Nouveauté : Agir, essai – philosophie, Endré, Fondation littéraire Fleur de Lys

AGIR
Essai – Philosophie
Endré,
Fondation littéraire Fleur de Lys
Lévis, Québec, Février 2019
134 pages
ISBN 978-2-89612-565-4


PRÉSENTATION

« Agir » est une réflexion engageante sur le temps qui court par l’un de ses contemporains qui se demande s’il est bien de son époque ! Dans son questionnement surgiront entre autres ses préoccupations sur la démocratie, le consumérisme, la laïcité, le pays, le multiculturalisme. Rien de neuf à première vue. Mais à regarder de plus près, l’exposé que l’auteur nous offre ici se présente comme un regard bien différent de ce qui peut nous paraître tomber sous le sens. En fait, il nous propose d’éviter les réponses toutes faites avant de connaître les questions, car elles n’en sont peut-être pas !


TABLE DES MATIÈRES

Introduction

Je ne suis pas

Deux paramètres

Libérer la raison

Le droit

Des religions, des divinités et des hommes

De la démocratie

La quadrature humaine du cercle de vie

Le vivant

La nourriture

L’histoire entre zéro et l’infini

Agir

Être de son temps

Laïcité

Le Pays

Multiculturalisme

Se connaître pour devenir soi ?

Alors l’autre ?

De la pertinence des sages et des modèles

Conclusion

Au sujet de l’auteur

Communiquer avec l’auteur


EXTRAITS

Introduction

L’individualité qui nous occupe tant aujourd’hui est cette réalité qui s’exprime pourvu que chaque individu se donne l’impression d’être seul maître à bord. En fait, c’est même un peu plus : l’individu demande à ses vis-à-vis de se plier à ses exigences au nom de sa liberté, c’est-à-dire de son droit de s’imposer du fait même de sa conscience de son importance de soi à l’égard de soi-même et pour conséquence du fait de n’être pas spontanément et explicitement reconnu dans cette importance par l’autre. L’individualité ne peut s’affirmer si la personne est seule ! Il y a là pour elle quelques soucis.

L’individu évolue dans une communauté ce qui peut lui causer certains drames lorsqu’il n’est pas reconnu, selon lui, à sa juste valeur. Alors en fonction du droit à sa vie, il aura toujours la possibilité d’exiger de son milieu que ce dernier s’adapte, d’autant que le commun, lui, n’a pas d’indi­vidualité, qu’il n’est personne. La communauté se métamor­phose ainsi en une pluralité de cellules psychosociales où les individualités y favorisent leurs semblables. Ces cellules créent un effet de contagion en ce que plus elles sont nom­breuses et plus elles se justifient par leur nombre. Et, plus elles sont nombreuses et moins elles regroupent d’individus. Leur cohésion entre elles repose sur leur puissance à im­poser la subjectivité des individus qui les composent comme fait incontournable dans l’orientation de l’exercice du pouvoir dans la communauté en général. L’individu, adoubé et en­couragé par son appartenance à sa cellule, se prévaut sur toute personne qui ne s’identifie pas à celle-ci. Puisque sa « vérité révélée » à propos de son être ou de son vécu ne peut être remise en question, il va de soi que le droit de vie et de mort est de son côté.

Il y a aussi cette déconstruction du paraître qui exige de l’autre de ne pas se fier à se qu’il voit de l’individu en face de lui, mais à se plier à ce que ce dernier exige comme représentation de lui-même. Ce n’est pas sujet à discussion, tellement que pour l’individu l’évidence de la subjectivité intérieure de son être crée l’évidence de ce qui doit être. Il demande d’être entendu, mais ne partage pas la nécessité d’écouter.

Heureusement, le bonheur sera au bout de l’accom­plissement de l’individualité, celle qui, à toutes fins utiles, est reconnu par les autres, et s’il le faut, leur est imposée. Malheureusement, on comprend ici que le bonheur de l’un dépend du malheur de l’autre, et que chacun, sans toujours se l’avouer, est heureux du malheur de l’autre.

Puis, se présentent souvent ces individualités qui sont celles de la subjectivité d’une personne qui se dit objective et libre dans ses connaissances, ses désirs et ses actions puisqu’elle se situe au « centre » du monde. Ces personnes se le voient confirmer tous les jours, car c’est ainsi que la société les éduque et les invite à penser. Comme ils soutirent des évènements des intentions qui confortent leurs percep­tions d’eux-mêmes, ils sont souvent les premiers individus à signaler qu’ils sont les premiers à avoir dit ce que, dans les faits, tout le monde pensait déjà ! Il y a certainement un bonheur à vivre dans ce climat où chacun n’est pas si mal­heureux puisqu’objectivement conscient que tout est presque parfait en ce monde, vu qu’il y est, qu’il se situe en son centre et parce qu’il lui donne sa raison à sa matérialité.

C’est dans le contexte de ces différentes formes d’individualités qui s’expriment aujourd’hui que ce qui suit commence par un questionnement sur le bonheur de l’être.


Citations


Que puis-je vous dire sinon que je ne suis pas à la recherche du bonheur ?


Nous ne sommes pas uniquement nous-mêmes, mais aussi notre propre environnement.


Dans cette autonomie il y a d’inclus la solitude.


Le philosophe en ce qu’il pense par lui-même recherche bien peu le similaire. Il affectionne le déséquilibre dans le but d’agir librement dans un monde inconstant. C’est dans cet esprit qu’il n’a aucun intérêt pour la pensée dominante parce qu’elle est caractéristiquement envahissante : elle empêche de réfléchir par abus de sentimentalisme, de peur et de culpa­bilité. De plus, la doxa affirme que tout a été dit et qu’en toute magnanimité il ne resterait qu’à chacun d’entre nous d’en con­venir sensément. Voilà pourquoi la quête de sa différence, l’exploration de son altérité sont pour le libre-penseur l’attes­tation et l’affirmation de l’autonomie de l’homme qui réfléchit et agit par lui-même tout en osant confronter ses sentiments et ses idées. Cette ambition d’autonomie concourt à la pluralité des visages sans l’exigence draconienne de l’acceptation du philo­sophe par l’autre et de celle que tous soient libres-penseurs.


AU SUJET DE L’AUTEUR

Né en 1950, formé en philosophie, en écologie humaine et en psychothérapie (Gestalt-thérapie), l’auteur cumule plus de vingt ans d’expérience comme psychothérapeute gestal­tiste en pratique privée, essayiste et philosophe. Il a égale­ment écrit les ouvrages : L’écologie humaine (1985) et Libellé philoso­phique (2008). Au travers de toutes ses activités, il a travaillé en tant qu’intervenant puis gestionnaire pendant de nombreux mandats dans le réseau de la santé et des services sociaux du Québec.

COMMUNIQUER AVEC L’AUTEUR

Adresse de courrier électronique :

endrephilosophe@gmail.com


CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR VOTRE EXEMPLAIRE PAPIER OU NUMÉRIQUE


#philosophie

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Nouveaux livres

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

CONCOURS – SONDAGE – LES QUÉBÉCOIS ET LEURS ÉCRITS
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 065 autres abonnés

%d blogueurs aiment ce contenu :