«J’ai personnellement la conviction qu’il faut réglementer le prix du livre» Clément Laberge, vice-président Marketing et développement de marché, De Marque

DOSSIER PRIX UNIQUE DU LIVRE

Clément Laberge, vice-président Marketing et développement de marché chez De Marque (distributeur de livres numériques – Entrepôt numérique), et membre du Conseil consultatif de la lecture et du livre rattaché au ministre de la culture et des communications, explique pourquoi il est en faveur de l’adoption d’une réglementation sur le prix du livre au Québec. Dans son billet «Réglementer le prix des livres? Contexte.» reproduit dans son intégralité ci-dessous, il annonce que son intervention à la commission parlementaire sur le prix unique du livre se concentrera sur le livre numérique, la spécialité de son employeur (De Marque).

Son point de vue et le contexte qu’il décrit s’inscrivent dans le cadre de l’industrie traditionnelle du livre même si la réalité du livre numérique va bien au-delà de ce cadre. On ne peut pas lui reprocher de s’en tenir à la chaîne traditionnelle du livre puisqu’il en est lui-même un acteur important, son employeur (De Marque) étant l’un des principaux distributeurs des livres numériques produits par la l’industrie traditionnelle du livre. Le succès De Marque auprès de l’industrie traditionnelle du livre repose en partie sur le maintient de chacun des maillons de la chaîne traditionnelle du livre (éditeurs, distributeurs, libraires) dans l’univers numérique.

On sait fort bien que dans l’univers numérique, l’éditeur, le distributeur et le libraire ne sont plus obligatoires; l’auteur pouvant lui-même éditer et vendre son livre sur Internet sans aucun intermédiaire entre lui et les lecteurs potentiels de son œuvre, une démarche que l’industrie traditionnelle du livre a tendance à décrier en la dévalorisant. Pourtant l’autoédition et l’édition à compte d’auteur numériques occupent une place de plus en plus importante dans le monde du livre, pourvu que l’on soit inclusif, c’est-à-dire qu’on dépasse les limites du marché traditionnel de l’édition.  Monsieur Laberge écrit :

J’ai personnellement la conviction qu’il faut réglementer le prix du livre parce que je pense que la diversité de la production éditoriale est une valeur essentielle, tant d’un point de vue culturel qu’économique — voire même d’un fonctionnement démocratique de la société.

Or, la diversité de la production éditoriale est de plus en plus assurée par l’autoédition et l’édition à compte d’auteur; les choix éditoriaux des éditeurs traditionnels étant soumis à des impératifs commerciaux reconnus.

Bref, l’industrie traditionnelle du livre n’a plus le monopole de la diversité de la production éditoriale.

Il serait dommage que les membres de la commission parlementaire n’en soient pas informés et se limitent aux seuls cadres de l’industrie traditionnelle du livre. Une approche réellement démocratique implique une vision inclusive plutôt qu’exclusive (voir Qu’est-ce qu’un livre québécois ?)

clement_laberge_blog_01

Réglementer le prix des livres? Contexte.

PAR CLÉMENT LABERGE, 31 JUILLET 2013

Je l’ai dit il y a quelques jours, je vais utiliser mon blogue dans les prochains jours pour réfléchir publiquement à la question de la réglementation du prix du livre — cela, dans le contexte où je suis invité à intervenir, le 21 août prochain, dans le cadre d’une commission parlementaire qui sera entièrement consacrée à cette question.

Pour bien situer ce sur quoi il convient ici de réfléchir, il faut savoir que les travaux de la Commission s’appuient sur un document de consultation dans lequel le gouvernement du Québec précise ses intentions, dont voici quelques extraits de l’introduction (les intertitres sont de moi):

Au sujet du contexte:

« Si, ces dernières années, l’avènement du numérique, l’essor de la vente en ligne et l’évolution du contexte concurrentiel se sont avérés d’indéniables vecteurs d’innovation et de concertation, ils ont aussi représenté des défis considérables pour l’écosystème et l’économie du livre.

« C’est dans ce contexte, et dans l’optique d’en réguler les effets que la perspective de réglementer le prix de vente au public des livres neufs est réapparue au Québec.

Au sujet de la nature de la réglementation qui sera étudiée:

« Cette mesure consiste à fixer, pendant une période déterminée, le prix de vente au public des nouveautés afin que le même livre soit obligatoirement vendu au prix établi par l’éditeur ou l’importateur par tous les détaillants, y compris ceux pratiquant la vente en ligne, avec la possibilité d’un escompte autorisé. »

Au sujet du besoin auquel répondrait cette réglementation:

« Cette réglementation est réclamée par le milieu du livre qui dit vouloir ainsi prémunir la chaîne du livre, et plus particulièrement les librairies économiquement fragiles, des effets de la concurrence et de la vente à rabais des best-sellers sur le réseau de diffusion du livre et sur la bibliodiversité, c’est-à-dire la nécessaire variété des livres mis à la disposition des lecteurs. »

Au sujet de l’objectif du gouvernement du Québec:

« …le gouvernement du Québec souhaite évaluer, en commission parlementaire, la pertinence de réglementer le prix de vente au public des livres neufs imprimés et numériques.»

* * *

La table ayant été ainsi dressée, je prévois pour le moment bâtir mon intervention autour des idées suivantes:

Mon intervention portera spécifiquement sur le livre numérique — c’est ce sur quoi je pense que mon point de vue peut être le plus utile à la Commission.

Je souhaite adopter un point de vue plus pédagogique qu’idéologique — je pense que le fonctionnement du marché du livre numérique est mal compris et que cela nous entraîne parfois dans des raisonnements inadéquats.

Il ne faut pas perdre de vue que livre numérique est encore aujourd’hui, le plus souvent, la forme numérique d’un livre d’abord publié en papier — mais que ce ne sera pas toujours le cas.

Il ne faut pas perdre de vue que pour qu’un livre puisse être acheté, il faut d’abord que celui-ci soit écrit, édité et diffusé — il est par conséquent essentiel de s’assurer qu’il existe des conditions propices à chacune de ces étapes.

Qu’il prenne une forme imprimée ou numérique, un livre n’est pas seulement un produit de consommation — c’est aussi une œuvre, une manifestation culturelle et une forme importante sur laquelle s’appuie la liberté d’expression.

C’est la capacité de diffusion des livres qui me semble la plus mise en danger dans le contexte du numérique — parce que la diffusion ne peut se limiter à « rendre disponible », il est aussi indispensable de cultiver la capacité de faire connaître, de mettre en valeur, et de rendre effectivement accessible.

Pour cela, il est essentiel de pouvoir compter sur un réseau de points de ventes étendu, dynamique et varié — capable de rendre compte de la diversité de la production éditoriale nationale et internationale.

Or, le fonctionnement du marché du livre numérique entraîne actuellement le risque qu’il n’existe bientôt plus que trois ou quatre très grands détaillants qui feraient, ensemble, l’essentiel des ventes de livres numériques — et dont les choix pourraient peser très lourd sur la possibilité d’un livre d’être porté à l’attention des lecteurs / des acheteurs — voire même d’être édité.

Il ne faut pas pour autant adopter une position caricaturale qui ferait d’Amazon, Apple, Kobo, etc. de méchants géants — je pense qu’il faut plutôt les considérer comme des acteurs superefficaces, qui répondent très bien à certains besoins des consommateurs, et qui réalisent leur plan d’affaires, dans le cadre des règles qui sont en vigueur dans chaque marché — règles qu’il nous revient d’établir dans notre marché, en fonction de ce qu’on croit important / des valeurs qui nous animent (qu’il faut prendre le temps d’expliciter).

J’ai personnellement la conviction qu’il faut réglementer le prix du livre parce que je pense que la diversité de la production éditoriale est une valeur essentielle, tant d’un point de vue culturel qu’économique — voire même d’un fonctionnement démocratique de la société.

Bien que ce ne soit vraisemblablement pas leur préférence, Amazon, Apple, Kobo, etc. acceptent évidemment de se conformer aux diverses formes de réglementation sur le prix des livres neufs — imprimés et/ou numériques — là où elles existent.

La question reste de savoir de quelle façon réglementer et comment éviter les éventuels inconvénients qui pourraient être associés.

Je poursuivrai la réflexion à ce sujet demain.

N’hésitez pas à prendre part à l’exercice…

SOURCE

 ______________________________________________________

 

VOIR AUSSI

 

Les travaux de la commission parlementaire ne concernent pas tous livres. Clément Laberge, vice-président Marketing et développement de marché, De Marque

 

NOTRE DOSSIER SUR LE PRIX UNIQUE DU LIVRE


Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Dossier : Prix unique du livre (Consultation-Votre opinion)
4 comments on “«J’ai personnellement la conviction qu’il faut réglementer le prix du livre» Clément Laberge, vice-président Marketing et développement de marché, De Marque
  1. […] 10 AOÛT 2013 : «J’ai personnellement la conviction qu’il faut réglementer le prix du livre» Clément Laberge… […]

  2. […] «J’ai personnellement la conviction qu’il faut réglementer le prix du livre» Clément Laberge… […]

  3. […] «J’ai personnellement la conviction qu’il faut réglementer le prix du livre» Clément Laberge… […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 114 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Le magazine en ligne de la Fondation littéraire Fleur de Lys on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
%d blogueurs aiment ce contenu :