Semaine hommage à InternetActu et ses artisans – Neurosciences : oublie-t-on le comportement ? par Hubert Guillaud en référence à The Atlantic Notre cerveau à l’heure des nouvelles lectures par Hubert Guillaud

Image choisie par la Fondation littéraire Fleur de Lys

La Fondation littéraire littéraire Fleur de Lys rend hommage cette semaine à InternetActu – Le médias de la Fondation internet nouvelle génération (France) et ses artisans en reproduisant (sous la licence « Paternité-Pas d’utilisation commerciale » de Creative Commons) des articles jugés de grand intérêt pour toutes personnes intéressées à approfondir des sujets de première importance.


Neurosciences : oublie-t-on le comportement ?

Hubert Guillaud, InternetActu


Reproduction sous la licence « Paternité-Pas d’utilisation commerciale » de Creative Commons


Cinq neuroscientifiques ont récemment publié dans le journal Neuron un article provocateur destiné à remettre sur les rails une recherche qui selon eux s’égare sur une mauvaise voie, nous raconte The Atlantic. Pour ces chercheurs, en effet, leurs collègues ont tendance à oublier que le cerveau est avant tout une machine à fabriquer du comportement. Et c’est cela qu’il faut chercher à comprendre et à expliquer. Or, disent-ils, les travaux en neurosciences se concentrent essentiellement sur le fonctionnement des neurones ou des circuits de neurones.

Au contraire, ces cinq chercheurs tendent plutôt à considérer le comportement comme le produit d’une émergence, autrement dit, dans la lignée des sciences de la complexité et de la vie artificielle, comme le résultat d’une interaction entre ces milliards de neurones : la compréhension de l’ensemble ne saurait être déduite de la connaissance du fonctionnement de chacune des parties.

« L’hypothèse non formulée est que si nous rassemblons suffisamment de données sur les parties, le fonctionnement de l’ensemble deviendra clair. Si nous comprenons parfaitement les molécules qui se déplacent à travers une synapse, ou les impulsions électriques qui circulent le long d’un neurone, ou le réseau de connexions formé par de nombreux neurones, nous finirons par résoudre les mystères de l’apprentissage, de la mémoire, de l’émotion et plus encore. « L’erreur consiste à croire qu’un plus grand nombre de recherches de ce genre nous permettra, dans un futur toujours indéfiniment reporté, de comprendre ce que sont les pleurs d’une mère ou la manière dont je me sens actuellement », explique John Krakauer (l’un des cinq chercheurs en question, NDT).

Un point de vue condamné à l’échec selon lui et ses collègues.

« Les gens pensent que technologie + big data + machine learning = science », continue Krakauer. « Et ce n’est pas le cas. » Et The Atlantic de citer, fort à propos, la récente étude montrant l’impossibilité de déduire le comportement de l’antique processeur MOS 6502, coeur des bons vieux Atari, à partir d’une analyse du fonctionnement de ses constituants.

Cette ignorance du comportement global du cerveau peut nous amener à des conclusions trop simplificatrices ou même carrément fausses. L’article de The Atlantic en cite deux exemples.

Le premier est celui des très fameux neurones miroirs. Ceux-ci, rappelons-le, sont des neurones moteurs, c’est-à-dire qui en général s’activent pour faire un mouvement spécifique. Or, certains d’entre eux se mettent en route également quand le sujet (généralement un animal, le plus souvent un singe) observe quelqu’un effectuer ladite action : autrement dit, ces neurones « imitent » le comportement observé. Par exemple, si l’animal voit quelqu’un saisir une pomme, certains des neurones utilisés par son cerveau pour se saisir d’un objet s’activent à cette simple vision. Comme le souligne The Atlantic, lesdits neurones miroirs ont été considérés comme à l’origine de l’empathie, de nos comportements sociaux et même de la civilisation. Problème, soulignent Krakauer et ses collègues, les chercheurs travaillant dans ce domaine n’ont pas cherché à savoir si le comportement de l’animal trahissait une réelle compréhension de l’action qu’il avait observée. « On confond une interprétation avec le résultat : en l’occurrence, l’hypothèse que le neurone miroir comprend l’action d’autrui ».

Un autre exemple vient des recherches de Krakauer lui-même. Ce dernier travaille en effet sur la maladie de Parkinson. Les gens atteints de cette pathologie tendent à se déplacer lentement – ce phénomène est dû à la baisse de dopamine. Si on augmente les taux de ce neurotransmetteur, ils vont se mettre à bouger plus rapidement, ce qui, souligne The Atlantic, a donné naissance à de nouveaux médicaments, mais on n’a toujours pas pu expliquer la relation entre un tel comportement et la baisse des niveaux de dopamine. Lors d’une expérience effectuée en 2007, Krakauer a demandé à des malades d’effectuer un mouvement à des vitesses variées. Il s’avère qu’ils en étaient tout à fait capables. Mais ils évitaient inconsciemment de le faire. Cela semblait montrer que la dopamine ne contrôlait pas la fluidité des mouvements, mais plutôt la motivation à les exécuter rapidement…

Problème, aujourd’hui, il est difficile de publier dans un journal de neuroscience un article sur un aspect du comportement animal ou humain. Les articles sont rejetés s’ils ne contiennent pas assez d’observations physiologiques.

Marina Picciotto, la rédactrice en chef du Journal of Neuroscience, reconnaît en effet que si un article traite surtout du comportement, on considère souvent qu’il serait plus à sa place dans une autre revue, par exemple spécialisée dans la psychologie. Mais elle admet dans le même temps que la frontière entre l’étude du comportement et la neuroscience est assez fluide…

Hubert Guillaud


Source : InternetActu


Reproduction sous la licence « Paternité-Pas d’utilisation commerciale » de Creative Commons


Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :