà pourquoi nous travaillerons d’arrache-pied avec différents partenaires pour développer un modèle d’affaires qui permettra aux six quotidiens et à leurs artisans de continuer d’offrir à la population une information diversifiée et de qualité. »

La FNC-CSN sera présente lors de la commission parlementaire sur l’avenir des médias au Québec, lundi prochain, afin de présenter ses recommandations visant un meilleur soutien financier des différents médias d’information.

À propos de la FNC

La Fédération nationale des communications (FNC-CSN) regroupe 7000 membres œuvrant dans les domaines des communications et de la culture.

 -30-

SOURCE : Fédération nationale des communications (FNC-CSN).

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour
One comment on “Dossier Groupe Capitales Médias – Les communiqués de presse

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 119 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :