Semaine hommage à InternetActu et ses artisans – La fracture numérique n’est plus, elle est redevenue une fracture sociale par Hubert Guillaud en référence au New York Times


La Fondation littéraire littéraire Fleur de Lys rend hommage cette semaine à InternetActu – Le médias de la Fondation internet nouvelle génération (France) et ses artisans en reproduisant (sous la licence « Paternité-Pas d’utilisation commerciale » de Creative Commons) des articles jugés de grand intérêt pour toutes personnes intéressées à approfondir des sujets de première importance.


La fracture numérique n’est plus, elle est redevenue une fracture sociale

Hubert Guillaud, InternetActu


Reproduction sous la licence « Paternité-Pas d’utilisation commerciale » de Creative Commons


Selon une étude de la Northwestern University de 2011, les enfants Afro-Américains regardent deux fois plus longtemps la télévision que les enfants blancs. Les enfants noirs ou d’origine espagnole passent en moyenne 13 heures par jours devant un écran, quand les enfants blancs passent 8 heures et 36 minutes souligne une étude (.pdf) de la Kaiser Family Foundation de 2010. Si dans les quartiers dangereux, le temps d’écran est préférable que de jouer ou de trainer dans la rue, reste que cette surexposition pose question et problème. Le temps d’écran est en effet corrélé à des difficultés attentionnelles, au risque d’obésité, etc.

Pour Naomi Schaeffer Riley (@NaomiSRiley), auteure de Soyez parents : arrêter d’interdire la balançoire, interdisez plutôt Snapchat« , trop souvent, le message que nous envoyons aux parents les plus pauvres et les moins éduqués est que le temps d’écran va aider leurs enfants, explique-t-elle dans une tribune pour le New York Times. Trop longtemps, nous avons incité les parents à s’équiper en informatique pour aider leurs enfants. Trop longtemps nous avons parlé de « résoudre la fracture numérique » et nous avons travaillé à améliorer l’accès des plus pauvres. Selon une étude du Pew de 2015, désormais, 87 % des adolescents américains entre 13 et 17 ans ont accès à un ordinateur. Chez les familles qui gagnent moins de 50 000 $ par an, 80 % des adolescents ont désormais un accès. En fait, les adolescents afro-américains ont plus tendance à posséder un smartphone que tous les autres adolescents américains. Force est de constater que la fracture numérique, la disparité d’accès aux technologies, s’est transformée. « La vraie fracture numérique en Amérique n’est plus entre les enfants qui ont accès à l’internet et ceux qui ne l’ont pas. Elle est entre les enfants dont les parents restreignent le temps d’écran et ceux qui pensent que plus de temps d’écran est la clef du succès ».

A croire que la fracture numérique n’est plus. Elle a été résorbée. Elle est redevenue une fracture sociale, entre ceux qui passent trop de temps derrière leurs écrans et les autres, c’est-à-dire entre les enfants pauvres et les enfants riches.

Reste que regarder le problème sous le seul angle du temps d’écran ne suffit certainement pas. La question, derrière le temps d’écran est plus certainement celle des usages qui en sont faits. La diversité d’utilisation d’internet, comme le soulignait une étude déjà ancienne du DEPS, reste certainement une clef pour comprendre les différences sociales dans l’utilisation du réseau. Le temps d’écran cache aussi des questions autour de la diversité d’usage et de la curiosité culturelle. Et l’enjeu n’est certainement pas seulement de diminuer le temps d’écran qu’élargir les pratiques culturelles.

Hubert Guillaud


Source : InternetActu


Reproduction sous la licence « Paternité-Pas d’utilisation commerciale » de Creative Commons


Plus on a de pratiques culturelles denses, plus on utilise l’internet

Hubert Guillaud, InternetActu

Le Département des études, de la prospective et des statistiques (Deps) du ministère de la Culture vient de livrer un nouveau numéro de leur revue (.pdf) consacrée aux pratiques culturelles et à l’usage d’internet. Celui-ci dépouille les résultats de l’enquête TIC de l’Insee analysée par Yves Frydel en mai 2006 sous le titre Internet au quotidien afin de mettre à jour les liens entre les pratiques culturelles et les pratiques numériques.

Pour le Deps, la diffusion d’internet dépend de 3 séries de facteurs qui jouent au niveau de l’équipement, de la fréquence et de la diversité de l’usage : l’âge ; le niveau de ressource économique et socio-culturel ; et le niveau élevé de pratiques culturelles.

Sans surprise, l’étude montre que les pratiques numériques vont de pair avec les pratiques culturelles (sauf pour la télévision que l’internet à tendance à fortement concurrencer voire à remplacer notamment chez les plus jeunes) et qui s’intensifient selon les mêmes facteurs que les pratiques culturelles traditionnelles (âge, éducation, revenu…). L’étude dégage trois profils d’utilisateurs :

  • une population équipée peu engagée dans la culture traditionnelle comme dans la culture numérique ;
  • une population juvénile aux pratiques intenses surtout en matière de communication et peu versée dans les pratiques culturelles traditionnelles ;
  • et un public plus mûr qui a à la fois des pratiques culturelles et numériques.

En essayant de comprendre les liens entre les pratiques culturelles traditionnelles et les nouvelles pratiques, les analystes du Deps ont surtout souligné combien les usages d’internet s’intègrent dans des les univers culturels qui leurs préexistent. « L’usage d’internet peut être la conséquence d’un intérêt préalable pour la culture tout en étant à l’origine de son renforcement », expliquent-ils. Outre les facteurs traditionnels (âge, revenu…), l’intensité de l’intérêt pour la culture « traditionnelle » exerce visiblement une influence sur l’équipement et l’usage (pour une personne aux mêmes caractéristiques socio-culturelle). Conclusion intéressante de l’auteur de cette synthèse, Olivier Donnat : « l’usage d’internet apparaît comme une activité domestique étroitement associée à l’intérêt manifesté pour l’art et la culture en général, à l’inverse de la télévision dont la durée d’écoute diminue à mesure que la participation culturelle augmente. » Dit autrement, l’intensité de l’intérêt pour la culture exerce bel et bien une influence « en soi » tant sur le plan de l’équipement que de l’usage de l’internet.

Pour autant, ces utilisateurs aux pratiques culturelles actives ne privilégient pas particulièrement les usages culturels de l’internet : ils en font simplement un outil de plus dans la riche palette qui compose les leurs. En général, les usages de l’internet ne s’opposent d’ailleurs pas les uns aux autres, mais ont tendance à se cumuler. Plus on utilise l’internet, plus on diversifie ses usages ; et à l’inverse, les faibles utilisateurs font moins de tout. Et de souligner combien la diversité des usages est étroitement liée à la fréquence : « les internautes qui se connectent tous les jours font tout plus que les autres. Ceci est logique, mais non trivial puisqu’on pourrait très bien imaginer que des passionnés aient un usage intensif d’une des fonctions d’internet, tout en ignorant la plupart des autres opportunités offertes par ce média. »

Hubert Guillaud


Source : InternetActu


Reproduction sous la licence « Paternité-Pas d’utilisation commerciale » de Creative Commons


Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 280 autres abonnés

TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :