L’écriture manuscrite appartient-elle au passé ? via la Fondation Internet Nouvelle Génération

Saviez-vous que 45 états américains vont abandonner l’enseignement de l’écriture cursive (qui est tracée à main courante) cette année (2014)? C’est ce que j’ai appris en lisant les premières lignes de l’article «L’écriture manuscrite appartient-elle au passé ?» publié par la Fondation Internet Nouvelle Génération (reproduit plus bas sur cette page).

J’ai trouvé plusieurs articles au sujet de cette décision américaine :

Etats-Unis : Adieu écriture cursive, bonjour maîtrise du clavier

L’écriture liée ne s’apprend plus aux Etats-Unis

Les écoles de 45 Etats américains devraient rendre l’écriture manuscrite optionnelle

Etats-Unis : La disparition de l’écriture cursive dans 41 États

Aux Etats-Unis, l’écriture cursive considérée comme un vestige du passé

L’écriture cursive meurt-elle ? Les États-Unis donnent le ton

Tossing the Script: The End of the Line for Cursive?

Et ainsi de suite.

Je suis surpris par cette décision parce qu’elle enfermera les Américains dans la technologie numérique assez rapidement. Un journaliste américain souligne que ses compatriotes ne pourront même plus lire l’original de la Déclaration d’indépendance de leur pays puisqu’elle est rédigé à la main (In Defense of Cursive, Judith Thurman, The New Yorker).

 

 

Celui ou celle qui ne sait pas lire l’écriture manuscrite devra alors se fier à la transcription et ne pourra pas en relever les erreurs s’il y a lieu.

L’impact de la disparition de l’écriture manuscrite au profit de l’écriture au clavier est brillamment abordé dans l’article ci-dessous.

fing-logo

Fondation Internet Nouvelle Génération

Tiré à part de
QUESTIONS NUMÉRIQUES 2014 2015
Cahier d’enjeux et de prospective # 4
CONTROVERSES

200px-CC-logo.svg

Texte sous licence Creative Commons

fing_tableau_00

ÉDUCATION, CULTURE

L’écriture manuscrite appartient-elle au passé ?

En adoptant le “socle de compétences” commun (common core standards) défini à l’échelle fédérale en 2010, la plupart des États d’Amérique du Nord ont supprimé l’apprentissage de l’écriture cursive du programme obligatoire de leurs écoles. Qu’annonce une telle décision? L’abandon d’un pan entier de la culture et des outils d’expression, ou bien leur adaptation pragmatique à l’ère numérique? Une éducation plus égalitaire, ou au contraire la séparation entre une élite intellectuelle éduquée à l’ancienne et un prolétariat subissant une éducation purement utilitaire?

Si l’on écrit au clavier, l’apprentissage de l’orthographe devient naturellement moins vital puisque l’on a accès aux logiciels de correction. Mais faudra-t-il encore savoir écrire, s’interrogent certains? Nous pouvons déjà parler à nos machines ainsi que leur dicter des textes. Il n’est pas impossible d’imaginer que demain, les logiciels ne se limitent plus à nous corriger, mais qu’ils améliorent notre style, nous conseillent sur la meilleure manière de rédiger un CV, une lettre d’amour, un post de blog. Et bien sûr, ils sauront traduire automatiquement nos propos dans toutes les langues… Dans quelques décennies, il restera certes nécessaire de savoir s’exprimer, mais pas forcément par écrit, cette tâche étant entièrement dévolue aux machines. Et qui sait si un jour nous ne pourrons transmettre directement nos pensées à un ordinateur?

fing_tableau_01

Cliquez sur le tableau pour agrandir

DANS 10 ANS, SUR QUOI PORTERONT

NOS DÉSACCORDS?

Dans la plupart des pays, des systèmes éducatifs, le débat fera rage : l’écriture manuscrite appartient-elle au passé? Quatre questions principales le résumeront :

  • Quelles autres compétences et capacités abandonnons-nous en abandonnant le stylo et le geste d’écrire, ainsi qu’en maîtrisant moins qu’auparavant l’orthographe de notre langue ? Qu’y gagnons-nous en échange ?
  • Le recours croissant à des machines standardisera-t-il notre expression, de même que la traduction automatique écrase les nuances ? Ou, à l’inverse, cela nous permettra de donner libre cours à nos modes d’expression préférés, sans avoir à nous plier à la discipline normative de l’écriture cursive?
  • L’abandon de l’écriture cursive réduira-t-il les inégalités en faisant disparaître la dyslexie et les autres facteurs de souffrance de nombreux enfants face à cet apprentissage difficile ? Ou bien les radicalisera-t-ils, seuls les enfants des classes supérieures gardant l’accès à cette forme d’expression qui fait le lien entre le cerveau et la main ?
  • Derrière l’abandon de l’écriture cursive, l’écrit soi-même (comme forme d’expression personnelle, sinon de communication fonctionnelle) est-il menacé ?

QUI LA CONTROVERSE METTRA-T-ELLE EN SCÈNE?

Le grand public, puisque tout le monde doit écrire à un moment ou à un autre. Mais les meilleures capacités d’expression risquent d’appartenir à ceux qui disposent des programmes les plus sophistiqués – ou aux rares qui continueront d’apprendre l’écriture “à l’ancienne”?

Les professionnels de l’écriture, les plus concernés par des programmes susceptibles d’améliorer le style, voire de traduire des textes. Au premier rang les blogueurs, scénaristes, voire écrivains, mais également les interprètes.

Les programmeurs, notamment les spécialistes de l’intelligence artificielle. Reconnaître la parole est déjà une tâche algorithmique difficile, traduire ou changer le style l’est plus encore.

Les éducateurs, psychologues et cogniticiens, inquiets de jouer aux apprentis sorciers : l’apprentissage de l’écriture manuscrite constitue-t-il un apport précieux à la formation de l’esprit des enfants, ou une contrainte inutile? Sa disparition nous appauvrira-t-elle ou au contraire, ouvrira-t-elle la voie à d’autres formes d’expression?

fing_tableau_02

Cliquez sur le tableau pour agrandir

fing_tableau_03

Cliquez sur le tableau pour agrandir

fing_tableau_04

Cliquez sur le tableau pour agrandir

fing_tableau_05

Cliquez sur le tableau pour agrandir

fing_tableau_06

Cliquez sur le tableau pour agrandir

QUELS SCÉNARIOS POUR DEMAIN ET COMMENT LES ANTICIPER ?

Les scénarios s’organisent autour de deux questions relatives aux effets d’un moindre recours à l’écriture manuscrite :

1 “La pensée formatée”

Dès les années 2020, l’abandon de l’écriture cursive se généralise dans la plupart des systèmes scolaires. Si cela permet à certains élèves de surmonter leurs difficultés, d’autres voient leur capacité d’apprentissage diminuée. Un nouveau type de handicap apparaît : les “dysclavistes”, ceux qui s’avèrent incapables d’assimiler une connaissance s’ils ne la retranscrivent pas à la main en écrivant, griffonnant, des sinant, etc. Pour eux, il devient indispensable de redonner en option un cours d’écriture cursive.

Tous les gouvernements ne sont pas enthousiasmés par l’omniprésence du clavier. En 2019, le gouvernement chinois lance une campagne de “protection des idéogrammes”, arguant du fait que “la capacité de tracer des idéogrammes fait partie intégrantes de la culture et du génie chinois et développe des capacités cérébrales bien spécifiques”. La calligraphie devient un art recherché. On voit réapparaître des manuscrits enluminés.

Vers 2025, les correcteurs orthographiques et grammaticaux mutent en “logiciels d’expressivité” corrigeant également le style et suggérant même des idées. Les romanciers amateurs se multiplient sur le net, mais ils trouvent de moins en moins de lecteurs. Le style devient uniforme et dépend largement de la marque de l’outil utilisé. En 2030, la plupart des articles de presse sont rédigés par des machines ou traduits d’articles produits en d’autres langues; une tendance déjà esquissée pendant la décennie 2010, mais qui s’est généralisée depuis.

2 “L’expression pour tous”

Petit à petit, l’apprentissage de l’écriture, qui prenait jusqu’à 50% du temps scolaire chez les plus jeunes, est abandonné. Des problèmes développementaux, comme la dyslexie, cessent d’être des handicaps.

C’est la fin de la dictature de l’anglais et des langues occidentales. Grâce à la traduction automatique, des langues minoritaires (qui peuvent en réalité être numériquement majoritaires, comme l’hindi!) retrouvent droit de cité. On peut parler et écrire dans n’importe quelle langue puisque de toutes façon on sera immédiatement traduit – mais en revanche, on prend moins la peine d’apprendre d’autres langues, et la culture qui va avec. La conséquence sur le plan politique est une montée en puissance des pays émergents.

L’écriture n’est d’ailleurs pas le seul moyen d’expression automatisé. Des logiciels musicaux se montrent capables de créer des morceaux à la demande, en tenant compte des désirs de l’utilisateur : la composition algorithmique existait déjà depuis longtemps, mais elle atteint des sommets de sophistication. De même pour le graphisme, voire pour la création de films d’animation en images de synthèse, ou de jeux vidéos.

En 2026 apparaissent les premiers dispositifs grand public de transmission de pensée. À l’origine on trouve des expériences de la Darpa datant des années 2000, dans lesquelles les soldats pouvaient s’exprimer en utilisant un code transmis grâce à leur électro-encéphalogramme. Les progrès effectués dans le domaine de la lecture cérébrale, par la création de mini-IRM (2025) permettent à tous d’écrire un mail en pensant simplement aux mots qu’ils souhaitent voir apparaître.

En 2030, ces outils sont encore des jeux de type “qui va écrire le plus vite”, mais certains pensent que vers 2040, l’acte de dicter lui-même deviendra inutile…

Certains pensent que la “communication post-symbolique” prophétisée par Jaron Lanier en 2006 est au bord de se réaliser : la pensée pourrait bientôt se matérialiser automatiquement dans un monde virtuel, rendant l’écriture et même le langage définitivement obsolètes…

3 “La nouvelle fracture numérique”

En 2030, celui qui a le plus d’influence est celui qui dispose des meilleurs systèmes de communication. On a beau le savoir, rien n’y fait : une meilleure façon d’écrire vous ouvre plus de portes, même si consciemment, votre lecteur n’ignore pas que votre message est le produit d’une machine ou d’un service d’écriture semi-automatique, qui emploie également des milliers de “nègres”. Cette tendance va en s’accélérant avec les logiciels de vidéo automatique qui tendent à remplacer l’écriture.

Bon nombre des produits sont gratuits, mais les plus efficaces restent quand même assez chers. Une nouvelle fracture numérique se profile. Car si peu de gens savent encore écrire de manière autonome, certains savent coder : des hackers de l’expression personnelle, qui jonglent avec les différents outils, les mixant comme un DJ le ferait avec la musique. Cela permet à une nouvelle élite de prendre petit à petit le contrôle des médias, non plus de masse, mais de niche, les médias personnalisés qui sont ceux de la société de 2030.

Comme il est difficile de concevoir de véritables intelligences artificielles susceptibles de créer de bons textes ou des histoires intéressantes, une nouvelle classe de “prolétariat intellectuel” apparaît : les “nègres” (vite rebaptisés “fantômes”, à partir de l’Anglais ghostwriter), ces petites mains chargées d’écrire ou de corriger des textes et dont les travaux, payés une misère, nourrissent également les bases de données des logiciels de correction et traduction. Mais les plus gros opérateurs, comme Google, n’ont presque plus besoin de fantômes : ils utilisent les ressources fournies gratuitement par leurs utilisateurs lorsqu’ils écrivent des mails, ou des posts sur les réseaux sociaux…

L’ensemble des échanges électroniques pouvant être tracés et analysés, certains “rebelles” choisissent volontairement de revenir au crayon et papier. Mais quiconque est surpris en possession d’un calepin est désormais soupçonné d’avoir quelque chose à cacher…

___________________________

NOTE

Prière de compléter votre lecture de ce tiré à part en vous référant au document original afin de voir la mise en scène de personnages.

_______________________

TÉLÉCHARGEMENT

Cliquez ici pour télécharger gratuitement le document contenant cet article

_________________

CRÉDITS

Coordination Daniel Kaplan, Jacques-François Marchandise, Fabien Eychenne.

Accompagnement méthodologique Nod-A

Animation de la production collaborative et Rédaction Marine Albarède, Amandine Brugière, Cécile Christodoulou, Jean-Michel Cornu, Fabien Eychenne, Renaud Francou, Hubert Guillaud, Daniel Kaplan, Aurialie Jublin, Lucie Le Moine, Amadou Lo, Jacques-François Marchandise, Thierry Marcou, Sarah Medjek, Rafael Millàn, Charles Népote, Denis Pansu, Véronique Routin, Rémi Sussan, Jean-Luc Wingert.

Accueil des Ateliers Centre international d’études pédagogiques, Cnam, Inria, Maison des associations Paris 12e, NUMA, Villa Méditerranée.

Conception graphique Isabelle Jovanovic

Cartographies Faustine Bougro, Isabelle Jovanovic

Illustrations Isabelle Jovanovic

Photos Tous droits réservés

Fabrication NH Impression

Fondation Internet Nouvelle Génération

www.fing.org

www.internetactu.net

8, passage Brulon 75012 Paris (+) 33 1 83 62 98 28 infos@fing.org CMCI 2, rue Henri Barbusse 13001 Marseille (+) 33 4 91 52 88 08

——-

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Documents et livres
2 comments on “L’écriture manuscrite appartient-elle au passé ? via la Fondation Internet Nouvelle Génération
  1. […] Saviez-vous que 45 états américains vont abandonner l'enseignement de l'écriture cursive (qui est tracée à main courante) cette année (2014)? C'est ce que j'ai appris en lisant les premières lignes…  […]

  2. voilà une idée qui bouleversera le monde entier…bien même si nous faisons beaucoup de choses avec notre ordi comme là maintenant j’suis en train de le faire, écrire de sa main ne devrait pas disparaître je trouve !!! ce serait un forte erreur…enfin bon les hautes autorités du pouvoir suprême en décidera une fois de plus à la place de ce que peut penser le petit peuple !

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 266 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :