Prix unique du livre : Gilles Herman, éditeur et directeur général des éditions du Septentrion, est dans le champ

DOSSIER PRIX UNIQUE DU LIVRE

Gilles Herman, éditeur et directeur général des éditions du Septentrion (Québec, Québec), nous révèle la logique du monde de l’édition traditionnelle dans son commentaire dans le cadre de la discussion à la suite de l’article «Prix unique du livre – Assez attendu!» publié dans l’édition du 13 novembre 2013 du quotidien LE DEVOIR. Il écrit :

Moins de librairies = moins de livres en ventes = moins de choix = moins d’éditeurs = moins d’auteurs, avant tout québécois. Source

«Moins de librairies = moins de livres en ventes»

Au premier coup d’œil, la logique suppose que les fermetures des librairies au cours des dernières années entraînent une baisse du nombre de livres en ventes. Mais tout n’est pas si simple. Le fonds d’une librairie dont les portes ferment est parfois acheté par un autre libraire. Dans ce cas, le nombre de livres en ventes à la suite de la fermeture de cette librairie est moindre que prévu. Aussi, un libraire peu décider d’augmenter le nombre de livres en ventes à la suite d’un réaménagement ou d’un agrandissement. Enfin, une fermeture peut être le fait de l’ouverture d’une nouvelle librairie plus compétitives, par exemple, avec une offre élargie à un plus grande de nombre de livres en ventes. L’absence de données précises sur les fonds des librairies ne nous permet pas de chiffrer la fluctuation du nombre de livres en ventes au fil des ans et des événements. La plus grande des prudences s’impose lorsque les preuves statistiques ne sont pas disponibles.

Toute référence aux fermetures de librairies doit s’accompagner d’une référence à l’ouverture de nouvelles librairies. On dénombre 34 fermetures de 2001 à 2013 et 14 ouvertures de nouvelles librairies, ce qui nous donne une perte nette de 20 librairies. Ainsi, pendant que les tenants d’une réglementation du prix de vente du livre neuf (prix unique du livre) dresse un tableau sombre de la situation en référence aux fermetures de librairies, le milieu fait tout de même preuve d’une grand vitalité avec 14 ouvertures de nouvelles librairies. En l’absence de référence à ces 14 nouvelles librairies, le portrait présenté à la population et aux politiciens laisse croire que tout est noir et que le réseau des librairies est en péril. Les ouvertures de nouvelles librairies démontrent que ce n’est pas le cas.

«Moins de librairies = moins de livres en ventes = moins de choix»

L’affirmation gagnerait en précision en remplaçant le mot «livres» par «titres» car on peut confondre «livres» avec «exemplaires». S’il est question de «moins de TITRES en ventes = moins de choix», l’affirmation se confirme à la première analyse. Mais elle ne résiste pas à une seconde analyse puisque le nombre de titres publiés par les éditeurs (traditionnels) entre 2002 et 2011 est demeuré relativement stable selon les plus récentes données de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

statitsiques_edition_banq_2011_01

Télécharger le document
Les brochures sont des publications non périodiques qui comptent entre 5 et 48 pages (exemples : bandes dessinées, livres pour enfants). Les livres regroupent pour leur part les publications comptant plus de 48 pages.»

Le nombre de titres publiés par les éditeurs (traditionnels) n’a pas fluctué en relation avec les 34 fermetures de librairies depuis 2002. Il s’est maintenu.

Enfin, pour affirmer que s’il y a moins de librairies, il y a moins de livres en ventes et ainsi moins de choix, il faut faire abstraction du «système d’office» qui oblige le libraire à recevoir les nouveautés «de 25 éditeurs titulaires d’un agrément» et «de les conserver à l’étalage pendant au moins quatre mois». Source

Le système d’office contribue à maintenir le choix en librairies. Ce qui est réellement en cause lorsque le nombre de librairies diminue, c’est l’accessibilité à ce choix sur le territoire et non pas le choix lui-même.

Moins de librairies = moins de livres en ventes = moins de choix = moins d’éditeurs

Dans le tableau ci-dessus, Bibliothèques et Archives nationales du Québec, rapporte que le nombre d’éditeurs commerciaux na pas varié de façon significative entre 2009 et 2011. Pourtant, au cours de cette même période, il y a eu 16 fermetures de librairies. Autrement dit, les fermetures de librairies n’influent pas sur le nombre d’éditeurs commerciaux.

À noter aussi dans le tableau ci-dessus, la très légère variation du nombre de titres publiés par les éditeurs commerciaux.

Moins de librairies = moins de livres en ventes = moins de choix = moins d’éditeurs = moins d’auteurs

Le nombre d’éditeurs n’influencent pas le nombre d’auteurs, à moins de prétendre que l’éditeur fait l’auteur. Or, ce n’est pas le cas. L’éditeur peut contribuer au travail de l’auteur mais il ne fait pas l’auteur. De plus, une personne ne décide pas de devenir auteur parce qu’il y a des éditeurs, surtout dans le contexte actuel où de plus en plus d’auteurs s’autoéditent. En fait, le nombre d’auteurs augmentent plus rapidement que le nombre d’éditeurs si on se réfère à la popularité des plateformes d’autoédition et d’édition à compte d’auteur.

En conclusion

La logique de l’éditeur et directeur général des éditions du Septentrion (Québec, Québec), Gilles Herman, est courante dans le monde de l’édition traditionnelle. Malheureusement, nous venons de démontrer qu’elle est simpliste, c’est-à-dire qu’elle simplifie à l’excès les causes et les effets des fermetures de librairies. Elle est également trompeuse parce qu’elle ne se fonde pas sur la réalité statistique du nombre d’éditeurs en relation avec le nombre de librairies, et du nombre d’éditeurs en corrélation avec le nombre d’auteurs. Bref, cette logique nous induit en erreur par manque de rigueur.

Ce manque de rigueur ne m’apparaît pas volontaire et conscient. Il résulte d’une perception indue du monde du livre du seul point de vue de l’industrie traditionnelle de l’édition qui agit comme des œillères.

Voir notre DOSSIER PRIX UNIQUE DU LIVRE

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Dossier : Prix unique du livre (Consultation-Votre opinion)
One comment on “Prix unique du livre : Gilles Herman, éditeur et directeur général des éditions du Septentrion, est dans le champ
  1. […] 15 NOVEMBRE 2013 : Gilles Herman, éditeur et directeur général des éditions du Septentrion, est dans le champ, Fond… […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 224 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :