Revue de presse : les librairies indépendantes

Voici une revue de presse des articles récents les plus pertinents au sujet des librairies indépendantes et leur survie.

Faits saillants

S’adapter ou disparaître – Le théorie de l’évolution de Darwim

« Si les clients veulent acheter des livres en tapotant sur leur ordinateur, c’est leur droit et nous devons nous adapter », estime Charles Kermarec, ex-responsable de la librairie Dialogues, à Brest, (…).

Un site web pour vendre des livres numérique ne suffit pas, il faut aussi en assurer la vente dans son propre magasin

 »(…) chaque libraire pourra intégrer la vente d’ebook et de supports de lecture sur son propre site et dans son magasin (…).

Sortir de sa librairie pour participer à des événement de sa communauté

«Ainsi, il n’est pas rare qu’un client sollicite la libraire pour intervenir à l’occasion d’une manifestation.»

Une association de lecteurs d’une librairie, un moyen de développer le sentiment d’appartenance

«Les membres de l’association prennent en charge des animations ou nous aident dans les choix que nous pouvons faire hors les murs. Ils participent aussi à créer un maillage important » se réjouit-elle.»

Les éditeurs peuvent aider directement les librairies

Pour montrer une nouvelle fois aux libraires son attachement et sa confiance, l’éditeur La Différence a choisi de leur proposer un taux de remise sensiblement plus élevé (42%) contre un taux de retour des ouvrages de la maison limité à 10 % du chiffre d’affaires HT globalisé par période.

——

LES ARTICLES

le_monde-Logo_01

Les libraires français face à la révolution numérique

Les 2 et 3 juin, les 700 libraires français, réunis à Bordeaux pour les Rencontres nationales de la librairie, aborderont sans doute d’un sujet de plus en plus récurrent : leur présence sur le Web.

« Si les clients veulent acheter des livres en tapotant sur leur ordinateur, c’est leur droit et nous devons nous adapter », estime Charles Kermarec, ex-responsable de la librairie Dialogues, à Brest, une des 400 « grandes » librairies (120 000 titres, 1 800 m2) mais qui reste minuscule, face à Amazon.

Depuis treize ans que le géant américain du commerce en ligne s’est implanté en France, il est devenu un acteur majeur du marché du livre. En 2012, le circuit de la vente en ligne représente 12 % du marché du livre en France, soit 420 environ millions d’euros. Sur ce pactole, la société Amazon capte 70 % du total. La Fnac se situe en deuxième position, devant les groupes Decitre et Chapitre.

Lire la suite

ina_global_fr_001

Les libraires espagnols déterminés à prendre leur part du marché numérique

Alors que le marché du livre est en pleine récession, les libraires espagnols réagissent. Refonte de la plateforme todostuslibros, remontrances au gouvernement et guerre contre Amazon : un vaste programme…

Début juin 2013, la Confédération espagnole des corporations et associations de libraires (CEGAL) a annoncé pendant la Foire du livre de Madrid la refonte de sa plateforme todostuslibros et la signature d’un partenariat avec le fournisseur de tablettes et de contenus numériques Tagus. En plus de ces nouveautés commerciales, le président de la CEGAL, Juan Manuel Cruz Gálvez, s’appuyant sur le discours de la ministre française Aurélie Filipetti aux Rencontres nationales de la librairie à Bordeaux, en a profité pour réaffirmer la colère des libraires espagnols contre Amazon et interpeller le gouvernement afin de mettre en œuvre un « plan stratégique en faveur du livre et du réseau de la librairie indépendante, garante de la survie de l’édition de qualité ; mais également pour contrer le téléchargement illégal de contenu numérique et défendre les auteurs, les éditeurs, les traducteurs, les illustrateurs et les distributeurs. » Des revendications portées également par les auteurs et les éditeurs.

(…)

Si les grandes chaînes se sont montrées plutôt innovantes sur ce secteur, certaines librairies indépendantes ne sont pas en reste : Librerias con huellas par exemple, site de vente d’ebooks, a été créé par quatre librairies de quatre villes (Oviedo, Santander, Malaga et Valladolid).

La refonte de la plateforme todostuslibros.com, qui permet la géolocalisation de plus de 700 000 titres et le renvoi vers le site Internet ou la boutique physique du libraire par qui l’achat se fera, permettra de proposer également la vente d’ebook (chaque libraire pourra intégrer la vente d’ebook et de supports de lecture sur son propre site et dans son magasin). L’accord signé avec Tagus, qui, outre ses supports de lecture, propose le plus grand choix de titres numériques d’Espagne[+], va donner un élan sérieux à la vente numérique par les libraires, tout en favorisant l’économie nationale, puisque Tagus est la propriété de Casa del libro, leader des chaînes de librairies d’Espagne (36 magasins, groupe Planeta). L’intégration des autres plateformes de la CEGAL (celle dédiée aux livres jeunesse, celle de recommandations des libraires), l’amélioration de l’ergonomie générale du site vont faire de cet outil un digne concurrent des géants internationaux, dont la destinée, espérons-le, ne saura être comparée à celle du défunt 1001 libraires français, ne serait-ce que parce que todostuslibros s’est construit petit à petit, en agrégeant au fur et à mesure de nouvelles fonctions. Ne manquera plus qu’un réseau social de lecteurs…

Lire la suite

—-

le_petit_economiste_01

« La Belle Aventure » la valeur ajoutée du libraire indépendant

Pour Christine Drugmant, dirigeante de « La Belle Aventure » située au cœur de Poitiers, une librairie indépendante est « un outil dans une ville ». C’est à la fois un lieu (le magasin), un assortiment, une équipe et de nombreux partenaires. Un outil qu’elle souhaite à la disposition du public le plus large possible. Un outil profondément ancré sur son territoire.

L’offre d’une librairie indépendante est totalement différente de celle de la grande distribution. Au dictat des meilleures ventes, elle oppose un assortiment bâti sur la cohérence intellectuelle des contenus. Ici tous les titres sont choisis un à un et participent à la biblio diversité. « Une librairie, de par son seul assortiment, produit de la connaissance » assure Christine Drugmant. Elle permet aussi un accompagnement complice de ses clients dans leurs chemins de lecture. Ainsi, retrouve-t-elle dans la librairie ouverte en 2010 de jeunes bacheliers qu’elle a connus en poussette à l’ouverture de sa première librairie à destination des enfants, en 1994. « Cet accompagnement crée de vrais liens qui sont aussi des racines. »

Une équipe et des partenaires pour créer un maillage

Grâce à l’équipe en relation quotidienne avec la clientèle, « des partenariats s’installent peu à peu » raconte Christine Drugmant. Ainsi, il n’est pas rare qu’un client sollicite la libraire pour intervenir à l’occasion d’une manifestation. « Des associations ou des lieux publics tels le théâtre, le cinéma, l’Espace Mendès France nous invitent à jouer notre rôle de libraire hors nos murs » confie-t-elle. Des animations extérieures qui trouvent écho dans le magasin « nous faisons une vitrine autour de l’événement. Il y a un lien permanent qui crée véritablement de l’ancrage ».

Cet ancrage est tel qu’une association d’amis de la librairie est associée, en tant que personne morale, à la SARL depuis la création du second magasin. « Elle contribue clairement à la vie de l’entreprise. Les membres de l’association prennent en charge des animations ou nous aident dans les choix que nous pouvons faire hors les murs. Ils participent aussi à créer un maillage important » se réjouit-elle.

Lire la suite

france_3_01

La Belle Aventure, librairie indépendante de Poitiers lance un appel à contribution

Face à la concurrence de l’offre sur Internet, exercer le métier de libraire devient difficile, c’est pourquoi pour faire face à ses difficultés financières, la librairie La Belle Aventure sollicite l’investissement actif des lecteurs.

Une date butoir est fixée par la banque: le 14 Août et pour les 100 000 euros manquants, la librairie indépendante de Poitiers « La belle aventure » lance un appel à contribution auprès de ses lecteurs et de toute personne volontaire. C’est une des pistes tentées pour faire face à l’échéance.

Lire la suite et visionner le reportage

la_nouvelle_republique_01

Espace Leclerc : la revanche des librairies indépendantes

La fermeture de l’Espace culturel Leclerc ne fait pas que des déçus. Les deux librairies indépendantes ont déjà constaté une hausse de la fréquentation.

L’avenir s’annonce compliqué et la conjoncture l’est déjà aussi. Laurence Guyomard est comme tous les autres commerçants de la rue de la Poste. Pour la responsable du magasin Les petites Cigales, situé face à l’entrée de l’Espace culturel Leclerc, la fermeture de l’enseigne est une très mauvaise nouvelle. « Ça drainait du monde, j’étais moi-même cliente. C’est une grosse perte pour le centre-ville. Les gens sont en colère de voir que rien ne tient ici. »

Lire la suite

la_nouvelle_republique_01

100.000 euros pour continuer  » La Belle Aventure « 

Un banquier a fait défection. La librairie de la rue des Grandes-Écoles a besoin de 100.000 €. Un appel à souscrire à une augmentation de capital est lancé.

Aujourd’hui, la librairie indépendante de centre-ville en France est menacée à brève échéance. «  La Belle Aventure  » n’y échappe pas. Depuis hier, près des caisses, les clients de la librairie découvrent un « Appel à contribution volontaire pour l’avenir de la librairie indépendante «  La Belle Aventure  » ». En une quarantaine de lignes les rédacteurs de cet appel disent « la quasi-impossibilité aujourd’hui d’exercer le métier de libraire indépendant dans le contexte d’une économie reposant sur le seul marché. » Pour souligner : « L’investissement actif des lecteurs est devenu une nécessité. »

Lire la suite

livres_hebdo_001

Une étude inédite sur les librairies dans le monde

livrairies-dans-lemondeA l’occasion des Rencontres nationales de la librairie, les 2 et 3 juin à Bordeaux, Livres Hebdo a commandité avec le soutien du Cercle de la librairie une étude comparative menée dans six pays.

Réalisée en Allemagne, en Espagne, aux Etats-Unis, en France, au Pays-Bas et au Royaume-Uni par Cécile Moscovitz et Rüdiger Wischenbart, l’étude comparative inédite « Librairies dans le monde » commanditée par Livres Hebdo avec le soutien du Cercle de la librairie et en coopération avec le Syndicat de la librairie française fait apparaître des tendances convergence au-delà des contextes économiques et culturels particuliers.

Lire la suite

Télécharger cette étude (PDF)

Autre lien pour télécharger cette étude (PDF)

actualitte_01

Paris : la régression des librairies enrayée entre 2007 et 2012

Fin mai, la Semaest et la Ville de Paris avaient organisé un colloque qui proposait de réfléchir aux actions menées par les acteurs sur les commerces de proximité. On le sait bien, ces derniers représentent « un défi pour l’action publique », tout en étant concernés par des questions économiques communes : hausse des charges, loyers élevés, etc. Parmi ces commerces, la librairie indépendante, évidemment.

Anne Hidalgo avait assuré que les commerçants et l’artisanat de proximité représentaient de véritables forces pour la vie des Parisiens, au sein de leur quartier. Il dépendait des pouvoirs publics que d’agir de manière à les protéger. À ce titre, la ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme devait porter, au cours du Conseil des ministres, des réflexions allant dans le sens d’un projet de loi pour le mois de septembre.

Lire la suite

la_voix_du_nord_01

Malgré 2500 emplois annoncés, l’implantation d’Amazon ne fait pas que des heureux

La naissance est attendue pour le second semestre 2013. Le site de vente en ligne Amazon ouvrira à Lauwin-Planque, près de Douai, son quatrième centre de distribution en France. Du côté de la direction du géant américain, on parle de 2500 employés en 2015 et en période de pic d’activité. Bonne nouvelle? Pas pour tout le monde. Les libraires indépendants grincent des dents et argumentent.

La mariée semble jolie. Elle fait valser les chiffres. Amazon France en 2012, c’est par exemple, 1,4 milliard d’euros de chiffre d’affaires. Ce qui en fait la troisième entreprise de e-commerce dans le pays. Si on parle fréquentation du site Internet, on parle cette fois de 12 millions de visiteurs uniques. Alors quand le colosse US annonce son implantation à Lauwin-Planque, les politiques locaux ne font pas la fine bouche. Avec un taux de chômage régional à 14 %, on ne peut que les comprendre. Amazon dans le Douaisis, ce sera 90 000 m2 d’entrepôts et la perspective de 2 500 employés (permanents et temporaires) lors des pics d’activités à partir de 2015. Une première vague de recrutement a débouché sur 79 embauches. Une deuxième sera lancée de septembre à décembre.

Lire la suite

actualitte_01

Solidarité avec les libraires : plus de remise pour moins de retours

La librairie, notamment indépendante, fragilisée par un contexte économique difficile, fait l’objet, depuis plusieurs mois, de l’attention des professionnels du livre et du ministère de la Culture. Pour montrer une nouvelle fois aux libraires son attachement et sa confiance, l’éditeur La Différence a choisi de leur proposer un taux de remise sensiblement plus élevé contre un taux de retour des ouvrages de la maison limité à 10 % du chiffre d’affaires HT globalisé par période.

Ce taux de remise pourra être appliqué à toutes les librairies, sans considération pour leur forme d’activité ou leur chiffre d’affaires « à l’exception des organismes qui travaillent exclusivement en ligne, pour lesquels les taux actuels seront conservés », nous précise Claude Mineraud, directeur de la maison d’édition La Différence.

Ce taux atteindra ainsi 42 % du prix public hors taxes des livres commandés, au lieu des 38 % généralement pratiqués actuellement par La Différence sur ses publications et celles des éditeurs diffusés par ses soins, soit un cumul des catalogues qui atteint aujourd’hui environ 2.500 titres. « Il y a deux fléaux dans l’édition : la prolifération cancéreuse de la production, puisqu’avec plus de 65.000 livres qui sortent par an, les libraires sont contraints de dégarnir leurs étagères pour accueillir les nouveautés. Le système en est tellement perverti que les libraires, à qui on facture l’intégralité de la commande à la livraison des ouvrages, sont conduits à retourner beaucoup trop rapidement une partie importante des livres achetés, dès qu’un besoin de trésorerie se fait sentir, pour obtenir du distributeur un avoir qui finance les commandes à venir », poursuit l’éditeur.

Lire la suite

infodimanche_01

Repli des ventes de livres en 2012

Rivière-du-Loup – Les ventes de livres neufs au Québec sont passées de 707 M$ en 2011 à 678 M$ en 2012, une baisse de 4,1 %. Avec ce recul, cela fait trois années de suite que les ventes de livres neufs fléchissent. C’est ce que révèle le bulletin intitulé Les ventes de livres de 2008 à 2012, publié récemment par l’Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ) de l’Institut de la statistique du Québec.

Le repli de 2012 est attribuable en grande partie à la diminution de 16,2 % des ventes des éditeurs aux particuliers et aux collectivités, ainsi qu’à la baisse de 1,6 % des ventes des librairies. Les ventes de la grande diffusion (grandes surfaces et autres points de vente) affichent une baisse de 0,8 %.

Lire la suite

le_devoir_001

Temps dur pour les librairies indépendantes au Canada

Les chaînes et mégalibrairies occupent jusqu’à 67 % du marché du livre au détail

Une étude publiée par Patrimoine canadien confirme que les librairies indépendantes perdent du terrain au Canada anglais, au profit de puissantes chaînes qui occupent maintenant jusqu’à 67 % du marché, si l’on exclut les ventes de livres sur Internet et par courrier.

Voilà qui n’est pas pour égayer les quelque 2000 libraires indépendants au Canada qui, au Canada anglais, semblent frappés encore plus durement que les librairies indépendantes québécoises par ce phénomène de la concentration du marché de la vente de livres au détail.

Lire la suite

journal_mtl_qc_01

Les librairies indépendantes souffrent

Le repli des ventes de livres et la compétition des magasins à grande surface constituent une menace

Les librairies indépendantes souffrent. Non seulement elles perdent du terrain au profit des magasins à grande surface comme Walmart et Costco, elles sont victimes du repli des ventes de livres dans la belle province.

D’après les derniers chiffres publiés par l’Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ), les librairies indépendantes ont affiché une baisse annuelle moyenne de 4,2 % entre 2008 et 2012, voyant leur part de marché passer de 31,9 % (144 millions $) à 27,7 % (121 millions $).

Lire la suite

Il y a des jours où je me demande quelle logique dicte le choix des articles offerts gratuitement en ligne par certains médias sur leurs sites web. Voici un exemple aberrant : la couverture de presse des dernières statistiques des ventes de livres rendues publiques par l’Observatoire de la Culture et des Communication (OCCQ – Institut de la statistique du Québec). Ces statistiques sont accessibles à tous et aucun commerce de leur couverture de presse ne devrait s’appliquer, à moins d’une analyse très poussée des données. Le quotidien LE DEVOIR a préféré ne pas rendre son article sur le sujet accessible à tous contrairement aux quotidiens LE JOURNAL DE MONTRÉAL et LE JOURNAL DE QUÉBEC.

le_devoir_001

Un troisième recul successif des ventes de livres

Les librairies indépendantes et le marché de la distribution perdent du terrain

Le marché du livre cumule une troisième baisse annuelle consécutive de ses ventes fermes de livres neufs, selon le dernier bulletin de l’Observatoire de la culture et des communications du Québec (OCCQ). Celles-ci…

 

 —–

Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Actualité au jour le jour, Dossier : Prix unique du livre (Consultation-Votre opinion)
2 comments on “Revue de presse : les librairies indépendantes
  1. […] Les libraires français face à la révolution numérique …  […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition

Entrez votre adresse de courriel pour suivre ce magazine littéraire et être notifié par courriel des nouvelles publications.

Joignez-vous à 1 228 autres abonnés

Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
TÉLÉCHARGEMENTS

Les documents PDF les plus populaires ci-dessous

Un petit détour – Vous êtes redirigés ici pour vous permettre de découvrir ce magazine en ligne avant de télécharger le document demandé. Tous nos documents à télécharger sont d’abord annoncés dans ce magazine. Abonnez-vous gratuitement (voir ci-dessous).

Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Follow Appui-livres on WordPress.com
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
Se connecter
%d blogueueurs aiment cette page :