Les livres publiés au Québec représentent seulement 35% de l’ensemble des livres en français du fonds des bibliothèques publiques autonomes

t_livres_publies_qc_2012_01

Tableau préparé par la Fondation littéraire Fleur de Lys à partir des données de StatBib 
CLIQUEZ SUR LE TABLEAU POUR AGRANDIR

——

Certains éditeurs font un lien entre la moyenne des ventes de la majorité des livres publiés au Québec (300 exemplaires) et le nombre de bibliothèques (3,500) pour questionner la situation : «Avec 3,500 bibliothèques, comment se fait-il que la majorité des titres québécois ne se vendent à pas plus de 300 exemplaires ?»

La Fondation littéraire Fleur de Lys a voulu savoir quel est le poids du livres publiés au Québec dans le fonds des bibliothèques publiques autonomes*, et ce, à l’aide des données rendues disponibles par le ministère de la Culture et des Communications du Québec et Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

* «BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES AUTONOMES – Bibliothèques publiques dont l’activité principale consiste à desservir gratuitement, ou à un coût minime, les municipalités de 5 000 habitants ou plus. Inclut les bibliothèques publiques qui desservent des municipalités comptant moins de 5 000 habitants et qui ne sont pas affiliées à un Centre régional de services aux bibliothèques publiques. Elles s’adressent au grand public ou encore à certaines clientèles particulières.» Source : Institut de la statistique du Québec

—–

QUÉBEC = 35%

Les livres publiés au Québec (ou la littérature québécoise) ne représente que 35% des livres en français disponibles dans le fonds des bibliothèques publiques autonomes québécoises.

ÉTRANGER – 65 %

Les livres en français publiés à l’étranger (ou la littérature étrangère de langue française) comptent pour 65% du fonds des livres en français disponibles dans le fonds des bibliothèque publiques autonomes québécoises.

—-

Ainsi, la majorité des subventions versées par les gouvernements aux bibliothèques publiques autonomes servent à l’achat de la littérature de langue française étrangère. Nous sommes d’avis que les gouvernements doivent lier l’accès à leurs programmes de subventions pour les acquisitions de livres par les bibliothèques publiques autonomes à l’obligation d’investir au moins 80% de leurs subventions dans l’achat de la littérature québécoise. Les gouvernements n’ont pas à subventionner l’achat de la littérature étrangère, du moins à hauteur de 65% du fonds de nos bibliothèques publiques autonomes (BPA).

Gestion de la culture par la demande plutôt que l’offre

Le déficit du livre publié au Québec dans les fonds des BPA s’explique en partie par la gestion de la culture qui s’effectue depuis plusieurs années selon la demande plutôt que l’offre. Si les bibliothécaires expliquent la prédominance de la littérature française étrangère dans leurs fonds par la demande de leurs clientèles, elle doivent aussi se rappeler qu’elles font partie de la chaîne du livre québécoise et, à ce titre, qu’elles doivent prioriser la littérature québécoise. Il se publie 4,000 titres québécois en moyenne par année. La Fondation littéraire Fleur de Lys est d’avis que chaque titre québécois doit se retrouver dans les BPA avant qu’un seul titre de littérature étrangère soit acheté.

La demande de la clientèle pour la littérature étrangère impossible à satisfaire par la priorisation de la littérature québécoise doit être référée en librairies.

Nous croyons aussi qu’il revient aux maisons d’édition étrangère de contribuer financièrement à la présence de leurs publications dans nos bibliothèques publiques autonomes.

Promouvoir le livre québécois auprès des bibliothécaires

La Fondation littéraire Fleur de Lys tient à souligner les efforts déployés par l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) dans la promotion du livre québécois auprès des bibliothécaires. L’ANEL a lancé en novembre dernier (2013) la première édition de la revue COLLECTIONS – La revue de la LITTÉRATURE d’ici pour les BIBLIOTHÈQUES d’ici.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’ANEL lance la première édition de la revue COLLECTIONS
La revue de la LITTÉRATURE d’ici pour les BIBLIOTHÈQUES d’ici

Montréal, le 22 novembre 2013 – L’Association nationale des éditeurs de livres a lancé hier, au Salon du livre de Montréal, le premier numéro de sa toute nouvelle revue COLLECTIONS, destinée à mettre en valeur la littérature d’ici auprès de nos bibliothèques, le 20 novembre prochain.

COLLECTIONS sera expédiée gratuitement à tous les responsables des bibliothèques membres de l’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ) et du Réseau BIBLIO du Québec, et ce, grâce à la collaboration de ces deux regroupements.

Publiée six fois l’an, la revue aborde, à chaque numéro, un thème spécifique : la première édition traite de la littérature jeunesse en mettant de l’avant les auteurs incontournables et les collections marquantes, le tout dans un cadre visant à faciliter le développement des collections et la création d’activités spécifiques par les bibliothécaires.

En créant ce nouveau médium, l’ANEL réaffirme sa volonté de rapprocher les univers de l’édition et de la médiation et, par le fait même, reconnaît le travail remarquable des bibliothécaires d’ici et la qualité exceptionnelle de ce qui se publie chez nous.

Cette première édition de COLLECTIONS sera offerte sur le stand de l’ANEL au Salon du livre de Montréal, du 20 au 25 novembre prochain. Les bibliothécaires francophones du pays sont cordialement invités à venir y rencontrer le personnel de l’Association et à découvrir ce nouvel outil de promotion du livre québécois et canadien-français.

L’Association nationale des éditeurs de livres encourage le développement d’une édition nationale et favorise sa promotion et sa diffusion. Regroupant plus d’une centaine de maisons d’édition littéraire, culturelle, générale et scolaire de langue française, l’ANEL prône également la liberté d’expression, le respect du droit d’auteur et l’accès universel au livre comme soutien à la connaissance et outil d’apprentissage. L’ANEL est l’organisme de représentation de l’édition de langue française d’ici dans le milieu culturel et auprès des instances politiques.

– 30 –

Source :

Stéphane LABBÉ, délégué à la recherche et au développement
Association nationale des éditeurs de livres

revue_collections_anel_01

Trois couvertures de COLLECTIONS – La revue de la littérature d’ici pour les bibliothécaires d’ici publiée six fois par année par l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL)

Il faut espérer que les bibliothécaires mettent cette publication à la disposition de leur lectorat afin de motiver la demande pour la littérature québécoise. L’ANEL offre gratuitement en libre téléchargement la version numérique de COLLECTIONS, une initiative très intéressante.

COLLECTIONS, numéro 3 – Le roman historique

COLLECTIONS, numéro 2 – La littérature au féminin

COLLECTIONS, numéro 1 – La littérature jeunesse

Libre marché ?

Plus que louable, cet effort de l’ANEL reconnaît implicitement que les bibliothèques québécoises évoluent dans un «libre marché». Le bibliothécaire jouit d’une grande liberté dans les choix de ses acquisitions suivant sa compréhension de la demande de sa clientèle. Il a pour seule et unique contrainte d’effectuer ses achats de livres dans les librairies agrées. Ces dernières mettent à la disposition des bibliothécaires l’ensemble des livres québécois, et ce, par l’obligation de son adhésion au système d’office.

Dans les années 1970, l’industrie du livre au Québec adoptait une pratique déjà en cours en France comme principal mode de commercialisation des livres, et plus spécifiquement des nouveautés, le système de l’office. Le principe de l’office veut qu’à partir d’une entente préétablie entre le diffuseur et le libraire, le détaillant reçoive automatiquement un certain nombre d’exemplaires de chaque nouveau titre d’un éditeur donné, dès sa parution. Ces envois sont effectués avec droit de retour.

Ce système a été mis sur pied afin de permettre aux éditeurs d’atteindre une meilleure visibilité d’expédier rapidement leurs nouveautés dans le réseau de vente au détail, et aux détaillants – qu’ils soient en métropole ou en région éloignée – d’avoir accès aux nouveaux titres dès leur parution. Ainsi, l’office a favorisé une plus grande diversité de choix pour les consommateurs et un meilleur accès au livre sur l’ensemble du territoire. Il permet une diffusion plus efficace des nouveautés, une réduction du travail et par conséquent des coûts. Le système de l’office est très différent des pratiques privilégiées au Canada anglais et dans la plupart des autres pays, basées sur le standing order, qui reposent plutôt sur des commandes sur catalogues de titres à paraître.

Source

Le système d’office assure que toutes les nouveautés se rendront en librairies (agréées). Pourquoi s’arrêter là ? Les nouveautés doivent aussi se rendre en bibliothèques publiques par obligation d’achat. Nous croyons que les bibliothèques, au même titre que tous les autres maillons de la chaîne du livre, doivent être soumises à l’offre du livre québécois.

Indicateurs de performance des bibliothèques

Le pourcentage de livres québécois au sein du catalogue des bibliothèques municipales devrait aussi faire partie de l’indice de performance de l’Institut de la statistique du Québec. Actuellement, les indicateurs de performance des bibliothèques se limitent à ceci :

biblio_indicateurs_de_performance_01

© Gouvernement du Québec, 2014

Le nombre de titres québécois doit faire partie des indicateurs de performance de nos bibliothèques et ces derniers doivent être liés à l’accès aux subventions des gouvernements. Malgré le débat au sujet de l’ouverture au monde (livres étrangers), il faut que l’argent des contribuables versé à nos bibliothèques publiques servent majoritairement à la littérature d’ici. Nous ne disons pas exclusivement mais majoritairement.

—-

Serge-André Guay, président
Fondation littéraire Fleur de Lys
serge-andre-guay@manuscritdepot.com

Voir le dossier

PALMARÈS 2014 DES BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUE DU QUÉBEC

 

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Votre éditeur prend position
One comment on “Les livres publiés au Québec représentent seulement 35% de l’ensemble des livres en français du fonds des bibliothèques publiques autonomes
  1. […] —— Certains éditeurs font un lien entre la moyenne des ventes de la majorité des livres publiés au Québec (300 exemplaires) et le nombre de bibliothèques (3,500) pour questionner la situation :…  […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 109 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :