Prix unique du livre : quelques notes pour notre intervention à la Commission parlementaire

DOSSIER PRIX UNIQUE DU LIVRE

Cette page sera régulièrement alimentée de nouvelles notes de recherche, prière de vous abonner à cette dernière (voir au bas de l’article).

___________________________________________

DES ÉTUDES PAS SUFFISAMMENT ÉTOFFÉES

Plus nous avançons dans la recherche préparatoire nécessaires à la rédaction du mémoire de la Fondation littéraire Fleur de Lys qui sera déposé lors de notre intervention à la Commission parlementaire sur le prix unique du livre le mercredi 21 août prochain (2013), plus nous nous rendons compte que les études et les rapports disponibles actuellement disponibles manquent de précisions, notamment sur le plan des données statistiques. Cette faiblesse en entraîne une autre, la généralisation de l’information au détriment de la précision.

Sans des données statistiques détaillées sur la situation actuelle, il sera impossible de cerner l’impact financier réel d’une éventuelle réglementation du prix de vente des livres sur la performance des librairies indépendantes.

Bref, les études actuellement disponibles ne nous apparaissent pas suffisamment détaillées pour permettre aux élus de l’Assemblée nationale du Québec de prendre une décision éclairée.

___________________________________________

LE CAS DE L’ÉTUDE DE L’ASSOCIATION DES LIBRAIRES DU QUÉBEC

rapport_alq_2011

Dans l’Étude sur la réglementation du prix du livre au Québec commandée par l’Association des libraires du Québec (ALQ) à Gestion Michel A. Lasalle en septembre 2010 et déposée en janvier 2011, l’impact négatif de la concurrence des grandes surfaces dans la vente des best-sellers sur la rentabilité de la librairie n’est pas chiffré.

L’étude rapporte des extraits des rapports financiers de magasins à grande surface (Costco, Walmart, Zellers (Target en 2013), et de librairies en ligne (Indigo et Amazon.com) mais aucun chiffre sur les ventes des best-sellers par les librairies indépendantes québécoises, ce qui est essentiel pour démontrer l’effet de la concurrence.

L’étude conclut, en première conséquence, que la concurrence a un «impact négatif sur la rentabilité de la librairie» mais sans aucune statistique à l’appui pouvant démontrer la baisse des ventes des best-sellers dans les librairies indépendantes au cours des dernières années. 

À la page 9 de cette étude on peut lire : «Depuis plus de 10 ans, le réseau de librairies constate une érosion de sa clientèle de best-sellers vers les grandes surfaces.» Cette «érosion» de la clientèle des best-sellers dans les librairies n’est pas chiffrée non plus.

La suite de l’extrait ci-dessus : «Selon l’Observatoire de la culture de l’Institut de la statistique du Québec, les grandes surfaces ont réalisé en 2009 des ventes de livres d’une valeur de 86 millions$.» L’étude nous informe des ventes de best-sellers de la concurrence sans préciser la part de ces mêmes ventes réalisées dans les librairies.

La seconde conséquence observée est présentée en ces mots : «La deuxième conséquence en est une qui découle de la première. Pour compenser les impacts financiers, les libraires ont dû ajuster leurs coûts pour maintenir les services essentiels pour chacun des segments du marché. Il en résulte une structure des coûts que l’on peut qualifier de fixes dont l’impact est une marge de manœuvre très limitée et une fragilisation des librairies.» Or, la démonstration de ces coûts se fonde sur les états financiers de seulement 4 librairies agréées. Au total, il y a 191 librairies agréées au Québec selon les données publiées par le Ministère de la culture et des communications (dont la mise à jour laisse à désirer puisque la Librairie générale française de Québec y figure toujours malgré sa fermeture le mois dernier).

La représentativité sur laquelle repose l’étude est facile à calculer: 4/191 = 2,09%. Des 191 librairies agréées, il y a des librairies de langue française et d’autres de langue anglaise. Les 4 choisies pour l’étude sont de quelle(s) langue(s)? Et quelle est la représentativité géographique des librairies choisies? La région de Montréal compte 58 librairies agrées, la Montérégie en compte 25, la Côte-Nord 3, Lanaudière 6, … Dans quelle(s) région(s) sont située(s) les 4 librairies choisies pour l’étude?

Le comble de ce manque de professionnalisme est la comparaison faite entre la structure de la moyenne des coûts de ces quatre librairies agréées avec celle du géant canadien Indigo : «En comparant la structure des coûts des librairies agréées et celle d’Indigo, nous constatons qu’il y a un désavantage marqué pour les librairies agréées.» Encore faut-il savoir si l’offre des librairies agréées est comparable avec celle d’Indigo, cette dernière comptant non pas seulement des livres mais aussi une vaste gamme de produits culturels tels que des disques et des DVD.

LES FERMETURES DE LIBRAIRIES INDÉPENDANTES

L’étude fait aussi référence aux fermetures : «Une autre conséquence de la situation financière difficile du réseau des librairies est la tendance de la fermeture de plusieurs points de vente.» Avons-nous l’assurance ferme que toutes ces fermetures s’expliquent par une situation financière difficile? Et avons-nous aussi l’assurance que la situation financière difficile des librairies est le résultat de la seule concurrence des grandes surfaces?

LE CAS DE LA LIBRAIRIE GÉNÉRALE FRANÇAISE

Prenons le cas de la fermeture de la Librairie générale française. Dans le magazine LE LIBRAIRE, bimestriel des librairies indépendantes,  la fermeture est  justifiés clairement par la concurrence des grandes surfaces : «Nous ne pouvons que le déplorer : une autre librairie indépendante ferme ses portes. Cette fois-ci, c’est la Librairie Générale Française qui ne suffit plus à affronter la concurrence féroce des grandes surfaces. Sise sur la côte de la Fabrique dans le Vieux-Québec depuis 42 ans, nous entrions dans cette librairie comme dans un antre du savoir, l’espace tout occupé par des livres, rien que des livres. Parce que nous savons que ces petites librairies sont des remparts bienheureux contre la commercialisation à tout vent, c’est avec dépit que nous sommes contraints d’accepter des nouvelles de ce genre.»

Dans le Le quotidien LE DEVOIR, le propriétaire de La librairie générale française ajoute la concurrence d’Internet à celle des grandes surface: «Après 42 ans d’activité, la Librairie générale française du Vieux-Québec fermera ses portes le 15 juin prochain. Son propriétaire, Jean Guy Ouellet, explique que l’achalandage ne cessait de décroître et que la concurrence d’Internet et des grandes surfaces a nui à ses activités. Véritable institution à Québec, la librairie située sur la côte de la Fabrique, était l’une des dernières librairies du Vieux-Québec.»

Pourtant, à moins d’une minute de marche de la Librairie générale française se trouve une autre librairie indépendante, la Librairie Pantoute et dont la vitalité ne fait aucun doute. La Librairie Pantoute opère depuis 40 ans cette année (2013), 2 ans de moins que la Librairie générale française.

Pourquoi l’une se porte bien et que l’autre ferme ses portes? Autrement dit, pourquoi l’une résiste à «la concurrence d’Internet et des grandes surfaces» et pourquoi l’autre n’y résiste pas? Il suffisait de visiter l’une et l’autre pour comprendre le succès de l’une et l’échec de l’autre. La Librairie générale française était gelée dans le temps, contrairement à la Librairie Pantoute qui a toujours investi pour se renouveler. La concurrence la plus proche de la Librairie générale française n’était pas les grandes surfaces mais, comme je le mentionnais, à moins d’une minute de marche.

Bref, toutes les fermetures de librairies indépendantes au Québec ces dernières années ne sont pas justifiables par la concurrence des grandes surfaces, contrairement au discours officiel de l’industrie traditionnelle du livre. Chaque fermeture mériterait une étude approfondie pour justifier un tel discours, principal argument utilisé par l’industrie du livre pour demander une réglementation imposant un prix unique du livre.

Vous voyez, lorsqu’on fouille un tant soit peu les informations de l’Étude sur la réglementation du prix du livre au Québec commandée par l’Association des libraires du Québec (ALQ) on se rend compte qu’elles soulèvent davantage de questions qu’elles répondent au besoin d’une véritable compréhension de la situation.

À SUIVRE

___________________________________________

LE CAS DU RAPPORT DE LA SODEC

Voir aussi notre analyse du Rapport de consultation Porte grande ouverte sur le numérique – Option culture, virage numérique – de la Société de Développement des Entreprises Culturelles (SODEC), une entité du gouvernement du Québec, publié en 2011.

___________________________________________

NOTE AJOUTÉE LE 6 JUILLET 2013

Prix unique du livre : la part de marché des magasins à grande surface est de seulement 11,13 %

___________________________________________

NOTE AJOUTÉE LE 6 JUILLET 2013

Prix unique du livre : les fermetures des librairies expliquées par les départs à la retraite

___________________________________________

TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER SUR LES PRIX UNIQUE DU LIVRE

Liste des documents de notre dossier Prix unique du livre

NOS COMMUNIQUÉS DE PRESSE

La Fondation littéraire Fleur de Lys participera à la Commission de la culture et de l’éducation au sujet du prix de vente au public des livres

Prix unique du livre au Québec – La Fondation littéraire Fleur de Lys désire connaître votre opinion

Prix unique du livre au Québec : pour une approche gagnant-gagnant

Changement de la date de l’intervention de La Fondation littéraire Fleur de Lys lors de la Commission de la culture et de l’éducation au sujet du prix de vente au public des livres

SUIVIE MÉDIAS DE NOS COMMUNIQUÉS DE PRESSE

ActuaLitté : «Québec : prise de positions sur le prix unique du livre»

DOCUMENTS OFFICIELS

Document de consultation sur la réglementation du prix de vente au public des livres neufs imprimés et numériques

Liste des participants à la Commission de la culture et de l’éducation au sujet du prix de vente au public des livres

PRISES DE POSITION

Prix unique du livre au Québec : une petite revue des prises de position

Cher livre, Mario Roy, La Presse

NOTES POUR LA PRÉPARATION DE NOTRE MÉMOIRE

Prix unique du livre : quelques notes pour notre intervention à la Commission parlementaire

REVUE DE PRESSE CONSÉQUENTE

Prix unique du livre et frais de port

___________________________________________

Serge-André Guay, président éditeur
Fondation littéraire Fleur de Lys


Président éditeur, Fondation littéraire Fleur de Lys

Tagged with: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Dossier : Prix unique du livre (Consultation-Votre opinion), Votre éditeur prend position
2 comments on “Prix unique du livre : quelques notes pour notre intervention à la Commission parlementaire
  1. […] ANALYSE de l’Étude sur la réglementation du prix du livre au Québec de Association des libr… […]

  2. […] que la sous-représentativité devient la norme dans les analyses de l’industrie du livre. L’Étude sur la réglementation du prix du livre au Québec commandée par l’Association des libraires du Québec (ALQ) à Gestion Michel A. Lasalle en […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Concours pour les Québécois et résidents du Québec : abonnez-vous à ce magazine en ligne et courez la chance de gagner un dictionnaire Le Robert illustré 2022

Joignez-vous à 1 291 autres abonnés

Les mots nouveaux des dictionnaires Le Robert 2022 (cliquez sur l’image)
DOSSIER
Follow Appui-livres on WordPress.com
Ce site web est sous licence Creative Commons – Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada (CC BY-NC-ND 2.5 CA)
Article explicatif au sujet de notre maison d’édition
Dossier « Les 500 ans de la mort de Léonard de Vinci »
Dossier – Résultats du sondage « Les Québécois et leurs écrits »
Composition technique d’un article de presse
Les styles interpersonnels selon Larry Wilson
Se connecter
Magazine littéraire

Ce magazine littéraire est l’œuvre de la Fondation littéraire Fleur de Lys et s'inscrit dans une mission d'éducation populaire au sujet du monde du livre, et ce, tant auprès des auteurs que des lecteurs.

Vous pouvez nous écrire à l'adresse suivante :


contact@manuscritdepot.com

Archives
Recherche par catégorie
%d blogueueurs aiment cette page :