Nouveauté : LA VISION HISTORIQUE des modèles des politiques économiques à travers la mutation des petites et moyennes entreprises, Adeola Raymond da Matha, Docteur en Sciences Économiques, Enseignant Chercheur FASEG/UAC, Denis Berger, Professeur en Économie Politique à l’université Paris 7 et Paris 8, Fondation littéraire Fleur de Lys

c.raymond-damata-4a-750

LA VISION HISTORIQUE des modèles des politiques économiques à travers la mutation des petites et moyennes entreprises

LA VISION HISTORIQUE des modèles des politiques économiques à travers la mutation des petites et moyennes entreprises
Adeola Raymond da Matha,
Docteur en Sciences Économiques,
Enseignant Chercheur FASEG/UAC
Denis Berger, Professeur en Économie Politique à l’université Paris 7 et Paris 8
Essai – Manuel scolaire universitaire
Fondation littéraire Fleur de Lys, Lévis, Québec, Canada, 2012, 144 pages, format 8,5 X 11 pouces (format lettre) ISBN 978-2-89612-407-7
Couverture souple couleur – Reliure allemande
Exemplaire papier : 39.95$ (Canada)
Exemplaire numérique : 16.50$ (Partout)

PRÉSENTATION

LA VISION HISTORIQUE des modèles des politiques économiques à travers la mutation des petites et moyennes entreprises, Adeola Raymond da Matha, Docteur en Sciences Économiques,

Enseignant Chercheur FASEG/UAC, Denis Berger, Professeur en Économie Politique à l’université Paris 7 et Paris 8, Fondation littéraire Fleur de Lys

« Cette étude s’inscrit dans la ligne de mes précédents travaux consacrés à la mise en valeur du caractère mystificateur de la science économique (La vision historique de la science économique. Édition Fondation littéraire Fleurs de Lys Canada 2012) Il s’agit ici en prenant comme objet d’étude les principales représentations de la politique économique des nations, de montrer que la vision économique de la société capitaliste loin de fournir un point de vue objectif sur cette société, est marquée par les choix politiques de la classe dominante.

Cette démonstration s’appuie sur trois séries de représentations :

— La comptabilité nationale, y compris sa présentation nouvelle (SECN)

— Les modèles de court terme qui servent, ou ont servi, à l’élaboration des budgets économiques : modèles ZOGOL, Déca, Star.

— Les modèles de moyen terme utilisés dans le cadre de la planification : FIFI, Régina, DMS

À la différence de notre précédente étude sur la vision historique de la science économique, notre travail ne reprendra pas la description proprement dite de ces représentations. En effet, d’une part l’exigüité de ces études ne permettrait pas de fournir, dans un seul exemplaire, la présentation de ces modèles prévisionnels et les observations qu’ils méritent.

D’autre part, notre propos n’est pas de faire un bilan de l’usage des modèles de politique économique mais plus simplement et, nous l’espérons, de façon plus originale, de faire ressortir un aspect de ces modèles : leur rôle idéologique et politique en faveur de la bourgeoisie.

Enfin, s’il est besoin d’une justification supplémentaire pour la publication de cette étude, ajoutons qu’elle offre un intérêt d’actualité dans une période où sont remis en question, tous les objectifs de croissance économique et l’on s’interroge de plus en plus sur les chances du capitalisme dont seraient exclues la bureaucratie et centralisation autoritaire des premiers dirigeants de l’État.

Raymond Adéolas da MATHA,
Docteur en Sciences Economiques,
Enseignant chercheur à la FASEG

Extrait du CHAPITRE I

LA VISION DES MODÈLES PRÉVISIONNELS ET ÉCONOMIQUES

1.1 Objet et Fondement de l’Étude

1.1.1 Principes méthodologiques

Un modèle est « un système abstrait qui permet l’étude d’un phénomène ou d’un système réel ». Cette définition de M. Guillaume, offre l’avantage d’une grande clarté. Les modèles économiques correspondent à cette définition, même s’il convient d’y adjoindre certaines spécificités. Le point de départ d’un modèle, économique ou autre est donc une volonté d’abstraction. Ce point de départ mérite quelques remarques.

On peut dire d’abord que cette démarche s’inscrit dans la méthode la plus courante de l’analyse dans le domaine social. Faute d’appréhender intensément la totalité des faits, c’est-à-dire à choisir des éléments dans un ensemble complexe.

Ce choix peut évidemment toujours donner lieu à critiques, mais le principe du choix ne peut être contesté.

On peut ensuite remarquer qu’une volonté d’abstraction ne naît pas spontanément : elle correspond à un objectif que s’est fixé l’observateur et M. Guillaume reconnaît qu’un modèle est « indissociable de ses objectifs », mais il ajoute « qu’on ne peut le juger que par référence au but qu’il entend servir ». Cette démarche, qui peut sembler naturelle à beaucoup, n’est peut-être par change d’un arrière-fond idéologique. Selon les préceptes de l’université libérale, on ne saurait reprocher à un auteur de ne pas atteint les objectifs qu’il ne s’était pas fixé. Dans une société où l’individu est supposé être totalement maître de ses actes, il est effectivement logique d’adopter un tel principe, mais il est souvent difficile d’imaginer que l’objectif déclaré par un auteur soit réellement poursuivi lorsque l’emploi de l’œuvre de cet auteur est totalement différent de cet objectif déclaré. Transposé dans un autre domaine, cela signifie que l’inventeur d’une arme ne saurait être tenu pour responsable des agressions commises avec cette arme dès lors que son objectif déclaré était de permettre de dissuader des agresseurs éventuels. Mais de toute façon, le point de vue de M. Guillaume ne nous semble pas devoir s’appliquer lorsque l’œuvre en question est prise en charge par un pouvoir politique. Ainsi, quel que soit l’auteur d’un modèle économique et quel qu’ait été son objectif, le jugement sur ce modèle change lorsqu’il devient l’élément de référence d’une politique économique. Dans ce cas, nous pensons, renversant la proposition de M. Guillaume, que le but poursuivi par la création et l’emploi d’un modèle est indissociable des choix qui ont présidé à sa construction et de l’emploi auquel il donne lieu.

Ces choix, c’est-à-dire les hypothèses de départ du modèle, ont d’autant plus d’importance qu’il s’agit de la construction d’un système c’est-à-dire d’un ensemble cohérent. Abstraire certains faits de la réalité pour les mettre en valeur et leur donner une signification particulière est une attitude moins risquée qu’établir un système d’abstractions qui est censé représenter le système réel. Or, l’un des usages possibles des modèles de politique économique est la simulation de décisions de politique économique : pour que cette simulation offre un intérêt, il faut qu’on pense que le système réel est susceptible de réagir de la même façon que le système abstrait. Le moins qu’on puisse dire est qu’il faut avoir une grande confiance dans la valeur du modèle en question. Mais il y a plus grave malgré les progrès accomplis dans l’application des mathématiques et particulièrement dans l’informatique, il paraît douteux que les systèmes créés en laboratoire soient susceptibles de réagir avec les mêmes nuances qu’un système social, produit historique de la lutte de la classe. Ou bien, et c’est un nouvel élément à prendre en considération, il faut se donner les moyens pour que la simulation ou laboratoire serve de modèle à la réaction du système. Ceci revient à poser la question de l’insertion du modèle lui-même dans la réalité et, en particulier du rôle idéologique qu’il peut jouer, ou qu’on peut faire jouer, pour façonner les comportements des individus.

En savoir plus et commander votre exemplaire

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Nouveaux livres
One comment on “Nouveauté : LA VISION HISTORIQUE des modèles des politiques économiques à travers la mutation des petites et moyennes entreprises, Adeola Raymond da Matha, Docteur en Sciences Économiques, Enseignant Chercheur FASEG/UAC, Denis Berger, Professeur en Économie Politique à l’université Paris 7 et Paris 8, Fondation littéraire Fleur de Lys
  1. […] LA VISION HISTORIQUE des modèles des politiques économiques à travers la mutation des petites et moyennes entreprises Adeola Raymond da Matha, Docteur en Sciences Économiques, Enseignant Chercheur …  […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :