L’Office québécois de la langue française et la Commission de toponymie saluent l’excellence dans la culture, les communications et le patrimoine

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’Office québécois de la langue française et la Commission de toponymie saluent l’excellence dans la culture, les communications et le patrimoine

MONTRÉAL, le 22 nov. 2018 /CNW Telbec/ – L’Office québécois de la langue française a récompensé ce soir, à l’occasion de son deuxième Gala des Mérites du français de l’année, cinq personnes pour leurs réalisations remarquables en matière de promotion et d’usage du français dans les milieux de l’enseignement supérieur, de la culture et de la publicité. La Commission de toponymie a profité de l’occasion pour couronner le travail exemplaire d’une municipalité en matière de désignation de lieux. La cérémonie s’est déroulée en présence de Mme Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française, et de M. Robert Vézina, président-directeur général de l’Office québécois de la langue française et président de la Commission de toponymie.

Prix Camille-Laurin : 1. Mme Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française; 2. Mme Angéline Martel, lauréate du prix Camille-Laurin 2018, directrice de l’Institut Jacques-Couture et du Service d’évaluation linguistique ainsi que professeure titulaire, Université TÉLUQ; 3. M. Robert Vézina, président-directeur général de l’Office québécois de la langue française et président de la Commission de toponymie (Groupe CNW/Office québécois de la langue française)

Mérite du français dans la culture : 1. Mme Suzanne Aubry, présidente de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois; 2. Mme Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française; 3. Mme Sophie Prégent, présidente de l’Union des artistes; 4. Mme Joséphine Bacon, lauréate du Mérite du français dans la culture 2018, auteure et poétesse; 5. M. Mathieu Plante, président de la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma; 6. M. Robert Vézina, président-directeur général de l’Office québécois de la langue française et président de la Commission de toponymie. (Groupe CNW/Office québécois de la langue française)

Mérite en toponymie : 1. M. Robert Vézina, président-directeur général de l’Office québécois de la langue française et président de la Commission de toponymie; 2. M. Sébastien Turgeon, conseiller en communication à la Ville de Nicolet;
3. Mme Geneviève Dubois, mairesse de Nicolet; 4. Mme Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française; 5. Mme Marie Thériault, membre de la Commission de toponymie; 6. Mme Joanne Burgess, membre de la Commission de toponymie (Groupe CNW/Office québécois de la langue française)

Grand Mérite Francopub : 1. M. Robert Vézina, président-directeur général de l’Office québécois de la langue française et président de la Commission de toponymie; 2. Mme Catherine Martellini, membre du jury des Mérites Francopub 2018 et rédactrice en chef à Infopresse; 3. M. Luc Dupéré, représentant des gagnants : Mme Camille Gagnon et M. Nicolas Boisvert; 4. Mme Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française (Groupe CNW/Office québécois de la langue française)

Mérite Francopub – Bourse Serges-Tougas : 1. M. Robert Vézina, président-directeur général de l’Office québécois de la langue française et président de la Commission de toponymie; 2. M. Marc-Antoine Vallée, concepteur-rédacteur à l’agence Ogilvy Montréal; 3. Mme Isabelle Neault, lauréate du Mérite Francopub – Bourse Serges-Tougas et conceptrice-rédactrice à l’agence Ogilvy Montréal; 4. Mme Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française; 5. Mme Geneviève Racette, membre du jury des Mérites Francopub 2018 et directrice, langage de marque à l’agence Bleublancrouge (Groupe CNW/Office québécois de la langue française)

Mérite Francopub du public : 1. Mme Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française; 2. M. Marc-Antoine Vallée, concepteur-rédacteur à l’agence Ogilvy Montréal; 3. Mme Isabelle Neault, lauréate du Mérite Francopub du public et conceptrice-rédactrice à l’agence Ogilvy Montréal; 4. M. Mourad Bouaziz, membre du jury des Mérites Francopub 2018 et concepteur-rédacteur à l’agence McCann; 5. M. Robert Vézina, président-directeur général de l’Office québécois de la langue française et président de la Commission de toponymie (Groupe CNW/Office québécois de la langue française)

Mérites Francopub – Finalistes : 1. Mme Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française; 2. M. Jean-Nicolas Duval, concepteur-rédacteur à l’agence K72; 3. M. Simon Beaudry, concepteur-rédacteur à l’agence K72; 4. M. Luc Dupéré, concepteur-rédacteur à l’agence Lg2; 5. M. Robert Vézina, président-directeur général de l’Office québécois de la langue française et président de la Commission de toponymie. Absents de la photo : M. Guillaume Blanchet, de l’agence K72; Mmes Karine Bouchard, Linda Dawe, Vicky Morin et Élyse Noël de Tilly de même que M. Steve Pépin, de l’agence Cossette; ainsi que MM. Martin Cinq-Mars et Marc Fortin, de l’agence Lg2 Montréal (Groupe CNW/Office québécois de la langue française)

L’Office a ainsi remis son prestigieux prix Camille-Laurin à Mme Angéline Martel, professeure à l’Université TÉLUQ. Mme Martel a contribué significativement tout au long de sa carrière, et encore aujourd’hui, à renforcer l’usage, la qualité et le rayonnement du français au Québec. Au fil des ans, elle a mis à profit son expertise dans l’enseignement des langues en autonomie guidée pour favoriser l’intégration des personnes nouvellement arrivées au Québec. Son sens de l’innovation de même que les retombées positives de ses réalisations ont particulièrement retenu l’attention du jury.

Pour sa part, Mme Joséphine Bacon, auteure et poétesse innue, a reçu le Mérite du français dans la culture, prix décerné par l’Office avec la collaboration de la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma, de l’Union des artistes et de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois. Avec ses poèmes rédigés en innu et en français, Mme Bacon impose sa voix singulière dans la littérature amérindienne francophone au Québec. Elle cultive un dialogue original entre les langues et les cultures, fécond pour la littérature d’ici.

Également, le Mérite en toponymie a été attribué par la Commission à une municipalité du Centre-du-Québec, la Ville de Nicolet. Cette distinction salue l’exemplarité des efforts déployés par une organisation pour désigner judicieusement des lieux présents sur son territoire, notamment en mettant de l’avant l’histoire et les personnes marquantes de sa région. Au cours de la dernière année, la Ville de Nicolet a poursuivi son travail impeccable en matière d’attribution de noms de lieux et les a mis en valeur de façon remarquable dans son ouvrage Histoire de rues et de lieux : toponymie de Nicolet.

Le Grand Mérite Francopub a été décerné à M. Nicolas Boisvert et à Mme Camille Gagnon, de l’agence Lg2 Québec, pour les publicités Bleus, Fins, Forts et Mous, réalisées pour les Producteurs de lait du Québec (les Fromages d’ici). Pour sa part, Mme Isabelle Neault, de l’agence Ogilvy Montréal, a remporté le Mérite Francopub – Bourse Serges-Tougas et le Mérite Francopub du public pour les publicités De l’auto au bus, créées pour le Réseau de transport de Longueuil. Diffusées au cours de la dernière année, ces créations publicitaires ont fait une utilisation astucieuse, originale et remarquable de la langue française.

Citations

« Le Gala des Mérites du français est l’occasion de rendre hommage à ces femmes et à ces hommes d’exception qui contribuent à l’enrichissement et à l’épanouissement de la culture québécoise et de notre langue commune. Par leurs réalisations, ces personnes et ces organisations s’illustrent dans leur milieu en faisant du français une langue plus que jamais vivante et rassembleuse qui offre de multiples opportunités d’échanges et de collaborations. Notre gouvernement est très heureux de souligner et de célébrer ces accomplissements remarquables qui animent notre dynamisme et qui renforcent notre fierté de vivre et de créer en français au Québec. »

Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Langue française

« Le français dans nos produits culturels, dans nos créations publicitaires et dans nos noms de lieux témoigne avec éloquence de l’unicité et de l’originalité de la culture québécoise. Les personnes honorées ce soir contribuent à faire rayonner notre langue commune et je salue leur engagement et leur amour du français. Mes félicitations les plus sincères aux personnes lauréates et aux finalistes de ce deuxième Gala des Mérites du français 2018! »

Robert Vézina, président-directeur général de l’Office québécois de la langue française et président de la Commission de toponymie

Les lauréates et les lauréats du deuxième Gala des Mérites du français 2018
(rayonnement du français dans la culture et les communications et mise en valeur de la toponymie) 

Prix Camille-Laurin (bourse de 5 000 $)

  • Mme Angéline Martel, professeure titulaire au Département Sciences humaines, Lettres et Communications et directrice de l’Institut Jacques-Couture et du Service d’évaluation linguistique, à l’Université TÉLUQ.

Mérite du français dans la culture (bourse de 5 000 $)

  • Mme Joséphine Bacon, auteure et poétesse.

Mérite en toponymie

  • Ville de Nicolet.

Mérites Francopub

  • Grand Mérite Francopub (bourse de 4 000 $) : M. Nicolas Boisvert et Mme Camille Gagnon, de l’agence Lg2 Québec, pour les publicités Bleus, Fins, Forts et Mous des Producteurs de lait du Québec (les Fromages d’ici).
  • Mérite Francopub – Bourse Serges-Tougas (bourse de 5 000 $ remise à un créatif ou à une créative de 35 ans ou moins) : Mme Isabelle Neault, de l’agence Ogilvy Montréal, pour les publicités De l’auto au bus du Réseau de transport de Longueuil.
  • Mérite Francopub du public (bourse de 500 $) : Mme Isabelle Neault, de l’agence Ogilvy Montréal, pour les publicités De l’auto au bus du Réseau de transport de Longueuil.

L’Office québécois de la langue française tient à féliciter, en plus des lauréates et des lauréats de la soirée, toutes les personnes finalistes aux Mérites Francopub : MM. Simon Beaudry, Guillaume Blanchet et Jean-Nicolas Duval, de l’agence K72; Mmes Karine Bouchard, Linda Dawe, Vicky Morin et Élyse Noël de Tilly de même que M. Steve Pépin, de l’agence Cossette; ainsi que MM. Martin Cinq-Mars, Luc Dupéré et Marc Fortin, de l’agence Lg2 Montréal.

Liens connexes 

Prix Camille-Laurin 2018 : Mme Angéline Martel

Le prix Camille-Laurin, attribué par l’Office québécois de la langue française depuis 1999, est la distinction la plus prestigieuse décernée par l’organisme. Il est remis à une personne qui contribue de façon significative à l’usage, à la qualité ou au rayonnement du français dans sa sphère d’activité ou dans son milieu de travail. Il récompense son engagement exceptionnel et son sens de l’initiative de même que les retombées positives de ses réalisations.

Une bourse de 5 000 $ est remise à la personne lauréate.

Pour qu’une langue traverse le temps et les époques, il faut qu’elle soit parlée et qu’elle sache évoluer au gré des innovations caractérisant les sociétés où elle est en usage. À l’origine de l’apprentissage et de la perpétuation de toute langue se trouvent aussi les personnes qui l’enseignent. Ces pédagogues s’emploient chaque jour à allumer de petites étincelles chez leurs élèves en les invitant à partager leur passion des mots. La lauréate du prix Camille-Laurin 2018, Mme Angéline Martel, s’est fait un devoir, au cours de sa brillante carrière, de jouer ce rôle de protectrice de notre patrimoine linguistique.

Cette détentrice d’un doctorat pluridisciplinaire en éducation, sociolinguistique, philosophie du langage et sociologie de la connaissance à l’Université de l’Alberta s’est tournée vers l’enseignement supérieur pour transmettre son savoir. Elle a d’abord enseigné à l’Université McGill, puis à l’Université Concordia, avant de se joindre à l’Université TÉLUQ, en 1988. Là, elle s’est spécialisée dans l’enseignement des langues en autonomie guidée, une méthode d’enseignement qui vise à faire participer activement les étudiantes et les étudiants à leur apprentissage, ce qui constitue, selon elle, un gage de succès pour maîtriser une langue.

En plus de son rôle d’enseignante, Angéline Martel occupe différentes fonctions à l’Université TÉLUQ qui lui permettent d’agir à titre de maître d’œuvre de projets destinés à favoriser l’accroissement de la présence et de l’utilisation du français au Québec. Soulignons, entre autres, ses fonctions de directrice du Département de sciences humaines, lettres et communications ainsi que de directrice du Service d’évaluation linguistique.

Au fil des ans, cette femme d’exception sera à l’origine ou responsable de vingt-quatre cours de langues et de didactique des langues de même que de huit programmes associés à ces mêmes domaines. Le dernier en date vise à offrir aux personnes nouvellement arrivées au Québec une formation pour apprendre le français conçue sur mesure.

Toujours très active dans le milieu de l’enseignement supérieur, Angéline Martel donne à penser qu’il est encore loin, le jour où elle passera le flambeau. En 2017, elle a d’ailleurs mis sur pied, avec l’aide de ses collègues professeurs de l’Université TÉLUQ, l’Institut Jacques-Couture, dont elle assume la direction depuis sa création. L’Institut est nommé en l’honneur d’un homme qui a passé sa vie à vouloir répondre à des besoins sociaux par la compréhension et la connaissance des langues, des cultures et des peuples. À l’image de celui-ci, la nouvelle instance dirigée par Mme Martel a pour mission de soutenir les innovations en enseignement, en recherche et en service à la collectivité.

Au cours de sa carrière, Mme Martel s’emploie à diffuser les fruits de ses recherches dans de nombreux livres, monographies et articles publiés dans des revues scientifiques. Ces écrits portent notamment sur les droits linguistiques, l’éducation dans un contexte linguistique minoritaire, les modèles d’apprentissage, la didactique des langues et les politiques d’aménagement linguistique. Cette pionnière de la diffusion scientifique électronique a prononcé plus d’une centaine de communications et de conférences scientifiques sur ces sujets à travers le monde. Son sens de l’innovation de même que les retombées positives de ses réalisations ont particulièrement retenu l’attention du jury.

Mérite du français dans la culture 2018 : Mme Joséphine Bacon

Le Mérite du français dans la culture est remis depuis 1992 à une artiste québécoise ou à un artiste québécois qui contribue à l’usage, au rayonnement et à la mise en valeur du français ainsi qu’à la vitalité et à l’enrichissement de la culture de langue française. Il est décerné par l’Union des artistes, l’Union des écrivaines et des écrivains québécois et la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma, en collaboration avec l’Office québécois de la langue française.

Une bourse de 5 000 $ est remise à la personne lauréate.

Lauréate du Mérite du français dans la culture 2018, Mme Joséphine Bacon se fait un devoir, où qu’elle soit, de replonger dans sa mémoire pour puiser parmi ses souvenirs les plus lumineux et les faire partager par l’entremise des différentes formes d’art dans lesquelles elle s’investit.

Depuis son arrivée à Montréal il y a de cela cinquante ans, Mme Bacon est animée par la même volonté, celle de combattre l’oubli et la disparition de la langue, des traditions, des connaissances et de la culture de ses ancêtres, les Innus.

Tour à tour interprète, traductrice, narratrice et réalisatrice, son chemin croise celui de la poésie seulement en 2008.

La poésie de cette auteure est imprégnée d’un respect profond pour la nature. Ses vers sont épurés, presque incantatoires. Dans des mots justes emplis d’autodérision et d’optimisme, ils rendent hommage au territoire et à l’histoire des premiers peuples, porteurs d’une tradition millénaire. Sous ses mots envoûtants, provenant d’une langue belle et simple, se trouvent en filigrane des thèmes qui lui sont chers, comme la vieillesse, le temps qui passe, la sagesse et le désir de s’inscrire dans sa culture d’appartenance. Bien que l’appel de ses racines soit toujours bien présent dans sa poésie, elle réalise un hommage à l’urbanité dans son tout dernier ouvrage paru au mois de septembre 2018.

Soulignons que Joséphine Bacon a une façon bien à elle d’écrire sa poésie : elle rédige d’abord son texte en innu, puis le réécrit en français. Il ne s’agit pas ici d’une traduction, mais d’une adaptation de ses écrits à la réalité de chaque langue. De cette manière, Mme Bacon cultive un dialogue original entre les langues et les cultures, fécond pour la littérature d’ici. Elle impose ainsi sa voix singulière dans la littérature amérindienne francophone au Québec.

Mérite en toponymie 2018 : la Ville de Nicolet

Le Mérite en toponymie est une récompense décernée par la Commission de toponymie qui salue l’exemplarité des efforts déployés par une organisation pour désigner judicieusement des lieux ou pour mettre en valeur les toponymes présents sur son territoire.

La Ville de Nicolet a reçu le Mérite en toponymie 2018 pour le travail remarquable en matière de désignation de ses noms de lieux qu’elle effectue depuis plusieurs années. Les nouveaux odonymes, communément appelés noms de voies de communication, choisis par la Ville rappellent les souvenirs et les passions de celles et de ceux qui ont résidé à Nicolet. Un travail de préservation du patrimoine est également effectué à travers le maintien des anciens noms de voies de communication. Tous ces noms permettent de reconstituer la grande histoire de la municipalité, une histoire que l’on peut prendre plaisir à revivre.

Par ailleurs, les noms de rues de Nicolet respectent les règles édictées par la Commission de toponymie, et chacun de ceux que la Ville lui a présentés jusqu’à présent a reçu un avis favorable d’officialisation.

Toutefois, Nicolet s’est particulièrement démarqué auprès du jury cette année par l’accomplissement d’un projet patrimonial d’envergure pour cette municipalité de plus de 8 000 citoyennes et citoyens : la publication du livre Histoire de rues et de lieux : toponymie de Nicolet. Cet ouvrage de 215 pages, qui s’appuie sur des recherches entreprises depuis 2012, fait une incursion dans le passé et entraîne les lectrices et les lecteurs, au moyen de mots, d’images et de cartes, au cœur du développement de la ville. Au total, près de 200 noms de lieux y sont présentés. Ceux‑ci évoquent tous des histoires, tantôt fraîches dans les mémoires nicolétaines, tantôt enfouies dans les poussières du temps.

Soulignons que cet ouvrage n’est pas qu’une simple réussite de l’administration de Nicolet, puisque son mérite rejaillit sur l’ensemble de la communauté. En effet, des citoyennes et des citoyens ont été mis à contribution, notamment pour raconter la vie de leurs ancêtres ou d’êtres chers. Histoire de rues et de lieux : toponymie de Nicolet constitue par conséquent un témoignage significatif qui met en valeur le patrimoine de cette municipalité du Centre-du-Québec.

Mérites Francopub 2018 : personnes lauréates et finalistes

En 2018, les Mérites Francopub de l’Office québécois de la langue française ont récompensé pour une 14e fois le travail des créatrices et des créateurs dont les publicités ont mis en valeur le français par l’élégance du style, par l’efficacité publicitaire ainsi que par l’originalité des jeux de mots et des expressions.

Trois Mérites ont ainsi été remis :

  • le Grand Mérite Francopub (accompagné d’une bourse de 4 000 $);
  • le Mérite Francopub – bourse Serges-Tougas (accompagné d’une bourse de 5 000 $ remise par l’agence Bleublancrouge à une conceptrice-rédactrice ou à un concepteur-rédacteur de 35 ans ou moins);
  • le Mérite Francopub du public (accompagné d’une bourse de 500 $).

Le Grand Mérite Francopub 2018 a été décerné à M. Nicolas Boisvert et à Mme Camille Gagnon, de l’agence Lg2 Québec, pour les publicités Bleus, Fins, Forts et Mous, réalisées pour les Producteurs de lait du Québec (les Fromages d’ici).

C’est l’utilisation habile de figures de style (ex. : Les meilleurs bleus quand tout devient blanc, Les meilleurs fins pour ceux qui l’ont été) ainsi que le choix judicieux de la période de diffusion des créations publicitaires (Bleus lors de la première tempête de neige, Fins durant le temps des fêtes) qui ont conquis le cœur du jury.

Pour sa part, Mme Isabelle Neault, de l’agence Ogilvy Montréal, a remporté le Mérite Francopub – bourse Serges-Tougas, remis à une conceptrice-rédactrice ou à un concepteur-rédacteur de 35 ans ou moins, pour les publicités De l’auto au bus, créées pour le Réseau de transport de Longueuil.

Dans les trois publicités présentées au jury, le graphisme, minimaliste, laisse toute la place aux mots, qui sont au cœur même du concept publicitaire. Jouant adroitement avec la syntaxe du français, ces publicités opposent les désavantages de la voiture aux avantages du transport en commun (ex. : Je suis stationné vraiment loin d’être compliqué). De plus, lue rapidement, le slogan Passez de l’auto au bus laisse même entrevoir le mot autobus.

Le grand public a été aussi séduit que le jury par les publicités De l’auto au bus de Mme Isabelle Neault puisque ce sont celles qui ont récolté le plus de votes en ligne. Du 4 octobre au 2 novembre 2018, les internautes étaient effectivement invités à sélectionner, parmi les publicités finalistes, celle qui, à leur avis, faisait l’utilisation la plus astucieuse, originale et remarquable de la langue française.

Le Mérite Francopub du public a ainsi été remis à Mme Neault.

L’Office québécois de la langue française tient également à féliciter toutes les personnes finalistes aux Mérites Francopub 2018 :

  • MM. Simon Beaudry, Guillaume Blanchet et Jean-Nicolas Duval, de l’agence K72,
    pour la publicité Menu chanté LesPAC de Mediagrif;
  • Mmes Karine Bouchard et Linda Dawe, de l’agence Cossette, pour la publicité Lignes de vie de l’organisation non gouvernementale Humanité & inclusion;
  • MM. Martin Cinq-Mars et Marc Fortin, de l’agence Lg2 Montréal, pour la publicité Révolution d’Hydro-Québec;
  • M. Luc Dupéré, de l’agence Lg2 Montréal, pour la publicité L’amère nature en bouteille
    de Boréale;
  • Mme Camille Gagnon, de l’agence Lg2 Québec, pour la publicité Incomparables
    de la Société de l’assurance automobile du Québec;
  • Mmes Vicky Morin et Élyse Noël de Tilly ainsi que M. Steve Pépin, de l’agence Cossette, pour la publicité Conteur intérieur de McDonald’s.

SOURCE : Office québécois de la langue française (OQLF).

Liens Connexes

http://www.oqlf.gouv.qc.ca

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , ,
Publié dans Actualité au jour le jour
One comment on “L’Office québécois de la langue française et la Commission de toponymie saluent l’excellence dans la culture, les communications et le patrimoine

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 051 autres abonnés

%d blogueurs aiment ce contenu :