Journée mondiale du livre et du droit d’auteur : le bibliothécaire par Arcimboldo

Le Bibliothécaire est un tableau peint par Giuseppe Arcimboldo vers 1570. Il mesure 130 cm de haut sur 85 cm de large. L’original ou sa copie est conservé au château de Skokloster à Håbo en Suède.

Le sujet représenté est Wolfgang Lazius, érudit et collectionneur chargé de la conservation des manuscrits précieux de l’empereur Maximilien auprès de qui Arcimboldo était peintre de cour. Ce tableau aurait été réalisé après la première version des Saisons et la peinture de L’Air, La Terre, Le Feu et L’Eau.

Lors de plusieurs expositions récentes (au Paslaszzo Grasi en 1982, à Lugano ensuite) des doutes sont émis sur son authenticité : l’original aurait été perdu et ce tableau en serait une copie nous transmettant toute l’inventivité du maître.

Source : Wikipédia.


Tout un symbole : le fameux « Bibliothécaire » d’Arcimboldo sous Public Domain Mark

Par Calimaq : Aka Lionel Maurel, Juriste & bibliothécaire

S.I.Lex –

Carnet de veille et de réflexion d’un juriste et bibliothécaire

C’est sans doute l’une des représentations les plus célèbres du métier de bibliothécaire, que celle réalisée par le peintre Arcimboldo pour l’Empereur Maximillien II. Toutes les personnes qui exercent cette profession (et moi le premier !) ont dû éprouver une certaine fascination pour cette image…

L’original de ce tableau est conservé actuellement au Château Skokloster en Suède et j’ai eu l’excellente surprise de constater qu’une version numérisée en haute définition avait été mise en ligne sous Public Domain Mark.

Sous le portrait, la Public Domain Mark.

Cela signifie que l’établissement certifie que l’oeuvre appartient bien au domaine public et choisit de la diffuser sans ajouter de nouvelles couches de droits, en respectant son intégrité juridique.

Le Château Skokloster s’est associé à deux autres grandes institutions patrimoniales de Suède – l’Armurerie Royale et le Hallwyl Museum – pour mettre en ligne plus de 40 000 images, en utilisant des licences ouvertes, comme les Creative Commons ou la Public Domain Mark. Dans un récent communiqué de presse, Le directeur Magnus  Hagberg, qui dirige le regroupement des trois institutions, justifie ce choix en rappelant que la numérisation de ces oeuvres est financée par de l’argent public et qu’il est donc logique que ces contenus soient diffusés de manière ouverte. Il insiste sur l’importance des usages pédagogiques et de recherche qui vont pouvoir ainsi être libérés et met en avant un partenariat avec Wikimedia Commons pour augmenter la diffusion de ces oeuvres.

Une banque d’images permet la recherche au sein de ces documents, dont plus d’un quart sont en haute définition (et cette proportion est appelée à augmenter au fil des mises en ligne).

A titre de comparaison avec les pratiques françaises, on peut constater qu’un autre portrait d’Arcimboldo, L’Automne conservé au Louvre, est diffusé avec une mention de Copyright « Tous droits réservés ».

La mention exacte que l’on lit sous le tableau est « Musée du Louvre /A. Dequier – M. Bard », les deux noms renvoyant sans doute à ceux des photographes qui sont intervenus pour réaliser le cliché du tableau. Le Louvre considère que cette reproduction constitue une « nouvelle oeuvre », pouvant faire l’objet d’un droit d’auteur, et se fait céder les droits par les photographes pour les exploiter ensuite à son tour. C’est ainsi que peut renaître une couche de droits d’auteur sur le domaine public et que le copyfraud trouve sa voie…

Sur le site de la banque d’images suédoise, le nom du photographe – Samuel Uhrdin – qui a fait la reproduction du tableau d’Arcimboldo figure également, dans les métadonnées associées du fichier. Il s’agit d’une reconnaissance du travail technique effectué par ce professionnel, mais cela ne conduit pas à de nouveaux droits et c’est tout à fait cohérent avec la philosophie même du droit d’auteur, qui protège seulement l’originalité dans la création.

Un autre point est également intéressant dans la manière dont ces institutions suédoises gèrent les droits associés à ces images. Pour les clichés d’objets tridimensionnels, comme ceux qu’abritent le Musée de l’Armurerie, ce n’est pas la Public Domain Mark qui a été utilisée, mais des licences Creative Commons (CC-BY- et CC-BY-SA). Le fait ici de reconnaître un droit d’auteur aux photographes n’est pas constitutif d’un copyfraud, car contrairement à un tableau en deux dimensions, où la reproduction ne peut pas faire naître d’originalité, la photographie d’une sculpture ou d’un objet laisse davantage de place aux choix de la personne qui prend le cliché. C’est d’ailleurs la position que défend la Wikimedia Foundation pour le chargement des images dans Wikimedia Commons, alors qu’elle rejette l’idée qu’un copyright puisse être appliqué sur la photographie d’un tableau.

Ici le choix du musée suédois a été de reconnaître les droits des photographes, mais de mettre les photos des objets sous licence libre, ce qui favorise très largement les usages. Cette politique permet de disposer sous licence CC-BY-SA de véritables trésors nationaux, comme cette armure du Roi de Suède, Gustav 1er.

Il faut se réjouir de voir de nouvelles institutions publiques s’emparer de la Public Domain Mark. Et pour revenir au Bibliothécaire d’Arcimboldo, c’est un symbole particulièrement fort, de voir cette icône rendue au domaine public, à un moment où bien des bibliothèques – et non des moindres  – semblent avoir perdu le sens de leur devoir envers la diffusion de la connaissance.

Et pour se convaincre de l’importance de laisser grandes ouvertes les portes de la réutilisation, voyez cette vidéo, qui mélange différents tableaux, dont les fameuses têtes composées d’Arcimboldo, pour composer une histoire sous forme de mashup.

PS : merci @BlankTextField de m’avoir signalé la mise en ligne de ces images en Suède.


Reproduction autorisée par l’auteur sous licence

Lien vers le texte original


Autres tableaux de Giuseppe Arcimboldo

Le Cuisinier est un tableau peint par Giuseppe Arcimboldo vers 1570, une nature morte de viandes rôties, peint à l’huile sur bois, réversible en figure anthropomorphique, conservé au Nationalmuseum de Stockholm. Le tableau révèle une figure humaine par paréidolie (car il s’agit toujours d’un assemblage de viandes). Source : Wikipédia.

Tête réversible avec panier de fruits est un tableau peint par Giuseppe Arcimboldo vers 1590, une nature morte de fruits, peint à l’huile sur bois, réversible en figure anthropomorphique, conservé chez French & Company à New York. Le tableau révèle une figure humaine par paréidolie (car il s’agit toujours d’un assemblage de fruits et d’une corbeille). Source : Wikipédia.

Les quatre éléments, Arcimboldo. Source : Wikipédia.


Voir tous les tableaux sur Wikipedis Commons


 

 

Enregistrer

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour, Événements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 111 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :